AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.33 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Bucarest , le 10/04/1914
Mort(e) à : Bucarest , le 14/07/1999
Biographie :

Poétesse d'origine juive, elle prit part dans sa jeunesse aux mouvements antifascistes. Elle devint adepte par la suite du proletkoult. Elle de distancia cependant du réalisme socialiste dans les années 60 et s'exila en France, où elle écrivit également en français. Ses deux enfants y résident toujours. Tudor Banuș a, entre autres, illustré "Enciclopedia Zmeilor" de Mircea Cărtărescu.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Maria Banuş   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Maria Banuş
Tandarica   03 août 2019
Maria Banuş
Berceuse pour les genoux



Ne criez pas, mes genoux.

Chemin aux fougères de nuits, de pluie.

Genoux de fer comment vous plier ?

Vers lui je vous conduis comme deux agneaux.



Sur le chemin des brumes je vous pousse.



Peut-être entre eux vous prendront

des genoux qui serrent, palpitants et lourds,

comme les nuits d'astrakan.

Et lucioles de pas s’éteignent.



Ne criez pas, mais genoux.



(traduction en français par Marina Zamfirescu)
Commenter  J’apprécie          540
Maria Banuş
Tandarica   01 août 2019
Maria Banuş
Noces



Dans la chambre nuptiale il faisait un froid noir, cosmique.

Déshabille-toi, lui ai-je dit, réchauffe-moi.



Il a d'abord dévissé sa tête,

avec le grincement de Saturne,

quand il essaie d'échapper à l'étreinte de l'anneau,

ou comme un bouchon de verre

qui crisse dans le goulot en verre d'une bouteille.

Puis il a dévissé son bras droit,

comme une ogive d'obus.

Il a dévissé son bras gauche,

comme une fusée svelte, métallique.

Il a dévissé la prothèse de sa jambe droite,

jurant comme un mécano auprès d'un moteur grippé,

a dévissé la prothèse sa jambe gauche,

et la ferraille geignait sur le fer,

ainsi que dans un atelier de chaudronnerie.



Je me suis traînée auprès de son cœur,

j'ai posé ma tête sur sa poitrine,

j'ai écouté les battements de son cœur.

Il ne grinçait pas, ne cliquetait pas, n’éclatait pas,

il palpitait.



Des brins d'herbe poussèrent alentour,

un museau de lapin apparu entre les branches d’un noisetier,

un bout de ciel, un lambeau laiteux de nuages.

Alors enfin, j’ai pu pleurer.



(traduction en français par Aurel George Boeșteanu)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tandarica   08 novembre 2015
Horloge à Jaquemart de Maria Banuş
GEMÜTLICH



Gemütlich –un mot allemand–

Traduit, il pâlit.

Agréable ? Intime ? Débonnaire ? Commode ?

Ce n'est pas comme en allemand.



Gemütlich –brise-bise, fleurs

Et serviettes en dentelle.

Le tic-tac de la vieille horloge,

Dans les tasses, le café.



Gemütlich –après une marche virile

Par vent et brouillard,

Se retrouver chez soi,

Dans la forteresse.



Ils t'ont conmmandé. Tu leur as obéi.

Ici tu es le Maître.

Canari, chien, épouse se taisent.

Tu fais ton somme…



Gemütlich –le petit cimetière

Sur la colline,

Avec les anges et les vieux saules,

Traversé par la lumière.



Tu entends le tic-tac de l'horloge,

Le bourg est proche.

Au marché on démonte les étalages

Dans l'annonce du crépuscule.

...................................................;



Je parcours les villes allemandes

Et me secoue

Une pensée –pour ceux qui dorment perdus,

En un autre pays.



Sous un ciel étranger, ils ont fondu,

Terrassés sous la botte.

Aujourd'hui, sur la tombe, seul le vent étranger

Et la menthe amère.



Leur sommeil est mauvais, sous les mottes froides,

Et ils n'ont pas de masure,

Et ils n'ont pas de canari aux fenêtres,

Pas de brise-bise.



Ils ont conmandé. Ils ont obéi.

Ils sont allés loin.

Ils ont tué. Ils sont entrés

Eux aussi dans la mort.



Gemütlich –une peinture de genre

Comme une faïence.

La lumière vacille sur les tasses,

Sur la vitre, sur le loquet.



La femme moud le café.

L'horloge frappe.

Dans l'émail blanc passent de grandes ombres

Ensanglantées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tandarica   15 janvier 2017
Horloge à Jaquemart de Maria Banuş
Elle approchait

et sa plume légère

au chapeau d'ombre,

se penchait sur moi

m'effleurant la joue.

(extrait de « La Dame au petit chien », p.161, revu par Alain Bosquet)
Commenter  J’apprécie          20
Francharb3   19 septembre 2014
Demon in brackets de Maria Banuş
apprentice to a bird

I wanted to be

a servant to the snake

I have become

in its hole I waste away

within walls papered

with hair-raising Caprichos
Commenter  J’apprécie          20
Tandarica   04 avril 2015
Demon in brackets de Maria Banuş
Rună



maică

rănile noastre sunt rune

nu le știu cifrul

nu le pot spune

rană umilă

rană comună
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Maria Banuş (3)Voir plus


Quiz Voir plus

La Machine Infernale de Jean Cocteau

D'après l'Oracle de Delphes, Oedipe va...

tuer son père et sa mère
tuer sa mère et abandonner son père souffrant
tuer son père et se marier avec sa mère

10 questions
286 lecteurs ont répondu
Thème : La Machine infernale de Jean CocteauCréer un quiz sur cet auteur