AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Mi-Bordelaise, mi-Slovaque, Marie Pontacq a été professeur de Lettres avant de partir pour l’Inde où elle a vécu dix ans, créant avec son compagnon une librairie toujours en activité près de Pondichéry, "Freeland Bookshop".

Installée aujourd’hui en Bretagne, elle travaille dans la traduction littéraire et écrit des nouvelles et des romans, ainsi que des romans jeunesse.

Elle a collaboré notamment à la traduction des œuvres de Satprem (1923-2007) de français en anglais.

Elle habite dans le Finistère, près de Quimper.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39   27 mars 2016
Les Compagnons du Flamboyant de Marie Pontacq
- on ne tire pas l'eau de ces puits-là.

- Ah bon ? Comment fait-on ?

- On descend la chercher.

- Tu veux dire qu'on utilise ces marches pour aller puiser l'eau au fond ? Mais il n'y a pas de rampe. On risque de glisser !

Babu inclina la tête, goguenard.

- Ouais, ça arrive. Il y a parfois des gens qui tombent dans les puits. Que faire ? C'est leur karma.

- Leur karma ? Eh bien, j'espère que ce n'est pas le tien ! Prends ce seau et descends.
Commenter  J’apprécie          200
Domichel   14 avril 2016
Les Compagnons du Flamboyant de Marie Pontacq
Il aurait fallu crier plus fort, mais elle n’osait pas, craignant d’alerter quelque bête sauvage. Déjà sur son passage, les oiseaux se taisaient. Elle entendait craqueter sous ses pas des choses informes. Élodée connaissait la déroutante capacité de certains insectes à se fondre dans leur environnement. « Regardez où vous mettez les pieds lorsque vous descendez du palanquin ! » Ainsi les morigénait autrefois leur aya ! Mais ici le danger ne venait pas seulement du sol, il pouvait jaillir de partout, du haut des arbres, du cœur des buissons étoilés de fleurs. Dans ce parc sublime, le danger côtoyait la beauté à chaque pas. Tout y était trop coloré, trop parfumé, trop luxuriant. On sentait que la végétation avait échappé à la main de l’homme et que la nature avait repris le dessus - mais la nature tropicale, avec sa folie, ses excès, ses débordements de sucs vénéneux.
Commenter  J’apprécie          70
sylvicha   03 décembre 2012
Le mystère du sari rouge de Marie Pontacq
Elle montra à son amie une statue à quatre bras nichée dans un renfoncement de pierre.

C'était une jolie déesse,vraiment. Assise sur un trône de lotus où luisaient encore quelques écailles de peinture dorée, elle était enroulée dans une pièce d'étoffe rouge et serrait une tige entre ses doigts.
Commenter  J’apprécie          71
pyrostha   13 mai 2011
Le mystère du sari rouge de Marie Pontacq
Elle n'avait pas assez de ses deux yeux pour tout voir:les marchandes de fruits derrière leurs étals ,les temples bariolés,les hommes étendus à même le trottoir,et les petites filles qui jouaient dans le caniveau,avec des grappes de jasmin dans les cheveux.



Trop de gens,trop de couleurs.Même à travers les vitres ,on entendait la musique nasillarde des haut-parleurs fixés dans les arbres.Les coups de klaxon résonnaient de tous les cotés et elle se demanda comment Iélumalaï arrivait à conduire avec tant de maestria dans l’invraisemblable cohue de voitures, motos,chèvres et enfants qui encombraient le milieu de la route.A un moment,la voiture fit un écart pour éviter une vache occupée à brouter un sac en plastique sur la chaussée.



Commenter  J’apprécie          50
Adorna   28 avril 2011
Le mystère du sari rouge de Marie Pontacq
Dora songea à sa salle de bains confortable, là-bas en Bretagne. Plus jamais elle n'ouvrirait le robinet le matin sans penser à cette petite porteuse d'eau du bout du monde qui se levait à 4 h pour aller faire la queue à l'unique pompe du village...
Commenter  J’apprécie          60
Adorna   15 novembre 2015
La chambre rouge de l'hôtel Sacher de Marie Pontacq
- Allez, disait-il, plonge la tête, n'aie pas peur de boire la tasse, je te tiens. L'eau ne peut pas te faire de mal, elle est en toi comme tu fais partie d'elle, va, plonge.

Je l’écoutais, je le faisais, je manquais d'étouffer, le monde noir se constellait d'angoisse avant de se recomposer dans la douceur, je suivais ses instructions, agitais les bras, me retournais sur le dos, faisais la planche.

Il m'apprit à nager comme il m'avait réappris à parler. Avec lui, j'ai cessé d'avoir peur de l'eau, des mots. Il a été mon professeur, mon père et jamais mon amant, il a été mon amant au-delà de l'amour.
Commenter  J’apprécie          50
pyrostha   13 mai 2011
Le mystère du sari rouge de Marie Pontacq
Les bras tintant de bracelets ,l'arc de canne à sucre rouge dans l'une de ses quatre mains et le tilak vermeil au milieu du front,la déesse descendait de son trône!! Elle passa à coté de Dora ,qui sentit un léger déplacement d'air et perçut un froufrou de soie quand le sari rouge effleura sa tête.



Commenter  J’apprécie          50
sylvicha   03 décembre 2012
Le mystère du sari rouge de Marie Pontacq
- Qu'est-ce que c'est ?

La petite indienne lui jeta une regard étonné.

- Tu vois bien, ce sont des poupées anciennes. Ici, on les appelle des "marapachis".

Dora prit une des figurines et l'examina avec surprise. Bien que finement sculptée, la poupée n'avait pas les membres articulés et son corps reposait sur un socle en bois. Un chiffon était enroulé autour de son corps en guise de sari et une natte pendait dans son dos.

- C'est très doux, observa-t-elle en caressant la petite crinière. C'est de la soie ?

- Oh, non, ce sont de vrais cheveux, précisa Savitri avec fierté.
Commenter  J’apprécie          40
Adorna   15 novembre 2015
Les Compagnons du Flamboyant de Marie Pontacq
Elles levèrent les yeux, instinctivement, vers le ciel pâli par l'approche de l'aube. Jamais de leur vie elles ne s'étaient senties aussi seules, aussi désemparées.

- Qu'est-ce qu'on va faire? murmura Rose. Ça veut dire que le siège va commencer. Ils vont fermer les portes de la ville. Cette fois, il n'y aura vraiment plus rien à manger.

Un troisième coup de canon ponctua la phrase. Élodée n'hésita plus.

- Si tu veux mon avis, il faut déguerpir d'ici. Et vite!
Commenter  J’apprécie          40
Adorna   15 novembre 2015
La chambre rouge de l'hôtel Sacher de Marie Pontacq
La Vltava est une rivière, elle se jette dans l'Elbe, c'est à cet autre fleuve qu'elle confie son destin de mer. La Vltava ne va pas plus loin que cette jonction d'eaux, le vent qui la rebrousse n'a jamais l'odeur saline qu'ont parfois les fleuves à estuaire, la Loire ou la Garonne à Bordeaux. Marcher sur ses bords, ce n'est pas aspirer au large mais au retour, à l'exploration de soi par les veines, le sang, les rivières intérieures.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (2)

La ...... au bois dormant

Séduisante
Belle
Princesse
Magnifique

18 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature jeunesse , contes , titresCréer un quiz sur cet auteur