AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.83 /5 (sur 6 notes)

Biographie :

Pierre Hazan a couvert comme journaliste de nombreux conflits. Il fut correspondant auprès des Nations unies (Genève) pour Libération (Paris) et Le Temps (Genève). Il a notamment enseigné à l'Institut de hautes études internationales et du développement (HEID) à Genève.
Il s'est spécialisé sur les questions de paix et de justice internationale, a été chercheur associé à la Harvard Law School, puis au United States Institute of Peace à Washington.
Pierre Hazan est l'auteur de nombreux ouvrages dont Juger la guerre, juger l'histoire. Du bon usage des commissions vérité et de la justice internationale (PUF, 2007).

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Quand la Justice torpille un processus de paix imminent : le cas du Libéria Pierre Hazan, auteur de "La Paix contre la justice", nous explique en quelques mots comment la paix et la justice peuvent entrer en conflit. le cas du Libéria pour lequel la justice torpille un processus de paix imminent en est un bon exemple. Plus d'infos sur cet ouvrage : www.andreversailleediteur.com

Podcasts (1)


Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Luniver   15 mai 2014
La Paix contre la Justice ? : Comment reconstruire un Etat avec des criminels de guerre de Pierre Hazan
[E]n théorie, le rôle de la justice est de déterminer si des combattants ont violé les droits de la guerre. Il n'est pas de se prononcer sur la légalité de la guerre, de dire si elle est juste ou non. C'est la distinction classique entre "jus in bello", le droit dans la guerre, et le "jus at bellum", le droit de faire la guerre. Or, dans notre environnement politique et médiatique, cette distinction tend à s'effacer. Si les moyens militaires utilisés sont considérés comme criminels, c'est la justesse de la cause qui est elle-même ternie. Ainsi, en identifiant les présumés criminels de guerre, les tribunaux internationaux laissent entendre aux opinions publiques quelle cause est juste et laquelle ne l'est pas.
Commenter  J’apprécie          90
Luniver   14 mai 2014
La Paix contre la Justice ? : Comment reconstruire un Etat avec des criminels de guerre de Pierre Hazan
« Comment puis-je, à la fois, prendre le thé avec Milosevic pour trouver un règlement négocié au conflit et, dans le même temps, le traiter en criminel de guerre ? »
Commenter  J’apprécie          100
Luniver   15 mai 2014
La Paix contre la Justice ? : Comment reconstruire un Etat avec des criminels de guerre de Pierre Hazan
En substance, les différences entre les « gestionnaires de conflit » et les «démocratiseurs » se résument ainsi : les premiers sont impliqués dans une recherche consensuelle, voulant aboutir à une cessation rapide du conflit. Ils sont par définition des pragmatiques qui ne s'encombrent pas de ce qui complique la recherche d'une solution négociée comme l'attribution d'une responsabilité à ceux qui ont commis des atrocités. Les « gestionnaires de conflit » ont donc une approche inclusive. Ils mettent l'accent sur le processus de négociations, acceptent les normes et les valeurs des belligérants, reconnaissent à ceux-ci une équivalence morale et considèrent la neutralité des acteurs extérieurs nécessaire pour aboutir à un règlement politique du conflit.



À l'inverse, les « démocratiseurs » adoptent une logique confrontationnelle, car ils considèrent que la justice n'est pas négociable même si elle conduit à exclure des chefs politiques et militaires. La justice est, selon eux, la précondition à la démocratisation, elle-même garantie d'une paix durable. Ils s'appuient sur des normes qu'ils tiennent pour universelles et estiment moralement faux que des médiateurs restent dans une position de neutralité lorsque des crimes de masse sont commis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Luniver   15 mai 2014
La Paix contre la Justice ? : Comment reconstruire un Etat avec des criminels de guerre de Pierre Hazan
Arrêtons-nous [...] sur le changement de statut de la justice pénale : celle-ci n'est plus l'arbitre surplombant les sanglantes querelles humaines. La voici en train de décider de la nature de la paix, puisqu'elle jouit de l'exorbitant privilège de mettre hors-la-loi des chefs politiques et militaires et même des chefs d'État en exercice. Devenue partie au conflit, projetée dans l'arène des relations internationales, contrainte de s'appuyer sur la coopération des États pour obtenir la transmission de preuves ou l'arrestation d'un accusé, la justice pénale sert désormais aussi à faire la guerre.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

gardiens des cités perdues 4

Quelle est le (l'ancien) garde du corp de Sophie? Comment ce fait-il appeler par Keefe? (prénom-surnom

Santor-Brigantor
Gigantor-Sandor
Sandor-Gigantore
Sandor-Gigantor

11 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Gardiens des cités perdues, tome 4 : Les invisibles de Shannon MessengerCréer un quiz sur cet auteur