AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.14 /5 (sur 44 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 10/05/1925
Biographie :

Raphaël Esrail est né en 1925 en Turquie. Élève ingénieur à l'École centrale de Lyon, il participe à la Résistance. Déporté à Auschwitz, il est affecté à l'Union-Werke. Il est libéré à Tutzing, au bord du lac Starnberg, le 1er mai 1945 par les Américains. De retour à Lyon en mai 1945, il reprend ses études et épouse Liliane, la jeune femme qu'il avait rencontrée au début de sa déportation. De 1949 à 1988, il travaille pour Gaz de France.

À partir des années 1980, il décide de témoigner auprès des jeunes pour contrer les messages négationnistes. À 92 ans, il est aujourd'hui président de l'Union des déportés d'Auschwitz.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Raphaël Esrail   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Accompagné de l?avocat international franco-britannique Philippe Sands, découvrez le vibrant témoignage de Raphaël Esrail. Né en Turquie, ce dernier fut résistant avant d'être arrêté le 8 janvier 1944, dans une officine de faux papiers et déporté à Auschwitz. « Dans cet univers de négation, la force de l'espérance a été ma source de survie. » Il est aujourd'hui l'un des derniers survivants du camp de concentration et d'extermination le plus tristement célèbre et livre son récit dans « L?espérance d?un baiser » aux éditions Robert Laffont.

+ Lire la suite

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Cancie   28 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
Les survivants n'éprouvent pas de haine. Depuis plusieurs décennies, ils témoignent de ce que fut Drancy, de ce que fut la Shoah, dans l'intention surtout de prévenir le racisme et l'antisémitisme.
Commenter  J’apprécie          270
Annette55   13 octobre 2017
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
"Là-bas, nous disions que si quelques-uns s'en sortaient ,

notre seul devoir serait de raconter..

Par respect pour les morts et pour le bien de la société."

Simone Veil.
Commenter  J’apprécie          240
Cancie   27 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
C'est aussi à cette époque que je fais la connaissance de Marceline Loridan ; je l'appelle la "petite rouquine". Toute frêle, elle semble encore une enfant. Elle a quinze ans. Elle est extraordinaire de vie. Elle est arrivée vers la mi-avril au camp. Nous éprouvons une véritable sympathie l'une pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          160
prune42   24 avril 2018
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
A la fin de la guerre, nous étions anéantis. Pourtant, nous avons décidé que notre avenir ne passerait pas par le ressentiment, la haine, la vengeance, mais par la reconstruction d'un lien d'humanité avec les autres, avec tous les autres. Il n'était pas question d'oublier. Cela n'était de toute façon pas possible à moins de perdre la raison. Il était seulement question de vivre. Nous avons choisi de tendre la main pour recevoir à nouveau. L'humanité ne pouvait être que là, nous le savions, nous qui avions côtoyé ce qu'il y a de plus sombre et de plus terrible en l'Homme.
Commenter  J’apprécie          150
Annette55   16 octobre 2017
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
"La mémoire, il faut l'assumer.Ce lourd héritage, le supporter.La première pierre de la mémoire est le souvenir des êtres aimés et le sentiment d'un devoir envers eux. Cette notion de "Devoir" nous est propre, à nous," Survivants".Elle est comme en expansion: très rapidement, elle fait place à un devoir élargi aux frères humains, à l'humanité entière: Dire, Prévenir, Informer .............."
Commenter  J’apprécie          150
ralphy67   09 octobre 2017
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
De temps à autre, Jasek arrive avec du pain et du lard. En voyant ce pain enveloppé d'une superbe croûte, épaisse, dorée, je salive. Je regarde Jasek manger, je suis ses lèvres, les mouvements de ses mâchoires. Sans rien dire, il sépare la croûte et me l'offre. Elle craque sous ma dent. La première bouchée est goulue. Puis je me freine. Je veux savourer un instant de bonheur; en moi, remonte le souvenir des miches de pain, de la maison, des camps scouts. Depuis soixante-dix ans, le pain campagnard, sa croûte épaisse et odorante, me ramènent systématiquement à Auschwitz et à Jasek que je remercie par delà les décennies.
Commenter  J’apprécie          110
Cancie   28 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
Présence oppressante du passé et volonté de distance entretiennent une tension permanente : à côté de la personne que nous avons été chemine une autre personnalité, traumatisée. Soudées l'une à l'autre, inséparables, en conflit. Une force morale nous porte et nous fait paraître intacts aux yeux du monde. Il n'en est rien. Dans la vie quotidienne, la survie demeure à tout jamais. Des fils courent à travers le temps dont on essaie de se défaire mais qui jamais ne nous lâchent.
Commenter  J’apprécie          90
Cancie   28 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
Nous qui avons connu les camps, nous qui avons côtoyé la mort, nous qui avons survécu à la machine exterminatrice, nous gardons chevillée à notre corps et à notre esprit la certitude que c'est en encourageant la jeunesse à maintenir en éveil son esprit critique, et à refuser la haine de l'autre, qu'elle supprimera de tous ses horizons les miradors, réels ou virtuels, toujours susceptibles d'y inscrire leurs terrifiantes silhouettes.
Commenter  J’apprécie          90
Cancie   28 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
Avec insistance et constance, me revient en mémoire la chance continue que j'ai eu au cours de ma déportation, alors que tout s'opposait à la survie. L'idée de Dieu rôde dans mes pensées sous la douce blancheur de la Voie lactée ; pourtant, je sais que Dieu n'était pas à Auschwitz. Ce débat intérieur se poursuit, dans une atmosphère de quiétude absolue. Toute ma vie, je demeurerai agnostique.
Commenter  J’apprécie          90
Cancie   28 avril 2019
L'espérance d'un baiser de Raphaël Esrail
Être néant mais être néanmoins ; encore un peu. Dans la "société mortuaire" d'Auschwitz, nous sommes des condamnés, des êtres-à-tuer, des non-êtres. Cette espèce d'existence désespérante, sans avenir, dont la seule perspective est la mort, ouvre sur l'idée du suicide. Pourtant ils sont rares. Durant onze mois dans ce camp, j'en entends parler trois ou quatre fois "seulement". Il s'agit d'électrocutions sur les barbelés, un des seuls moyens.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
4446 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur