AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.93/5 (sur 1051 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

Ariane Bois Heilbronn est romancière et journaliste.

Elle est titulaire d'un DEA d'histoire contemporaine de Sciences Po (1984) et d'un M.A. en journalisme de l'Université de New York (1986).

Elle a été grand reporter au sein du groupe Marie-Claire et critique littéraire pour le magazine "Avantages" de 1988 à 2015. Ariane Bois est critique littéraire pour les romans et les essais au Groupe Psychologies depuis 2018.

"Et le jour pour eux sera comme la nuit" (2009), son premier roman, a été récompensé par le Prix du Premier Roman 2009 de la ville de Dijon, lauréate de la bourse Thyde Monnier de la Société des gens de Lettres automne 2009 et le Prix 2010 "un livre, une commune" de Combs-la-Ville.

Son quatrième roman, "Sans oublier" (Belfond 2014), obtient le Prix Charles Exbrayat 2014 de la ville de Saint-Étienne, suivi de "Le gardien de nos frères" (Belfond, 2016), Prix Wizo 2016, Prix de La ville de Mazamet, Prix de la ville de Vabre.

En 2017, dans un registre différent, Ariane Bois publie Dakota song qui évoque l'immeuble mythique new-yorkais, le Dakota, dans les années 1970, où vécurent des célébrités comme Lauren Bacall, Rudolf Noureev, John Lennon.

"L’île aux enfants" (Belfond, 2019), un roman à deux voix, celles d'une mère et de sa fille, est son sixième livre.

page Facebook : https://www.facebook.com/Ariane.Bois/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ariane Bois   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ariane Bois nous fait découvrir, grâce à ses personnages Léo et Margot, le Camp des Milles, le plus grand camp de concentration et d'internement situé en zone libre, près d'Aix-en-Provence.

Podcasts (1)


Citations et extraits (437) Voir plus Ajouter une citation
Les familles heureuses ont toutes la même histoire.
Les familles malheureuses ont chacune leur façon de l'être.
Tolstoï, Anna Karénine
Commenter  J’apprécie          380
Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.
Commenter  J’apprécie          371
J’ai mis longtemps à comprendre que ce que l’on donne aux enfants ne nous revient pas… il faut accepter qu’ils vivent à leur façon, les aimer assez pour leur permettre de faire leur chemin. Etre parent, finalement, c’est mettre au monde un enfant et accepter de l’y laisser, renoncer à ce sentiment de propriété, de droit exclusif. Et y trouver même du plaisir. P 215
la dernière, ma préférée je crois
Commenter  J’apprécie          340
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Victor Hugo
Commenter  J’apprécie          321
Munie de faux papiers et se prétendant assistante sociale, Madeleine prospectait, démarchait les familles, sans toujours leur révéler l'identité juive de leurs pensionnaires. Parfois le réseau passait même des annonces dans le journal local : "enfant malade recherche papi et mamie pour l'accueillir à la campagne." Le bouche à oreille fonctionnait et l'on trouvait souvent des paysans prêts à ouvrir leurs portes contre rémunération. Tenace mais sympathique, Madeleine avait le chic pour les convaincre. N'hésitant pas à trinquer autant de fois qu'il le fallait pour gagner leur confiance, elle rentrait à Toulouse un peu grise mais fière d'avoir encore réussi à cacher un frère et une sœur ici, une gamine ailleurs. Sa mission ne s'arrêtait pas là. Il fallait revenir tous les mois avec des cartes d'alimentation et de l'argent - 200 francs par mois et par enfant -, s'enquérir du moral et de la santé des pensionnaires, transmettre des nouvelles, quand on en avait. Madeleine avalait les kilomètres à pied ou à vélo en chantant du Suzy Delair ou du Charles Trenet. Et répondait aux angoisses des enfants comme elle le pouvait . "Qu'est-ce qui se passe si j'oublie mon vrai nom ?.... Et alors, je ne m'appelle plus Rebecca ? ...."


page 65
Commenter  J’apprécie          280
J'ai 20 ans et on m'a menti. On m'a dit d'être gentil, de dire s'il vous plaît et merci, de bien travailler à l'école, de finir mon assiette et alors je serai heureux. c'est faux. On n'est pas heureux sur commande, même dans les beaux quartiers. J'ai l'impression d'être le seul à ne pas ressentir la félicité promise. Foules sentimentales? Mon œil ! On vit et on meurt seul. Le reste n'est qu'une parenthèse emmerdante , compliquée.
Commenter  J’apprécie          290
L’ordre a été donné à Vichy de fournir aux Boches leur quota de Juifs étrangers, même ici, en zone libre. La rafle de juillet au Vel’ d'Hiv’ à Paris n'a pas été suffisante, les résultats jugés décevants. Selon les quakers avec qui nous travaillons, Laval répète partout que les déportations sont inévitables et il a même proposé d'inclure les mineurs. (p. 236) […]
Leurs enfants ont la possibilité d'émigrer, une chance inouïe ! […] d'autres mères se saisissent de cette opportunité et acquiescent dans un tremblement de menton : il faut alors établir les papiers, recueillir les noms, les âges, les consignes religieuses et autres, des familles. L’information circule vite dans le camp et la queue s'allonge. Avant de signer, chacune veut être sûre que son enfant sera confié à de braves gens, élevé dans le judaïsme, qu’il poursuivra des études. En donnant les leurs, les mères rêvent à un avenir meilleur, loin de l'Europe qui enferme ses Juifs pour mieux les envoyer mourir en Pologne, à l'abri des regards. (p. 239)
Commenter  J’apprécie          272
On ignore à quel point le deuil est une épreuve physique. Le corps se cabre, se rebelle à l'idée de la séparation. Les muscles se nouent et s'essorent de leur propre sang.
Commenter  J’apprécie          280
Il se souvient, un jour au lycée, d'une visite au musée. Devant un tableau de Kandinsky, il avait plongé dans les rouges, les verts, les formes géométriques. Voilà ce qui le transportait : du beau, de la lumière, de l'inhabituel.
Commenter  J’apprécie          270
Épuisée, Amalia s'endort sur les genoux de Margaux qui lisse ses cheveux d'un geste tendre. Il n'y a plus ni conflit, ni papiers, ni visas : seulement la joie du grand air, de la mer, et d'un souffle de liberté pour elles deux. La guerre, c'est ça aussi, ne vivre que dans le moment, tenter d'oublier le reste et, surtout, ne pas imaginer un futur plus qu'incertain.
(p. 211)
Commenter  J’apprécie          240

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Ariane Bois (1307)Voir plus

Quiz Voir plus

L'or dans tous ses états

Qu'appelle t-on l'or rouge ?

Le rubis
Le safran
Le sang
La tomate

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : Or , roman , opéra , artisanat , alchimiste , filmsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..