AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.97 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Val-d'Ajol , le 05/11/1942
Biographie :

Richard Rognet est un poète français né en 1942 au Val-d'Ajol, dans les Vosges. Il vit actuellement à Dommartin-lès-Remiremont.

Né d’une mère institutrice et d’un père mécanicien dans l’industrie textile, il prend goût à la lecture dès son enfance et écrit ses premiers poèmes à l’âge de douze ans. Diplômé de l’École Normale d’Instituteurs de Mirecourt, il étudie ensuite les Lettres à l’Université de Nancy. Il publie son premier recueil en 1966. En 1969, il devient enseignant à l’École Normale de Mirecourt puis à Épinal, où il prépare également une thèse sur Buffon, avant d’intégrer le Collège Jules-Ferry comme professeur de Lettres jusqu’à sa retraite en 2002. Sa rencontre avec Alain Bosquet en 1971 marque pour lui une étape importante dans son parcours de poésie. Il perd son père en 1991, année où il entre à l’Académie Mallarmé. En 1994, il devient Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Il obtient en 2002 le Grand prix de Poésie de la Société des gens de lettres pour l'ensemble de son œuvre, déjà récompensée par de nombreux prix et traduite en italien, en espagnol, en allemand, en russe, en bulgare…
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Richard Rognet   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecure ac Richard Rognet. Episode3.


Citations et extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
Richard Rognet
sabine59   06 mai 2019
Richard Rognet
Les chats aimés

ne vivent pas assez

longtemps-après



leur mort persiste

sur notre lit une

place douce comme

un silence de fleur,



une place où il fait bon

promener sa main,

avant de s'endormir ,



les chats aimés laissent

dans les maisons des

ombres proches de ces

caresses qu'on voudrait



tant retrouver, parmi

les gestes désordonnés

que la vie nous impose.



( " Un peu d'ombre sera la réponse")
Commenter  J’apprécie          5714
Richard Rognet
sabine59   08 juillet 2020
Richard Rognet
Ô la pluie sur ma peau,

qui joue comme un premier regard !

la pluie aimable de juillet

qui, avant de toucher terre,

se gorge de parfums

que les vaillantes fleurs

chuchotent aux abeilles.(...)



(" Les frôlements infinis du monde")
Commenter  J’apprécie          463
Richard Rognet
sabine59   05 mai 2020
Richard Rognet
Je suis passé chez

toi. Personne. J'ai

embrassé ton absence,



puis griffonné, sur

un papier froissé,

que j'avais cueilli



une primevère,dans

un de tes jardinets,

j'ai noté aussi

qu'un chat blanc



et noir était venu

se blottir contre

mes jambes. Ces



mots, je les ai glissés

sous ta porte- sans

ajouter que je t'aimais.



(" Un peu d'ombre sera la réponse")
Commenter  J’apprécie          404
Richard Rognet
sabine59   05 mai 2019
Richard Rognet
Crépuscule au bord

des fenêtres , fleurs

fidèles , corolles

chaleureuses, puis la nuit



avec ses légendes, ses

miroirs sous l'obscurité ,

la nuit refermée sur

les gestes humains,



la nuit paisible-et

la gourmandise du silence

lorsqu'un chat avec

sa tiédeur, se glisse

contre toi, pour

réparer le monde.



(" Un peu d'ombre sera la réponse")
Commenter  J’apprécie          310
GeraldineB   08 novembre 2021
Dérive du voyageur de Richard Rognet
À peine le temps de voir

et tout s'éteint -



tout se retire, ciel,

murmures du ciel,

montagnes, étangs veilleurs.



On se retrouve en soi,

défait, tendresse à nu,

on se retourne - et rien,



rien que le jour

de sa naissance,

encoche qui saigne avec

lenteur, encoche

où s'engouffre l'aigreur

du monde.
Commenter  J’apprécie          290
Richard Rognet
sabine59   04 février 2021
Richard Rognet
S'éveiller dans les mots,

s'effacer devant eux

ils savent où cueillir

le reflet des fleurs, où

faire halte dans la neige.(...)



L'enfance avec

eux , revient à

la surface, elle

tremble dans nos mains

sous nos peurs, sur

nos pages, elle



invente le temps

de vivre, malgré

l'absence, sa noirceur.



(" Dérive du voyageur")
Commenter  J’apprécie          274
si-bemol   09 juin 2018
Elégies pour le temps de vivre / Dans les méandres des saisons / Elle était là... de Richard Rognet
Regarde où l'automne pose ses pas sur les

feuilles humides, et les oiseaux, regarde

où ils s'assemblent pour que le jour se

colore et reçoive du ciel une sincère



offrande. Tu es seul, chez toi, mais tu sens

que la vie a les accents de l'amour lorsque,

par la fenêtre de ta cuisine, tu aperçois,

dans son jardin, une femme courbée sur des



fleurs un peu lasses. Les brumes, au loin,

se défont. Un chien aboie. Le monde devient

lisible. N'oublie pas cette femme penchée



sur ses fleurs, et n'oublie pas non plus

cette mélancolie qui donne au temps qui

passe la douceur d'une étreinte imprévue.
Commenter  J’apprécie          260
TerrainsVagues   26 mars 2020
Elégies pour le temps de vivre / Dans les méandres des saisons / Elle était là... de Richard Rognet
On sait qu’il fera beau.

Le soleil peu à peu, perce et chasse les brumes.

Certaines, avant de se dissoudre,

Ont la forme des visages où tu reconnais la plénitude,

Parfois la fatigue, de ceux qui rodent dans ta mémoire.

Enfin, quand la lumière adoucit ton domaine,

Il reste sous ton front

Des tourbillons de vie ancienne,

Des soupirs de lieux disparus à jamais,

Des mirages dont tu ne sais s’ils vont rallumer les feux

Eteints par les larmes trop longtemps versées.

Le soleil,

Tu voudrais tant qu’il s’attarde sur cette maison vide

Où la mort pèse si fort

Que même la glycine n’a plus envie de fleurir

Autour des volets clos.
Commenter  J’apprécie          250
TerrainsVagues   27 mars 2020
Elégies pour le temps de vivre / Dans les méandres des saisons / Elle était là... de Richard Rognet
Il reste toujours quelque chose des amours mortes ou perdues,

un regard sur les prés,

sur une fleur qui penche vers le soir,

sur les montagnes qui émergent après les brumes du matin,

il reste toujours sous nos paupières,

des rêves inachevés,

des souvenirs de neige ou d'étoiles filantes

comptées dans les nuits d'août,



il reste aussi quelques fenêtres entrouvertes sur les averses d'été qui sentent si bon

qu'on se sent proche d'un nouvel amour,

d'un amour tranquille et brûlant à la fois,

qui tremblerait à la lisière du temps

comme un dernier sourire,

avant de s'en aller.
Commenter  J’apprécie          250
sabine59   12 juillet 2018
Les frôlements infinis du monde de Richard Rognet
La nuit répand ses voiles

sur des lueurs qui ne meurent pas,

la nuit joueuse, la nuit gourmande,

la nuit qui aime la lumière, comme

j'aime ces lieux où mon enfance

reflétait la couleur des saisons.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Je suis le petit...

Toujours en culottes courtes, jamais à court de bêtises j'entraîne mes camarades de classe pour le meilleur et le pire. Le cigare fauché à mon père ne me rebute pas.

René Goscinny
Antoine de Saint Exupéry
Alphonse Daudet
Philippe Labro
Jean Patrick Manchette

11 questions
31 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur