AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 52 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1952
Biographie :

Roger Faligot est journaliste et écrivain.

Il a débuté dans le journalisme en Irlande en 1973 avant de travailler comme reporter d'investigation en free-lance pour des journaux et magazines bretons, parisiens ou étrangers (Irlande, Angleterre, Japon).

Pendant sept ans, dans les années 1990, il a été correspondant spécial de l'hebdomadaire The European, basé à Londres. De 1993 à 2000, il a présidé l'Association des journalistes bretons et des pays celtiques.

À partir de 1977, il a écrit, seul ou avec des coauteurs (notamment Rémi Kauffer et Pascal Krop), plus d'une trentaine d'ouvrages documentaires concernant l'Histoire contemporaine à commencer par la Résistance irlandaise, régulièrement republié et mis à jour depuis.

Multilingue, il est également spécialiste des services de renseignements français, étrangers et en particulier d'extrême Orient. Il publie de nombreux ouvrages de référence comme Naisho. Enquête au cœur des services secrets japonais et Histoire mondiale du renseignement. À Partir de 2007, il devient chroniqueur à Rue89.

Pendant l'année 2007, Roger Faligot enquête en Australie, à Hong Kong, au Japon et en Chine afin de publier en février 2008 "Les Services Secrets Chinois de Mao aux JO".
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
https://www.editions-dialogues.fr/livre/brest_insoumise/ Rencontre avec Roger Faligot, qui a publié Brest l'insoumise aux éditions Dialogues. Questions posées par Laure-Anne Cappellesso. Réalisation : Ronan Loup.
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   16 janvier 2020
Paris nid d'espions de Roger Faligot
Boulainvilliers, rue de

N°68- C'est, dans les années 1960 et 1970, le domicile de Fernande Grudet, donc le quartier général de "Madame Claude", le pseudonyme sous lequel cette Angevine -condisciple de Claude Pompidou au collège des Visitandines- a monté le plus sélect des réseaux de galanterie tarifée avec la protection des services secrets. Cette ancienne jeune résistante s'est d'abord retrouvée, à 25 ans, dans le sérail du roi égyptien érotomane Farouk et, comme elle l'a raconté à l'auteur au cours d'une interview pour Penthouse, elle a gardé un souvenir impérissable de la fabuleuse collection de jouets sexuels de Sa Majesté, qui sera renversé par Gamal Abdel Nasser, lui même ancien agent des services secrets nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Montée à Paris, elle prépare des soirées épicées pour les têtes couronnées, des diplomates de haut vol et des personnalités de premier plan: le Shah d'Iran, la femme du dictateur indonésien Soekarno, le général Oufkir, âme damnée du roi du Maroc Hassan II, et même John Fitzgerald Kennedy. De passage à Paris, toutes et tous rendent visite à "Claude de Marignan", comme on la surnomme, ou bien louent les services de ses pensionnaires. Ce qui explique évidemment que la SDECE, par le biais de sa base Bison (parfois surnommée "Baisons") , apprécie ses services, et les informations stratégiques que soutirent ses filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          277
Pecosa   14 janvier 2020
Paris nid d'espions de Roger Faligot
Marlene (Dietrich), justement, avait l'habitude de venir avant-guerre au One two Two, avec ses amis Humphrey Bogart, Katharine Hepburn et natürlich, Jean Gabin! Tout ce beau monde déjeunait dans le restaurant d'un boeuf à la ficelle servi par des soubrettes cul nu, vêtues d'un seul petit tablier à ourlets, avant de monter avec "ces dames" (y compris Marlene) dans les suites royales. Mais, en 1940, cette fine équipe a rejoint les Etats-Unis et affiche sa résistance aux nazis. La Dietrich chantera "Lili Marlene" et Gabin combattra dans les FNFL (Forces Navales Françaises Libres).

Même l'acteur Michel Simon, qui continue sous l'Occupation de fréquenter les "p'tites femmes" du 122, rue de Provence, fait de la résistance. Mais, dans son cas, personne ne le sait: il travaille secrètement pour le renseignement communiste, lui qui fut l'un des fondateurs du parti communiste suisse.
Commenter  J’apprécie          278
Pecosa   15 janvier 2020
Paris nid d'espions de Roger Faligot
Santé, rue de la:

N°127- Au sein de l'hôpital Sainte-Anne pour les aliénés, le couvent des soeurs de la Sainte-Agonie, une branche des lazaristes, abrite entre ses murs l'état-major du réseau Jade-Amicol des services secrets britanniques. Sous l'Occupation, en effet, neuf nonnes et leur mère supérieure, Henriette Frede, servent de courriers pour le réseau dirigé par le colonel Arnould, alias Claude Ollivier. Un émetteur-récepteur a été caché sous la sacristie de la chapelle, et Jade-Amical possède des émetteurs de sous-réseaux dans Paris, comme celui de l'hôtel Scribe, pourtant le quartier général de l'un des services allemands.
Commenter  J’apprécie          240
Pecosa   14 janvier 2020
Paris nid d'espions de Roger Faligot
FLORIMONT, Impasse

N°9- Les RG enquêtent sur un suspect anarchiste qui habite chez une certaine Mme Planche. On a ouvert un dossier (N°470-109) , le 27 juillet 1949, parce que ce quidam a signé un article dans le journal de la Fédération anarchiste, Le Libertaire. Il s'appelle Georges Brassens. Voici ce qu'écrit monsieur l'inspecteur: "Brassens se dit homme de lettres et collabore occasionnellement à divers journaux et revues. Bien que l'enquête présente n'ait pu apporter de précisions sur ses relations exactes avec les milieux de la Fédération anarchiste , il est permis d'affirmer que Brassens fréquente les milieux en vue dont il partage les opinions. Il est connu des services de la direction des R.G. comme militant anarchiste. Dans les milieux artistiques, M. Brassens est considéré comme un "anarchiste intellectuel" et ses chansons sont inspirées des théories libertaires".
Commenter  J’apprécie          210
Pecosa   15 janvier 2020
Paris nid d'espions de Roger Faligot
AVENUE GEORGE-V

N°13

L'Ambassade d'Espagne a, durant toute la période du franquisme, abrité un poste d'espionnage chargé de traquer les opposants au Caudillo. Pendant la seconde guerre mondiale, l'attaché de police Pedro Rendueles Urraça, est également le patron de la Phalange en France. Il collabore étroitement avec la Gestapo et entretient des relations étroites avec ses chefs, tels Karl Boemelburg ou Helmut Konchen. Le service de contre-espionnage clandestin dirigé par le colonel Paillole l'inclut dans son fichier d'agents allemands à arrêter. Voici ce que dit sa fiche: " Implacable pour les Espagnols arrêtés ayant des sympathies pour les Alliés. Son activité s'étendait aussi aux relations commerciales avec les Allemands de Paris et de Bruxelles."
Commenter  J’apprécie          180
Clubromanhistorique   15 mai 2015
L'Irlandais de Bonaparte de Roger Faligot
Le grotesque et la caricature devinrent la règle, pour ces jeunes gens qu'on appelait aussi les Muscadins, les Inconcevables et les Incroyables. Tout y passait dans la difformité : chapeaux ridicules leur hypertrophiant la tête, plis dans le dos de la redingote pour faire bossu, culotte attachée d'un seul bouton au genou pour donner l'impression qu'il était cagneux, énorme cravate semblant cacher un goitre, lunettes géantes pour grossir des yeux de crapaud myope, bottes dépareillées pour simuler un boitement.
Commenter  J’apprécie          130
Clubromanhistorique   15 mai 2015
L'Irlandais de Bonaparte de Roger Faligot
La Révolution était un tel cyclone que ses tourbillons mettaient en présence, au Luxembourg, les ennemis d'hier, les amis de toujours, peut-être les adversaires de demain.
Commenter  J’apprécie          60
SebastienCreo   02 décembre 2015
Les services secrets chinois de Mao aux JO de Roger Faligot
Ils se valorisent en fournissant un rapport sur une source occidental spécialisée... C'est ce qu'on appelle "utiliser les étrangers pour qu'ils servent la Chine" !
Commenter  J’apprécie          60
SebastienCreo   02 décembre 2015
Les services secrets chinois de Mao aux JO de Roger Faligot
Un journaliste européen qui vit depuis longtemps dans la capital du Nord m'a déjà expliqué que jadis son appartement, ayant anciennement appartenu à un cadre dirigeant, possédait une trappe qui permettait de descendre dans un abri relié à Zhongnanhai, le palais gouvernemental des " Lacs du milieu et du sud", à l'ouest de la Cité interdite.
Commenter  J’apprécie          50
lechristophe   18 juillet 2015
Paris nid d'espions de Roger Faligot
Tout ce beau monde est loin de se douter que cette danseuse qui se fait appeler Mata Hari ("l’œil du jour" en malais) est en réalité une certaine Margaretha Geertruida Zelle.[...] Mais, alors que la guerre de 14-18 va éclater, elle deviendra "H21", une sorte de naïve agent double [...], elle finira fusillée dans les fossés du château de Vincennes, le 15 Octobre 1917, sorte de victime expiatoire qui symbolise la chasse aux espionnes pendant la Grande Guerre.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..