AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.25/5 (sur 1017 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 07/10/1926
Biographie :

Simone Bertière est une biographe et écrivaine française.

Ancienne élève de l'École Normale Supérieure de Jeunes Filles (L1945), agrégée des Lettres, elle a enseigné le Français et le Grec dans les classes préparatoires du lycée Camille Jullian à Bordeaux, puis la Littérature comparée à l’Université de Bordeaux III et à l’École normale supérieure de Jeunes Filles.

Elle a pris sa retraite de l'Université de Bordeaux et de Normale Sèvres en 1986.

"La Vie du cardinal de Retz" (1990), son premier ouvrage, a été récompensé par le Prix du Nouveau cercle de l'Union, le Grand Prix “Printemps” de la biographie en 1990 et par le Prix XVIIe siècle.

Elle a publié en 2004 une "Apologie pour Clytemnestre", laissant la parole à Clytemnestre afin d'évoquer à la première personne le regard que les auteurs, au cours des âges, ont porté sur celle qui assassina son mari Agamemnon avant d'être à son tour tuée par son propre fils, Oreste.

Auteur à succès d'ouvrages sur les reines de France, Mazarin ou Fouquet, en 2016, à 89 ans, elle signe une nouvelle enquête historique, "Louis XIII et Richelieu : la "malentente"".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Simone Bertière   (27)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le tour du monde en 80 saveurs de Pierre Bignami et William Navarrete aux éditions Collas https://www.lagriffenoire.com/le-tour-du-monde-en-80-saveurs.html • Bretagne: Food trip iodé en 100 recettes de Catherine Roig et Emanuela Cino aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/bretagne-food-trip-iode-en-100-recettes.html • Les reines de France - le siècle des Valois de Simone Bertière aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/les-reines-de-france-tome-1-le-siecle-des-valois.html • Henri IV et la Providence de Simone Bertière aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/henri-iv-et-la-providence.html • La Terre entre nos mains de Thomas Pesquet aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/la-terre-entre-nos-mains.html • Femmes Océanes - Ces héroïnes qui nous embarquent en mer de Maud Fontenoy aux éditions du Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/femmes-oceanes-ces-heroines-qui-nous-embarquent-en-mer.html • La Terre, c'estDe Collectif, Jack Koch aux éditions Fleuve https://www.lagriffenoire.com/la-terre-c-est.html • Pas bon du tout de Philippe Conticini et Chiara Conticini aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/pas-bon-du-tout-mes-recettes-salees-et-sucrees.html • Il en reste ! - Les astuces d'un chef étoilé pour cuisiner ses restes de Anthony Denon et Annabelle Schachmes aux éditions Solar https://www.lagriffenoire.com/il-en-reste.html • Loulou & Yves de Christopher Petkanas aux éditions Seguier https://www.lagriffenoire.com/loulou-yves-l-histoire-inedite-de-loulou-de-la-falaise-et-de-la-maison-saint-laurent.html • Les cartes murales de Vidal-Lablache de Jacques Scheibling et Caroline Leclerc aux éditions Armand Colin https://www.lagriffenoire.com/les-cartes-murales-de-vidal-lablache.html • Sempé à New York de Sempé aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/sempe-a-new-york.html • Garder le cap de Sempé

+ Lire la suite

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
Alors, que pèse sa désinvolture à l’égard des inadvertances dont fourmille un récit qu'il ne se donne pas la peine de corriger lors de l'édition en librairie ? Il importe peu que le pseudonyme de la duchesse de Chevreuse soit Aglaé ou Marie Michon, que d'Artagnan soit reçu deux fois dans la compagnie des mousquetaires, que changent le lieu du rendez-vous donné par Mme Bonacieux et celui du couvent qui lui sert d'abri, que varient l'origine du saphir d'Athos ou la date du papier remis par Richelieu à Milady. Le récit ne prétend pas au réalisme, ni même à la stricte cohérence interne, il va son grand chemin, « à franc étrier », à bride abattue, il nous entraîne dans un tourbillon d'aventures échevelées, rebondissantes, où nous oscillons entre la surprise et l'attente comblée. Quant à y croire, Dumas ne nous en demande pas tant. Il nous invite à entrer avec lui dans le jeu, le temps de la lecture, sans bouder notre plaisir.
Commenter  J’apprécie          320
Maquet, lui, resté à Paris et flairant le vent, s'essaie au roman historique comme il se doit. Le Bonhomme Buvat est un démarquage des Mémoires d'un comparse ayant joué un rôle décisif en 1718 dans l'échec de la conspiration dite de Cellamare, du nom de l'ambassadeur espagnol qui la patronna. À l'instigation de la duchesse du Maine, épouse d'un des fils légitimés de Louis XIV, les conjurés projetaient d'ôter la régence au duc d'Orléans, qui les tenait à l'écart du pouvoir, et de la confier au roi d'Espagne. C'est l'humble copiste nommé Jean Buvat, chargé de mettre au net leur courrier, qui, scandalisé, les dénonça et sauva le Régent. Dumas accepte de réécrire le terne manuscrit de Maquet refusé par la Revue des Deux Mondes, il le rebaptise du nom d'un des conjurés et y développe une intrigue sentimentale. Le Chevalier d'Harmental paraît en feuilleton dans La Presse du 28 juin 1841 au 14 janvier 1842. Mais pas question cette fois d'en partager la patemité : « Un roman signé Dumas vaut 3 francs la ligne. Signé Dumas et Maquet, il vaut 30 sous », aurait tranché Emile de Girardin. Les lecteurs ignorent les sous-entendus familiers aux spectateurs de théâtre, ils veulent du pur Dumas.
Commenter  J’apprécie          300
Le roi n'a qu'un homme, c'est sa femme. (Mirabeau)
Commenter  J’apprécie          290
Mais pour décrire le climat qui régnait alors à la cour, Dumas s'inspire de Courtilz, qui évoque une période sensiblement postérieure, et il complète son information auprès de Brienne et de Tallemant des Réaux, peu soucieux de dater leurs anecdotes. Il en résulte une série d'erreurs, dont voici quelques exemples. En 1625-1628, la France n'est pas encore en guerre avec l'Espagne, Richelieu est déjà cardinal, mais pas encore duc, il passe toujours pour une créature de la reine mère et ne jouit pas de la confiance de Louis XIII, qui ne lui sera acquise qu'après la prise de La Rochelle. Nulle compétition ne l'oppose encore au roi par mousquetaires et gardes interposés. Ce n'est que vers 1640 que Louis XIII s'irrita de l'ascendant exercé sur lui par son ministre, et se dit parfois désireux d'en être débarrassé, au besoin par la violence ; et c'est tout à fait à la fin du règne, au temps de la faveur de Cinq-Mars, que Richelieu put craindre d'être tué par Tréville sur ordre de son maître.
Commenter  J’apprécie          240
La forme revêtue par les Mousquetaires n'est intelligible que si on la rapporte aux conditions dans lesquelles ils ont été composés. Aussi a-t-on insisté longuement dans ce livre sur la vie de Dumas - non pas sa vie privée, mais sa vie professionnelle. Vivre de sa plume impliquait une prise en compte permanente de l'attente des lecteurs. A la différence de Stendhal, qui se réservait pour les happy few à venir, de Flaubert qui écrivait pour lui-même dans son ermitage de Croisset, ou même de Victor Hugo qui conquit très tôt son indépendance financière, Dumas était condamné à plaire hic et nunc à un public disparate, le plus large possible là encore, comme en politique, un grand écart, dont il a pleinement conscience. Or il réussit à plaire à tous sans s'abaisser.
Commenter  J’apprécie          240
Les Mousquetaires valent, comme tant de grands livres, par ce que l'auteur y a mis de lui-même. Et il y a mis beaucoup. Chacun connaît le mot fameux de Flaubert : « Madame Bovary, c'est moi. » On pourrait dire de même que d'Artagnan, c'est Dumas. Mais il est également les trois autres. Quatre personnages ne sont pas de trop pour incarner tout ce qui bouillonne en lui de contraires. Leurs aventures sont autant de possibles qu'il aurait aimé voir lui advenir. Sur ses vieux jours, lorsque tend à s'imposer en littérature le réalisme, qui vaut ses succès au jeune Alexandre, il a une réflexion émouvante et profonde : « Moi, je prends mes sujets dans mes rêves ; mon fils les prend dans la réalité. Je travaille les yeux fermés ; il travaille les yeux ouverts. Je dessine, il photographie. » Le secret des Mousquetaires est là.
Commenter  J’apprécie          230
Les Mystères de Paris furent pour lui (Eugène Sue) le miracle qu'avait été Henri III pour Dumas, mais à une plus grande échelle puisqu'il touchait un public infiniment plus large. Le genre romanesque, parent pauvre du théâtre, s'imposait soudain dans le paysage littéraire.

La veille encore, Balzac peinait à se faire une place au soleil et Stendhal réservait aux happy few des années futures les délices incomprises de sa Chartreuse de Parme. Le moyen de diffusion inventé par Girardin offrait désormais aux romanciers d'immenses perspectives. Dumas ne s'y trompa pas. Certes l'admiration des lecteurs enthousiastes n'offrait pas la griserie des ovations au soir d'une première, mais les ondes s'en répercutaient plus loin et plus longtemps. Gloire et fortune pouvaient être au rendez-vous. Il commença donc de s'intéresser pour de bon au roman, sous son avatar récent de feuilleton.
Commenter  J’apprécie          220
Dès la Préface, il nous apprend que la donnée première lui fut offerte fortuitement : «Il y a un an à peu près, qu'en faisant à la Bibliothèque royale des recherches pour mon histoire de Louis XIV, je tombai par hasard sur les Mémoires de M. d'Artagnan, imprimés - comme la plus grande partie des ouvrages de cette époque, où les auteurs tenaient à dire la vérité sans aller faire un tour plus ou moins long à la Bastille - à Amsterdam chez Pierre Rouge. Le titre me séduisit : je les emportai chez moi, avec la permission de M. le conservateur, bien entendu, et je les dévorai. » La date est très approximative, le lieu inexact. Ce n’est pas à Paris qu'il découvrit ce livre, mais à Marseille, où il se trouvait de passage le 21 juin 1843. Il était lié d’amitié avec les deux frères Méry, qui dirigeaient la Bibliothèque de la ville. Il leur demanda de quoi meubler utilement son temps durant le trajet qui le ramènerait dans la capitale. Il emporta donc, en même temps qu'un Tableau de la vie de Richelieu, de Colbert et de Mazarin sans nom d'auteur, quatre petits volumes in-12 intitulés Mémoires de M. d’Artagnan. Ce mensonge véniel, visant à paraître plus sérieux, plus savant, n'aurait jamais été décelé s'il n'avait omis de restituer ses emprunts : la trace des lettres de réclamation envoyées en vain ont été retrouvées dans les archives de la Bibliothèque de Marseille !
Commenter  J’apprécie          200
Il n'est pas possible de se soustraire à l'humaine condition et de défier la mort sans que s'inhibent la raison et le sentiment. Il n'est pas d'héroïsme sans folie.
Commenter  J’apprécie          202
S'il fallait le caractériser d'un mot, nulle hésitation possible : il fut l'un des plus grands capitaines de guerre que le monde ait connus. Mais sa carrière présente une particularité rarissime. Elle débute très tôt et très haut, et elle se déroule, si l'on peut dire, à rebours. Elle commence par la fin. À peine sorti d'une jeunesse sévèrement encadrée par un père autoritaire, six années de campagnes victorieuses le hissent au niveau de César ou d'Alexandre. À vingt-deux ans, il entre de plain-pied, sans préavis, dans la légende. Il n'en sortira jamais. Par définition, les héros de ce genre n'ont d'autre issue que la mort. Une mort rapide, si possible. Car le temps ne peut leur apporter que dégénérescence. Or la mort, qui fut sa compagne quotidienne, n'a pas voulu de lui. Bien qu'il prît des risques énormes, il est sorti de tous les combats indemne et cette invulnérabilité a renforcé son aura. Il fait figure de surhomme, soustrait à l'humaine condition. Comment le rester au cours d'une vie qui se prolonge ? La plus rude épreuve infligée à Condé par le destin fut de survivre trente-huit ans aux six années glorieuses qui l'avaient porté au pinacle.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Simone Bertière (897)Voir plus

Quiz Voir plus

Expressions québecoises

Les Québécois disent couramment le mot « Bienvenue ». Quel mot les Français emploieraient à la place ?

je vous en prie
bonjour
à bientôt

12 questions
90 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..