AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 188 notes)

Nationalité : Australie
Biographie :

Sally Thorne passe ses journées à rédiger des contrats et des demandes de financement.

Elle consacre le temps qui lui reste à l’écriture de fictions pétillantes et colorées !

Avec son premier roman, "Meilleurs ennemis : De la haine à l'amour, il n'y a qu'un pas" (The Hating Game, 2016), Sally Thorne fait une entrée fracassante dans l’univers de la romance. Ce roman a été traduit dans plus de 25 pays et est aujourd'hui en cours d'adaptation cinématographique.
Son second roman, 99 percent mine, est paru en janvier 2019.

Elle vit à Canberra avec son mari, en Australie et passe ses journées à lire, écrire, et boire des tasses de thé.


page Facebook : https://www.facebook.com/SallyThorneAuthor/
son site : https://www.sallythorneauthor.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Introducing Sally Thorne | The Hating Game


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
KateLine   22 décembre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
Joshua avance sans un mot jusqu’à son bureau. On dirait qu’il flotte dans les airs comme Dracula. Mais son attitude menaçante est faussée par le sac de magasin de sport qui bruisse bruyamment contre sa jambe. A en juger par sa forme, il y a une boîte à chaussures à l’intérieur.

Je plains le pauvre vendeur qui a dû aider Joshua à choisir des chaussures. Je peux l’entendre d’ici : « J’aurais besoin d’une paire suffisamment confortable pour pouvoir courir aisément après les gens que je dois assassiner pendant mon temps libre. Je suis payé pour ça. J’exige donc le meilleur rapport qualité/prix. Je fais du 45.  »
Commenter  J’apprécie          70
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
-Et sinon, quoi de prévu ce soir ? Pose de vernis en solitaire ?

-Absolument. Et pour toi, Docteur Josh ? Masturbation et pleurs étouffés dans ton oreiller ? Il jette un regard au bouton supérieur de mon chemisier.

-Oui. Et ne m’appelle pas comme ça.

Je ravale un éclat de rire. En entrant dans l’ascenseur, nous nous bousculons comme deux gamins qui se détestent. Il appuie sur le bouton pour le sous-sol, et moi pour le rez-de-chaussée.

-Auto-stop ?

-Voiture chez le garagiste.

J’enfile mes ballerines et fourre mes talons dans mon sac. Maintenant, je suis encore plus petite. Dans le vernis mat des portes de l’ascenseur, je peux voir que j’arrive presque à mi-hauteur de ses pectoraux. Mon Dieu, on dirait un chihuahua à côté d’un dogue allemand.
Commenter  J’apprécie          60
KateLine   23 décembre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
En fait, j’ai essayé de maltraiter un peu les gentils gars de la masse salariale, mais ils se sont tout de suite mis à pleurer.

— Le truc, Shortcake, c’est de trouver la bonne personne. Celle qui peut aussi bien rendre les coups que les encaisser, explique-t-il
Commenter  J’apprécie          70
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
Qu’est-ce que tu veux dire par « Schtroumpfs » ? intervient Joshua en nous regardant comme si Andy et moi étions totalement dérangés. Je me saisis précipitamment du paquet.

-Merci mille fois d’être monté, Andy. Tu dois être débordé, je ne te retiens pas plus longtemps. Trop tard…

-Tu n’es pas au courant ? s’exclame Andy en se tournant vers Joshua. Les Schtroumpfs, c’est la passion de Lulu. Elle vit et respire Schtroumpf. Tu sais, ces petits bonshommes bleus qui portent des bonnets blancs et qui font à peu près cette taille-là. Il écarte légèrement le pouce et l’index pour illustrer son propos.

-Je connais les Schtroumpfs, merci, lui rétorque Joshua d’une voix irritée.

-Ce n’est pas vraiment « ma passion ». J’essaie de prendre un ton détaché, mais ma voix trahit mon mensonge. Et la toux soudaine de Joshua sonne étrangement comme un fou rire mal dissimulé.

-Les Schtroumpfs, hein ? Alors c’est ça qui se cache dans ces boîtes minuscules. Je pensais que tu achetais des sous-vêtements sur le Net. Mais, Lucinda, penses-tu vraiment qu’il soit approprié de te faire livrer des objets personnels sur ton lieu de travail ?

-Elle en a une vitrine entière, poursuit Andy. Elle a un… Comment il s’appelle déjà, Lulu ? Un Schtroumpf Thomas Edison ? Celui-là, c’est une rareté, Josh. Ses parents lui ont offert pour sa remise de diplôme. Andy continue allègrement à m’humilier.

-Allez, ça suffit, Andy, parlons d’autre chose. Comment vas-tu ? Tout se passe bien aujourd’hui ? Je signe d’une main tremblante le reçu sur l’appareil qu’il me tend. Tss, lui et sa grande bouche. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Mais Joshua n’en a pas fini avec le sujet.

-Tes parents t’ont acheté un Schtroumpf pour ton diplôme ? répète-t-il en s’installant confortablement dans son fauteuil avec un air cynique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
-Je vais me chercher un café. Est-ce que tu veux que je te rapporte une tasse de thé ? me demande-t-il, en saisissant son sinistre mug noir. J’étais moi-même sur le point d’aller me préparer un thé. Je ne peux pas lui dire que je n’en veux pas, j’ai déjà ma tasse à pois rouges dans la main. Et je ne peux pas non plus accepter son offre : il cracherait dans mon thé. Ce mec me prend vraiment pour une conne.

-Je pense que je vais t’accompagner. Je lui adresse un sourire forcé. Nous voilà donc tous les deux en train d’arpenter d’une démarche résolue le couloir qui mène à la cuisine. Même nos pas sont synchronisés : gauche, droite, gauche, droite, un peu comme les procureurs qui marchent vers la caméra dans le générique de début de New York, police judiciaire. Mais évidemment, comme je suis un petit format, je dois presque courir pour rester au niveau de Joshua. En nous voyant marcher ainsi ensemble, nos collègues stoppent leur conversation et nous dévisagent avec des airs stupéfaits. Quelques têtes de suricates ont surgi des box. De toute évidence, nous sommes en train d’entrer dans la légende.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
-A quoi ressemble ton père ? Il s’appelle Nigel, c’est ça ? Je lui lance un regard sombre.

-Toi et ce blog. Oui, il s’appelle Nigel et il a travaillé vraiment dur pour pouvoir payer mes études. Je ne sais pas comment t’expliquer, mais le jour où je suis partie à la fac il a pleuré. Il m’a dit… Ma voix se voile. Ma gorge est maintenant si serrée que je n’arrive pas à finir ma phrase.

-Il t’a dit quoi ? Je décide finalement d’esquiver la question.

-Je n’y ai pas repensé depuis longtemps. Je ne suis pas rentrée chez moi depuis un an et demi maintenant. J’ai raté Noël cette année car Hélène était rentrée en France pour voir sa famille et qu’il fallait que j’assure au bureau en son absence.

-Je ne suis pas rentré chez moi non plus.

-Mes parents m’ont envoyé un énorme colis par la poste, et j’ai mangé de la bûche en ouvrant mes cadeaux de Noël toute seule sur le sol de mon salon, devant la télé. Et toi, qu’est-ce que tu as fait ?

-A peu près la même chose. Mais qu’est-ce qu’il t’a dit ? Ton père, sous le porche ? Le jour où tu es partie ? me demande-t-il avec la même insistance qu’un chien qui a flairé un os. Je ne peux pas rapporter la conversation dans son intégralité, sinon je vais fondre en larmes et je ne pourrai plus m’arrêter. Mon père, les coudes posés sur ses genoux, les larmes dessinant des lignes verticales sur son visage buriné, poussiéreux… Non, je vais lui raconter la version light.

-Mon père m’a dit que ce qu’il perdait, lui, ce jour-là, était un cadeau pour le reste du monde. Et ma mère, elle, n’arrêtait pas de se vanter, de dire à tout le monde que je partais faire mes études. Et ensuite elle a créé une nouvelle variété de fraises qu’elle a appelée la Lucy.

-D’après le blog, les Lucy 42 étaient délicieuses. Vas-y, continue.

-Je ne comprends pas ta fascination pour ce blog… Bref… Ma mère était journaliste, mais elle a dû tout laisser tomber.

-Pourquoi ?

-Pour mon père. Elle préparait un article sur les dommages causés par de fortes averses sur les cultures environnantes. Elle a rencontré mon père en allant faire une interview dans un verger du coin. Il était perché dans un arbre. Son rêve à lui, c’était de diriger une exploitation de fraises, mais il ne pouvait pas le faire tout seul.

-Tu penses qu’elle a fait le mauvais choix ?

-Mon père dit toujours : « Elle m’a choisi, moi. » Comme s’il était une pomme qu’elle aurait sélectionnée parmi d’autres. Je les aime profondément mais, parfois, je ne sais pas… Je trouve que leur histoire est un peu triste.

-Tu devrais lui en parler, à ta mère. Si ça se trouve, elle ne regrette rien. Regarde, ils sont toujours ensemble, ton père et elle, et c’est grâce à leurs choix de vie que tu es ici aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
Annabelle est maintenant hors de vue. L’air vibre de craquements, de détonations et de cris de douleur. Après une série de petits sprints, je retrouve Andy, à genoux sur le sol, en train de refaire son lacet. Il y a une tache de peinture sur son torse.

-Oh non, Andy ! Il me regarde avec les yeux fatigués d’un soldat de la guerre du Vietnam qui tente d’empêcher le sang de gicler de son abdomen éventré même s’il sait qu’il est en train de mourir.

-Va la sauver, me répond-il en s’agrippant à mon genou. Il a regardé trop de films d’action. En même temps, moi aussi, car je me sens prise d’un sens aigu des responsabilités et d’un puissant instinct protecteur. Oui, je vais sauver Annabelle !

-Je vais me chercher un Coca, me dit Andy, gâchant totalement la magie du moment.
Commenter  J’apprécie          20
viedefun   27 octobre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
Hélène a quitté la France quand elle avait seize ans pour venir vivre ici avec ses parents. Et, même si elle a maintenant une cinquantaine d’années, elle a gardé un léger accent, une sorte de doux ronronnement. Hélène fait partie de ces femmes qui ne sont pas conscientes de leur élégance, ce qui ajoute à son charme. Ses cheveux sont courts et impeccablement coiffés. Ses ongles toujours vernis d’une teinte rose nacrée. Elle achète ses vêtements à Paris quand elle va rendre visite à ses parents qui vivent maintenant à Saint-Etienne. Le pull en laine qu’elle porte aujourd’hui est certes basique, mais il doit probablement coûter plus cher que trois énormes Caddie de courses dans l’épicerie la plus chic de la ville. Au cas où ce ne serait pas évident, je lui voue un véritable culte. C’est elle qui m’a donné envie d’arrêter de me maquiller autant, et qui me donne envie de tant d’autres choses… C’est simple, en fait je veux être elle quand je serai grande. Une de ses expressions préférées est « ma chérie », et justement…

-Lucy, ma chérie, me dit-elle en tendant une main vers moi pour me signaler de lui tendre le dossier, est-ce que ça va ?

-Oui, oui, c’est juste mes allergies. Mes yeux me démangent un peu.

-Hum, ce n’est pas bon, signe ça, déclare-t-elle en parcourant des yeux l’ordre du jour. Nous nous préparons davantage pour les réunions importantes, mais pour les « réunions du personnel », ce sont plutôt les chefs de division qui parlent le plus. Les P-DG ne sont là que pour montrer leur implication.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KateLine   23 décembre 2016
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
Il vient s’asseoir de l’autre côté du canapé. Je tourne la page du livre que je fais semblant de lire, et malheureusement un horrible schéma de pénis en réaction apparaît.

Je ne me laisse pas déstabiliser.

— J’essaye de me comporter un peu plus normalement.

— Et comment ça se passe jusqu’ici ? lance-t-il en regardant la page du manuel ouverte devant moi.

— Eh bien, je suis extrêmement soulagée que ce ne soit pas un livre pop-up.

Il se lève en riant puis se dirige vers la cuisine. Je m’empresse de reposer le manuel pour le suivre.
Commenter  J’apprécie          20
Aurore-9   19 février 2017
Meilleurs ennemis de Sally Thorne
-Joshua, tu m’as tellement bousillée que je perds tous mes moyens quand un mec me dit que je suis belle. Je vois l’inquiétude s’afficher sur son visage mais je poursuis :

-Voilà pourquoi je pleurais. Parce que quand Danny m’a dit que j’étais très belle j’ai failli tomber du tabouret. C’est simple, en fait tu m’as complètement détruite.

-Je…, commence-t-il à dire. Lucy, je… Apparemment, il ne trouve rien d’autre à dire.

-Il n’y a rien à ajouter, Joshua. Félicitations. Aujourd’hui, c’est toi qui as gagné.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Fable express V 🐷

À cause de sa santé précaire / Claire ne pouvait être fermière / ......

.....craignant pour ses ovaires
.....elle cueillait la bruyère
....mais aimait les cnidaires
....la ferme tuerait claire

1 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : fables , jeux de mots , humour , couture , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur