AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.25 /5 (sur 22 notes)

Né(e) : 1983
Biographie :

Sophie Di Ricci, née en 1983, a grandi à Villeurbanne et réside à Lyon. Elle n'a pas fait d'études supérieures. Après avoir passé deux ans à Montréal, elle vit aujourd'hui de petits boulots. Moi comme les chiens est son premier roman.

Source : http://moi-comme-les-chiens.over-blog.com/article-sophie-di-ricci-50950286.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Di Ricci   (2)Voir plus


Sophie Di Ricci et ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire?


J`ai voulu raconter des histoires, avant même de savoir lire et écrire. Il faut donc aller chercher du côté de Max et les Maximonstres ou de Ernest et Célestine ont perdu Siméon . Je rajouterai que la lecture de Crasse-Tignasse ou histoires cocasses et drôles d`images (Der Struwwelpter) m`avait fortement impressionnée : il s`agit d`un vieux livre allemand pour enfants, où les petits héros finissent calcinés, les pouces coupés, morts de faim... et les illustrations ne sont pas avares en détails...


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?


Richard Price


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?


A seize ans, lire Marcel Proust m`avait incitée à sécher massivement les cours. « Pour profiter du temps présent. » J`avais des interprétations très arrangeantes quant à mes lectures.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?


Un livre de Michael Cunningham : La Maison du bout du monde


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?


Pour l`instant, aucun, j`assume parfaitement mes lacunes, qui doivent être nombreuses, je n`en doute pas...


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?


Méconnue ? Je ne sais guère ce que votre lectorat connait ou pas. Peut-être les nouvelles de Raymond Carver. Peu de gens dans mon entourage connaissaient cet auteur, avant que je n`en fasse la publicité.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?


Toute l`œuvre de Sade... Non, sérieusement, je n`en sais rien. Je ne crois pas qu`il y ait des réputations surfaites. Si les gens lisent et aiment un bouquin, ils ont de bonnes raisons de le faire


Avez vous une citation fétiche issue de la littérature ?


Des ménestrels sur les prairies, c`est pour bientôt !
(Walt Whitman) Quel beau programme !


Et en ce moment que lisez-vous ?


La bulle cassée de Philip K. Dick



L`entretien de Sophie di Ricci avec Babelio : Moi comme les chiens



Moi comme les chiens a été inspiré par le Shinjuku Triad Society de Miike Takashi, en quoi la construction cinématographique a-t-elle joué sur votre écriture ?


Dans la brièveté des chapitres et l`importance des dialogues. Le récit est très souvent consacré à l`action, peu à l`introspection. Enfin je crois...


Comment avez-vous construit l`ambiance et les situations urbaines de ce premier roman?


Tout simplement en m`imprégnant des paysages dans lesquels j`évolue... Et des situations que j`ai vécues.


Le titre de votre roman est repris de Comte de Lautreamont "Moi comme les chiens, j`éprouve le besoin de l`infini...", simple hommage ou influence littéraire?


Influence, je ne sais pas... Je pense que les auteurs sont toujours influencés parce qu`ils lisent, que ce soit conscient ou pas. Je ne peux pas prétendre être consciemment influencée par un poète dont l`œuvre se déroule dans un monde imaginaire fait de monstres, de mutations, de magie... J`ai écrit un roman « réaliste ».
La filiation à Lautréamont se situerait plutôt dans la description de l`appel au monde qu`est l`adolescence – et de l`acceptation ou du refus de cet appel. Loin de moi l`idée de signifier que je l`ai fait de la même façon que lui...
A mes yeux, la citation « Moi comme les chiens... » résume parfaitement ce qu`éprouve un personne aspirée par une tentation qui la dépasse.


Pourquoi avez-vous choisi d`écrire sur la prostitution masculine?


Car tous mes personnages principaux sont masculins et que la prostitution faisait partie de mon sujet. Je ne choisis pas mon sujet. Il s`impose de lui-même. Je ne suis pas libre de mes mouvements ! En réalité, comme tout auteur de roman noir, je décris l`exploitation de l`humain par l`humain. La prostitution (et la drogue) sont des formes d`exploitation d`une sincérité rare... Voilà en quoi elles m`intéressent.


Un de vos personnages, Alan, rêve d`underground. Donnez vous une importance particulière à ces transgressions adolescentes?


Oui, l`adolescence est le moment où le sujet est censé s`intégrer à la Cité. La transgression est un moyen particulier d`intégration. Elle fait partie des rituels d`initiation, et est bien plus conformiste qu`on ne le croit... Je raconte l`échec d`une tentative d`intégration. Comme la plupart des auteurs de romans noirs...


Qu`est-ce qui vous a séduit dans la forme du roman noir?


Avant qu`un éditeur ne veuille bien me le dire, je n`avais aucune idée du genre que j`écrivais ! J`ai écrit du « noir » sans même en avoir beaucoup lu. J`avais bien entamé la rédaction de Moi comme les chiens, et je corrigeais mon roman, quand j`ai réellement découvert cette littérature. J`ai le sentiment d`y trouver de la sincérité. Le roman noir, c`est direct, violent, âpre et entier. Du moins, telle est l`image que j`en ai. Nous ne sommes pas là pour raconter des mensonges...

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Chroniqueur pour l'émission "On en parle à Paris'", Dominique Pascucci présente son coup de coeur littéraire : Moi comme les chiens, premier roman de Sophie Di Ricci (Editions Moisson Rouge).


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
collectifpolar   10 mai 2021
Jaguars de Sophie Di Ricci
Le cinéma abandonné avait les allures surannées et insubmersibles d’une basilique en ruines.

La marquise penchait d’un côté. Des tubes au néon éclatés déclinaient en lettres gigantesques : Le Barbizon. L’entrée avait été bouchée à l’aide de moellons, où se déployaient des fresques taguées en larges dégoulinades de couleurs criardes. Au premier étage, des planches en bois recouvraient les fenêtres. Au second, les rideaux étaient tirés. Les vitrines présentaient un quadrillage infini de petits autocollants fluos. Des téléphones roses. Les encadrements prévus pour les affiches restaient, bizarrement, vides et noirs.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   10 mai 2021
Jaguars de Sophie Di Ricci
Gibert Platier avait vu juste. Godzilla aussi. Ils étaient des amateurs. Ils n’y connaissaient rien. Deux Al Capone clochardisés, en virée dans l’underground lumpenprolétaire. Politiquement, ils étaient des bouffons.

– J’ai juste sniffé. Une toute petite trace. C’est pas grave.

– Si c’est grave. Tu fais chier !

– Sam, je voulais tester sa dope. Pour voir s’il était aussi influent qu’il le prétend et…

– Ça me tue que tu fasses comme nos putain de vieux ! Ils t’ont pas servi d’exemple, merde ?
Commenter  J’apprécie          10
kolibri   07 février 2011
Moi comme les chiens de Sophie Di Ricci
Son baladeur jouait une mélodie, à la puissance grandiose d'un hymne, pour lui tout seul. Il se butait à des épaules ou à des sacs à dos indifférents, mais il reprenait sa marche, droit, les épaules jetées en arrière. Quand l'hymne culminait en décibels, ses paupières se fermaient. La musique avait été composée en vue de ce seul moment, il le savait. Des hommes s'étaient faits, quelque part, l'instrument de son futur, en enregistrant cette chanson. Elle avait été créée pour être écoutée par Alan, en ce jour de semaine, à dix-neuf heures, dans le chaos des sorties de bureau. Elle accompagnait son retour à la solitude.
Commenter  J’apprécie          50
Bazart   23 novembre 2011
Jaguars de Sophie Di Ricci
Le cinéma abandonné avait les allures surannées et insubmersibles d’une basilique en ruines.

La marquise penchait d’un côté. Des tubes au néon éclatés déclinaient en lettres gigantesques : Le Barbizon. L’entrée avait été bouchée à l’aide de moellons, où se déployaient des fresques taguées en larges dégoulinades de couleurs criardes. Au premier étage, des planches en bois recouvraient les fenêtres. Au second, les rideaux étaient tirés. Les vitrines présentaient un quadrillage infini de petits

autocollants fluos. Des téléphones roses. Les encadrements prévus pour les affiches restaient, bizarrement,

vides et noirs.
Commenter  J’apprécie          20
ghjanlucca   08 février 2013
Moi comme les chiens de Sophie Di Ricci
Il suffisait de le jeter devant les urgences d'un hôpital.

- Je peux vous aider? fit le boutonneux derrière la caisse.

- Je veux une boîte de pansements. Et des cigarettes. Gauloises bleues.

Merde, acheter des pansements n'avait aucun sens. Hibou allait se contenter de larguer cette pute quelque part.

- J'ai que des Marlboro. Les pansements c'est au fond, à côté des rouleaux de sopalin.

Hibou remonta l'allée, attrapa une boîte de pansements et revint au comptoir. Il se demandait où se trouvait l'hôpital le plus proche. Il aurait pu interroger le caissier, mais il savait qu'il ne se séparerait pas encore du gosse. Il glissa la boîte de pansements dans la poche arrière de son jean.

Quand il ressortit, des chiens aboyèrent les uns après les autres.

Dans la voiture, Allan dormait toujours. Son nez ne saignait plus. Sa tempe droite était assombrie par un hématome, ses lèvres égratignées. Le sang coagulé recouvrait cette petite trogne comme des peintures de guerre. Il revenait bel et bien d'un combat, celui mené sous l'abribus, qu'il avait perdu. Hibou ne savait plus s'il était juste de le tuer. Ni s'il le détestait toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les excipits de romans célèbres

...La houle une fois calmée, des pêcheurs viendront en bateau pour nous porter secours. Ils trouveront sur l'île du Nègre dix cadavres et un mystère insoluble.

Le loup des mers de Jack London
Les 10 petits nègres d'Agathe Christie
Eaux profondes de Patricia Highsmith
En mer de Toine Hehmans

12 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , Fin de l'histoireCréer un quiz sur cet auteur