AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.96 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1958
Biographie :

Stéphan Lévy-Kuentz est un écrivain et critique d'art français.

Il est le frère du cinéaste François Lévy-Kuentz (1960) avec lequel il collabore.

Il est d'abord élève d'Alfred Simon à l'École alsacienne, d'Olivier Revault d'Allonnes en philosophie et esthétique à Paris-1 Panthéon-Sorbonne, puis entre dans l'atelier d'Olivier Debré aux Beaux-arts de Paris. Il se tourne parallèlement vers le dessin, expose à la galerie Karl Flinker, et s'inscrit en architecture à l'UPA6 La Villette où il étudie le décor de cinéma et la scénographie.
Il obtient en 1985, un diplôme d'architecte DPLG dirigé par Jacques Lecoq dont il a suivi le LEM (Laboratoire d'étude du mouvement). En 1986, il est lauréat de la Fondation Laurent-Vibert de Lourmarin.

Il a créé en 1998 la collection d'essais "L'Attrape-corps" (La Musardine) et l'a dirigée jusqu'en 2002 (y furent publiés : Alain Fleischer, Bernard Dufour, Bertrand Ferrier, Serge Koster, Sarane Alexandrian, Serge Safran, Emmanuel Pierrat...).

Partagé entre fiction et critique d'art, qui pour lui sont mêlées, son travail est fondé sur des dispositifs d'interaction et de subjectivité narrative en tant que contre-autofiction.
En tant que critique d'art, il a collaboré au magazine Cimaise et été coordinateur de la Biennale Internationale du Film sur l'Art (BIFA) au Centre Pompidou (1994).
Biographe de Jules Pascin, il est défenseur de la jeune peinture russe contemporaine depuis 2003.

Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages pour la jeunesse dont un roman, La Nuit du gratteur de têtes.

Il a signé plusieurs films sur l'art pour les musées institutionnels (Beaubourg, MAM, Grand Palais) édités par la RMN dont : This is Man Ray, Pascin, Paul Klee , Yves Klein et Alexandre Calder (2008).

Tiré d' une de ses nouvelles et réalisé par son frère, il est l’auteur d’un court-métrage de fiction (Le nègre, 1997) interprété par Pierre Clémenti, Jean-Claude Dreyfus, Catherine Lachens, Christian Boltanski et primé au 50ème Festival de Montecatini (Italie).

"L'Indésiré" (2014) obtient le Prix Rive Gauche à Paris 2015.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phan_L%C3%A9vy-Kuentz
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
tilly   16 octobre 2019
Métaphysique de l'apéritif de Stéphan Lévy-Kuentz
Vos mains. Pour varier votre centre de gravité et vous reposer de vous-même, vous croisez machinalement vos genoux dans l'autre sens. Faisant face au carrefour, votre regard fixe alors ces mains qui dorment calmement sur votre cuisse et dont la sage mission reste celle de saisir un verre à moitié vide, de plonger dans un bol d'arachides ou d'extraire une cigarette de cet affreux paquet noir chargé de culpabilité. Scolaires et disciplinées, des mains dont le majeur se tacha d'encre Visor Pen, Sheaffer ou Waterman afin de former ses premières lettres sur des partitions musicales. Des mains qui firent se combattre les chevaliers Bayard et Du Guesclin, qui, dans la pénombre des marionnettes du Luxembourg, applaudirent Guignol et Gnafron donnant la bastonnade au gendarme. Des mains qui se tachèrent encore du pistil des hibiscus dans les jardins d'Anfa, qui, des fleurs mauves du plumbago confectionnèrent de petits parachutes ou des perruques royales de bougainvillées scalpées sur les murs de chaux. Des mains qui cueillirent câpres et groseilles, décrochèrent des coings trop sûrs et ramassèrent des kakis éventrés. Ces mêmes mains qui plus tard tordirent des bras dans les cours de récréation, interceptèrent des ballons, taillèrent des bouts de bois à l'opinel, firent couler du sable brûlant entre leurs doigts et virent du jus de pêche couler sur leurs poignets. Des mains qui, à l'occasion de manches interminables sous un soleil impitoyable, tinrent sans faiblir le manche glissant de votre Donnay pour ajuster des passing-shots, qui, dans les vapeurs de fioul et d'embruns mélangés, agrippèrent le bastingage froid de ferries britanniques, italiens, grecs, qui tirèrent des bords sur les catamarans ou cornèrent la pulpe de leurs doigts sur des cordes de guitare. Des mains qui changèrent les vitesses avec autorité sur les départementales, forcèrent des coquillages à la lame courte et débouchèrent des bouteilles de champagne. Des mains qui glissèrent enfin sur les boucles soyeuses de compagnes mariées à d'autres depuis longtemps.



Passées de Tom Sawyer à Bartleby, ces mains fidèles vous ont suivi jusqu'à cette terrasse afin de mener la calme bataille de la durée. Des mains qui le plus clair de leur temps cliquent dorénavant sur un morceau de plastique, pulvérisant des phrases comme les cailloux à Cayenne.



Attendant le programme du lendemain, ces doigts entremêlés qui leur appartiennent reposeront un jour sur votre torse de chevalier. C'est vrai, de ce sac de peau qui a toujours toléré vos frasques avec bienveillance, vous ne savez toujours rien du plongeon vers lequel il se hâte lentement. Vous ne savez pas davantage de quelles gerbes sera fait votre bouquet final ni quels proches viendront vous serrer dans leurs bras ou les saisir pour en réchauffer la paume avant d'imperceptiblement se reculer parce que là où vous allez, ils ne pourront plus vous suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
julienraynaud   22 janvier 2019
Tu me fais mal avec ton coude de Stéphan Lévy-Kuentz
on pense mieux la nuit, pendant que la ville dort.
Commenter  J’apprécie          50
tilly   26 février 2018
Sans Picasso de Stéphan Lévy-Kuentz
Dora échouée, gisant sur l’estran sans espoir d’une nouvelle marée. N’était-il là que pour son corps ? Son esprit critique ? Sa fraîcheur juvénile ? Comment partager le lit de l’ogre de l’art moderne sans se prendre dans ses toiles ? Se souvient-elle qu’elle fut Femme à la torche avant d’être Femme qui pleure ? N’ont-elles pas toutes pleuré, les cinq branches de cette étoile ? De l’érotomane abandonnique, l’histoire n’a retenu que ce tableau de chasse. Cinq reines majeures. Hormis Françoise qui osa s’enfuir, quatre statues, quatre biches dépecées par la dépendance affective : Jacqueline et Olga, suicidées. Olga devenue folle. Elle, entrée en religion, mystique et poétique. Folle peut-être aussi, elle ne sait pas. Pénélope sans perspective, elle ne perçoit plus vraiment cet espace empoisonné de silence, cet entre-deux-mondes figé entre passé et présent.

Dora prononce ces prénoms comme les perles d’un collier tombées en cascade, parties rouler sous les meubles de l’indifférence. au plafond, un ballet géométrique de cinq mouches autour de l’ampoule nue. Une chorégraphie propre à l’été qui annule les frontières du monde. Cinq elles aussi, ces mouches pour lesquelles la suspension électrique est devenue le centre de gravité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tilly   29 juillet 2017
L'Indésiré de Stéphan Lévy-Kuentz
Entre tous, les personnages les plus énigmatiques qui font vivre le versant éditorial sont certainement les auteurs. Je les ai à l’œil et suis souvent tenté de sourire de ce défilé de contrebandiers poussant la porte promise. A chacun son style. C'est que la littérature est ici une chose sérieuse, monsieur, un sacerdoce visant la transfiguration éternelle, un billet pour la postérité des neurones. Le talent en érection, le génie en bandoulière, le dandysme institutionnel rondement masturbé par les médias homologués, on peut les voir gagner leur ciel, longer avec plus ou moins de grâce ou d'assurance le passage que je leur garantis sur quelques mètres. L'âge, la notoriété, l'importance des tirages et des ventes, l'aspect physique et vestimentaire, la précarité financière et bien sûr le mythe creusé d'année en année, ces données combinées donnent, croyez-moi, de savants mélanges chorégraphiques. M’amuser d'eux quelques secondes, simplement me distraire jusqu'à ce qu'ils atteignent l'escalier et disparaître là où je ne peux les suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alicejo   19 septembre 2010
Quand tu seras petite de Stéphan Lévy-Kuentz
En hiver je te moucherai toutes les cinq minutes avec le même mouchoir tout mouillé en te criant :

- Souffle plus fort, enfin!
Commenter  J’apprécie          20
Marti94   06 août 2018
Pelé, l'homme aux pieds d'or de Stéphan Lévy-Kuentz
Durant sa carrière qui a duré dix-huit ans, Pelé a inscrit 1283 buts en 1363 matchs, dont certains resteront gravés dans l'histoire du football. Des chiffres qui donnent le tournis... Six fois, il a marqué cinq buts dans le même match! Mais son record le plus incroyable, c'était en 1964 contre l'équipe de Botafogo, où il marqua huit buts!
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   06 août 2018
Pelé, l'homme aux pieds d'or de Stéphan Lévy-Kuentz
Ambassadeur pour l'UNESCO et pour l'UNICEF, Pelé profite de sa célébrité pour s'occuper d'écologie, d'environnement, ou encore des problèmes de drogue et de corruption qui minent le pays.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   06 août 2018
Pelé, l'homme aux pieds d'or de Stéphan Lévy-Kuentz
Pelé, c'est le plus grand génie de l'histoire du football, le meilleur joueur de tous les temps... Un footballeur brésilien qui a enflammé les stades des années 1950 aux années 1970.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Stéphan Lévy-Kuentz (26)Voir plus