AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.39 /5 (sur 171 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Mönchengladbach , le 24/05/1957
Biographie :

Walter Moers est un écrivain de romans fantasy, illustrateur et créateur de bandes dessinées. Après sa scolarité, il vécut de petits métiers, amorça une formation commerciale et apprit à dessiner en autodidacte. Il est connu pour sa grande discrétion, n'acceptant que rarement d'être interrogé ou photographié.

Walter Moers publie depuis 1984, d'abord des bande-dessinées satiriques, puis des textes s'adressant aux enfants. Les histoires du capitaine Ours Bleu, adaptées à la télévision, l'ont rendu célèbre. Plusieurs romans fantasy ont suivi, s'inscrivant souvent dans le pays imaginaire de la Zamonie.

Le style de Walter Moers s’inscrit dans la tradition grotesque, mais emprunte aussi entre autres à François Rabelais (par exemple à travers un style narratif répétitif, ou des énumérations sans fin de noms, de plats ou de chansons…). Le capitaine Ours Bleu a pu être analysé comme un descendant de Don Quichotte. Les romans zamoniens jouent beaucoup sur les mots et les références littéraires, notamment sous forme d’anagrammes, ainsi que sur la typographie.

Walter Moers vit à Hambourg, en Allemagne.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Satire muscale, Hitler dans sa baignoire avec son chien. Dessin animé par Walter Moers. Musique: Pigor Maintenant en français!!!
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Jumax   21 septembre 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
" Cette histoire n'est pas destinée aux lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles - à qui je recommande d'emblée de reposer cet ouvrage et de filer du côté de la littérature pour enfants. Hop ! Disparaissez, buveurs de camomille et pleurnicheuses, lavettes et trouillards : en ces lieux, la lecture demeure une authentique aventure ! "
Commenter  J’apprécie          200
Missbouquin   25 avril 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
" Ici commence l'histoire. Elle raconte comment je suis entré en possession du Livre sanglant, comment j'ai atteint l'Orm. Cette histoire n'est pas destinée aux lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles - à qui je recommande d'emblée de reposer cet ouvrage. (...) Oui, je parle d'un pays où la lecture peut rendre fou. Où les livres risquent de blesser, d'empoisonner, et même de tuer. Seul celui qui est prêt à accepter le risque de me lire, à mettre sa vie en jeu pour avoir sa part de mon histoire, doit me suivre jusqu'au prochain paragraphe. (...). Mais ne perdons pas plus de temps et entamons notre périple. Car il s'agit bien d'un voyage qui nous mènera à Bouquinbourg, la Cité des livres qui rêvent."
Commenter  J’apprécie          180
Jumax   28 septembre 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
" La moindre raie de lumière m'empêche ce dormir. Mais je refusais les masques de sommeil depuis que j'en avais essayé un et que j'avais oublié, le lendemain matin, de le retirer. Pendant quelques minutes, j'avais été pris de panique, persuadé que que j'étais brusquement devenu aveugle. J'avais couru dans tous les sens comme une poule que l'on vient de décapiter, et après avoir basculé violemment par-dessus un tabouret, je m'étais démis l'épaule."
Commenter  J’apprécie          130
Jumax   16 octobre 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
"Mais je vous avez prévenu : pas de plaisir sans danger."
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipette   06 août 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
« Le problème, c’est que pour gagner beaucoup d’argent, nous n’avons pas besoin d’une littérature parfaite et grandiose. Ce qu’il nous faut, c’est une production moyenne, de la camelote, de la pacotille, des produits de masse. Toujours davantage. Des livres de plus en plus gros et de plus en plus creux. Ce qui compte, c’est le papier vendu. Pas les mots qui sont écrits dessus. » (p. 352)
Commenter  J’apprécie          112
Jumax   21 septembre 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
"De vieux livres rêvent du temps où ils étaient des arbres, où le charbon engendrait le diamant."
Commenter  J’apprécie          120
Sosoominouxxx   10 novembre 2019
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
Si l'une de tes phrases te rappelle la trompe d'un éléphant qui essaie de ramasser une cacahouète, c'est que tu dois méditer.
Commenter  J’apprécie          90
Ileauxtresors   15 septembre 2019
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
Ici commence l’histoire. Elle raconte comment je suis entré en possession du Livre sanglant, comment j’ai atteint l’Orm. Cette histoire n’est pas destinée aux lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles – à qui je recommande d’emblée de reposer cet ouvrage et de filer du côté de la littérature pour enfants. Hop ! Disparaissez, buveurs de camomille et pleurnicheuses, lavettes et trouillards : en ces lieux, la lecture demeure une authentique aventure ! Un mot que je définis à l’ancienne d’après le Dictionnaire zamonien : « Entreprise audacieuse motivée par le besoin de recherches ou de mouvement, émaillée de terribles menaces, de dangers imprévisibles qui débouchent parfois sur une issue fatale ».

Oui, je parle d’un pays où la lecture peut rendre fou. Où les livres risquent de blesser, d’empoisonner, et même de tuer. Seul celui qui est prêt à accepter le risque de me lire, à mettre sa vie en jeu pour avoir sa part de mon histoire, doit me suivre jusqu’au prochain paragraphe. Je félicite les autres d’avoir pris la lâche mais saine décision de rester en arrière. Bon vent, poules mouillées ! Je vous souhaite une longue et morne existence. J’agite la main en signe d’adieu !

Bien. Maintenant que la foule de mes lecteurs s’est vraisemblablement réduite à un groupuscule de téméraires, j’aimerais les accueillir cordialement – je vous salue, audacieux amis, vous êtes du bois dont on fait les aventuriers ! Mais ne perdons pas plus de temps et entamons notre périple. Car il s’agit bien d’un voyage qui nous mènera à Bouqinbourg, la Cité des livres qui rêvent. Nouez bien vos lacets, le chemin commence par sinuer dans un terrain rocheux et inégal, puis traverse une monotone campagne couverte d’herbes aux tiges serrées et coupantes qui vous arrivent à la taille. Pour finir, vous devez emprunter des sentiers obscurs, labyrinthiques et périlleux qui s’enfoncent dans les entrailles de la terre. Je ne peux prévoir combien d’entre vous feront demi-tour. Tout juste puis-je vous recommander de ne jamais perdre courage.

Et ne dites pas que je ne vous ai pas prévenus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipette   06 août 2012
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
« Je parle d’un pays où la lecture peut rendre fou. Où les livres risquent de blesser, d’empoisonner, et même de tuer. » (p. 9)
Commenter  J’apprécie          60
VALENTYNE   11 octobre 2014
La cité des livres qui rêvent de Walter Moers
Il y a dans l’alphabet Zamonien une lettre qui symbolise la quadrupédie et que l’on utilisent dans les noms de créatures qui ont plus de huit pattes. Cette lettre manquante dans notre alphabet , j’ai eu recours à la lettre X multipliée, procédé qui , à mon avis symbolise parfaitement la seizupédie . Cela ne signifie cependant pas que l’on doive prononcer les quatre X . Prononcer Tiqxxxxe comme si ce mot n’avait qu’un seul X.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur