AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Omnibus

Les éditions Omnibus est une maison d`édition parisienne fondée en 1988 et spécialisée dans la réédition des livres classiques de la littérature française et étrangère sous forme de sommes et d`intégrales. Omnibus fait partie du groupe des éditions Belfond. Ces éditions ont en particulier réédité l`œuvre complète de Georges Simenon. mnibus propose un catalogue de 370 titres : trouvailles ou redécouvertes, littérature classique, populaire ou de genre, anthologies d`auteur ou thématiques, dictionnaires ou ouvrages de référence.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
christianmounier0419
  12 juillet 2020
L'Histoire sans fin de Michael Ende
j'ai revu le film avec dans les yeux , un ravissement infini !incroyable eff"et miroir de ce tte histoire, une belle parabole:le reve, l'espoir, le courage.une quete initiatique, chacun etant l'acteur dans et de sa propre histoire.le néant , la mort, mais il suffit d'une étincelle et tout repart.le menteur et manipulateur, le bouffeur d'espoir, pour mieux asservir et soumettre, mais fantasia n'a pas de limites et c'est un enfant qui a perdu sa maman qui va le prouver ...ou un guerrier,qui a été mandé?une impératrice , en perdition, le pouvoir d' l'imagination , de l'émotion..quel que soit le moment dans sa vie ou l'on decouvre ou redecouvre cette belle histoire , c'est a chaque fois un enchantement, de nouvelles decouvertes!un recit à lire ,à passer et repasser , surtout lorsque adulte, les reves s'usent un peu !
Commenter  J’apprécie          10
LeScribouillard
  12 juillet 2020
Fables de Jean de la Fontaine de Jean de La Fontaine
La Fontaine, sorte de Lorenzaccio vivant, léchant les bottes du roi le jour, l'assassinant dans ses écrits la nuit. Oui parce qu'oubliez la version turbo-XIXe siècle qui voudrait que les Fables soient pour apprendre aux écoliers à bien se comporter et que les conseils ne pourraient pas également s'appliquer aux chefs d'État (Rousseau lui-même se rendit compte à quel point ces gentils poèmes avec des animaux anthropomorphes étaient en fait tellement trachosse qu'il en interdisait la lecture aux enfants...). Les morales sont presque toujours ambigües, la cigale pouvant être tout aussi bien considérée comme une bobo d'assistée se faisant remettre à sa place par une fourmi désireuse du fonctionnement optimal de sa start-up fourmillière que comme une intermittente du spectacle précarisée quand le Covid fut venu et abandonnée par un certain gouvernement trop occupé à distribuer des médailles en chocolat aux soignants plutôt que des moyens... Si vous avez été choqués petits par la cruauté des fables qu'on vous faisait réciter à l'école, c'est normal : elles sont d'une noirceur satirique effrayante, que l'ironie et le ton faussement léger rendent paradoxalement encore plus incisifs mais supportables. Il y a un avant et un après La Fontaine. Une fable, c'est désormais un genre, avec ses codes, ses degrés de lecture, les retournements de situation qu'on ne voit pas venir ; il y en a des bonnes et des mauvaises en fonction de la subtilité de leur chute. "Le vieil homme et le serpent", par exemple, c'est pour moi une des moins bonnes : on sait tout de suite que la bête recueillie va mordre son bienfaiteur, sans compter que le texte pourrait être parfaitement repris de nos jours par les sympathisants d'extrême-droite. "Le lion voulant se faire berger" (je n'ai pas pu retrouver le titre exact, mais ceux qui auront lu le livre sauront de quoi je parle), en revanche, c'est un must-have de tout ce qu'on avait lu jusque-là : avec ce twist où le coupable devient la victime, le fatalisme devient presque jouissif face à cet humour noir et cette implacable lucidité. Dans l'ensemble, on se retrouve avec un épais volume, des fois verbeux pour bien caresser le Roi-Soleil et sa cour dans le sens du poil, mais qui possède tellement de coups de poignard dans le dos qu'il constitue en quelque sorte un chef-d'œuvre méconnu face à l'ersatz dénaturé qu'on en a fait dans les primaires et les collèges. Encore une bonne raison de ne pas aller à l'école, les enfants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
puchkina
  12 juillet 2020
Le chien jaune de Georges Simenon
Maigret, dépêché à la Brigade mobile de Rennes, est appelé à Concarneau car un homme nommé Mostaguen s’est fait tirer dessus à la sortie de l’hôtel de l’Amiral. A son arrivée, Maigret fait la rencontre d’un groupe d’amis, Servières le journaliste local, le “docteur” Michoux et M. Le Pommeret autour duquel va se produire d’autres crimes. Les boissons qu’ils allaient s’apprêter à boire sont empoisonnées, Servières disparaît et M. Le Pommeret est retrouvé mort. Alors que l’inspecteur Leroy multiplie les recherches et les déductions, le commissaire observe et semble ne rien faire. Au grand dam de M. le maire qui le presse d’arrêter le coupable désigné, un vagabond qui se promène avec un chien jaune.

Le chien jaune est un roman très agréable à lire, qui cache sous son apparente simplicité, une construction habile. Maigret, avec ses airs ne pas y toucher, laisse tout le monde, adjoint, journalistes, élu local s’agiter, pour finir par leur livrer le fin mot de l’histoire. Épatant !
Lien : https://puchkinalit.tumblr.c..
Commenter  J’apprécie          10