AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Éditions Numeriklivres


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
valsing
  17 janvier 2018
Lettre d'une inconnue de Zweig
Un amour à sens unique, déchirant de cruauté. L'héroïne est folle d'un amour qui la fait sombrer, la démunit, la dépouille de jour en jour !

On s'identifie à cette pauvre femme par moment puis par d'autres moments on voudrait l'extraire de cette voie sans issue ! Peine perdue !!
Commenter  J’apprécie          110
DesPlumesEtDesLivres
  16 janvier 2018
Les sous-hommes connectés de Valéry Bonneau
Lire un essai pour les non-initiés du genre, fait toujours peur. On va nous déblatérer plein d’infos, on ne va rien comprendre. C’est sûr un bon petit roman est plus fun. Finalement, c’est avec surprise et délectation que j’ai lu Les sous-hommes connectés. L’auteur y emploie un trait d’humour et s’adresse à nous de manière à ce qu’on est l’impression d’être avec une connaissance qui nous expose son point de vue.



Dans cet essai, Valéry Bonneau pousse à l’extrême la connectivité dans notre quotidien. On peut sourire de cette fourchette qui vibre parce qu’on mâche trop rapidement, de ce matelas qui commande la mise en route de la cafetière au réveil, de la brosse à dent qui communique directement avec la mutuelle pour ajuster le coût de cette dernière en fonction de son utilisation etc. Et encore ce ne sont pas les pires ! Donc oui, ça fait sourire voire rire. Mais derrière l’humour de l’auteur, il y a une part de vrai. L’humanité tend à déléguer de plus en plus de gestes du quotidien à des machines, des applications, des robots. Jusqu’où irons-nous ?



Si vous voulez un aperçu de ce futur peut-être pas si lointain, n’hésitez pas à vous plonger dans Les sous-hommes connectés. Pour ma part, j’ai fait passer ce livre à mes proches (dont certains sont déjà trop connectés pour moi) et cela a amené pas mal de débats fort intéressants !



De plus, l’auteur fait quelques références à un de ses précédents écrits : Mon collègue est un robot (comment faire de la pub presque dissimulée lol), et cela m’a tellement intriguée que je pense lire ce livre en plus dans l’année.
Lien : https://desplumesetdeslivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marie-Nel
  13 janvier 2018
Les sous-hommes connectés de Valéry Bonneau
J'ai déjà eu le plaisir de découvrir Valery Bonneau avec Le goût de la haine, je le retrouve ici dans un style totalement différent, puisqu'il ne s'agit pas d'un roman mais d'un essai, portant sur différentes réflexions sur ce monde hyper-connecté dans lequel on vit, et qui pourrait le devenir encore plus. C'est pour moi une nouvelle façon d'appréhender l'auteur, car je le connaissais plus dans un genre plus noir, voir très noir, je vous invite à découvrir son site où il publie régulièrement des nouvelles, certaines font froid dans le dos.

Mais revenons à cet ouvrage. Très intéressant et qui, je dirais, tombe à pic, puisqu'on parle un peu partout de l'hyper-connecté et de mouvements venus du Nord de l'Europe comme le « Slow Life ». Là, pas question de ralentir le rythme, enfin si, disons que l'humain rentre dans le mode partisan du moindre effort puisque ce sont les choses qui pensent pour lui, réfléchissent pour lui, lui donnent des alarmes pour tout lui rappeler. Bref, l'homme en fait de moins en moins, c'est à se demander jusqu'où ça peut aller et quelles fonctions « naturelles » garderons nous ?

Le livre est bien construit et se lit d'une traite tellement il est passionnant étant donné qu'il parle d'objets du quotidien et nous nous sentons donc concernés personnellement. Tout d'abord, l'auteur nous fait un petit historique des inventions qui ont révolutionné le quotidien de l'homme, du téléphone au premier ordinateur, en citant des inventeurs et scientifiques renommés, un rappel important. Puis nous entrons dans le vif du sujet, Valery Bonneau a concocté une journée type dans ce monde où tout est chronométré, pensé, réfléchi, où rien n'est laissé au hasard. Cela va du matelas, la brosse à dents, la douche, la cafetière, le frigo, le smartphone puis la voiture bien sûr, la journée au travail, les loisirs, les voyages et même les plaisirs. Tout y passe avec des choses qui semblent complètement loufoques, mais si on avait dit à mon grand-père il y a 50 ans que je pourrais, moi, voir mes petits enfants à travers une caméra grâce à internet, il m'aurait sûrement dit de retourner me coucher.

Certains descriptifs font sourire, je repense en particulier à la valise à roulettes qui avance seule et sur laquelle on peut s'asseoir, comme l'auteur, je me demande quelle allure on peut avoir. Pour d'autres, on peut se dire, mais oui, c'est pas mal, et lorsque l'on se rend compte des conséquences que cela peut avoir, on revoit à deux fois son avis. Certains font par contre peur, jusqu'où peut-on aller ? Valery Bonneau traite tous ces sujets parfois d'une manière acide, ironique, avec humour aussi. Il donne des références pour des choses qui existent ou sont en projet. C'est en lisant George Orwell qu'il a eu l'idée d'écrire cet ouvrage, j'ai d'ailleurs retrouvé certains points communs entre ces deux auteurs et le célèbre 1984, même si Valéry Bonneau ne veut pas qu'on le compare à cet illustre écrivain, je pense que celui-ci serait fier de voir l'inspiration qu'il a pu créée chez ce jeune auteur grâce à ses écrits.

En tout cas, cet ouvrage pousse à réfléchir, sur ce que nous avons en ce moment, à ce que ce monde pourrait nous apporter, je partage beaucoup l'avis de Valery Bonneau, j'espère franchement ne jamais connaître ou arriver dans une telle société où comme dit l'auteur « L'avant, c'est ringard ! » Je pense que les choses du passé sont toujours intéressantes et que rien n'est à jeter, et qu'il faut surtout garder un « taux d'humanité » si on ne veut pas que la société court droit dans le mur. Mais comme le dit l'auteur, pas de défaitisme, juste une information juste pour essayer de parer au pire.

J'ai aimé cet essai, je me suis régalée du style de l'auteur, je continue de le suivre assidument, il parle d'ailleurs d'un autre de ses romans Mon collègue est un robot qui me tente vu l'analyse de cet ouvrage.

Un grand merci à Valery Bonneau pour m'avoir poussée à plus qu'une simple lecture, j'ai regardé autrement mon frigo ou mes lunettes et je préfère les garder comme ils sont...en tout cas, cela a amené à un beau débat à la maison entre les jeunes et moins jeunes.
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00