AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aubéron


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
JeanPierreV
  15 septembre 2020
Le Petit Chose de Alphonse Daudet
On a parfois l'impression de connaître un livre.... ....un livre dont on nous a parlé depuis l'enfance, un livre qui vient rapidement à l'esprit quand on évoque le nom de son auteur Alphonse Daudet

Un livre qu'on pense connaître..... sans pour autant l'avoir lu !

Nos instituteurs nous en ont parlé, sans toujours nous le faire lire...et pourtant quelle merveille!

Oui, j'ai honte, je ne l'avais pas lu et l'ai trouvé en furetant au rayon "Littérature classique" de la Médiathèque où je m'approvisionne.

Daniel Eyssette, est un enfant de famille modeste voire pauvre. À l'école il est le seul gamin de la classe portant une blouse. La famille était pourtant aisée, le père dirigeait une entreprise....mais les temps ont changé il dut fermer cette entreprise à la suite de la révolution de 1848. Toute la famille quitta donc son Midi natal pour rejoindre Lyon, en remontant le Rhône dans un bateau mû par une roue à aube.

Là-haut le gamin fut ignoré ou moqué par ses petits camarades...et lorsqu'il fut surveillant il devint "Le petit chose"parce qu'il était de petite taille ...un de ces êtres affublés d'un surnom et dont le prénom fut à jamais oublié. Pour tous il était à jamais 'Le petit Chose"....

Ce surnom, comme tous les surnoms collés avec méchanceté, affectera à jamais sa personnalité et donc son comportement. Notre gamin deviendra un être faible, pleurnichard parce que les élèves de la classe des moyens le prennent en grippe, éprouvant toujours des difficultés pour se faire respecter, et tenté par des basses vengeances, y compris bien plus tard dans sa vie.

Souvent ridiculisé il fut même tenté par le suicide...mais il y a un pas de la tentation au geste...

Il est devenu un sale bonhomme, pleurnichard, se lamentant de tout, incapable de réagir....ses malheurs viennent des autres, il en est persuadé. Pourtant un prêtre l'avait mis en garde : "tâche d'être un homme......j'ai bien peur que tu sois un enfant toute ta vie"... mais il ne l'a jamais entendu !

Devenu adulte, il aura de la peine à vivre de ses écrits, heureusement son frère était là pour le soutenir...et régler ses dettes

Mais le destin veille à tout....le destin plus qu'un changement voulu de comportement....mais je ne vous dis pas tout

Il y a sans doute une part d'autobiographie dans ce roman. En tout cas, Alphonse Daudet a indubitablement la capacité de nous faire vivre une époque à jamais révolue. Les plus anciens ayant eu à vivre dans une école gérée par les frères des écoles chrétiennes dans les années 50 retrouveront quelques traits sans aucune nostalgie...

Puis tout s'est très vite accéléré, le monde a très rapidement évolué...

Le livre, au delà des descriptions fouillées du comportement et de la personnalité du Petit Chose et des autres personnages, nous en apprend beaucoup sur ce système scolaire, sur cette vie et sur les mœurs de cette société, il y a une centaine d'années.
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
oumy1626
  05 août 2020
Le Petit Chose de Alphonse Daudet
Intéressant







Commenter  J’apprécie          00
Yanoune
  01 juillet 2020
Naïs Micoulin et autres nouvelles de Émile Zola
Naïs Micoulin.... mais qu'est ce que ce bouquin fout dans ma pile ?... souvient pas de l'avoir acheté, et encore moins lu...



La Provence, l'autre pays du fromage.. heu non, c'est pas ça... des fois mon cerveau mixe des trucs qui n'ont strictement rien à voir... faut-il que je consulte ?



Donc la Provence, le pays du soleil, des oliviers, de la lavande et de la bouillabaisse... ( obligé que je case un truc culinaire, obligé... d'ailleurs je la goûterais bien celle du père Micoulin).. là y a une famille de métayer, les Micoulin le père brutal, la mère et leur fille de vingt-ans la magnifique Naïs, ils bossent entre Aix et Marseille à la Blancarde pour une famille de bourgeois les Rostand ( rien à voir avec Edmond) Le père avoué, la mère bigote, le fils Frédéric étudiant dilettante.. il a le même âge que Naïs (vous voyez venir l'embrouille)...



Donc ode à la Provence...

Et vu qu'on est dans la nouvelle, Zola ne peut pas vraiment s'étaler comme il peut en avoir l'habitude parfois, nous ne sommes pas du tout dans l'inventaire, mais dans la précision, aux mots qui visent juste, cible verrouillée... parfait...

Nous somme dans l’historiette choubidette au premier abord, pleine de soleil, c'est les vacances..

♫ Est-ce que tu viens pour les vacances ? ♫

Mais comme on le sait avec Zola, le soleil et bien en général il peut cacher bien des choses, la face sombre de l'humain.. c'est pas parce qu'il y a du soleil, que les salauds prennent des vacances... Ou bien si, parfois ils en prennent et c'est pas Naïs qui dira le contraire..

Une petite nouvelle efficace et au final bien noire !



La deuxième nouvelle : Pour une nuit d'amour, m'a surprise, le sujet est à mon sens plutôt contemporain... Zola testait-il des trucs ?

La folie... obsessionnelle, amoureuse, meurtrière, le côté vaguement S/M, et le côté vaguement psychopathe... l'idée de nos jours est éculée.. d'ailleurs la preuve, si Zola c'était penché dessus...

Vite lu, pas désagréable, c'est plutôt amusant de voir comment il amène ça, mais pas transcendante non plus..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82