AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 7052 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nîmes , le 13/05/1840
Mort(e) à : Paris , le 16/12/1897
Biographie :

Alphonse Daudet est un écrivain et auteur dramatique français.

Fils d'un courtier en soierie, issu d'une famille aisée, Alphonse Daudet, est le benjamin de trois garçons.

En 1849, la famille s'installe à Lyon où Alphonse Daudet fait ses études secondaires. A la suite de la banqueroute de son père, il doit renoncer à poursuivre ses études et entre comme maître d'étude dans un collège à Alès (1855).

En 1858, il part rejoindre son frère à Paris et s'essaie au journalisme. Il collabore notamment au Figaro et publie un recueil de poèmes "Les Amoureuses". En 1860, il rencontre Frédéric Mistral et est introduit dans des salons littéraires. C'est là qu'il fait la connaissance du duc de Morny, dont il devient le secrétaire.

En 1862, poitrinaire, il part pour quelques temps en Algérie. A son retour en France, de nouveau malade, il s'installe dans le Midi et retrouve des amis avec lesquels il participe au mouvement de renouveau de la langue d'Oc. C'est en 1864, qu'il achète un moulin près d'Arles et décide de ne se consacrer qu'à l'écriture.

En 1867, il épouse Julie Allard, fille de marchands et rentre à Paris. Elle le soutient et l'encourage malgré les échecs de ses publications ("Le Petit Chose" en 1868 et "Les Lettres de mon moulin", en 1869). En 1870, pendant la Commune, il est incorporé dans la Garde nationale, mais refusant de prendre parti, il se retire à Champrosay.

Ce sont ses livres, "Tartarin de Tarascon" et "Les contes du lundi", qui lui apportent la célébrité et l'aisance matérielle. En 1879, il apprend qu'il est atteint d'une maladie incurable de la moelle épinière. Il souffre énormément et écrit entre les crises jusqu'en 1895. Personnalité influente parmi les écrivains de son temps, il siège, en 1896 à l'Académie Goncourt et en 1897, il affiche sa position anti-dreyfusarde.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il est l'heure de sortir une feuille de papier ! Comme chaque semaine, Rachid Santaki, invité d'Olivia Gesbert dans l'émission "En français dans le texte" sur France Culture, vous propose une dictée géante pour tester votre orthographe. Au programme du jour, un extrait des "Lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet (1869). Bonne écoute et bonne chance à tous ! Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤12DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (734) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   04 octobre 2013
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
Pour bien connaître les oranges, il faut les avoir vues chez elles, aux îles Baléares, en Sardaigne, en Corse, en Algérie, dans l’air bleu doré, l’atmosphère tiède de la Méditerranée. Je me rappelle un petit bois d’orangers, aux portes de Blidah ; c’est là qu’elles étaient belles ! Dans le feuillage sombre, lustré, vernissé, les fruits avaient l’éclat de verres de couleur, et doraient l’air environnant avec cette auréole de splendeur qui entoure les fleurs éclatantes. Çà et là des éclaircies laissaient voir à travers les branches les remparts de la petite ville, le minaret d’une mosquée, le dôme d’un marabout, et au-dessus l’énorme masse de l’Atlas, verte à sa base, couronnée de neige comme d’une fourrure blanche, avec des moutonnements, un flou de flocons tombés.



LES ORANGES.
Commenter  J’apprécie          670
Alphonse Daudet
Epictete   02 avril 2014
Alphonse Daudet
Où serait le mérite si les héros n'avaient jamais peur !

(Tartarin de Tarascon)
Commenter  J’apprécie          651
Nastasia-B   30 septembre 2013
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
- C’est ici que sont enterrés les six cents hommes de la Sémillante, à l’endroit même où leur frégate s’est perdue, il y a dix ans… Pauvres gens ! ils ne reçoivent pas beaucoup de visites ; c’est bien le moins que nous allions leur dire bonjour, puisque nous voilà…

[...]

Qu’il était triste le cimetière de la Sémillante !… Je le vois encore avec sa petite muraille basse, sa porte de fer, rouillée, dure à ouvrir, sa chapelle silencieuse, et des centaines de croix noires cachées par l’herbe… Pas une couronne d’immortelles, pas un souvenir ! rien… Ah ! les pauvres morts abandonnés, comme ils doivent avoir froid dans leur tombe de hasard !

Nous restâmes là un moment, agenouillés. Le patron priait à haute voix. D’énormes goélands, seuls gardiens du cimetière, tournoyaient sur nos têtes et mêlaient leurs cris rauques aux lamentations de la mer.



L’AGONIE DE LA SÉMILLANTE.
Commenter  J’apprécie          510
Nastasia-B   25 septembre 2013
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
J’arrivai à Eyguières vers deux heures. Le village était désert, tout le monde aux champs. Dans les ormes du cours, blancs de poussière, les cigales chantaient comme en pleine Crau. Il y avait bien sur la place de la mairie un âne qui prenait le soleil, un vol de pigeons sur la fontaine de l’église ; mais personne pour m’indiquer l’orphelinat. Par bonheur une vieille fée m’apparut tout à coup, accroupie et filant dans l’encoignure de sa porte ; je lui dis ce que je cherchais ; et comme cette fée était très puissante, elle n’eut qu’à lever sa quenouille : aussitôt le couvent des Orphelines se dressa devant moi comme par magie… C’était une grande maison maussade et noire, toute fière de montrer au-dessus de son portail en ogive une vieille croix de grès rouge avec un peu de latin autour.



LES VIEUX.
Commenter  J’apprécie          500
Nastasia-B   06 juin 2013
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
Si vous avez jamais passé la nuit à la belle étoile, vous savez qu'à l'heure où nous dormons, un monde mystérieux s'éveille dans la solitude et le silence. Alors les sources chantent bien plus clair, les étangs allument des petites flammes. Tous les esprits de la montagne vont et viennent librement ; et il y a dans l'air des frôlements, des bruits imperceptibles, comme si l'on entendait les branches grandir, l'herbe pousser. Le jour, c'est la vie des êtres ; mais la nuit, c'est la vie des choses. Quand on n'en a pas l'habitude, ça fait peur...



LES ÉTOILES.
Commenter  J’apprécie          491
Gwen21   24 juillet 2014
Tartarin de Tarascon de Alphonse Daudet
Avec cette rage d’aventures, ce besoin d’émotions fortes, cette folie de voyages, de courses, de diable au vert, comment diantre se trouvait-il que Tartarin de Tarascon n’eût jamais quitté Tarascon ?
Commenter  J’apprécie          501
Nastasia-B   22 octobre 2012
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
Tout autour du village, les collines étaient couvertes de moulins à vent. De droite et de gauche on ne voyait que des ailes qui viraient au mistral par-dessus les pins, des ribambelles de petits ânes chargés de sacs, montant et dévalant le long des chemins ; et toute la semaine c’était plaisir d’entendre sur la hauteur le bruit des fouets, le craquement de la toile et le Dia hue ! des aides-meuniers… Le dimanche nous allions aux moulins, par bandes. Là-haut, les meuniers payaient le muscat. Les meunières étaient belles comme des reines, avec leurs fichus de dentelles et leurs croix d’or. Moi, j’apportais mon fifre, et jusqu’à la noire nuit on dansait des farandoles. Ces moulins-là, voyez-vous, faisaient la joie et la richesse de notre pays.

Malheureusement, des Français de Paris eurent l’idée d’établir une minoterie à vapeur, sur la route de Tarascon. Tout beau, tout nouveau ! Les gens prirent l’habitude d’envoyer leurs blés aux minotiers, et les pauvres moulins à vent restèrent sans ouvrage. Pendant quelque temps ils essayèrent de lutter, mais la vapeur fut la plus forte, et l’un après l’autre, pécaïre ! ils furent tous obligés de fermer… On ne vit plus venir les petits ânes… Les belles meunières vendirent leurs croix d’or… Plus de muscat ! plus de farandole !… Le mistral avait beau souffler, les ailes restaient immobiles…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
rabanne   17 juillet 2017
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
Lorsqu'elle disparu dans le sentier de la pente, il me semblait que les cailloux, roulant sous les sabots de la mule, me tombaient un à un sur le coeur.



(Les étoiles)
Commenter  J’apprécie          474
Nastasia-B   02 octobre 2013
Lettres de mon moulin de Alphonse Daudet
De temps en temps, le coup de vent du large parvenait à se glisser dans la baie et enveloppait notre maison. On le sentait à la montée subite de la flamme qui éclairait tout à coup les visages mornes des matelots, groupés autour de la cheminée et regardant le feu avec cette placidité d’expression que donne l’habitude des grandes étendues et des horizons pareils. Parfois aussi, Palombo se plaignait doucement. Alors tous les yeux se tournaient vers le coin obscur où le pauvre camarade était en train de mourir, loin des siens, sans secours ; les poitrines se gonflaient et l’on entendait de gros soupirs. C’est tout ce qu’arrachait à ces ouvriers de la mer, patients et doux, le sentiment de leur propre infortune. Pas de révoltes, pas de grèves. Un soupir, et rien de plus !…



LES DOUANIERS.
Commenter  J’apprécie          440
Alphonse Daudet
Piatka   10 juillet 2013
Alphonse Daudet
Que de gens sur la bibliothèque desquels on pourrait écrire : "usage externe", comme sur les fioles de pharmacie !
Commenter  J’apprécie          450

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Alphonse Daudet

Quelle est la ville de naissance de Daudet ?

Paris
Grenoble
Strasbourg
Nîmes

12 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : Alphonse DaudetCréer un quiz sur cet auteur

.. ..