AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions du Rouergue

Les Editions du Rouergue ont été fondées en 1986 à Rodez, puis ont fusionné avec Actes Sud en 2005. La maison d`édition possède une ligue éditoriale tournée vers la littérature gastronomique, la littérature régionale et un catalogue nature et jardin régulièrement primée par des prix spécialisées. La maison s`est ensuite ouverte à d`autres genres comme le polar ou la jeunesse.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions du Rouergue



Dernières parutions chez Editions du Rouergue


Dernières critiques
cristalya
  30 mai 2020
Félines de Stéphane Servant
Ce roman semble au premier abord être un roman fantastique, mais il est en réalité bien plus que cela.



L'histoire correspond au témoignage d'un personnage qui est maintenant une Féline, ce qui correspond à une mutation arrivée du jour au lendemain sans qu'on ait le temps de la comprendre.

L'intrigue a de ce fait quelques lenteurs, puisque écrit sous cette forme de témoignage, qui part des éléments déclencheurs en passant par toutes les petites choses qui ont menées aux événements. Mais au final, on se rend compte que l'action et le fantastique ne sont pas le sujet du roman et ne servent que de support à quelque chose de plus général, de plus grand et plus social.



Derrière le texte, on comprend que c'est en réalité une sorte de critique de notre société ainsi qu'un appel à plus d'égalité, d'acceptation et de tolérance, et c'est par le biais de ce roman que l'auteur le fait. Il traite de sujets actuels de notre société, tout en rendant hommage à toutes les femmes. Parce que ce roman a un véritable aspect féministe, montrant que les femmes aussi peuvent être fortes, déterminées, indépendantes, et bien d'autres, et ce malgré les faiblesses humaines, peu importe le genre ou non-genre, que chacun a. Les femmes sont ainsi le point de central de ce roman, mais pas que. C'est aussi une histoire sur l'acceptation de tout un chacun, en acceptant les différences donc l'unicité de chacun. Des éléments forts qui résonnent en nous de part l'écho à notre réalité.



Dans un même temps, on voit comment, en un laps de temps restreint, les gens peuvent se retourner les uns contre les autres quand ils ont peur de la différence et de ce qu'ils ne comprennent et ne connaissent pas. On voit comment les extrêmes peuvent prendre place et à quel point cela peut être rapide et virulent, cruel.



Concernant les personnages, je ne peux pas dire que je me sois totalement attachée à eux, mais il y a réellement de l'empathie pour eux, pour ce qu'ils vivent, pour leur combativité tout en ayant leur part d'humanité. J'ai eu du respect pour leur combat, à faire tout pour qu'une place leur soit proposée dans la société au même titre que les autres.





En conclusion, un roman vraiment intéressant, qui sonne comme un rappel de notre réalité et société, une belle ode aux femmes et à la différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FelicieAussi
  30 mai 2020
La maladroite de Alexandre Seurat
Les premier mots : un avis de recherche et le descriptif d’une fillette disparue.



De part sa construction, nous ouvrons là un roman original : parti d’un fait réel, l’auteur donne la parole à tout l’entourage d’une petite Diana, qu’on devine décédée. Les protagonistes vont tour à tour parler avec leur mots et leur personnalité. Ils vont raconter Diana, cette enfant discrète, peu bavarde, au comportement parfois bizarre. Chacun y va de sa vision, de son interprétation et aussi de sa volonté à vouloir comprendre ce qu’elle a. Cette Diana qui n’est pas bien née, ou pas née sous les bonnes étoiles..



Nous allons écouter la grand-mère de Diana, aimante mais sans prise sur sa propre fille. Le dialogue est rompu, comme avec le reste de la famille : la sœur, le gendre, le grand frère de Diana. Parlerons aussi les directrices d’école successives, l’infirmière, les services sociaux, les gendarmes…



Petit à petit, le sujet du roman nous saute aux yeux, la maltraitance d’enfant. C’est le calvaire de Diana qui sera raconté, en filigrane.. car rien n’est dit, rien n’est avoué.. Tout est dissimulé, caché et deviné par l’entourage proche ou moins proche. D’un crescendo qu’on voudrait encore ralentir, la vérité éclatera bien assez tôt, mais trop tard pour la fillette.



On pourrait jeter la pierre aux services sociaux, au premier médecin scolaire.. Mais à qui la faute ? Manque de communication, de moyen, de persévérance, de droits ?? Quand l’un se heurte à l’indifférence d’une hiérarchie, l’autre se mure aux mensonges des parents contenus par leurs airs parfaits. On perçoit tout de même une lenteur dans la prise de conscience et la mise en route administrative. On attend toujours que … que quoi au final ?



« La maladroite » est un roman d’un genre et à l’écriture difficiles à appréhender. La narration style reportage est très spéciale, des mots jetés sur le papier, comme ils viennent, ceux d’une famille apathique et particulière, décousue, où les liens sont rompus. Pas de tournures de phrases, pourquoi mettre en scène, enjoliver l’horreur ?



C’est un court mais intense roman, déroutant. Il donne à réfléchir sur les difficultés à déceler et arrêter la maltraitance, même lorsqu’elle paraît évidente.



Le mot final vient jeter toute l’horreur qu’un être humain peu infliger à sa descendance.. J’ai refermé le livre écœurée, impuissante, et finalement meurtrie, un cœur de maman qui saigne…
Lien : https://felicielitaussi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CassandreBooks
  29 mai 2020
Generation K, tome 1 de Carteron Marine
Je ne vais pas mentir, je n'attendais pas grand-chose de ce roman. Le résumé ne m'attirait pas spécialement (d'ailleurs, je le trouve très fade et pas très représentatif de l'intrigue), mais j'ai quand même tenté. Après un prologue qui m'a agréablement surprise et beaucoup intriguée, la narration est passée sur Kassandre, et j'ai un peu déchanté. Je l'ai tout de suite trouvé beaucoup trop cliché. Yes, une métaleuse au caractère rebelle (juste vulgaire, en fait) qui s'habille en noir, exhibe ses boobs à tout va et a des parents riches et coincés. Vraiment, au début je n’étais pas emballé, parce que ce cliché sur les gens qui écoutent du métal, c'est plus possible (non, on n’est pas tous satanistes).

Mais booon je dois avouer que plus ma lecture avançait, plus on voyait de nouveaux traits de sa personnalité, et plus je m'attachais a cette sauvage. Et je me dis que la présenter de cette façon c'est sûrement fait exprès !

Puis, on rencontre d'autres personnages, Mina et Georges, qui sont eux aussi très attachant (pis, la relation entre Mina et Kassandre est trop mignonne.)

La narration m'a assez dérangé au début. C'est un langage assez cru, et on est directement dans la tête du personnage, comme si on entendait constamment leurs pensées. Je m'y suis habitué à la longue, mais ce n'est pas vraiment ce que je préfère.

Ce qui m'a surtout plu dans ce roman, c'est l'intrigue. Mine de rien, les antagonistes sont super stylés. Et surtout, ils ont des pouvoirs assez angoissants et les voir à l'œuvre m'a fait froid dans le dos. Le climat anxiogène est très bien retranscrit. Les personnages sont attachants, et il reste encore pas mal de mystères qui n'ont pas de réponses.

J'ai conscience que j'ai plutôt pointé les côtés qui m'ont dérangé, mais d'une manière générale, j'ai beaucoup apprécié ma lecture !

J'espère vite trouver le tome 2 pour avoir les réponses à mes questions, et continuer à suivre nos trois héros.

Et vous, avez-vous lu ce livre ?
Lien : https://www.instagram.com/ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01