AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Liana Lévi

Cette maison d`édition fondée en 1982 par la journaliste italienne Liliana Lévi édite une trentaine de titres dont une dizaine de poches par an. Elle dispose d`un catalogue de 400 titres, dans les domaines les plus divers : essais, témoignages historiques, romans policiers, beaux livres, et littérature étrangère et française qui se répartissent sur les sept collections de la maison.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Liana Lévi



Dernières parutions chez Liana Lévi


Dernières critiques
Passagealest
  16 novembre 2018
La jolie Madame Seidenman de Andrzej Szczypiorski
L’histoire d’Irma Seidenman aurait sans doute été tout à fait différente si celle-ci n’avait été blonde et jolie. Car le roman a pour point de départ quelques jours de l’année 1943, dans Varsovie occupée par les troupes nazies, et la jolie Madame Seidenman est juive.



Outre qu’elle est blonde et jolie, Madame Seidenman a une deuxième chance : elle est la veuve du docteur Ignacy Seidenman, radiologue reconnu. Ainsi, lorsqu’elle est arrêtée malgré ses bons faux papiers d’aryenne, tout un réseau d’amis et d’anciens patients du couple se forme pour la sauver de la prison nazie et d’une mort certaine.



De l’incarcération de Madame Seidenman à son retour chez elle à la fin du roman, il ne se passe pas plus de deux jours. Pourtant, les quelque 300 pages qui font le roman forment le portrait, comme concentré dans une goutte d’eau, d’une société et d’une période beaucoup plus larges. La personne de Madame Seidenman, et son arrestation, ne sont en effet presque qu’un prétexte, un fil qui apparait et disparait au fil des pages et permet de relier le temps de quelques heures les personnages disparates qui œuvreront à la maintenir en vie : un timide spécialiste de langues anciennes, un tout jeune étudiant participant au trafic d’œuvres afin de subvenir aux besoins familiaux, un cheminot familier des luttes sociales et politiques d’avant-guerre, un Allemand de Pologne, et leurs propres parents et amis.
Lien : https://passagealest.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kitou94170
  16 novembre 2018
La vie parfaite de Silvia Avallone
« D’acier » fut pour moi un énorme coup de cœur, un vrai choc que je ne suis pas prête d’oublier. Avant d’entamer la lecture de « La vie parfaite » je me suis donc légitimement poser la question : est-il possible de réitérer un roman aussi fort ? De plus, n’ayant pas lu pour le moment d’autres livres de Silvia Avallone je suis donc passée directement de « D’acier » à « La vie parfaite ».



Comme pour son premier roman, l’auteur a situé son récit dans une cité pauvre d’Italie, « la cité des Lombrics », près de Bologne. L’histoire s’articule encore une fois autour de deux femmes.



L’une, Adèle adolescente de 17 ans dont la situation familiale et sociale est plus que précaire ; l’autre, Dora professeur d’italien habitant un quartier chic de la ville, socialement privilégiée et nantie. La première est enceinte de son petit ami Manuel, petite frappe du quartier, emprisonné pour meurtre. La seconde est en proie à une très grande souffrance proche de la folie du fait de l’incapacité de son couple à avoir un enfant et qui voit celui-ci s’effriter irrémédiablement au fil des FIV et des micro-injections non réussies.

Rien ne lie ces deux femmes issues d’un milieu si opposé si ce n'est la maternité. Mais un lien impossible et inattendu entre ces deux souffrances extrêmes va se créer en la personne de Zéno, élève brillant de Dora et ami fidèle secrètement amoureux d’Adèle.



Avec « la vie parfaite », Sylvia Avallone nous offre de nouveau un roman social dans lequel nous retrouvons cette jeunesse italienne totalement sacrifiée croupissant dans des banlieues tristes où la précarité domine inlassablement. Mais c’est le thème de la maternité qui en est le sujet principal : maternité ardemment désirée pour l’une, accidentelle et subie pour l’autre, thème abordé d’une manière émouvante et avec talent par l’auteur.



Malheureusement, même si j’ai retrouvé une grande humanité et une sobriété propre à l’écriture de la romancière, il m’a manqué ce souffle et cette force romanesques splendides qu’il y avait dans « D’acier » ainsi que cette profondeur dans la description des personnages et de leurs émotions.



Bien sûr cela est mon ressenti propre. Il est indéniable que ce roman est beau et touchant et que je vous invite à le lire. En ce qui me concerne, je vais continuer à suivre cette auteure et vais sans aucun doute me plonger dans une autre de ses histoires.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mimi5751
  16 novembre 2018
Kisanga de Emmanuel Grand
C'est l'histoire d'une grande arnaque sur la bourse et les actions d'une société française qui s'associe avec des chinois

et au final se font bien attraper car au lieu du gros paquet de fric que ils pensaient se faire leur société ne vaut plus rien.

Olivier Martel un ingénieur qui travaille dans les mines de la société Carmin est mandé avec 3 autres collègues pour aller en Afrique plus précisément au Congo ou une grosse mine doit s'ouvrir et qui s'appellera Kisanga mais comme Olivier est curieux et que il trouve certaine chose bizarre il va explorer les terrains qui seront à Carmin mais il s'aperçoit que les terrains des chinois sont les plus riches et ceux de Carmin ne valent rien de rien et à partir de là commence la bataille pour sa vie car un journaliste français entre en contact avec lui. Ce journaliste avait soulevé un lièvre il y a 20 ans " l'opération Antioche " des photos ont été faites et le gouvernement français les veut absolument d'ou l'envoi de mercenaires mais lisez le et vous saurez la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10