AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elyzad


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Elyzad


Dernières critiques
MaKaM
  03 juillet 2022
Bel abîme de Yamen Manai
La Rage.



{Bel abîme}

Yamen Manai

@editionselyzad



Entre nous , si j’avais 15 ans aujourd’hui, dans ce monde défiguré par la sauvagerie des hommes , je ne sais pas comment je ferais pour étreindre ma colère avant qu’elle ne dévore mes rêves…



La réponse est peut-être dans ce roman.



Le pitch :

Face à des psy et à son avocat , un adolescent tunisien raisonne sa dérive, verbalise sa violence et dénonce les injustices.

Surtout, il raconte l’amour.



C’est un texte court que j’ai lu dans un train entre Bordeaux et Paris, dans un seul souffle.



Je l’ai pris en plein plexus solaire.

Il rayonne.



Un chaos à la fois perturbant, beau et bruyant.

Il raisonne du bruit de la rage qui cogne le cœur des mômes et embrase les rues d’un pays.



Dans ce huis-clos qui libère la misère, l’humanité se fait chienne, amante inconditionnelle.



Ce texte m’a bouleversée , ce bel abîme. Hommage à la révolte .

Littéralement.

Dans sa fulgurance à s’arrimer au beau.

Monstrueusement.

Dans sa saleté balayée par les mots et les livres.



J’en suis ressortie émue, secouée par la poésie qui le drappe de lumière , la boule au ventre, aussi, et l’envie piquante d’hurler « mort aux cons» le cœur gros d’amour.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
MediathequeSaintPaulien
  02 juillet 2022
Que sur toi se lamente le Tigre de Émilienne Malfatto
Le Livre du Mois de juillet 2022

Roman polyphonique

Texte court, mais puissant, dénonçant la condition déplorable de ces femmes musulmanes.

Dans l'Irak rural d'aujourd'hui, le destin de la jeune fille est scellé. Sous domination masculine. elle sera une fille, une épouse, une mère.

La faute sera mortelle, les membres de la famille seront sans pitié et solidaire.

A l'heure où les talibans reprennent le pouvoir, où même l'Amérique chavire, la cause des femmes reste un combat, la vigilance une nécessité.
Commenter  J’apprécie          100
nilebeh
  30 juin 2022
Que sur toi se lamente le Tigre de Émilienne Malfatto
J'ai depuis toujours une immense admiration pour les œuvres d'art de la civilisation mésopotamienne. depuis toujours je rêve de Tigre et d'Euphrate, de taureaux ailés et de génies, ces statues monumentales au milieu desquelles j'ai longuement flâné au Louvre dès mon adolescence. Beauté et sérénité qui invitaient à la poésie et à la méditation.



Et me voilà en soixante-dix-neuf pages projetée dans l'époque actuelle, avec de vrais gens qui prennent la parole et racontent, brièvement, douloureusement, ce qui se passe aujourd'hui dans la même région devenue en partie l'Irak. La guerre, les milices, les morts, les gens défigurés ou handicapés à vie. L'horreur.



Mais ce n'est même pas ça le sujet qui suscite le plus notre empathie, notre chagrin, notre colère.

C'est ce qu'il advient d'une jeune fille qui, son amoureux étant sur le point de partir à la guerre, se donne à lui. Ce qui aurait pu être le point de départ d'une vie d'amour, de couple, de famille, se transforme en poison mortel. Sous l'abaya noire, triste à mourir, le désir de vie et d'amour. Dans les yeux du maître de famille, la condamnation à mort. Avec l'assentiment silencieux d'une mère, d'un frère, d'une sœur.



Ce qui est révoltant, et tellement triste, c'est le consentement tacite, le silence résigné des « autres », ceux de la famille qui n'approuvent pas la décision du maître de punir la jeune amoureuse souillée, au nom de l'honneur de la famille, au nom de la peur du qu'en dira-t-on.



C'est révoltant, c'est vrai, au XXIème siècle. Mais regardons derrière nous, pas très loin, les images de la première moitié du XXème siècle. Combien de filles chassées par leurs parents ou mariées en hâte au premier volontaire (bien rétribué) venu, pour cacher la honte d'un ventre qui s'arrondit précocement ? Combien d'avortements mortels ou invalidants, toujours traumatisants ? Combien de suicides ?



Ce livre ne nous apprend malheureusement rien sur la condition féminine dans de nombreux pays du globe, mais reste un coup de poing, un choc. Inacceptable.



C'est le premier roman d'une reporter-photographe de guerre active notamment en Irak . Ses mots percutants, la parole donnée aux personnages et au Fleuve, le Tigre, alternent poésie triste et parole résignée, en une ronde fantomatique « sous le regard tutélaire de Gilgamesh, héros mésopotamien porteur de la mémoire du pays et des hommes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156