AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aux forges de Vulcain


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Aux forges de Vulcain


Dernières critiques
fleurdesfagnes
  21 novembre 2019
Un funambule sur le sable de Gilles Marchand
Une ode à la différence !... Emportée par l'originalité de ce conte empreint de réalisme magique sur la singularité abordée avec fantaisie, tout en finesse et dont la petite musique m'accompagne encore.
Commenter  J’apprécie          00
Le_chien_critique
  21 novembre 2019
Pardon, s'il te plaît, merci de Charles Yu
Pardon Charles Yu, mais tes textes de jeunesse sont de valeurs assez fluctuantes, alors,

S'il te plait, ne m'en tiens pas rigueur car j'aime ton regard absurde, oblique, surréaliste sur l'imaginaire.

Merci.



A l'instar d'un Ken Liu, Charles Yu utilise les tropes de la science-fiction pour nous parler de la société d'aujourd'hui, Il garde ici son ton absurde, voir surréaliste que l'on pouvait déceler dans son Guide de survie pour le voyageur du temps amateur qui, sous prétexte de voyage dans le temps décalé, nous parlait d'une relation père/fils très crédible.

Un recueil qui ne dépare pas dans le catalogue des Forges de Vulcain, qui nous sort régulièrement des textes atypiques aux frontières des genres et nous font sortir des sentiers balisés de la SF. Ici, nous sommes dans le jeu littéraire, nous entrons de plein pied dans la tête de l'écrivain ou encore dans les pensées des personnages qui se savent le jouet d'un narrateur joueur.

Paru initialement en 2012, ce sont donc des textes de jeunesse, et il faut séparer le bon grain de l'ivraie, certaines nouvelles n'ayant pas eu ma préférence, l'auteur, à mon sens, se regardant plus écrire pour l'expérience en tant que t'elle, en oubliant le lecteur qui veut une histoire qui tienne la route.

Un recueil qui plaira à celles et ceux qui aiment les mises en abîme, un fond critique qui n'oublie pas la forme littéraire.

Petit tour d'horizon des quelques textes qui ont eu ma préférence





Pack de solitude standard

Un employé d'une sorte de call center nous dévoile ses états d'âme et son laborieux travail. Mais ici, nous sommes dans le futur, la technologie a fait un bon en avant, et ce n'est pas du SAV, la vente de fenêtre ou de plat minceur qui occupe les journées des travailleurs. Un scénario qui aurait toute sa place dans la série Black Mirror. La solitude des sociétés modernes prend ici tout son sens, pas le temps de s'apitoyer sur les malheurs de la vie quotidienne, d'autres sont là pour ça. Si l'argent peut tout acheter, que nous reste t-il ? Une nouvelle effrayante dont la chute manque cependant de piquant, dommage.



Jeu de Tir à la Première Personne et Le Héros subit des dégâts considérables nous entraine dans les méandres du jeu vidéo, via les zombies et le jeu de rôle. Même si elles se lisent facilement, il manque cependant d'universalité dans le propos et s'oublient rapidement une fois la dernière page tournée.



Inventaire : un texte autour du travail de création de l'écrivain et de ses personnages toujours remis sur le métier chaque jour. Et si ce personnage avait conscience de soi, que penserait il de lui, de son créateur ? Est ce que cette histoire est en partie autobiographique ? Ou simplement imaginé. Tant de questions....



Note à moi même joue aussi de la mise en abyme, ici via la rencontre du narrateur avec lui-même issu d'un monde parallèle. Que se passerait-il dans cette situation, une réponse loin d'être simple



Yeoman

Nous voici dans la peau d'une équipe de Star Trek qui enfile les missions à la chaine et de son yeoman qui doit mourir pour les besoins de l'épisode. Cela m'a fait penser au Redshirt de Scalzi . Complètement barré, absurde mais drôle, loufoque et assez intelligent sur le fond.



Émotion griffée 67 nous emmène à l'écoute du discours annuel sur les résultats et projets du PDG d'une multinationale pharmaceutique. Toujours aussi décalé, la diatribe est cependant valable et légèrement effrayante..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Actualitte
  19 novembre 2019
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Un premier roman de qualité sur les racines qui se rappellent à nous, même lorsqu’on croit les avoir maîtrisées. Un roman d’amour, oui, mais qui ne tombe jamais dans le mièvre ou la facilité. Un de mes coups de cœur de la rentrée !
Lien : https://www.actualitte.com/a..
Commenter  J’apprécie          00