AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Lux Éditeur


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Lux Éditeur


Dernières critiques
AmyFarrah
  24 mai 2022
Les Rougon-Macquart, tome 3 : Le Ventre de Paris de Émile Zola
Superbe roman de Zola. Magnifique, édifiant et révoltant tout à la fois. On y trouve le thème du bouc émissaire, mais aussi des portraits qui, pour n'être pas dessinés au vitriol, n'en sont pas moins gênants car on ne peut manquer d'y voir, par ci par là, nos propres défauts portés à une exacerbation qui au pire nous embarrassera, et au mieux nous avertira des pentes où il ne faut pas glisser. La mesquinerie, l'avarice, la calomnie sont réunies dans un seul personnage, que je ne nommerai pas - je vous laisse l'identifier - et dont il faut se garder. "Never complain, never explain" est la devise de la famille royale d'Angleterre, on ferait bien de l'adopter quand on flaire de telles personnes, et elles pullulent hélas... D'autres personnages, à la langue trop bien pendue, au langage ordurier, attisent des querelles, des jalousies, des rivalités, et au milieu se glissent ni vu ni connu, des profiteurs et des fainéants, vivant aux crochets de ceux qui se tuent au travail pour amasser un magot ou au moins finir leur vie sans privation. Il y a tant de choses dans ce roman... Il y a les Halles aussi, et toute la documentation, le vocabulaire, que Zola a recueillis pour peindre ce tableau tout en contrastes : la chair et le métal, le parfum des fleurs et la forte senteur des fromages et des poissons, la fraîcheur et le pourrissement, la douceur sucrée des fruits et la mise à mort des animaux, la coquetterie proprette des marchandes et les tourments de leurs âmes perverties, les sourires et les insultes... Quand on arrive à la fin, on est près de suffoquer et le dénouement terrible pour les uns, remettra en place pour les autres un équilibre fondé sur les compromis et l'idolâtrie de la chair. C'est le troisième Rougon-Macquart que je lis, en suivant l'ordre de parution des romans, mais Zola conseillait de lire la saga dans un ordre différent. Vous le trouverez facilement sur wikipédia ou ailleurs. je vais rectifier mon parcours en lisant par la suite "Son Excellence Eugène Rougon" .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Kirhane
  23 mai 2022
Les Rougon-Macquart, tome 16 : Le Rêve de Émile Zola
Je ne savais pas que Zola pouvait être romantique – au sens littéraire – à ce point là. Le rêve est un roman assez étrange entre le conte de fée et la tragédie romantique par excellence. On y retrouve une orpheline recueillie par un gentil couple sans enfant, qui tombe plus tard amoureuse d’une sorte de prince. Raconté ainsi, sans donner le titre, ni l’auteur, je n’aurais jamais pensé qu’il pouvait s’agir d’un Zola ( ma première expérience avec cet auteur étant le très classique Germinal, ce n‘est tout de suite pas la même ambiance ). J’aime beaucoup l’écriture de Zola, à la fois précise sans jamais manquer d’une certaine beauté mélodieuse et ne tombant jamais dans la froideur malgré son grand réalisme. L’histoire nous laisse flotter dans une douce mélancolie, brumeuse comme un rêve, très agréable, malgré sa tristesse profonde.
Commenter  J’apprécie          00
Vermeer
  22 mai 2022
Les Rougon-Macquart, tome 17 : La bête humaine de E. Zola
Un très bon Zola presque policier proche de Thérèse Raquin. Des meurtres, des faux accusés par une justice plus soucieuse de la préservation de la société bourgeoise et de l'ordre établi que de la recherche des vrais coupables, un Jacques Lantier, assassin malgré lui, héritier d'une famille alcoolique qui lui a vicié le sang qui tente de calmer ses pulsions meurtrières incontrôlables à la tête de sa locomotive, la Lison, personnage à part entière.

Un roman sur les chemins de fer, sur la folie mécanique, symbole de la folie des hommes, de la vitesse, du progrès, sur l'instinct plus puissant que la raison, opposition que l'on retrouve jusque dans le titre oxymorique.
Commenter  J’apprécie          130