AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions L`Express


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions L`Express



Dernières critiques
Horizon_du_plomb
  13 décembre 2018
Les morts à la con de l'histoire de Dimitri Casali
« La mise à mort sera d'une barbarie rare: ils lui introduisent « un fer de plombier chauffé au rouge dans ses parties secrètes afin qu'il brûle les parties internes au-delà des intestins » (…) On a dit qu'Isabelle aurait choisi cette méthode terrible afin de punir son mari « par là où il avait pêché ».  » (Isabelle de France surnommée « la louve de France » et à l'image de son père Philippe le bel)



« Marguerite Steinhell est ainsi affublée du sobriquet peu élogieux de « pompe funèbre ». »



« Cook comme Marion Dufresnes ont prouvé que les explorateurs pouvaient aussi être comestibles. » (En perspective avec le mythe du gentil sauvage de Rousseau)



Voilà un livre qui se veut un peu le dessous des mythes historiques. Il tente aussi de rappeler de grands faits historiques via des destins d'hommes présentés en billets. Pour s'en convaincre, il suffit de savoir que les morts particulières des personnages représentent souvent juste 20 % du billet en général, on explique plus leur vie et c'est normal. À coté de quelques grandes figures internationales de l'Histoire, le livre va conter beaucoup de destins français ou rattachés à la France.



Honnêtement, c'est un livre dont j'ai voulu arrêter la lecture pas mal de fois tant je n'accrochais pas mais je l'ai terminé parce que c'est un cadeau et que, surtout, cela correspondait à une période où il me fallait une lecture par courts passages. Le problème étant que cela a été quand même prise de tête.



« Libéré par un commando SS le 12 septembre, il (Mussolini) est installé par Hitler dans la ville de Salò dés la fin du mois et instaure une république sociale particulièrement radicale et sanglante. » (Épisode dont s'inspirera Pasolini pour les 120 journées de Sodome)



Malgré cela, j'ai été étonné comme certaines personnalités historiques ont pu changer du tout au tout, passer d'un camp à son opposé (par ex Vercingétorix, Mussolini). J'ai été aussi surpris par la fin d'Antoine. La voie des hommes est parfois bien étrange.



« Ainsi naît la guillotine, largement inspirée de prototypes existants, comme la Maiden (la Vierge) écossaise (…) »



Un livre qui confirme que, pour moi, quand on parle Histoire, je veux de la systémique et pas de l'évènementiel (qui est d'ailleurs trop sujet à propagande de vainqueur). Pas sûr que le livre rende l'Histoire amusante en fait, les résumés vont trop vite et frôlent le billet fait divers. Le livre rappelle pas mal quand on a une bonne culture générale mais j'ai aussi appris pas mal d'éléments … pour les oublier aussitôt. Le livre m'a vraiment donné l'impression que je n'en garderai rien.



« À ce moment-là, le bon roi sort définitivement de l'Histoire… jusqu'à ce qu'on retrouve sa tête dans la cave d'un couple d'antiquaires en 2008 » (sur Henri IV)



J'ai préféré les histoires en lien avec les sciences ou les arts mais simplement parce que cela me correspond plus. Au contraire, celles sur les conquêtes, les rois et les frontières m'ont lassé. Les carrières militaro-politiques doublées de récits de batailles n'arrêtent pas de se ressembler si bien qu'on n'en retient qu'une masse confuse. Pour Tycho, à ceux qui ne le savent pas, il faut rajouter que ce sont ses observations qui ont donné lieu aux lois de Kepler et à l'hypothèse des orbites elliptiques. Quant à Evariste Gallois, il est le père de la théorie des groupes (utile en cristallographie et en physique des particules entre autres). Par contre, on ne parlera pas de Schwarzschild qui a pourtant fait ses calculs sur le front russe de la guerre 14-18 avant d'y mourir.



« Le pied sur le dos de son captif, le roi perse a pris l'habitude de le narguer en déclarant avec un sourire perfide : « Voilà pourtant l'histoire vraie, bien différente assurément de celle que les Romains aiment à peindre sur les tableaux ou sur les murs. » »  (Valérien l'empereur fait esclave puis écorché)



Au final, les puissants, c'est chiant, cela passe souvent complètement à coté du réel et rien ne vaut l'instant présent. Cette lecture a été pour moi une victoire à la Pyrrhus que je ne conseillerai pas en lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jeromeclady
  22 août 2018
Histoire secrète du Vatican de Corrado Augias
franchement il est bien un peut compliquer quand meme mais comme je suis pas vraiment religion j ai abandonner
Commenter  J’apprécie          00
pieta
  07 janvier 2018
101 questions pièges de l'entretien d'embauche de Daniel Porot
Utile

par le monsieur référence de ce sujet
Commenter  J’apprécie          00