AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Headline


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
LeManegeDePsylook
  06 mai 2021
Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness
La raison qui m’a poussée à commencer cette lecture est la série télé : je tenais absolument à lire la trilogie avant.

La raison qui m’a poussée à terminer ce roman est que j’en avais besoin pour valider la lettre H de mon challenge ABC Imaginaire 2021, sinon je l’aurais abandonné… j’aurais peut-être mieux fait.



Diana Bishop est une historienne spécialisée dans l’alchimie, elle est également fille de deux sorciers puissants et a pris la décision de ne plus utiliser la magie depuis le décès de ses parents à ses 7 ou 8 ans. Elle fait des recherches dans la bibliothèque la Bodléienne à Oxford et demande à emprunter l’Ashmole 782, un livre ancien qui a été perdu (passons le fait qu’elle ait pu sortir de la réserve un livre qui a disparu… je ne suis pas bibliothécaire, mais le bouquin ne devrait pas être retiré du catalogue ? Ça me paraît assez incongru toute cette histoire !).

Peu de temps après, des sorcières, des démons et des vampires envahissent la bibliothèque, faisant semblant de lire, mais ils guettent Diana.

Matthew Clairmont, vampire de son état, en fait partie. Il suit l’héroïne, fouille son appart à la recherche du livre perdu et finit par s’éprendre de l’héroïne.

Voilà voilà, je vais arrêter le résumé là parce que jusqu’à ce point, c’est à peu près intéressant… et après, c’est de mal en pis.



Oui, cette lecture m’a exaspérée. Je pensais que rien ne pourrait être pire que la relation amoureuse malsaine qu’entretiennent Diana et Matthew, mais je me trompais.

Le vampire est protecteur à l’extrême et, en très peu de temps, ça se transforme en possessivité. Il est incapable de se réfréner. Il est colérique et autoritaire (un vrai tyran !), il donne des ordres à tout le monde autour de lui et il faut lui obéir… au point que Diana a eu peur de lui au début. Alors pourquoi se lancer dans une relation aussi néfaste ? Et quand ce n’était pas lui qui m’énervait, c’était elle : à son contact, elle devient semblable à lui, au point de se montrer agressive sans raison envers ses tantes.

Et puis les personnages que j’appréciais au début, comme Sarah et Em ou Ysabeau et Marthe, ont fini par m’horripiler à force de côtoyer les héros de ce roman.



Comme je l’ai dit plus haut, j’aurais dû m’arrêter (avant la page 650), ça n’aurait été qu’une déception. Mais j’ai continué : cette lecture n’en est devenue que plus laborieuse et j’ai fini par la détester. La tournure que ça prend est digne d’un twilight… ne soyons pas mauvaise langue, l’auteur a fait beaucoup de recherches ou a des connaissances poussées en histoire ce que j’ai aimé même si le savoir distillé n’était pas intégré de manière fluide au récit. Mais pourquoi a-t-elle poursuivi son histoire dans cette voie ? Pourquoi vouloir que Matthew puisse procréer ? Tain, c’est un vampire ! Un machin mort qui peut certes engendrer d’autres vampires mais pas procréer avec une femme ! Grrrrr !

Ça m’horripile au point que maintenant, je ne veux même pas voir la série. Et sans surprise, je ne lirai pas les prochains tomes.



Bref, je vais m’arrêter là, parce qu’à force de ruminer tous les points noirs de cette histoire, ça me fout de mauvais poil. Il est évident que j’ai détesté cette lecture.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BOOKSANDRAP
  04 mai 2021
Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness
J'ai adoré. Ça fait longtemps que je souhaitais me plonger dans cette histoire sans jamais oser sauter le pas. Et puis en parallèle d'une autre lecture papier, je l'ai entamé en audio... sans jamais plus réussir à le lâcher.





J'ai principalement adoré les 200 premières pages. On nous plonge dans une ambiance très particulière, dans la bibliothèque d'Oxford, en compagnie de Diana une des dernières sorcières du clan Bishop. On y découvre un ancien manuscrit, des clans ennemis, un amour interdit... cette première partie m'a littéralement enchantée.





C'est très immersif, l'univers est très travaillé, il y a beaucoup de descriptions. L'auteure prend son temps pour nous pondre un univers très complet, il y a certaines lenteurs, des scènes qui ne sont là que pour étoffer l'univers mais j'ai adoré ça. On peut passer des pages entières sur une dégustation de vin ou un cours d'histoire mais c'est ce qui rend l'histoire si riche.



La plume est d'une grande qualité. Tout est soigné. J'ai été complètement charmée par l'ambiance et par l'univers mais aussi par la relation que commence à nouer Diana et notre mystérieux vampire Matthew Clermont.





Et puis l'histoire prend un tour un peu plus différent passé 250 pages. Et même si je continuais à adorer ce que j'écoutais/lisais j'étais un peu moins happée.

Il y a une grosse part de romance. Elle débute assez tôt dans le récit et prend beaucoup de place dans l'intrigue.



Honnêtement j'ai été conquise. Il se passe beaucoup de chose, on découvre de nombreux personnages qui sont tous très charismatiques. On prend le parti de nous développer chacun d'eux et nous montrer qu'ils ont tous une part sombre et lumineuse en eux. J'ai aimé qu'ils soient aussi nuancés.

En bref je suis très heureuse d'avoir pu découvrir ce premier tome et je suis déjà impatiente de découvrir la suite. C'est un bouquin dans le même esprit que la saga des Chroniques de Mackayla Lane. Je recommande !!!


Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ariadne01
  04 mai 2021
American Gods de Neil Gaiman
Dans une Amérique brisée, entre mythologie égyptienne et scandinave, parcourant les chemins déserts des espaces les plus vastes, Shadow poursuit, semble-t-il, la fin. S'il la trouve malencontreusement au détour d'un arbre indifférent à l'humanité, il découvre cependant l'infinité de la plaine qui n'accueillera aucun de ces multiples dieux qui ont touché le sol américain.

C'est un récit lent, lourd de réflexions et d'attention, dont les nombreuses causes n'auront au final qu'une conséquence.
Commenter  J’apprécie          60