AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.98/5 (sur 2662 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Granville, New York , le 12/06/1931
Mort(e) à : West Country, Angleterre , le 14/12/2005
Biographie :

Trevanian est l'un des pseudonymes de l'écrivain américain Rodney William Whitaker.

Dans sa jeunesse, il vit plusieurs années dans la ville d'Albany, capitale de l'État de New York, une période qu'il raconte dans "The Crazyladies of Pearl Street" (2005), son dernier ouvrage publié.

Il entreprend des études supérieures et obtient une maîtrise de théâtre à l'Université de Washington et un doctorat en communications et cinéma à l'Université Northwestern, sise en banlieue de Chicago.

Il se destine ensuite à l'enseignement et devient professeur au Nebraska, puis sert dans la Marine américaine pendant la guerre de Corée. Plus tard, il reçoit une bourse Fulbright pour étudier en Angleterre.

Il devient ensuite professeur, puis directeur du département de communications de l'université du Texas à Austin pendant de nombreuses années. Quand le succès littéraire le lui permet, il quitte ce poste et vit pour de longues périodes, avec sa famille, dans la campagne basque française.

Dans les années 1970, il amorce une carrière d'écrivain et choisit le pseudonyme de Trevanian en l'honneur de l'historien britannique George Macaulay Trevelyan (1876-1962).

Il a 40 ans quand paraît son premier roman "La sanction" ("The Eiger Sanction", 1972). Le roman est adapté au cinéma en 1975 sous le même titre par Clint Eastwood avec le réalisateur dans le rôle de Jonathan Hemlock et Rodney Whitaker comme co-scénariste.

En 1979, il publie "Shibumi", un thriller d'espionnage, qui devient un best-seller mondial. En 1983, Trevanian signe "L'Été de Katya" ("The Summer of Katya"), un roman d'horreur psychologique. En 1998, il revisite le roman western avec "Incident à Twenty-Mile" ("Incident at Twenty-Mile").

Il a également écrit sous les pseudonymes
Beñat Le Cagot, Jean-Paul Morin, Nicholas Seare.

Ses romans se sont vendus à des millions d'exemplaires dans le monde et ont été traduits en plus de quatorze langues.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Trevanian   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Libraire au Rayon Polar, Annaïk vous présente trois idées de lectures, de cadeaux, trois indispensables ! Voici les polars qu'elle vous invite à découvrir : En poche, le nouveau Paul Cleave fraîchement sorti en poche, "Cauchemar" le Livre de Poche https://www.librairiedialogues.fr/livre/17467734-cauchemar-paul-cleave-le-livre-de-poche le coup de foudre de l'année d'Annaïk... "Entre fauves" de Colin Niel aux Éditions du Rouergue https://www.librairiedialogues.fr/livre/17021103-entre-fauves-colin-niel-le-rouergue Une belle édition d'un classique, "Shibumi" de Trevanian aux Éditions Gallmeister https://www.librairiedialogues.fr/livre/17267987-shibumi-trevanian-editions-gallmeister Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues À bientôt !

+ Lire la suite

Citations et extraits (525) Voir plus Ajouter une citation
Tu traites les Américains de barbares. Tu as raison, bien sûr. Je le sais aussi bien que toi. Je sais qu'ils ont torturé, mutilé sexuellement des prisonniers. Je sais qu'ils ont enflammé des hommes au lance-flamme, pour voir où ils étaient capables de courir avant de s'écrouler. Oui, des barbares. Mais Nikko, nos soldats ont commis des actes similaires, des actes de cruauté et d'atrocité au-delà de toute description. La guerre, la haine, la peur ont fait de nos compatriotes de véritables bêtes. Et nous ne sommes pas des barbares ; notre moralité aurait dû être étayé par mille ans de civilisation et de culture. Dans un certain sens, la barbarie fondamentale des Américains est leur excuse - non, de telles choses sont inexcusables - , leur justification. Comment condamnerions-nous la brutalité de ces hommes dont la culture n'est qu'un mince patchwork hâtivement tissé en une poignée de décennies, quand nous nous transformons nous-mêmes en bêtes sauvages sans pitié et sans humanité, malgré des centaines d'années de civilisation ? L'Amérique a été peuplée par la lie de l'Europe. Ceci étant, nous devons les considérer comme innocents. Innocents comme la vipère, le chacal. Dangereux et perfides, mais non coupables. Tu les méprises en tant que race. Mais ce n'est pas une race. Pas même une civilisation. Seulement un ragoût culturel des détritus et des restes du banquet européen.
Commenter  J’apprécie          595
- ... Au fait, comment va votre jardin ?
- Il prend forme.
- C'est-à-dire ?
- Il devient plus simple d'année en année.
- Vous voyez ! Ce satané penchant des Japonais pour le paradoxe qui tourne au syllogisme ! Regardez-vous. Un guerrier-jardinier ! Vous êtes un vrai Japonais du moyen-âge. Et un antihéros. Non pas au sens où l'entendent à tort les critiques et les érudits, avides de lettres à accrocher à leurs noms. Ils nomment antihéros des héros invraisemblables ou de séduisants coquins - le gros flic ou Richard III. Le véritable antihéros est une variation du héros - non pas un clown qui occupe le premier rôle, ou un spectateur qui se défoule sur scène. Comme le héros classique, l'antihéros conduit la masse à son salut. Il y eut une époque, dans la comédie du genre humain, où le salut reposait sur l'ordre ou l'organisation, où tous les grands héros du monde occidental menaient leurs adeptes à lutter contre l'ennemi déclaré : le chaos. Maintenant, nous apprenons que l'ennemi fondamental n'est pas le chaos, mais l'organisation ; pas la divergence, mais la similitude ; pas le primitivisme, mais le progrès. Et le nouvel héros - l'antihéros - est celui qui s'est donné pour but de s'attaquer à l'organisation, de détruire le système.
Commenter  J’apprécie          560
J'ai sous les yeux les notes que je griffonnai ce soir-là, accompagnées des commentaires entre parenthèses que j'y ajoutai quelques années plus tard, après la guerre, alors que j'étais désormais établi à Alos comme médecin de village. Je vous les livre sans aucune correction, avec leurs intitulés juvéniles et prétentieux en caractères grecs et mes hypothèses romantiques pseudo-philosophiques, sans omettre le désenchantement amer des remarques -entre parenthèses - d'après guerre.
Alpha : Cette épouvantable guerre ne verra jamais le jour ! (Elle a eu lieu.)
Beta : Si la guerre arrive malgré tout, elle sera brève parce que la chair et la sensibilité humaines ne sauront tolérer les machines modernes de mort et de mutilation. (Elle ne fut pas brève. La chair a supporté la mort et la mutilation . La sensibilité, non.)
Gamma : Si je suis appelé sous les drapeaux, je fuirai en Suisse pour protester contre cette folie. (Je n'ai pas fui. Cela m'était devenu indifférent.)
Delta : Même dans la brutalité de la guerre, un poète, un homme de ressources intérieures, devrait être capable de se battre sans se ravaler au rang de l'animal, de s'élever au-dessus de la boucherie et de garder sa dignité spirituelle. (Tissu de conneries).
Commenter  J’apprécie          392
Quand j'y repense, je m'émerveille que le Dr Gros ait supporté, fût-çe un tant soit peu, la raideur de mes jugements, mais le fait est qu'il semblait me porter de l'affection, à sa façon bourrue. Sans doute prenait-il un malin plaisir à titiller mon éthique étriquée et pointilleuse. Il faut dire aussi que, par mon éducation, j'étais en mesure de saisir ses jeux de mots et illustrations comiques qui passaient au-dessus de la tête de ses vieux amis à l'esprit mercantile. Mais je pense que la raison principale de son affection relevait d'un égoïsme nostalgique : il voyait en moi, dans mes ambitions comme dans mes limites, le jeune homme qu'il avait été avant que le temps et le destin ne réduisent son brillant esprit aux reparties de bistrot, et n'érodent l'ampleur de ses aspirations aux dimensions d'une prospère petite clinique de province.
Commenter  J’apprécie          372
Pour intéresser Alexandra Ivanovna, il fallait être riche, beau ou intelligent ; et l'un des drames de sa vie fut qu'elle trouva rarement deux de ces qualités réunies en un seul homme, et en tout cas jamais les trois.
Commenter  J’apprécie          380
- Vous n'aviez pas prévenu que vous désiriez voir le film, dit Starr. Je ne pense pas que le projectionniste l'ait déjà rembobiné.
- Qu'il le passe à l'envers. Peu importe.
... la porte de l'ascenseur s'ouvre et se ferme sur la tête du tueur japonais abattu. L'homme revient à la vie, se relève le long du mur. Le trou dans la paume de sa main se referme, il retire la balle de son dos. Il court en marche arrière, traverse un groupe d'écoliers ; une petite fille se redresse, ondoyant au-dessus du sol, la trainée rouge sur sa robe rentre, comme aspirée, dans son ventre. Le japonais atteint le hall principal baigné d'une lumière floue, esquive des morceaux de verre brisé qui se rassemblent d'un coup en forme de porte vitrée. Le deuxième tueur se remet sur pied, saisit une arme automatique au vol ; tous les deux courent en arrière et sortent du champ ; un panoramique accéléré découvre un jeune Israélien étendu à terre ; le flot de sang remonte à sa hanche. Il se redresse d'un bond, court à reculons, attrapant son sac de montagne au passage. La caméra pivote, se fixe sur le second Israélien juste à temps pour voir sa joue se recoller. Il se redresse et le sang reflue dans sa poitrine, la déchirure dans la chemise se répare d'elle même. Les deux jeunes gens marchent à reculons. L'un se tourne et sourit...
Commenter  J’apprécie          350
Un proverbe qui dit : "Méfie-toi de l’homme qui ne connaît qu’un livre." Et c’est d’autant plus vrai quand ce livre est réputé sacré. L’homme-d’un-seul-livre te tranchera la gorge sans une seconde d’hésitation ni une once de remords, certain qu’il est d’avoir agi au service de tout ce qui est bon en ce monde et récompensé dans le suivant.
Commenter  J’apprécie          260
Y a pas mieux qu'un livre pour s'abriter quand les choses virent trop mauvaises. Ou trop mornes.
Commenter  J’apprécie          272
" La confession est bonne pour l'âme, elle vide l'âme faisant plus de place au péché."
Commenter  J’apprécie          270
L'homme qui vole du pain pour ses gosses finit au bagne, à transformer des gros cailloux en petits cailloux. Mais si tu voles gros, vraiment gros, alors on t'admire et on t'imite, comme les Rockfeller et les Morgan et les Carnegie de ce monde. Bien sûr, ces hommes-là n'enfreignent pas la loi. Ils font les lois, alors leur vol s'appelle "l'entreprise", ou "la haute finance". Quand il s'agit de voler ou d'être mauvais, faut faire les choses en grand pour qu'on te respecte.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Trevanian Voir plus

Quiz Voir plus

Black Butler

Quel est le titre japonais de Black Butler?

Kawaïtsuki
Kuroshitsuji
Kuroshifuji
Black Butler

20 questions
79 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..