AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Milady

La collection Milady a été créée en 2008 par les éditions Bragelonne en référence à Milady de Winter, personnage du roman Les Trois Mousquetaires. Milady est à l`origine la collection de poche de Bragelonne, conçue pour étendre l’offre de genres (fantasy, science-fiction, horreur, bit lit) mais s`impose progressivement comme un éditeur à part entière avec la publication d`inédits.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Milady



Dernières parutions chez Milady


Dernières critiques
Capridegh
  23 mai 2019
Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer de Anneliese Mackintosh
Décidément, je me retrouve en total contradiction avec la plupart des avis ici quant à mes dernières lectures... En effet, j'avais détesté Les gens heureux lisent et boivent du café que j'avais comparé à une New Romance d'aujourd'hui, les scènes érotiques en moins, la semblable pauvreté de l'écriture et de l'intrigue garantie. Et me voilà à adorer Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer alors que beaucoup de chroniqueurs n'ont clairement pas aimé leur lecture... Pourtant, pourtant !! Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer est une putain de bonne lecture qui déchire tout !



Alors oui, certes, Ottila, personnage principal, est un peu particulière, aussi atypique que le format du livre (sur lequel je reviendrai plus bas) : franche voire crue, attachante voire collante et égocentrique voire narcissique (dernier trait de caractère qui a peut-être été la seule ombre au tableau parfois). Et alcoolique, qui plus est. Mais elle se soigne ! Et c'est là tout le point de départ du roman, de son histoire, de son auto-biographie. Malgré son titre à rallonge à la mode, malgré sa couverture guillerette, Le putain d'énorme livre est loin d'être un putain de feel good book ; et c'est tant mieux ! Parce que moi, les feel good books, j'en peux plus... Il n'y a plus que ça sur les tables dans les librairies, tous les romans finissant par se ressembler plus ou moins, et comme la New Romance à l'époque, comme les vampires jadis, la mode bat son plein en attendant d'être remplacée par un futur prochain courant littéraire envahissant. Je me risquais à acheter Le putain d'énorme livre parmi les feel good books et je ne sais véritablement pas ce qui m'a encouragé à tenter l'aventure. J'avais dû le sentir, que ce roman allait me plaire énormément !



Avec Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer, nous avons la configuration de base du livre qui fait du bien : une poignée de personnages pas trop complexes, une écriture spontanée pratique, un petit peu de romance, une meilleure copine et un ton relativement léger. Mais finalement, Ottila, au fil des pages, verra la vie peser toujours un peu plus sur ses épaules : elle travaille auprès de personnes malades du cancer, elle se bat contre l'alcoolisme qui bousille sa vie, elle a perdu son père et sa mère a l'air relativement fragile. Et c'est déjà à la toute fin de la première partie que le roman devient bien plus grave que ses toutes premières pages, alors que l'héroïne s'interroge énormément sur sa soeur folle à lier qui se trouve dans une situation toujours des plus délicates et somme toute désespérée. L'annonce tombe comme un couperet, Le putain d'énorme livre prend une toute autre allure et gagne en profondeur ; la légèreté nous glisse entre les doigts, Ottila devient plus intéressante et plus complexe, Le putain d'énorme livre n'a plus rien, finalement, du feel good book léger et sans prétention qu'on prédisait. (Ca peut effectivement destabiliser certains lecteurs pas prêts à ce revirement de situation.)



Grace est la meilleure amie de l'héroïne et la relation que les deux filles entretiennent ne manque pas d'évoluer au cours du roman, l'addiction à l'alcool pesant lourd dans la balance. Grace est une fille culottée et débridée qui peut ne pas plaire à tous les lecteurs. La scène ultra choquante dont certains d'entre eux ont parlé dans leurs critiques (d'ailleurs, les spoils, c'est vraiment pas chic !!) et que relate le personnage dans le roman n'est pas apparu dans mon édition poche du livre ! Milady, censurez-vous vos publications ?! Quoi qu'il en soit, j'ai beaucoup aimé voir les personnages de l'auteure évoluer autant page après page. Anneliese Mackintosh les connait comme le dos de sa main et sait alors faire d'eux quelque chose de censé et d'intelligent. Le roman donne cette impression rassurante de servir à quelque chose.



Le livre en lui-même est peu ordinaire dans sa construction. Bien décidée à prendre sa vie en main, Ottila se procure, sans trop croire en lui sans doute, un exemplaire du Petit livre du bonheur mais comme une revanche sur sa vie, comme pour signifier à quel point elle la prend en main, elle va déchirer des pages du livre de développement personnel pour y ajouter des mails et des lettres (car elle adore entretenir une relation épistolaire avec quelques uns des personnages qui l'entourent), des tickets de caisse, des enregistrements d'entretiens avec sa psy, etc. La narration est inhabituelle mais efficace, les dates des mails envoyés et reçus nous aiguillant quant au temps qui passe. Et l'aventure d'Otilla durera alors plusieurs mois durant lesquels des décisions doivent être prises, l'héroïne faisant preuve d'une ténacité et d'un sens de l'humour qui rendent la lecture captivante au point d'engloutir le roman pour finalement, à contre coeur, dire au revoir à des personnages qu'on a appris à aimer à travers les épreuves de leur vie.



J'accorde ★ ★ ★ ★ ★ à Le putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer. Ottila est une sacrée nana, un peu délurée mais pas moins remplie d'humanité et qui fait face à des problèmes qu'on pourrait malheureusement rencontrer dans la vraie vie. Le putain d'énorme livre n'a de feel good que la positivité et l'optimisme qui finit par se dégager du roman malgré tout car il est bien plus puissant et porteur d'un message bien plus fort que la plupart des livres à la mode que l'on peut croiser en librairie aujourd'hui. Bravo Anneliese Mackintosh d'avoir créé un personnage aussi attachant et aussi évolutif. Le putain d'énorme livre du bonheur est aussi réussi que les chroniqueurs divisés. C'est surtout, à n'en pas douter, une de mes lectures les plus passionnantes de cette année !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaetiCat
  23 mai 2019
Le monde mystérieux des chats de Herbie Brennan
Le titre, la couverture ... waouh !

On sent que l'auteur est passionné par ce petit félin qu'est le chat et que visiblement il le connaît bien car il en parle sous toutes les coutures ; aspects historique, comportemental, spirituel etc ...

J'ai néanmoins eu l'impression que l'auteur insistait surtout sur le côté "fantastique" du chat (chamanisme, religion égyptienne, ...) et là, selon les personnes on adhère, ou pas.

Commenter  J’apprécie          00
Mariloup
  22 mai 2019
Masques de Patricia Briggs
Masqués est le premier tome d'une saga de fantasy de l'autrice Patricia Briggs, surtout connue pour sa saga d'urban fantasy: Mercy Thompson, que j'ai d'ailleurs dans ma PAL.



Masqués est le premier roman de l'autrice et ça se sent un peu de par son écriture et du fait que c'est de la fantasy assez classique, pas si originale que ça et ça manquait un peu de surprise (j'avais deviné certaines choses bien à l'avance). Et pourtant, malgré tout, j'ai beaucoup aimé ma lecture!



Aralorn est une changeforme, fille d'un noble et d'une changeforme, qui a préféré suivre sa propre voie plutôt que celles de ses parents. Elle peut se transformer en n'importe quel animal ou même prendre l'apparence de quelqu'un d'autre, ce qui est très pratique pour une espionne et mercenaire. Elle est liée à Loup, un mage mystérieux et très puissant (dont j'ai bien vite découvert l'identité) capable de se changer en loup noir, désireux d'oublier son terrible passé et ses origines. Ils œuvrent avec le roi de Reth déchu, Myr, pour défaire le mage le plus puissant, l'Archimage ou ae'Magi, qui ne cesse de devenir puissant et d'étendre son influence sur les populations, pour être le seul maître du monde et qui est en pleine quête de l'immortalité. Ils lèvent leur petite troupe, avec tous ceux qui n'ont pas été soumis à ses sorts (hommes, femmes, enfants) pour les mettre à l'abri et préparer la rébellion. Ils vont devoir déjouer les pièges de l'ae'Magi, affronter les créatures qu'il lance sur leurs traces, se méfier des traîtres... et mettre fin au règne du terrible sorcier tyran!



Je me suis beaucoup attachée aux personnages principaux, surtout à Aralorn et Loup. Aralorn est une femme incroyable, sur laquelle on peut compter. J'aurais aimé que son côté changeforme soit un peu plus mis en avant, plus présent. Quant à Loup, c'est vraiment une belle rencontre, je l'ai beaucoup aimé. Ils forment un duo de choc, ils ont tout du long une relation assez ambigüe qui dure depuis plusieurs années. Aralorn ne va vraiment le découvrir que maintenant, va voir enfin son vrai visage (car elle ne le voyait que sous sa forme de loup) et leur relation change peu à peu. Il y a de la tendresse, de la confiance, un jeu de chat et de la souris. Il n'y a pas vraiment de romance même si leurs sentiments communs sont assez évidents mais elle sera à mon avis beaucoup plus présente dans le prochain tome.



J'étais à l'aise avec l'univers dès le début, ce n'est vraiment pas de la fantasy complexe, dense, non, rien de tout ça! C'est une saga très abordable, peut-être même parfaite pour découvrir ce genre littéraire. Ce n'était certes pas fou mais c'était très bien travaillé, juste ce qu'il faut et j'ai beaucoup aimé tout cet aspect consacré aux différentes magies (verte et humaine).



Masqués est un premier tome qui m'a énormément plu, un roman de fantasy assez simple qui m'a fait beaucoup de bien au moment où j'avais besoin de lectures plus légères! Ce fut une lecture prenante et il me tarde de découvrir la suite, surtout que je pensais que les tomes pouvaient se lire indépendamment mais en fait, non!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50