AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hatier

Créée en 1880 par Alexandre Hatier, Hatier est une maison d'édition française spécialisée dans les ouvrages scolaires, En 1900, le premier Bescherelle est édité. Hatier est aujourd'hui le troisième éditeur d'éducation en France.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Hatier



Dernières critiques
MarcDessart1976
  15 décembre 2017
Le Père Goriot de Honore de Balzac
Un siècle et demi après qu’Emile Zola ait écrit les Rougon Macquart, j’ai trouvé son œuvre, je l’ai dit en critiquant La Fortune Des Rougon et La Curée, d’une terrible actualité. Non seulement sur le fond, la façon dont s’articulent et s’opposent les différentes composantes de la société n’ayant pas véritablement changé par rapport à la description qu’en fait l’auteur dans son œuvre, mais aussi en la forme, le style de Zola étant d’une étonnante modernité (pour peu – mais il y a là matière à un vaste débat – qu’elle n’exclue pas une connaissance élémentaire de la langue française…).



Ecrite quelques dizaines d’années plus tôt seulement, dans la première moitié du XIXe siècle, l’œuvre majeure d’Honoré De Balzac, La Comédie Humaine, que je découvre avec Le Père Goriot (je néglige Le Colonel Chabert, lu dans le cadre scolaire il y a plus de 20 ans…), m’apparaît, elle, comme terriblement datée.



Le style, tout d’abord m’a paru démodé, pesant, pour ne pas dire décousu. Les phrases et les idées semblent ne s’articuler entre elles que par hasard, compliquant souvent la compréhension du récit et en rendant pénible la lecture. Le récit, sur le fond, n’est pas moins poussiéreux. Si Zola évoque avec les Rougon des situations que le lecteur contemporain peut sans peine retrouver au XXIe siècle, Balzac, lui, évoque sous sa plume un monde, des comportements, des mœurs, qui ont certes existé mais qui semblent éteints depuis des millénaires…



Autant le dire sans ambages : l’histoire de ce père qui sacrifie tout ce qu’il a à ses deux filles, qui ne lui en témoignent pas la moindre reconnaissance, et qui meurt dans la misère et la solitude les plus noirs, m’a paru dénuée de tout intérêt. D’une part parce que le style balzacien – et ses partisans peuvent me vouer aux gémonies – n’est ni un travail d’orfèvre de la langue, ni un instrument au service d’idées de fond qui prévaudraient sur la forme pure. D’autre part parce que l’histoire elle-même est poussiéreuse et appartient à une époque dont je suis personnellement heureux et soulagé qu’elle soit révolue.



Bref… autant je vais avec plaisir poursuivre la lecture des Rougon Macquart dans les semaines et les mois à venir, autant mon incursion en territoire balzacien se limitera à la vie de ce malheureux Père Goriot.



Lecture faite, persiste et signe : Balzac, j’aime pas…


Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bill
  15 décembre 2017
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette ()
Comme tous les collégiens de ma génération, j'avais dû lire ce roman en cinquième (ou quatrième) et je me souviens qu'il m'avait ennuyée ...

Dans mon challenge de lecture 2017, j'avais inscrit 'Lire un classique d'avant le XIXème siècle' ... et c'est celui-ci que j'ai choisi !

Que dire ... qui ne l'ait pas encore été ...

Que le début de ce roman, les descriptions de la Cour, de la généalogie du Roi, de ses dames et de leurs suivantes, la narration des frasques du roi Henry VIII d'Angleterre ... m'a fait penser à des articles de Gala ou de Jours de France !

Impression renforcée au moment de la description des préparatifs des fêtes des épousailles des sœurs du Roi Henri II avec le Roi d'Espagne et le duc de Savoie, puis dans les joutes qui aboutirent à la mort tragique du Roi de France ....

Entre deux potins et autres voyages de la Cour, on suit bien sûr les atermoiements de la Princesse de Clèves, fortement aimée par son mari (fait rare à l'époque) mais qui est de son côté follement éprise du Duc de Nemours qui le lui rend bien

Mais Madame de Clèves est fidèle, très fidèle à son mari et elle ne succombera jamais

Triomphe de la Raison sur le cœur ...



A noter cependant que la langue est superbe, les imparfaits du subjonctif gentiment désuets et que je me suis régalée à cette lecture :)
Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Garancelle
  15 décembre 2017
Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
Si on aime les livres pop up, celui-ci est une pure petite merveille...

Les enfants adorent et sont captivés par le joli graphisme et les animations qui ne manquent pas de les émerveiller au détour de chaque page...

Bon dérivatif de la tablette...
Commenter  J’apprécie          00