AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Louons maintenant les grands hommes (13)

michfred
michfred   05 novembre 2019
L'être âgé vint à ma hauteur pour me couiner quelque chose, tenant à la main un magazine agricole enroulé. Dans l'effort de lui prêter attention de la façon qui lui agréerait le mieux, je me retrouvai stupide. Supposant qu'il voulait me faire lire quelque chose, je le regardai, à moitié interrogatif, et pourtant ne m'emparant pas de ce qu'il m'offrait. La femme, d'une voix qui, quoique méprisante (elle laissait entendre, Vous êtes le plus stupide des deux) pour la première fois m'abandonnait son amitié et celle de son mari, de sorte que je me sentis envahi de bonheur, fit, Il veut vous le donner. Je pris le magazine et l'en remerciai chaudement, regardant dans ses yeux empressés et leur souriant, et il demeura à mes côtés comme un enfant, m'observant avec affection en train de leur parler.
Commenter  J’apprécie          180
michfred
michfred   12 novembre 2019
Un chien, s'il encombre le passage, ou n'obéit pas assez vite à un ordre, reçoit un coup de pied à lui fracasser les côtes, et de cette façon qui fait que l'homme l'appelle son meilleur ami, avec pour seule rivale sa mère, le chien présente ses excuses sur-le-champ. La maladie ou la souffrance causée par la maladie, ou la mort, de tout animal qui n'a pas de fonction à remplir, soit qu'il donne sa chair à manger ou la force de ses muscles, passent à peu près inaperçues, bien que sans malveillance.
Commenter  J’apprécie          162
blandine5674
blandine5674   21 juillet 2019
La plus grande partie de la terre qui s’étend autour de nous a été prise en charge par des êtres humains, qui s’abusaient, et peut-être s’abuseront toujours, à s’en croire les propriétaires.
Commenter  J’apprécie          160
blandine5674
blandine5674   20 juillet 2019
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous et luttez. Vous n’avez rien à perdre que vos chaînes, et un monde à gagner.
Commenter  J’apprécie          140
blandine5674
blandine5674   21 juillet 2019
Les gens suffisamment simples sont profondément courtois et attentionnés, sans se récrier de surprise et sans étalage d’embarras, et s’en tiennent à un respect qui ne pose guère de questions.
Commenter  J’apprécie          130
Caliban
Caliban   31 janvier 2018
...si lachose peut présenter pour vous un interet quelconque, il est important pour vous d'oublier que ceci est un livre , et cela autant que vous le pourrez . Que vous sachiez, autrement dit, qu'il n'a pas sa place au domaine où la suspension de l'incrédulité est habituelle . C'est bien plus simple que ça . Il s'agit simplement d'un effort en vue de se servir des mots de telle façon qu'ils vous en disent autant que j'en ai le désir, et qu'ils vous rapportent une certaine chose qui arriva, et que bien entendu vous n'avez pas d'autre moyen de connaître. Il vaut bien dans une certaine mesure que ce que vous en pouvez savoir soit porté à votre connaissance, non parce que vous éprouvez pour moi un interet quelconque, mais simplement parce qu'il s'agit d'une partie minime de l'expérience humaine en général .
C'est une des façons de dire la vérité : la seule façon possible de dire le type de vérité qu'ici j'éprouve le plus d'intérêt à dire .
Commenter  J’apprécie          61
OttoDidakt
OttoDidakt   27 juillet 2016
Mais puisqu'il en est ainsi, je ferai le peu qui est en mon pouvoir en écrivant. Seulement ce sera très peu. Les capacités me manquent et si je les avais, vous ne vous approcheriez pas du tout du résultat. Car vous ne pourriez guère continuer à vivre si vous vous en approchiez.
Commenter  J’apprécie          50
OttoDidakt
OttoDidakt   27 juillet 2016
Mon vœu est de parler avec autant de soin et d'aussi près de ce qui est vrai que j'en suis capable.
Commenter  J’apprécie          40
Elinore
Elinore   04 février 2008
Dans un roman, une maison ou une personne tient entièrement sa signification, son existence même, de l'écrivain. Ici, une maison ou une personne ne tient de moi que sa signification la plus restreinte: sa vraie signification est bien plus grande, gigantesque. Elle est d'exister ici et maintenant, comme vous et moi, et comme aucun personnage de l'imagination ne peut exister. Son immense poids, son mystère et sa dignité tiennent en ce fait. Quant à moi, je peux vous en dire seulement ce que j'en ai vu, seulement selon les moyen de la seule exactitude dont me voici capable: et ceci à son tour tient sa valeur cardinale, non de mes aptitudes, mais du fait que j'existe moi aussi, non à la façon d'un ouvrage de fiction, mais comme être humain.
Commenter  J’apprécie          40
michfred
michfred   12 novembre 2019
Chez les Gudger , comme j'en ai fait la remarque (les odeurs) sont plus légères, plus propres à l'odorat. Là aussi, il y a une autre odeur, spéciale, une odeur sèche et tranchante: entre celle du papier imprimé très vieux et celle d'une chambre à coucher victorienne où, au terme d'une longue maladie, après le séjour de bien des médicaments, quelqu'un est mort, et que l'on a désinfecté, et pourtant l'odeur de fioles marron foncé, du patient alité qui se dessèche, et de la mort aux yeux fixes, subsiste, forte, dans le papier mural décati et dans le matelas.
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

    Présent - 1ère personne du pluriel :

    Nous savons.
    Nous savonnons (surtout à Marseille).

    10 questions
    314 lecteurs ont répondu
    Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre