AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919483105
Éditeur : L'échappée belle (09/05/2012)
4.71/5   7 notes
Résumé :
Le poème raconte l’indicible et les images de l’indicible. Le poème prend sa source avant le concept. L’émotion est au cœur de la perception du réel. Il y a quelque chose dans la poésie qui ne veut pas parler normalement, qui refuse l’ordre, qui est un élan vers l’inespéré, un mouvement de transcendance.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
blaisejoinlambert
  04 février 2017
« L'Aube, après toi » se présente comme un recueil de poésies en vers libres, de facture courte, distribuées en trois parties :
1 – Absence de temps
2 – Danse sans geste
3 – Refuge du soleil
La perte de l'être aimé – « toi » – et sa ressaisie paradoxale dans la lumière de l'expérience poétique constituent la matière de ces poésies – comme l'indiquent le titre et les intertitres. Ce qui est passé est passé : le « temps » vécu s'est fait « absence » ; et l'événement, la « danse », ne survit désormais qu'à l'état de trace, fantomatique, au sein de la mémoire – le « geste » manque. « Après », vient « l'aube » de l'acte poétique. le « soleil » de l'écriture est devenu un « refuge » pour dire l'indicible d'une relation intensément vécue, morte ; en dire la présente absence. Une autre temporalité se fait jour, ainsi, celle du poème écrit-récité.
Anne-Cécile Causse ne nous dépeint pas de tableau limpide et abouti de ce moment heureux de l'amour, antérieur à la disparition et au silence. Non, pas de restitution illusoire qui vienne magiquement abolir l'éloignement du temps et l'absence même. – Il lui a fallu bien au contraire traverser les creux, les failles, les vides. Ce sont des images vacillantes, dispersées qui sont mises en branle et tissent leurs réseaux de correspondances. Des « traits », des « contours », pris, ballottés entre mémoire et imagination circulent dans l'espace du poème avec la liberté du rêve. Pas d'emphase ni de cloisonnement. Passer à la ligne suffit ; le lourd attirail des majuscules, qui délimite et enferme lourdement le vers, s'efface. La phrase, fluide et légère, doucement rythmée par les blancs, condense, avec une grande économie de moyens, émotions, retours sur soi et images.
A la page 16, Anne-Cécile Causse écrit :
« La neige derrière la toile,
silence entrecoupé,
me rappelle tes mille doigts imaginés »
Voici un exemple de phrase, qui m'a séduit et que j'offre à l'appétit des babélionautes.
Le rythme est ternaire : au premier vers l'intonation monte ; au second elle se stabilise, l'incise retardant sa résolution ; au troisième vers enfin, la courbe intonative de la phrase descend en flèche.
L'incise se dit en un seul souffle, bref – six syllabes seulement – tandis que les deux vers qui l'encadrent comprennent deux groupes chacun, le premier bref (2 et 3) et l'autre plus long (5 et 8). Cette incise du deuxième vers, qui vient enrichir le sens du premier vers, permet de souligner la symétrie des rythmes qui le précèdent et le concluent ; son débit rapide a aussi pour effet, par contraste, de mieux faire ressortir l'ampleur du troisième vers (11 syllabes distribuées en groupes de 3 et 8), qui ne laisse retomber que très progressivement et lentement la courbe mélodique mélodique descendante. En fait, tout concourt, de par l'organisation de la phrase, à donner son relief maximum au dernier vers.
L'orchestration des consonnes et des voyelles fonctionne elle aussi à plein. Nei-/-nés (neige/imaginés) ouvrent et ferment la phrase, associant étroitement par la similarité des sons, comparant et comparé. le i de « silence », qui renvoie sémantiquement à « la neige », rapproché des trois i de « mille » et « imaginés », renforce la puissance métaphorique du poème. Enfin, la récurrence des m répartis sur l'ensemble du dernier vers, – un consonantisme nettement audible aux oreilles des lecteurs-auditeurs –, achève de renforcer le débit lent et la solidité de celui-ci, au moment précis où la comparaison de la neige et des doigts de l'amant se conclue.
Par une tournure d'esprit abstractive, Anne-Cécile Causse anime par ailleurs ses pages de personnifications qui sont autant de présences vivantes :
Ainsi, à la page 18 :
« la PORTE a saisi la nuit et avec elle, tes contours »
« Vérité, l'indigente »
Ou plus loin, page 31 :
« O LAMPE, pourquoi cette tristesse »
Cette perception intellectualisée de la vie, des êtres, des choses et de leurs rapports, qui dépasse le seul champ limité des personnifications est cohérent avec la poétique de l'autrice : par ces stratégies de distanciation, elle parvient d'autant mieux à rendre dicible adéquatement, la coexistence des contraires, « "L'aube" et la "fin d'un monde" », dit-elle.
Terminons sur son côté impressionniste, pour ainsi dire, annoncé dès sa préface. Les contours familiers, la valeur locale de l'ami, de l'amoureux, ce « il » non nommé, sont comme métamorphosés par la lumière changeante de l'atmosphère dans laquelle celui-ci baigne. Les phénomènes optiques de la lumière qui modifient, effacent, trouent, démultiplient le corps aimé, connu, voilà une thématique qui parcourt le livre, et qui s'accorde à la fluidité mouvante des images du rêve et de la mémoire, ainsi qu'aux variations d'humeur, du cafard à la saisie confiante de l'avenir. C'est aussi et surtout une parabole du poème et de ce qui le suscite qui est en jeu : la vie singulière d'un être parlant-vivant (puisqu'écrire un poème c'est nécessairement parler à quelqu'un).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Sauveterre
  02 février 2013
Quelque chose finit. Quelque chose commence. Dans l'intervalle entre le deuil et l'espérance naît et se déploie un dire singulier : le poème.
Premier recueil d'un auteur que l'on devrait très vite retrouver.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SauveterreSauveterre   31 janvier 2013
Je lui apporterai le soir
pour palper à nouveau
l'endroit où le temps délaisse
où la vie se condense
dans un cœur qui se ferme.
La nuit nous l'a ravi
entraînant dans la perte
un soupçon quant à l'existence de la lumière.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Anne-Cécile Causse (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre