AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Brunel (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253096351
283 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1998)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 2334 notes)
Résumé :
La carrière littéraire de Rimbaud est brève.
Commencée officiellement en 1868, par une lettre en vers latins adressée au fils de Napoléon III, elle se termine en 1873 avec la délirante Saison en enfer.
Rimbaud a alors 19 ans et déosrmais sa vie sera toute d'action. Le poète adolescent se proclame "résolu à ne rien faire de ce qu'il faut faire". En révolte contre tout, il écrit des textes violents, fulgurants, confondants ; d'autres évoquent les coule... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
Wiewowas
  01 juin 2014
Quelle critique peut-on faire lorsqu'il s'agit d'une oeuvre si connue et si souvent visitée… On ne peut parler que de sa propre rencontre avec elle qui est toujours unique et souvent multiple. J'ai découvert Rimbaud il y a vingt ans et j'y ai replongé récemment. Arthur Rimbaud c'était ma porte vers la poésie moderne !
Je constate que mes textes préférés restent les même : Après le déluge, Enfance, Phrases, Veillées, Aube, Alchimie du verbe. Et encore une fois Veillées ! Les rimes ne m'intéressent plus. Elles font partie de la « virtuosité » du langage alors que depuis quelques années je tends uniquement vers le sens poétique. La même chose m'arrive dans la musique, dans l'interprétation musicale. Jouer Bach avec ses tripes et laisser tomber les oeuvres techniques !
Avant je me disais que mon expérience (petite) du français m'empêchait de profiter pleinement de tous les poèmes de Rimbaud. Mais même actuellement, certains de ses textes ne sont pour moi que de beaux objets sonores, ou visuels, sans le naturel qui m'est nécessaire pour éprouver de l'émotion véritable.
Rimbaud dans Une saison en enfer déclare lui-même : « La vieillerie poétique avait une bonne part dans mon alchimie du verbe. Je m'habituai à l'hallucination simple ; je voyais très franchement une mosquée à la place d'une usine, une école de tambours faite par des anges, des calèches sur les routes du ciel, un salon au fond d'un lac ; les monstres, les mystères ; un titre de vaudeville dressait des épouvantes devant moi. Puis j'expliquai mes sophismes magiques avec l'hallucination des mots ! Je finis par trouver sacré le désordre de mon esprit. »
Je pense que quand un poème me plaît c'est que j'ai eu les mêmes hallucinations que lui ! Finalement la question principale est la même pour tout art moderne : cette création-là, relève-t-elle des « combats spirituels » ou de l'amusement ou de la provocation ? …
Mais encore une fois le début des Veillées c'est mon poème préféré de toujours !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          953
Bobby_The_Rasta_Lama
  29 avril 2020
"Rentrés au logement vers deux heures, il a fermé la porte à clef, s'est assis devant; puis, armant son revolver, il en a tiré deux coups en disant :"Tiens, je t'apprendrai à vouloir partir !"
(de la déclaration de Rimbaud au Commissaire de Police, concernant l'incident du 10 juillet 1873)
Ce jour là, tout le monde écoutait la prof. Même les blasés, les cancres, et ceux qui ne venait au lycée que pour dormir.
Elle racontait l'histoire d'un trentenaire, qui, après avoir abandonné femme et travail, a essayé de tuer son jeune amant qui l'a entraîné dans un monde d'alcool, de drogues et de filles faciles, et maintenant il voulait tout simplement le quitter. Heureusement, il était plus doué pour écrire des vers que pour viser, alors le jouvenceau à peine blessé a survécu, a fait une croix sur sa propre carrière poétique, et est parti vadrouiller dans le vaste monde; tout ça pour mourir dix-sept ans plus tard d'une façon peu glorieuse suite à une inflammation au genou, en nous laissant en héritage quelques poèmes.
On était tous enchanté par l'histoire de Verlaine et de Rimbaud. C'était tellement différent des biographies de tous ces écrivains rangés... mais quitter le boulot le jour au lendemain, descendre un litre d'absinthe et partir en Belgique avec un jeune ado qui n'apportait, certes, rien de bon, mais avait des yeux si bleus qu'on ne pouvait pas faire autrement, c'était une autre tasse de café ! Les "maudits" ont le don d'interpeller par leur vie non-conforme et leur poésie même les jeunes d'aujourd'hui, et rien que pour ça, j'ai envie de les remercier. Mais les lire et apprécier vraiment, c'est une autre paire de manches.
La plupart de ces poèmes sont écrits avant le vingtième anniversaire de Rimbaud. Ils reflètent la crise d'adolescence d'un garçon incontestablement surdoué, son orientation sexuelle indécise, ses déceptions de la vie et ses incertitudes en ce qui concerne le futur. Comme s'il ne savait pas quoi faire de lui-même, et pour compenser ses interrogations, il écrivait. Sa poésie est pourtant étrangement lumineuse, même si elle combine d'une façon incroyable, dans une explosion d'images, le beau et l'immonde dans un seul vers.
Il remplit son chaudron de vieilles hardes dégoûtantes, mais sa décoction sent la rose. Ou alors il arrange des roses fraîches dans un vase, juste pour les regarder se faner ? Il balance dans la grande marmite de son imagination de belles jeunes Parisiennes, des égouts puants, la mer qui gronde, des chats crevés, ivrognes et cafards au clair de lune, pour flanquer dans votre assiette une portion qui n'est absolument pas indigeste, mais laisse quand-même une étrange sensation autour de l'estomac.
Toujours, Cher, quand tu prends un bain,
Ta chemise aux aisselles blondes
Se gonfle aux brises du matin
Sur les myosotis immondes !
La poésie de Rimbaud s'adresse parfaitement à tous nos sens connus, et nous fera possiblement découvrir quelques autres dont on ne soupçonnait même pas l'existence. Elle est remplie de couleurs, odeurs et saveurs de toutes sortes. Rimbaud faisait partie de ces fous qui éprouvaient le besoin de tout tester sur eux-mêmes : amour, souffrances, toutes les douleurs du monde et des centaines de malheurs possibles... Finalement, il ne pouvait peut-être pas finir autrement qu'il n'a fini.
On pourrait se demander comment évoluerait la poésie de ce jeune homme, s'il n'avait pas arrêté d'écrire à vingt ans, pour nous gratifier de ses vers encore les dix-sept années qui lui restaient à vivre. Il est devenu une icône patinée de mille traces de doigts, devant laquelle viendront se prosterner les générations futures. Est-ce mérité ? Essayez : on a du mal à se détacher de ses images, même si on ne sait pas si c'est beau, ou si ça donne plutôt envie de piquer une crise de nerfs.
L'amour ne passe à tes octrois
Que les Lilas, - ô balançoires !
Et les Violettes du Bois,
Crachats sucrés des Nymphes noires !...
C'est grâce à ces vers ("Ty kreslíš pro své rusalky/jen šeřík – liliově bílý! /A temné lesní fialky/ty sladké chrchle černé víly!") que j'ai découvert Rimbaud à dix-sept ans, avant de pouvoir le déguster en français. le traducteur, excellent Nezval, avait le culot de traduire le mot "crachats" par un immonde synonyme tchèque "chrchle", et je savais tout de suite que la poésie de Rimbaud ne sera pas aussi prévisible que les vers de Jiri Wolker qu'on avait l'habitude de côtoyer...
L'autre soir j'avais rajouté une poignée de pâtes-lettres dans la soupe aux légumes, et en regardant les mots se former au hasard au milieu des carottes et des petits pois, je me demandais si... ? Peut-on vraiment "comprendre" la poésie de Rimbaud ?
Mais "Ce n'est rien! j'y suis! j'y suis toujours!..." 4,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8022
Nowowak
  07 août 2020
Réveil tardif en compagnie d'un recueil de poèmes posé sur les draps, froissés par la nuit, pages cornées et voilà l'esprit qui s'affole, s'imagine en 1870, endosse un autre corps, change son crayon pour une plume, grimpe aux nuages. Métamorphose, je ne me transforme pas en blatte géante mais en poète maudit, en peintre des sentiments, en servitude des images musiciennes, en sculpteur des élans imprudents. le temps se rétracte, remonte le siècle, je m'habille d'un costume trop grand et mes mots suivent à la trace le collègue de Baudelaire, autre géant de la poésie, l'homme que j'aurais immodestement voulu être si mes vers s'en étaient laissés conter.

L'aube invite les étoiles à venir pleurer en sa compagnie,
Les yeux brillants, les astres acceptent de quitter le nid.
Dans les trous de verdure ils lancent des éclairs de rivière,
Des lumières qui pleuvent de vraies larmes de réverbères.
Les parfums font frissonner ses narines quand le dormeur
Se réveille incrédule, sans savoir ni le pourquoi ni l'heure.
A-t-il dormi au bord d'un précipice, de profondes abîmes…
D'où vient cette étrange pâleur dont son front est victime ?
Dérouté par les chaleurs, perdu dans un fleuve impossible,
Le voyageur égaré n'a plus sa boussole comme seule bible,
Il doit se livrer au ciel et prier le destin pour ne pas mourir
Quand aux alentours rugissent les fauves venant se nourrir.
Lune close, nuit rêveuse, jaillit dans le noir le dieu le plus grand,
Celui dont la poésie sur un bateau ivre ancre son firmament.
Les ouragans, les tempêtes ne sont que soupirs à côté des mots,
Dans les flammes infusées d'astres apparaît Arthur Rimbaud !
Merci d'avoir patienté jusqu'au dernier souffle de cet hommage lyrique, certes éperonné d'une fantaisie rimbaldienne présomptueuse. Ne voyez dans cette compagnie inattendue qu'un trouble passager aussi exalté que l'inspiration soudaine l'ayant nourri.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          704
ThierryCABOT
  15 mai 2013
Le mythe Rimbaud a la vie dure.
En 2010 une photographie de lui, âgé de vingt-six-ans, a été retrouvée fortuitement à Aden. Nous découvrons un jeune homme assez quelconque, l'air un peu compassé, en habit de bourgeois et dont le regard n'accroche plus la lumière. Neuf ans plus tôt, l'objectif de Fantin-Latour le montre en compagnie de plusieurs artistes (parmi lesquels se trouve Verlaine). Et là que voyons-nous ? Un adolescent aux yeux myosotis, les cheveux en désordre, le visage inspiré, qui semble ouvert à toutes les magies.
Quoi ! "Le passant considérable" que décrit Mallarmé aurait changé à ce point.
Malgré les preuves accumulées, un certain nombre de thuriféraires de l'épopée rimbaldienne n'ont pas voulu croire à une telle transformation. Ce Rimbaud-là ne ressemblait plus à un poète.
Et pourtant ! Cinq années tout au plus couvriront l'expérience créatrice de Rimbaud. Quatre verront naître ses chefs-d'oeuvre. Puis le silence... un silence définitif s'installera. A vingt ans déjà, "l'homme aux semelles de vent" avait abandonné la poésie, comme brûlé de l'intérieur et comme si elle n'avait été au fond qu'une parenthèse dans une vie d'aventures et de trafics.
A l'âge où d'autres poètes commençaient à peine à trouver leur style, Rimbaud, lui, mettait un point final à son oeuvre.
Sa précocité est confondante. "Le dormeur du val" et "Ma bohème" sont nés sous la plume d'un garçon de seize ans. A dix-sept ans,"Le bateau ivre" précédé de "Voyelles" annonce une poétique nouvelle.
Bientôt vont fleurir des poèmes inédits aux inflexions aériennes :
"Que comprendre à ma parole ?
Il faut qu'elle fuit et vole !"
"Une saison en enfer et "Les illuminations" composées avec fébrilité cloront cette expérience poétique hors du commun et menée à un rythme vertigineux.
Avec de menues maladresses et d'éclatantes réussites, Rimbaud devient l'égal des plus grands. Son incroyable plasticité littéraire lui fait emprunter dix voies différentes sans jamais se perdre. Vers classique, libéré, libre, prose poétique : rien en fait ne l'arrête !
Sentait-il confusément que l'accomplissement de son art lui dictait ces orientations successives ? Nul ne le sait. Rimbaud en tout cas se paie le luxe d'être toujours lui-même en se renouvelant toujours.
Etrange destin que le sien. Après avoir révolutionné la poésie française, Rimbaud fuit vers d'autres cieux. Il nous donne simplement congé.
Et la photographie que nous contemplons laisse un goût d'amertume, celui des illusions perdues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
Asterios
  24 février 2019
Comme il est surprenant de retrouver des textes qui nous ont été donné de rencontrer à l'école. Ceux sur lesquels on a buté, et parfois qui nous ont mené à l'incompréhension ou le désarroi le plus total. C'est un étrange sentiment de retrouver des souvenirs perdus avec l'imagination de mieux comprendre, d'effleurer enfin la sensibilité de l'homme derrière les mots; le besoin de dire ou de crier la révolte, le besoin de se saisir de la liberté, de larguer les amarres.
C'est par un étrange chemin que je me suis retrouvé de nouveau face à Rimbaud. Et pourtant, il n'avait plus le même visage ou peut être que c'est moi qui n'ai plus le même, car lui ne semble pas avoir tant vieilli lorsque je me souviens que son recueil a été écrit en 1871, alors qu'il a 17ans.
Commenter  J’apprécie          602

Citations et extraits (292) Voir plus Ajouter une citation
bonnetcoeursvaillantsbonnetcoeursvaillants   16 octobre 2020
Bannières de mai

Aux branches claires des tilleuls
Meurt un maladif hallali.
Mais des chansons spirituelles
Voltigent parmi les groseilles.
Que notre sang rie en nos veines,
Voici s’enchevêtrer les vignes.
Le ciel est joli comme un ange,
L’azur et l’onde communient.
Je sors. Si un rayon me blesse
Je succomberai sur la mousse.

Qu’on patiente et qu’on s’ennuie
C’est trop simple. Fi de mes peines.
Je veux que l’été dramatique
Me lie à son char de fortune.
Que par toi beaucoup, ô Nature,
- Ah ! moins seul et moins nul ! - je meure.
Au lieu que les Bergers, c’est drôle,
Meurent à peu près par le monde.

Je veux bien que les saisons m’usent.
À toi, Nature, je me rends ;
Et ma faim et toute ma soif.
Et, s’il te plaît, nourris, abreuve.
Rien de rien ne m’illusionne ;
C’est rire aux parents, qu’au soleil,
Mais moi je ne veux rire à rien ;
Et libre soit cette infortune.

Arthur Rimbaud
Vers nouveau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Annette55Annette55   10 octobre 2020
«  Le poète se fait voyant par un long ,
Immense et déraisonné dérèglement
De tous les sens » ....
Commenter  J’apprécie          70
bonnetcoeursvaillantsbonnetcoeursvaillants   04 octobre 2020
Le bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées
Moi l'autre hiver plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : Je sais le soir,
L'aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelque fois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très-antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulement d'eau au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés de punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombres aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux ...

Presque île, balottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur,

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ? -

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesses, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

Arthur Rimbaud (1854-1891)
Poésies
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
OrpheaOrphea   19 juin 2010
Le dormeur du Val

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1125
Aurel82Aurel82   02 avril 2017
Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82

Videos de Arthur Rimbaud (136) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Rimbaud
L'Autre Rimbaud David le Bailly Éditions l'Iconoclaste
Entre enquête et roman, un éclairage sur Frédéric Rimbaud, frère méconnu d'Arthur. Au départ très proche de celui-ci, il est ensuite ostracisé par sa famille, gommé de sa correspondance et dépossédé des droits sur son oeuvre. ©Electre 2020
https://www.laprocure.com/autre-rimbaud-david-bailly/9782378801526.html
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Rimbaud

Quel est son prénom ?

Charles
Arthur
Paul
Alphonse

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur RimbaudCréer un quiz sur ce livre

.. ..