AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de TheWind


TheWind
  25 juillet 2014
Voilà ! Avec ce septième volume, je viens de terminer la saga des Rois maudits.
Heureuse de cette belle découverte, mais triste aussi car c'est déjà fini !
Maurice Druon raconte tellement bien L Histoire qu'on aimerait bien que ça ne s'achève jamais.


Beaucoup de lecteurs (au vu des critiques) ne semblent pas apprécier ce dernier tome parce qu'il crée une rupture avec les autres. En ce qui me concerne, je rejoins l'avis de Gwen. Ce nouveau style de narration ne m'a pas dérangée. Bien au contraire ! Ici, c'est le légat du pape, le cardinal Hélie de Talleyrand-Périgord qui nous raconte les péripéties de Jean II le bon au début de la guerre de Cent ans. le cardinal est un personnage très clairvoyant au discours franc et direct, il ne mâche pas ses mots pour donner son avis sur les "Grands" du moment. Maurice Druon s'est amusé à travers le bavardage incessant du cardinal à descendre en flèche ce malheureux Jean le bon, roi pour le moins vaillant à la bataille mais peu prompt à prendre les bonnes décisions.

Ce roman m'a vraiment autant divertie que les autres. J'ai longtemps hésité avant de le lire. A cause des critiques d'une part, mais surtout en raison de la mort de Mahaut et de Robert d'Artois au sixième tome, les deux fils rouges de la saga, ces deux formidables personnages ! Une fois ces deux-là disparus, on imagine mal une suite possible.
Et pourtant, L Histoire, elle, ne s'est pas arrêtée là.
Maurice Druon aborde, avec ce septième tome, une nouvelle page de l'Histoire, et introduit par ce roman le chapitre le plus noir et le plus long de l'Histoire de France : la guerre de Cent ans. Chagrin d'avoir laissé Robert d'Artois, son personnage fétiche, Maurice Druon se rattrape avec d'autres personnages étonnants : le cardinal, bien sûr mais également Gaston Phoebus, Edouard III et son fils le Prince Noir, mais surtout Charles le mauvais qui n'est pas sans rappeler sous certains angles notre fameux Robert d'Artois et qui mérite bien que j'en dise un peu plus sur lui.
Charles le mauvais, est le fils de Jeanne de Navarre (celle qui s'est faite évincée du trône par la loi salique) et le petit-fils de Louis X le Hutin et de Marguerite de Bourgogne ( celle qui a fini étranglée par un certain Robert d'Artois dans une geôle de Château-Gaillard). Oui ! le portrait de celui qui aurait pu être roi de France est vraiment un délice ! Il est charmeur, enjôleur, séduisant, rusé et roublard ! On lui pardonnerait presque d'avoir "vendu" la France à l'Angleterre (tiens, ça ne vous rappelle pas quelqu'un ?) tant ses facéties et sa fourberie nous réjouissent ! A la fin du septième tome, Charles le mauvais, croupit toujours en prison mais on sait bien qu'il s'en échappera. Alors, bêtement, on se prend à rêver d'une suite...
Malheureusement, Maurice Druon s'est arrêté là. S'il avait continué, croyez-moi, je l'aurais suivi encore et encore !
Commenter  J’apprécie          262



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (25)voir plus