AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B004C6LK66
Éditeur : 10-18 (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
En 1685, Louis XIV interdit le protestantisme. Pour défendre leur vie religieuse, les Camisards, dans les Cévennes, se dressent contre ses armées. Voici certains journaux, en partie inédits, de ces prophètes inspirés, de ces combattants d'une guerre révolutionnaire avant la lettre. Ils y racontent, de manière fascinante, leurs luttes et leurs espérances.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   14 mars 2013
Vers la fin août, étant avec le frère Rolland, il me dit que depuis quelques jours un homme, Monsieur Flotard, était venu de la part de la Reine d'Angleterre, et de Messieurs les Estats d'Hollande s'informer de notre état, nous promettant de leur part tout le secours possible soit par mer ou par terre; que Monsieur le Marquis de Miremont sollicitait pour nous, lequel était prêt de répandre son sang pour notre délivrance; que Cavalier et lui avaient donné plein pouvoir à M. Flotard d'agir au nom de nous tous auprès des Puissances protestantes et que nous reconnaissions Monsieur de Miremont pour notre général etc. - cette commission fut signée par nous ayant été écrite avec du lait de femme;

775 - [10/18 n° 266, p. 81]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JcequejelisJcequejelis   11 mars 2013
Les dragons, les soldats, les autres sortes de gens papistes du pays qu'on avait armés contre nous et les miquelets auxquels on avait donné toute licence sur les pauvres protestants, ces gens dis-je, les plus inhumains du monde, violaient les femmes et les filles et les égorgeaient impitoyablement. Ils massacraient indifféremment les vieillards, les infirmes, les jeunes gens et les enfants à la mamelle, tous ceux qui tombaient sous leurs cruelles mains. Rien n'échappaient à leur fureur, ils saccagaient, ils brûlaient, ils exterminaient tout, n'épargnaient que ceux qui, suivant l'ordre du roy, les proclamations de Messieurs les Maréchaux de France et du cruel Intendant Baville, se retiraient dans les villes murées et allaient à la messe.

773 - [10/18 n° 266, p. 87-88]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JcequejelisJcequejelis   09 mars 2013
Ce fut après la mort de Poul que l'on commença de nous appeler Camisards. Je ne sais si c'est parce que nous donnions souvent la camisade (attaque de nuit) qu'on nous donna cet épithète, ou parce que d'ordinaire nous nous battions en chemise ou en camisole. On nous appelait aussi " fanatiques" à cause de nos inspirations.

772 - [10/18 n° 266, p. 66]
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Philippe Joutard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Joutard
Conférence de Philippe Joutard, historien, le jeudi 11 décembre 2014, dans le cadre de #Traversées2. Un cycle organisé par la librairie L'Alinéa (Martigues) avec les médiathèques Louis Aragon de Martigues, Boris Vian de Port-de-Bouc et Charles Rostaing de Saint-Mitre-les-Remparts les 11, 12 et 13 décembre 2014.
Une conférence Les mémoires ont transformé les livres d'histoire, offrant à l'événement et à la biographie une nouvelle jeunesse. L'histoire orale a donné à comprendre, de l'intérieur, les invisibles, restés à l'écart de l'écriture. Les mémoires obligent les historiens à questionner leur métier, leur fournissent de nouveaux objets d'étude et la possibilité de saisir une réalité jusque-là inaccessible. En contrepartie, l'histoire demeure le seul moyen d'apaiser les mémoires blessées, de permettre aux mémoires concurrentes de cohabiter.La meilleure manière de vaincre l'oubli et de se prémunir contre les excès mémoriels.
+ Lire la suite
autres livres classés : Cévennes (France ; massif)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Allez-vous reconnaître ce livre en vous aidant du début et de la fin ?

"Jeanne, ayant fini ses malles, s'approcha de la fenêtre, mais la pluie ne cessait pas. [...] Puis elle ajouta, répondant sans doute à sa propre pensée : "La vie, voyez-vous, ça n'est jamais si bon ni mauvais qu'on croit."" Quel est le titre de ce roman ?

Jeanne et le mystère de l'aquarium, de Peter Gabriel
Le Rouge et le Noir, de Stendhal
Moby Dick, d'Herman Melville
Une Vie, de Guy de Maupassant

10 questions
114 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre