AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

10-18

Créé en 1962 par Paul Chantrel, 10/18 propose au départ de nombreux ouvrages sur les sciences humaines, qui vont de travaux universitaires à des textes militants en passant par des revues et des colloque. Aujourd'hui, 10/18 possède un large catalogue de littérature étrangère classique et contemporaine, en format poche. Diverses collections ont contribué à sa réputation : «Domaine étranger», «Domaine français», «Grands Détectives», ou encore «Domaine Policier», lancée en 2009 et consacrée au polar contemporain.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de 10-18



Dernières parutions chez 10-18


Dernières critiques
Virginy
  26 mai 2018
L'Inconsolé de Kazuo Ishiguro
Depuis que je blogue, j’ai rarement été déçue par mes lectures, et mes abandons se comptent sur les doigts d’une seule main. Ce roman est le deuxième dont je ne connaîtrais pas la fin, peut-être à tort. Mais quand après plus de 100 pages, sur 510, je m’ennuie toujours autant malgré le style doux et agréable de l’auteur, que je vois toutes les lectures qui m’attendent encore, je me dis que la vie est trop courte pour continuer à peiner sur un texte qui ne m’emballe pas.



Qu’ai-je donc à reprocher à ce récit? Des personnages secondaires extrêmement bavards et dont les propos m’ont paru inintéressants, un narrateur fade, sans relief, une lenteur qui rend les minutes du roman semblables à des heures. Avec du recul, le lecteur semble plongé dans un rêve de Ryder, mais où l’auteur veut-il nous mener? Aucune idée! Et je ne le saurais jamais…



Malgré les défauts que j’ai pu trouver à ce roman et qui m’ont poussée vers l’abandon, Kazuo Ishiguro a un style beau, poli, doux, agréable. Dommage que l’intrigue est aussi mal servie la plume, en tout cas à mes yeux.
Lien : https://deslivresdesfilsetun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JunoR
  26 mai 2018
Le nuage pourpre de Matthew Phipps Shiell
[Livre audio, lu par Vincent de l’Épine]

Ce roman fait partie des précurseurs du genre post-apocalyptique et en cela, il est déjà remarquable. Son écriture est assez bonne et son rythme est long, lent, douloureux et très approprié à l'histoire. Néanmoins, ce rythme indigeste fera davantage apprécier ce livre aux amateurs de littérature qu'aux amateurs du genre.



J'ai espéré jusqu'au bout un retournement de situation, un changement de destinée, un plot-twist entre ces "puissances blanche et noire", mais malheureusement le roman se veut fataliste et le personnage n'échappe pas à son destin qui est de revivre la Genèse. C'est assez curieux comme l'auteur semble vouloir son personnage moins chrétien que lui-même mais finalement, on sent tellement le destin biblique, la volonté divine et le châtiment du dieu de l'ancien testament que ça en devient presque de la redite. Dommage.



On peut tenter de voir à la méta-lecture de ce récit une métaphore de l'homme qui s'émancipe du giron de sa mère pour arriver à une phase de solitude et de jouissance pour enfin tomber dans la passion du couple et de l'amour nouveau pour une femme. La mère symbolisée par Claudag - vicieuse, calculatrice, toute puissante-, y est aimée puis détestée, alors que la femme symbolisée par Léda - innocente, juvénile, docile - est y détestée puis aimée.



Bref, une assez bonne lecture, bien écrite et bien lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
missmolko1
  26 mai 2018
La briscola à cinq de Marco Malvaldi
La briscola à cinq est un roman policier qui sort de l’ordinaire. Pas de flic charismatique qui enquête mais un patron de bar et ses quatre plus fidèles clients : 4 vieux papis qui tournent autour des quatre-vingt ans et qui viennent jouer aux cartes chaque après-midi. Rien que pour un scénario aussi original, le roman vaut le détour. Et je comprends l’engouement autour de cette intrigue chez nos voisins italiens qui l’on adapté à la télévision.



Mais revenons à l’intrigue, le corps d’une jeune fille est découvert dans une poubelle sur un parking par un jeune homme complètement saoul qui rentre d’une soirée. Les policiers pensent alors à un canular mais quand le patron du bar les appelle pour confirmer la présence du cadavre, l’enquête peut commencer. En étant derrière le bar, notre héros entend tout et surtout connait tout le monde alors il décide de se jouer les détectives pour notre plus grand plaisir.



C’était la première fois que je lisais Marco Malvaldi et j’ai adoré son écriture. Le roman est prenant, plein d’humour et l’on passe un excellent moment. « Heureusement que le café existe. Qui est le petit malin qui a inventé le café? Sans doute le cousin du petit génie qui a inventé le lit. Ils méritent tous deux le prix Nobel, je vous en donnerais du Dario Fo... Prix Nobel aussi à l'inventeur du nutella.

On devrait les mettre à l'église, à la place de la statue de San Gaspare. Au moins, on verrait un peu plus de dévotion sincère. »



Un seul bémol, c’est que cette enquête est bien trop courte : seulement 165 pages. Tout va très vite et j’aurais aimé qu’elle se prolonge un peu. L’ambiance italienne, la chaleur, les glaces, le bar et nos quatre papis m’ont fait beaucoup rire et il me tarde de les retrouver dans Un tour de passe-passe. J’espère également que les autres romans de la saga du Bar Lume seront traduits.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130