AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Oyana (20)

nadiouchka
nadiouchka   14 mai 2019
Sans l’ETA, que restera-t-il ? Xavier, lui, parlait du FLQ. Il parlait des nègres blancs d’Amérique, d’un pays meurtri. Ce n’était pas son pays à elle. Mais le Pays basque sans l’ETA … L’indépendance impossible adviendra-t-elle un jour ? Au Québec, il y avait eu 1980.. Après 1995, le mouvement s’était essoufflé. Trop de générations brisées auxquelles on voulait imposer une autre histoire, une autre langue.
La langue. Toujours la langue.
P.137
Commenter  J’apprécie          150
Stelphique
Stelphique   09 mars 2019
J'ai simplement besoin de t'écrire, d'écrire, de parler avec quelqu'un. Maintenant que je t'ai quitté, il ne reste plus que toi.
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchka
nadiouchka   26 avril 2019
La vérité a besoin de l'instant alors que le mensonge se nourrit de la durée.
P.24
Commenter  J’apprécie          130
nadiouchka
nadiouchka   30 avril 2019
On peut sortir un gars de Québec mais on ne peut pas sortir Québec d'un gars.
Commenter  J’apprécie          120
Stelphique
Stelphique   02 mars 2019
Il y a des moments dans la vie où la question du choix ne se pose pas. On ne choisit pas: on agit.
Commenter  J’apprécie          110
nadiouchka
nadiouchka   01 mai 2019
Cette lettre, mon amie, sera très longue. Je n’aime pas beaucoup écrire. J’ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encre davantage. (…) S’il est difficile de vivre, il est bien plus malaisé d’expliquer sa vie.
Marguerite Yourcenar
Alexis ou le traité du vain combat.
Epigraphe
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchka
nadiouchka   28 avril 2019
En basque, fanon se dit kokospearekin. C’est ainsi que, tandis qu’au Nord les Vikings découvrent le Vinland, les Basques décident d’essayer d’attraper des baleines.
P.68
Commenter  J’apprécie          80
Stelphique
Stelphique   05 mars 2019
A chacune son séisme.
Commenter  J’apprécie          60
hcdahlem
hcdahlem   29 mars 2019
Tunnel
Les trois hommes se relaient toutes les heures dans l’étroit conduit pour creuser. Au fond du trou, Iban pense à la femme qu’il a quittée pour venir ici se battre pour la cause. La femme est enceinte. Elle accouchera avant la fin de l’année. Lui doit creuser. Il faut que le tunnel atteigne le milieu de la rue Claudio Coello pour ensuite y entasser un maximum de dynamite, deux mètres sous la chaussée. Les trois hommes procèdent avec la plus grande prudence. L’opération dure depuis des mois mais on touche au but. On connaît l’emploi du temps du Premier ministre par cœur. Il emprunte cette rue chaque matin après une visite à l’église Saint- François-di-Borgia. Il commence toujours sa journée de travail par une prière. Le détonateur est connecté. Les trois hommes ont préparé leur fuite dans les moindres détails. Ils changeront de véhicule à mi-chemin pour semer d’éventuels poursuivants. C’est bientôt Noël. Mika, déguisé en électricien, tient le détonateur. Iban guette la rue, prêt à donner le signal. Jon au volant de la Fiat laisse tourner le moteur. La luxueuse Dodge Dart approche. Au moment où elle atteint la zone fatidique, Iban donne le signal, Mika active le détonateur et la force de l’explosion fait s’envoler vers le ciel le Premier ministre, son garde du corps et son chauffeur. Le souffle est si puissant que la voiture blindée est projetée à trente mètres dans les airs au-dessus d’un immeuble et s’écrase dans la cour intérieure du couvent voisin. La poussière n’est pas encore retombée que Jon, Mika et Iban sont déjà loin. Carrero Blanco agonise, le garde et le chauffeur sont morts.
Au même moment, alors qu’ETA vient de réaliser l’attentat le plus spectaculaire de son histoire, une femme donne naissance à une petite fille. Nous sommes le 20 décembre 1973. Oyana vient de voir la lumière au bout du tunnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadiouchka
nadiouchka   08 mai 2019
Le territoire est un langage. Si on ne le parle pas dès l’enfance, il maque toujours quelque chose. (…) On se rejoint où à l’adolescence quand on habite entre Montréal et Trois-Rivières, à Shawinigan ou à Therford Mines ?
P.93
Commenter  J’apprécie          30




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr