AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'écho de la rivière (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
vf
  15 août 2013
J'ai pris ce livre à la médiathèque par hasard et le résumé m'a plu. Arrivée à mon domicile, j'ai vu que c'était une édition Harlequin et je me suis dit mince, pourquoi ai-je pris ce livre ? En manque de vacances et fatiguée, je recherche des lectures faciles, pleines de bons sentiments. Et là surprise car ce livre m'a plu, il y a une bonne intrigue, un happy end qui laisse rêveur. L'histoire se laisse bien lire, un très bon moment de détente.
Commenter  J’apprécie          90
Hamisoitil
  10 mai 2012

Voici mon quatrième livre de mon partenariat avec les éditions Harlequin et le site Babelio.

L'histoire en quelques lignes.

Julia et Christian, deux êtres qui se sont aimés étant plus jeunes. Mais un jour, la meilleure amie de Julia, est retrouvée morte. Sur le lieu du crime, Christian. Jugé coupable, il est envoyé en prison pour y rester neuf ans. Désespérée à l'idée de voir l'homme qu'elle aime emprisonné pour une longue durée, (manque de maturité, surtout). Julia épouse Bard, un homme de son rang, mais dépourvu d'orgueil, où les sentiments ne semblent point exister à ses yeux. Cependant, à ses côtés, elle ne manquera de rien, sera à l'abri du besoin et donnera naissance à une petite fille, Callie.

Hélas, un jour, Julia a un accident en faisant du cheval. Ce qui l'a rendra aveugle. Pour les médecins et après différentes analyses, son problème de cécité serait traumatique car aucune lésion apparente.
Alors, son mari, fera en sorte qu'elle reste à l'hôpital.

A la même période, notre cher Christian sort de prison et revient dans sa ville. Décidé à faire son enquête pour découvrir la vérité sur ce crime qu'il n'a pas commis, certaines personnes seront contentes de le revoir et d'autres, comme Bard, beaucoup moins.

Pour tout vous dire, la lecture a été agréable. Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Cependant, j'ai trouvé que les acteurs n'étaient pas à la hauteur de ce que j'espérais en lisant la 4ème de couverture. Pourtant, l'histoire en elle-même est très intéressante voire convaincante mais malgré cela, il manquait un petit quelque chose pour en être totalement conquise.

On a tendance à dire que les éditions harlequin sont beaucoup plus centrées sur les romances, la passion etc...
Ici, ce n'est pas trop le cas. Ce livre mêle l'intrigue et le met vraiment en avant, avec un soupçon de romance (et encore). Mais ce qui est encore plus intéressant, ce que nous avons un roman dans le roman. Que j'aie trouvé bien plus captivant que le roman en lui-même et bien calé dans l'histoire, il n'est pas là pour rien, vous verrez ^^. de plus, nous aurons droit à des flashbacks, ce qui nous aidera, nous, lecteurs, à mieux comprendre le déroulement de l'histoire, et la rencontre entre tous ses protagonistes.


Bref, c'est une bonne lecture qui se laisse lire, mais au final, vraiment sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lauredanse
  03 novembre 2012
Je ne veux pas trop en dire sur ce roman car je ne veux pas mettre sur la voie. J'ai beaucoup aimé, l'intrigue est là, nous tient en haleine tout le long du livre. En plus de l'histoire elle-même, un roman de la mère de Julia est intégré en parallèle, roman qui s'avère lui-même prenant et empli de suspens.

Je suis toujours impatiente de savoir la fin d'une histoire, et là en plus avec ces plus de 700 pages, autant vous dire que j'étais pressée, mais ne pouvant lire toute la journée c'était frustrant. Un vrai soulagement pour moi d'enfin connaitre le fin mot DES histoires.

Emilie Richards est un écrivain qui écrit vraiment bien et on visualise aisément les différents personnages, que ce soit physiquement, psychologiquement, humainement.

Dans cet ouvrage, nous découvrons également le monde des chevaux, et plus précisément la chasse à cour, une vraie découverte pour moi – vraiment très intéressant, très bien décrit, que ce soit l'évènement en lui-même, la préparation des chiens et celle des chevaux.

Un plaisir d'avoir lu ce titre, j'en lirai d'autres avec certitude. Je vous le recommande. Une histoire sentimentale complexe et un suspens prenant.
Lien : http://madansedumonde.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KateLine
  20 décembre 2015
Il existe un grand nombre de personnages dans L'écho de la rivière mais aucun d'entre eux ne semblent superflus. Les personnages secondaires ne sont pas là pour combler ou étoffer, ils font partie des rencontres de la vie, des gens qui traversent nos vies quelque fois de façon éphémère.
Parmi les principaux il y a Julia Warwick: artiste peintre issue de la classe aisée de Ridge's Race. Elle est mariée à Lonbard "Bard" Warwick homme distant, rigide et peu aimant. Elle est maman d'une petite fille Callie, elle aime monter à cheval et son chien. Cette famille cache un secret qui ne tardera pas à être révélé.

Maisy Fletcher: la mère de Julia, grand-mère de Callie, veuve de Henry Ashbourne et épouse de Jack, celle que tout le monde prend pour l'excentrique et l'inadaptée Maisy cache elle aussi un lourd secret et un passé malheureux.

Christian Carver: ami d'enfance puis amant de Julia il sera écroué à l'aube de se vingtaine pour le meurtre de Félicity la meilleure amie de Julia. Après avoir passé dix ans sous les verrous il sera finalement libéré, innocenté. Dresseur hors paire de chevaux et de chiens de chasse, revient de loin et ce bien avant son séjour en prison puisqu'il n'a pas eu une enfance facile et heureuse.

Félicity: meilleure amie de Julia, amie de Christian et Robby, elle est décrite comme frivole, quelque fois égoïste mais gentille.

Robby: meilleur ami de Christian et 4ème de la bande il se tuera en voiture quelques temps après la mort de Félicity.

Chacun dans la bande apportera quelque chose de différent dans leur amitié. A eux quatre ils vont former un groupe soudé pour le meilleur et pour le pire...

Quand on parle de L'écho de la rivière on ne peut pas ne pas parler du roman (non publié) de Maisy Fletcher (la mère de Julia). D'ailleurs le livre commence par ça, ce qui peut surprendre. Je n'avais pas aimé ce premier passage car on ne rentre pas directement dans l'histoire principale mais au final il est comme un prologue annonciateur des évènements à venir. Je trouve la mise en abîme assez sympa surtout que c'est bien intégré à l'histoire par la suite.

Le thème de la chasse et du monde équestre est très présent. Quelque fois trop sur certains passages. J'avoue avoir survolé quelques paragraphes... mais j'ai beaucoup aimé ce livre. C'est donc une agréable découverte! A relire sans aucun doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnaisValente
  19 mai 2012
« le dimanche, on lit au lit ».

Lorsque j'ai reçu L'écho de la rivière, j'ai eu un choc : 657 pages ! J'ignorais que des romans Harlequin pouvaient compter autant de pages, moi. Une vraie brique, que l'auteur avait pondue, pour conter cette histoire : « Dans la haute société de Virginie, de noirs secrets enfouis depuis des années sont sur le point d'être dévoilés. le drame couve, prêt à éclater... Artiste peintre mariée à un avocat et mère d'une petite fille, Julia Warwick est un pur produit de l'aristocratie de Ridge's Race. Cette femme à qui tout semble sourire voit pourtant son monde s'écrouler lorsqu'elle perd la vue de manière inexpliquée. Les médecins ayant conclu à une cécité psychosomatique, Julia entreprend de fouiller son passé à la recherche d'un traumatisme qu'elle aurait pu enfouir au plus profond de sa mémoire. Ce faisant, elle ouvre peu à peu les yeux sur son mari, sa famille, et surtout sur elle-même... Mais d'autres vérités encore menacent d'être exposées au grand jour quand son amour de jeunesse, Christian Carver, est libéré après avoir purgé une longue peine de prison pour un crime qu'il n'a pas commis. de retour à Ridge's Race, il entend bien faire la lumière sur cette affaire afin de se laver définitivement de tout soupçon. Pour lui comme pour Julia, comprendre le passé reste le seul moyen de s'en affranchir - quitte à déplaire à certains habitants. Car il est des secrets que ces derniers préféreraient ne jamais divulguer... »

Mais conter n'est pas compter, bien sûr, alors je me suis laissé conter fleurette par Emilie Richards

Et j'ai adoré cela. L'histoire est fluide, Julia est attachante, tout comme Christian, même s'il est cousu de fil blanc que ces deux là n'ont pas vraiment cessé de s'aimer, of course. Malgré tout, l'intrigue est là : pourquoi Julia est-elle aveugle, que n'accepte-t-elle pas de voir, qui a réellement tué leur amie il y a neuf ans ? Et puis quel est cet étrange roman que la mère de Julia a écrit et qu'elle lui délivre, soir après soir, au coin du feu ?

Passque voilà là le mystère de ces 657 pages : deux romans en un, ou presque. le double effet Harlequin, à la manière de Kiss Cool. Et si, au début, cette intrusion d'une seconde histoire dans la première m'a interloquée, puis agacée, car elle coupait l'intrigue principale, très rapidement, elle m'a captivée, par le message qu'elle délivrait petit à petit.

Ajoutez à cela une légère intrigue policière sur qui a tué, comment et pourquoi, dont le mystère n'est levé qu'à la toute fin, et vous aurez un roman bien ficelé, dont les 657 pages passent à vitesse TGV une fois la lecture entamée. Et puis, faut attendre des pages et des pages pour avoir du sexe, du vrai, du bon, du plein d'amour, ça m'a changé de ma dernière lecture, c'est clair.

Malgré quelques petits défauts, comme un début d'histoire, à l'hôpital, bien peu utile et qui ralentit l'intrigue, des détails sur la chasse dont je me serais bien passée (mais ça c'est un avis perso), un milieu vraiment « prout ma chère » où l'argent semble couler à flots ou quelques miracles bien trop Harlequinesques pour être totalement crédibles, voilà un roman qui m'a vraiment beaucoup plu, avec des personnages fouillés, un peu de psychologie, un peu de policier, un peu d'amour et beaucoup de plaisir à la lecture.

Et puis, vous savez pourquoi ce livre restera vraiment dans mes anales ?

Passque quand j'étais ado, j'avais décidé d'écrire une nouvelle qui raconterait les amours tumultueuses d'une amie. J'en connaissais le début, rien que le début : « les pales de l'hélicoptère brassaient l'air parfumé ». ça me semblait un début parfait pour une nouvelle romantique à la Nous deux ou Harlequin.

J'ai donc commencé ma nouvelle par cette phrase, et n'ai jamais rien écrit d'autre, bien sûr. Mais cela dénotait déjà mon envie d'écrire, pour sûr.

Et dans l'Echo de la rivière, keske je lis ? « Elle entendait les pales d'un ventilateur brasser l'air ». C'est pas totalement kif kif, mais c'est tout comme. Et ça prouve que j'avais déjà du talent à l'adolescence, na. Et que je devrais vraiment écrire ma nouvelle…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lau2810
  11 octobre 2017
J'aime beaucoup Emilie Richards, dans ce roman, les passages concernant la chasse à courre, m'ont terriblement dérangée. Etant contre ces pratiques qui sont à mes yeux une forme de chasse horriblement barbare et d'un autre temps, je les ai donc toutes passées et j'ai tenté de suivre le fil concernant Julia, en essayant de rester impartial et d'apprécié malgré cela l'histoire, en allant jusqu'au bout, malgré mon envie d'arrêter. Je ne le classerais pas dans les meilleurs. Dommage !!!!
Commenter  J’apprécie          10
CDISainteUrsuleTours
  01 juin 2017
Tout au long du roman, on suit l'histoire d'une jeune femme, nommée Julia, et on découvre sa vie ainsi que celle de ses proches. Mais la situation finale est-elle à la hauteur de nos attentes ?
Ce roman traite majoritairement une histoire de famille assez compliquée due à des problèmes du passé. Julia Warwick devient aveugle du jour au lendemain sans raison particulière et l'histoire tourne autour de son handicap. Julia se voit alors se souvenir de son passé pour guérir. Seulement, l'histoire parle aussi de ses proches, notamment, un certain Christian Carver emprisonné suite à un crime. J'ai trouvé ce sujet intéressant car on voit qu'une fois qu'on a résolu nos problèmes et nos difficultés, physiquement tout va mieux. Émilie Richards écrit très bien, les phrases sont courtes et simples et malgré les 657 pages on prend du plaisir à lire. Les lieux et les décors sont réalistes et les personnages sont attachants, de fait, le lecteur entre facilement dans l'histoire. Malgré le sujet assez sérieux, l'auteure à réussit à trouver les bons mots pour ajouter une touche amusante et temps en temps, ce qui fait le charme du roman.
Ce livre est très intéressant et si vous aimez lire je vous le conseille fortement.
Zoé 2nde7
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre