AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'Agent des ombres, Tome 6 : Guerrier des Lunes (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Fifrildi
  13 octobre 2017
Voilà presque 6 mois que j'ai terminé le tome précédant, comme le temps passe vite ! Cela étant dit, il m'a été très facile de me replonger dans les aventures de Cellendhyll de Cortavar. Ce tome était un peu différent des autres… le changement n'est pas des moindres. Après un incident provoqué par la baronne Melfynn, Cellendhyll quitte le service de Morion. Il reprend sa liberté. C'est un peu comme si l'Ange avait pris des vacances. Cela m'a fait penser à une sorte d'histoire tampon pour faire la transition avec une autre page de l'histoire de ce personnage fascinant.

Toute une série de situations et de personnages sont mis en place mais on retrouve quand même quelques visages familiers comme les amis de Cellendhyll, Constance de Winter (la Phoenix du roi Priam) ou encore Maurice qui débarque toujours comme un pop-up incongru.

Constance doit enquêter sur des meurtres ignobles du côté du territoire des Pictes et l'Adhan l'accompagne en tant qu'observateur. On imagine bien qu'il ne fera pas qu'observer, surtout que la situation va dégénérer de façon inimaginable. Souvent je me suis demandée comment il allait faire pour s'en sortir… franchement quel kiff ^_^

Bref, je me suis régalée et j'ai bien aimé la fin !

"Je suis l'Ombre, je danse et je tue."

Excellent moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Tatooa
  22 avril 2017
Erf, bah finalement je l'ai beaucoup aimé ce tome 6, moi...
Je crois que j'ai adopté le bon "truc" pour l'apprécier. J'ai lu les tomes 1 à 5 dans la foulée, puis j'ai totalement arrêté pendant plus d'un an ! Or, le tome 5 finit sur Gheritarish qui part en vacances…
J'ai donc repris tout récemment par la lecture des « vacances » (toutes relatives, mdr) de Gheritarish. Tome pendant lequel, j'avoue, Cellendhyl m'a pas mal manqué.
Du coup, c'était le bonheur de le retrouver dans ce tome. Parce que j'aime Cellendhyl de Cortavar, à peu près comme toutes les nanas qui le croisent, mdrrr !
L'écriture est toujours sympa (ces descriptions de combats, mais c'est juste pas croyable ! bon si vous n'aimez pas ça, passez votre chemin, lol), malgré parfois quelques maladresses dans la tournure de phrases ou l'emploi de certains adjectifs, mais vraiment rien de rédhibitoire, vu que je ne m'en souviens plus précisément là de suite, à part « un geste grandiloquent » mais a priori c'est moi qui bugge puisque la définition colle, (alors que pour moi c'est un adjectif uniquement lié au discours mais en fait non, lol).

Pour l'histoire, ça se tient, et drôlement bien, en fait, sur les développements et les ramifications. Je me demande à chaque fois si Michel sait bien où il va, mais ça reste cohérent, du coup on dirait bien que oui. Même si l'action ne démarre vraiment qu'à partir du moment où Cellendhyl et Constance partent pour Fort Courage. On sent le tome de transition, bien sûr, mais c'est une transition bien faite, bien amenée.
Et où Cellendhyl se retrouve dans une situation fichtrement merdouillifique à la fin… qui donne bien évidemment envie de sauter sur la suite.

Après il y a quelques petits moins qui agacent (légèrement), c'est la répétition de situations avec "les filles". Il a beau être un "romantique" dans l'âme, c'est quand même un sacré coeur d'artichaud ce Cellendhyl, lol ! Pi on a plus de scènes de sexe que dans mon souvenir des précédents (ou alors j'étais habituée et je me suis déshabituée, mdr !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
edwige31
  07 août 2014
Bon, ce n'est pas pour dire mais je voudrais bien qu'il y ait un point final aux aventures de l'Adhan. Il y a comme un air de déjà vu avec des méchants sournois, une amoureuse en danger et un héros qui triomphe de tout pour sauver sa belle......
Donc, Cellendhyl commence à en souper des dirigeants du Chaos et leur volonté de le contrôler. Après un épisode un peu douloureux, notre héros va retrouver le monde de la Lumière et son roi Priam. du même coup, il retrouve Winter et patatras, il retombe amoureux, un vrai adolescent... La cour du roi Priam n'est pas vraiment différente de celle du Chaos, avec ses coups bas, sa recherche du pouvoir et ses faux semblants. Priam semble aussi ne pas avoir des intentions totalement honnêtes et Cellendyl le comprend assez vite... Une intervention militaire dans un autre monde avec Winter lui permettra de se confronter à de nouveaux monstres sanguinaires se nourrissant de la souffrances des autres..
Je n'en dirais pas plus de l'intrigue mais je me lasse des scènes de combats, des atermoiements amoureux du héros. Au final, ce qui est le plus original c'est le rôle de Maurice et de son maitre, omniprésent mais dont on ne comprend pas vraiment la finalité. C'est bien écrit mais avec un sentiment de déjà vu un peu agaçant et lassant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
balrog
  25 octobre 2012
Après le cinquième opus qui était épique, Cellendhyll est de retour pour une nouvelle saison dont voici l'ouverture.
Bon, je vais pas faire un résumé, la quatrième de couverture s'en charge très bien...Trop bien même ! J'avoue avoir eu du mal à contenir ma frustration en lisant le résumé. Révéler direct aux lecteurs que Cellendhyll rejoint Priam dans son palais à Tygarde n'est pas un gros spoil, d'accord,(puisque nous savions que les relations entre l'Ange et le Chaos étaient très tendues.) mais quand même...après la punition du grand boss il aurait pu se passer des tas de choses ! Bref passons.
L'histoire en elle-même je n'en suis pas trop convaincu, le début est très bien et les actions du Chaos font se poser pleins de questions. Ensuite il y a la fuite de Cellendhyll et une fois en relative sécurité, arrive Constance de Winter...Et là, c'est le drame (pour moi) !
Pourquoi ? Parce que l'Ange ( qui déjà dans le précédant livre n'était pas insensible aux charmes de la blonde ) va tomber amoureux de Winter et en plus c'est réciproque et "en plus en plus" l'Ange est dispo puisque Estrée s'est barrée ! Ben voilà...On va voir notre impitoyable guerrier aux deux coeurs perdre tous ses moyens face à Constance, un peu comme un adolescent quoi ! C'est rigolo au début, mais après ça me gonfle assez vite. Alors j'ai bien saisis que Cellendhyll de Cortavar est un bad boy romantique qui n'a pour le moment qu'une seule faiblesse et que c'est les femmes, mais j'aime pas du tout quand il est amoureux, par moment il me fait penser à Harry Potter, c'est dire !
Ce qu'il y a de bien, c'est que pendant ce temps on visite un peu Tygarde, on observe les moeurs de la Lumière et surtout, Priam se dévoile un petit peu plus, c'est le point fort du livre à mon avis.
Donc voilà, au début y' a pas vraiment d'action, c'est un peu (beaucoup) "love to love", en revanche quand ça part (à la 260ème page quand même), ça s'arrête plus. le scénario des meurtres qui se déroulent sur les Terres du Nord ne brille pas pour son originalité et si il y a de nouveaux méchants, certains ne le sont pas vraiment... le véritable coupable est impossible à suspecter car à aucun moment l'auteur nous donne des indices (un mauvais whodunit quoi) et c'est uniquement au feeling ( et peut-être un certain déjà-vu... ) que le coupable peut être identifié. J'avoue que j'ai la critique facile car ce qu'on demande à M.Robert, ce n'est pas d'écrire des romans policer mais de la fantasy. Néanmoins, la critique aurait était plus cool si un effort avait été fait en ce qui concerne la relecture et la correction ; ça n'a pas vraiment été le cas: plusieurs noms et prénoms se transforme au fil du livre, il y a même le prénom d'une défunte qui en remplace un autre...que ça arrive une fois dans un livre, je veux bien, mais quand c'est un livre sur deux c'est crispant...
Je sens qu'avec tout ce que je viens de dire, je vais pas me faire que des amis...c'est le moment de me rattraper et de passer aux qualités :)
Tout d'abord il y a le style de Michel Robert qui me plait de plus en plus. Il apporte la "French touch" à la fantasy en décrivant délicieusement les repas, les vins et les scènes érotiques. Les personnages sont toujours aussi bien décrits afin de bien les visualiser et les combats sont vraiment vivants. Ensuite je ne renie pas le côté addictif de cette série, car une fois Guerrier des Lunes terminé, la suite est inévitable, trop de choses sont encore en suspens et ça promet un beau programme pour la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
boutentrain
  26 octobre 2011
Je fus très heureux de retrouver Cellendhyll de Cortavar dans cette suite tant attendu. J'ai passé un bon moment durant cette lecture. Cependant, pour ma part, je trouve que ce livre n'était pas complètement à la hauteur de mes attentes, surtout aux niveaux des techniques de combat, où l'auteur a légèrement effleuré le sujet dans le dernier combat. Je n'en dis pas plus afin de ne pas tout dévoiler pour les futurs lecteurs. Néanmoins, les autres éléments de la série sont présents : du sexe, des combats détaillés, un univers intéressant et j'en passe.
Commenter  J’apprécie          20
Suny
  22 septembre 2011
Depuis le temps que je l'attendais, ce sixième tome qui amorce la seconde saison du cycle de l'Agent des Ombres ! Eh bien, je ne suis pas déçue : Cellendhyll est toujours égal à lui-même, bien sûr, pour mon plus grand plaisir. Et, pour plus de plaisir encore, on découvre enfin l'Empire de la Lumière plus en profondeur, notamment le fameux et mystérieux Priam, de nouvelles contrées, de nouveaux personnages et, évidemment, de nouveaux ennemis !
Plus encore que dans les précédents tomes, on va de combat en aventure à un rythme effréné, on vogue dans cet univers savamment construit par Michel Robert sans en perdre une seule miette, on slalome entre les coups durs, les coups bas, les coups de dague et les coups de boule à en perdre haleine, tout est tellement bien décrit qu'on entend presque la douce symphonie des lames qui s'entrechoquent et des nez qui se brisent et on voit l'Ange, en digne chef d'orchestre, effectuer avec grâce (et sauvagerie) sa danse meurtrière… le tout saupoudré, toujours, de cette petite pointe d'humour noir caractéristique de l'auteur et de quelques clins d'oeil amusants.
Et enfin, un final qui promet un septième tome explosif. En bref, que du bonheur !
Chapeau bas également pour la couverture, tout simplement sublime.
Lien : http://lecturesdesuny.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Austenite
  30 juillet 2016
Après la conclusion du premier cycle, je me demandais un peu comment l'auteur allait embrayer sur le suivant et je m'avoue sur ma faim. On reprend les mêmes ficelles et on recommence, cette fois du côté de la lumière. le soufflet épique du 5ème tome est retombé, j'ai trouvé le début du roman franchement poussif et certaines manies d'écriture de l'écrivain me font de plus en plus grincer des dents.
La lecture reste agréable, c'est divertissant, mais j'en espérais davantage.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1338 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre