AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844542689
Éditeur : Dervy (15/01/2004)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Le silence intérieur est la condition pour que naisse une réalité spirituelle. Aussi beaucoup d'enseignants préconisent une " maîtrise de pensée ". Il s'agit de la fixer, de la concentrer, par un effort de volonté. Mais rejeter le mental ne conduit pas au véritable silence. Il est avant toi nécessaire de le comprendre, de savoir ce qu'il est. Alors seulement pourra naître un silence qui n'est pas le produi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  25 janvier 2016
Un tout petit livre, moins de 100 pages, pour aborder un grand sujet presque avec silence...
Erik Sablé décrit avec grande simplicité ce qu'est le mental, comment le comprendre et savoir ce qu'il est. Il nous amène à entrer dans l'intimité des mécanismes du " moi " à l'origine du flux des pensées errantes et à découvrir ce qui se joue derrière les apparences en démystifiant le jeu du mental. Qu'est-il ? D'où vient-il ? Que cherche-t-il ? de cette exploration et clairvoyance, pourra naître un silence qui n'est pas le produit d'une tension, mais qui vient naturellement de l'intérieur, comme une " grâce ".
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   25 janvier 2016
Tout est dualité dans le devenir : la lumière se détermine toujours par rapport à l'ombre, et le mental révèle son fonctionnement lorsqu'il apparaît sur le fond silencieux de l'être immobile. C'est ainsi que pourront se révéler les secrets de la pensée. C'est seulement une fois établit dans le silence et le vide que l'on pourra comprendre le «moi».
C'est d'ailleurs pour cela que les psychologues occidentaux demeurent toujours à la surface et ne peuvent avoir une vision juste des mécanismes qui se jouent dans les profondeurs de la psyché. Il leur manque cette distance, ce «point d'appui», intérieur, ce fond de silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   25 janvier 2016
En fait, il se produit un curieux dédoublement du regard. Nous sommes conscients de ce fond de Présence et en même temps des pensées qui émergent et se déploient dans l'espace mental. C'est une subtile division entre la part témoin qui observe et celle observée. Car, en apparence du moins, il existe bien deux formes de conscience. D'une part la Pure Présence d'être, lumineuse et claire ; d'autres part, la conscience égotique, intrinsèquement liée aux modifications mentales. Et c'est en s'appuyant sur la première que l'on peut prendre suffisamment de distance avec la «seconde» pour la connaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   25 janvier 2016
En réalité, il s'agit d'effectuer une prise de conscience «sur le vif» des mécanismes du moi, et pour cela d'ouvrir ses sens intérieurs pour explorer les multiples nuances de la pensée, des sentiments, des sensations ; d'épanouir la fleur de l'intériorité ordinairement voilée par les préoccupations quotidiennes.
C'est un peu ce que préconisait le Bouddha, mais nous avons notre propre chemin à faire, libre et nu, loin de toute emprise religieuse, même la plus noble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   25 janvier 2016
Les états de concentration ou l'esprit est focalisé, centré, conduisent à l'absorption du Samadhi. Mais la vigilance nécessaire pour percevoir les mécanismes du «moi» est très différente. C'est un état d'attention globale, non centré, ou la conscience est simplement présente à elle même, sans être fixée sur rien de particulier, attentive aux pensées et aux émotions qui surgissent sans les juger, sans les accompagner, en demeurant simplement en retrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   25 janvier 2016
Nous verrons notamment que le «moi» n'a pas d'existence «en soi», en dehors des pensées. Dès qu'on tente de l'isoler, il se dissipe «comme un rêve au réveil», « une bulle illusoire», un fantôme. Plus précisément, il apparaît comme un «effet de perspective», un pli de sa psyché sans réalité véritable. Cette prise de conscience sera déjà un grand pas dans la découverte de son fonctionnement, de son rôle dans l'alimentation des pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : Moi (philosophie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
293 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre