AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782414276240
Edilivre-Aparis (23/11/2018)
4.17/5   3 notes
Résumé :
Une nuit de pleine lune, neuf éclairs de jade déchirèrent le ciel, éclairant les stèles entre les arbres. Des coups successifs firent trembler la terre, suivis de trois coups vifs, bien distincts, le dernier résonnant tel le tonnerre. Un rire retentit dans l'ombre. Des jumelles se tenaient entre les tombes, près d'un marais de sang d'encre. D'un sourire perlé de larmes, Louis prit appui contre la colonne antique d'un temple. L'une des jumelles but un verre de lait, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Louis_LUCAS
  30 octobre 2019
Je me suis promené hier dans la ville de Lilium. J'y ai rencontré des femmes et aussi des hommes. Il y avait une artiste prénommée Evangéline, Oscar, un ours perspicace et bavard comme un enfant l'imagine. Louis, un jeune garçon sensible, ô combien rêveur. Et puis son ami Arthur, qu'il imaginait parfait, mais c'était réducteur.
Je me suis promené hier dans l'école de Lilium. Il y avait des femmes et aussi des hommes. Il y avait de la joie, de l'envie, du bonheur. Mais j'y ai vu une ombre cachée en son coeur. Une haine tenace pour ce qui n'est pas la norme. Un besoin injustifié d'un monde uniforme. Ce monstre innommable qui veut jeter l'opprobre. Existe hors de Lilium, dans des contrées plus sobres. Aux coins de nos rues, elle prétend tracer. Une démarcation tendue pour mieux rejeter. Ces êtres qui ne répondent pas aux critères. Imposée par des dieux, par des êtres sectaires. Ceux qui la suivent ont l'air d'oublier. Que c'est la nature qui nous a formés. Qu'elle nous voulait unique et aussi singulier. Que la vie d'un être ne s'arrête pas à sa sexualité.
Je suis promené hier dans la forêt de Lilium. Il y avait des créatures, mais très peu d'hommes. Les chemins imaginaires que j'ai empruntés. M'ont conduit invariablement à rencontrer. Des êtres uniques par l'imagination façonnée. Un décor gothique en guise d'habitat. Permit au jeune Louis de comprendre ses états. D'âme, il en avait plus que besoin. La violence physique l'y avait contraint. Contraint de s'interroger sur ses sentiments. D'admettre la nature de son emballement.
Je suis promené hier dans le roman "Lilium". Ai été touché par l'histoire de ce môme. Qui ne peut être lui à cause de la norme. À cause de ces êtres aveuglés par un dogme. Chaque mot m'a semblé faire mouche. L'ambiance singulière a l'allure d'un croquembouche. Elle prépare le lecteur au dépaysement. Que cette forêt fera naître immanquablement.
J'ai refermé "Lilium", la tête emplie d'images. En multipliant les références, parfois les moins sages. L'auteur nourrit son oeuvre, grandit son feuillage. L'encre, le lierre, symboles de sa plume. Offrent au lecteur le temps du recul.
Lien : http://louiselegy.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
chrispit33
  08 janvier 2019
Dans un univers qui n'appartient qu'à lui, Quentin Westrich nous emmène, à travers 180 pages, dans un voyage littéraire ou tolérance et liberté riment avec respect et sensibilité.
Comment accepter et vivre pleinement ses sentiments quand ces derniers ne sont pas normés.
Très vite nous nous attachons au personnage de Louis, jeune homme à la fois fragile et fort, perdu entre son univers fantasmagorique et cette réalité qui s'impose à lui. Ce jeune garçon, à l'aube de sa vie amoureuse naissante, a une force inouïe qui l'habite : sa volonté d'être libre à n'importe quel prix.
Nombreuses sont les phrases qui vous touchent au coeur, comme une impression de vécu car après tout, Louis c'est un peu nous tous.
Cet ode à la tolérance se découpe en deux parties bien distinctes et pour être honnête la partie onirique m'a un peu déstabilisée au début. Et pourtant, c'est ici que les plus beaux messages sont véhiculés.
Au final, un livre qui devrait être lu par beaucoup d'esprits encore trop fermés, toutes ces personnes qui souffrent d'un grand mal dont les livres sont le meilleur médicament : L'IGNORANCE
C'est avec frustration que l'on tourne la dernière page car il faut bien l'admettre, on resterait encore volontiers avec Louis et Thibault dans ce monde irréel à ..... nos yeux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laurencecbn
  10 janvier 2019
J'ai beaucoup apprécié la lecture de “Lilium”. le récit se déploie à un bon rythme, le style est très fluide et l'univers, riche et onirique, se nourrit de pertinentes références artistiques et mythologiques! C'est un joli conte initiatique, qui aborde de façon métaphorique les épreuves et la violence que le jeune héros, à cause de sa différence, va devoir surmonter, jusqu'à sortir transformé et grandi par cette aventure. Ce conte transmet un message de tolérance, avec pédagogie et sensibilité, invitant chacun à accepter sa singularité et ses différences et à lutter contre les préjugés et la violence des discriminations. On s'attache vite au jeune héros, être sensible et touchant qui fait preuve de force de caractère pour s'affirmer et assumer ses sentiments naissants. Pour ceux qui connaissent déjà l'auteur, ils auront la satisfaction de retrouver son univers qu'il construit avec cohérence de livres en livres
Commenter  J’apprécie          20


autres livres classés : toléranceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Quentin Westrich (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre