AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2923603915
Éditeur : Les 400 coups (2011)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Quatre jeunes auteurs sont sélectionnés pour participer à la première expérience de roman-réalité. Xavier, Lauriane, Elizabeth et Félix se sont démarqués lors de divers concours littéraires, ils ont passé haut la main leur audition et auront la chance de s’isoler dans un magnifique chalet dans une région touristique du Canada. Pendant douze jours, ils devront rédiger de courts text... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Grominou
Grominou11 octobre 2011
  • Livres 2.00/5
Je ne fais sans doute pas partie du public cible de ce bouquin. J'avoue que lorsque je l'ai choisi parmi la liste de l'opération Masse Critique de Babelio, j'ai lu la présentation en diagonale, car je déteste savoir l'intrigue d'avance et donc ne lis jamais les quatrièmes de couverture. Je pensais que les quatre aspirants écrivains qui participent à ce concours de «roman-réalité» auraient à écrire, justement, un roman à huit mains, ce qui aurait pu donner lieu à un «roman dans le roman», un stratagème qui peut donner des résultats fort intéressants (cf Paul Auster, Margaret Atwood, et al). (Je sais, il y a quatre fois le mot roman dans la phrase précédente, c'est maladroit mais comment faire autreroman, oups, autrement?)
Finalement ce n'est pas tout à fait ça. Les quatre jeunes, isolés dans un chalet en pleine nature, doivent chaque soir rédiger un compte rendu de la journée, et ce sont ces écrits qui seront rassemblés et publiés, accompagnés des textes d'un observateur impartial qui les épie à distance grâce au système de surveillance installé dans la masure. le reste du temps, nos participants doivent résoudre des énigmes ou accomplir certains défis, exactement comme dans les émissions de télé-réalité insupportables (mais chacun ses goûts) de style Occupation double/ Loft Story/Survivor.
Les deux principaux défauts: premièrement, dans leurs textes, les participants ne font rien d'autre que se dénigrer les uns les autres, ce qui malheureusement à l'effet de nous les rendre tous antipathiques! Même l'observateur a une attitude méprisante envers eux. Deuxièmement, pour des aspirants écrivains qui désirent se faire remarquer, ils ne soignent pas du tout leurs écrits, se contentant d'un premier jet bourré de sacres et d'abréviations héritées des textos, anglophones de surcroît (WTF, BTW...). Encore là l'observateur, pourtant lui aussi écrivain en manque d'éditeur, souffre du même travers, se permettant des expressions comme bitchage ou wannabe.
Points positifs: une bonne idée de départ, mais qui aurait pu être poussée plus loin, et une finale surprenante et bien amenée.
Pas mon style d'écriture, pas mon style d'histoire. Je ne fais pas partie du public cible, prenez donc mon avis avec un grain de sel. Je suis sûre que ce livre plaira à plusieurs, je ne fais tout simplement pas partie du groupe!
Merci à Babelio et aux éditions Coups de tête pour l'envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
amelietalbot
amelietalbot18 janvier 2012
  • Livres 4.00/5
J'ai dévoré ce livre. Jeune, frais, et surtout remplis de rebondissement. la fin m'a vraiment surprit.
Commenter  J’apprécie          00
mhvaugeois
mhvaugeois03 octobre 2011
Dominic Bellavance sait trouver des thèmes accrocheurs pour ses romans. Sa précédente publication, Toi et moi it's complicated, portait sur l'univers merveilleux de Facebook et les imbroglios que les réseaux sociaux pouvaient amener dans nos vies. Cette fois-ci, avec Roman-réalité, il fait un clin d'oeil à la télé-réalité en inventant un concept littéraire inspiré de ce phénomène télévisuel.
Lien : http://librairievaugeois.blo..
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (1)
LaPresse27 septembre 2011
Décloisonner la littérature, l'idée est bonne. Dominic Bellavance a eu l'audace de conjuguer téléréalité et littérature, c'est une première. Une histoire à suivre, sans doute un futur livre à lire dans lequel on aspire à une dose plus importante de talent chez les participants et à un degré moins élevé de méchanceté chez l'organisateur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui18 juillet 2016
Pour des futurs écrivains, ils me déçoivent. La lecture aurait dû être leur dada. Stephen King le disait lui-même: «Si vous n’avez pas le temps de lire, vous n’avez pas le temps ni les outils pour écrire.» Il a bien raison, le King, et je répète cette citation en classe comme un leitmotiv. J’ai des élèves qui grimacent en l’entendant; ceux-ci refusent de se laisser influencer par le travail des autres, par peur d’imiter inconsciemment leurs styles.
Je rappelle que nous vivons dans la postmodernité. Le mot d’ordre: tout a été fait. Nous sommes condamnés à imiter, alors aussi bien le faire de façon volontaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui18 juillet 2016
Du roman-réalité, oui, je suis d’accord. Mais de publier les textes dans l’état où ils sont, est-ce vraiment un service à rendre à la littérature? Je suis conscient que le projet est innovateur, qu’il a été subventionné parce qu’il explore des terrains nouveaux, mais si c’est pour promouvoir le côté médiocre des plumes de ces jeunes gens... Tu vois où je veux en venir?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui18 juillet 2016
Une relation construite à travers les sueurs froides des petites chicanes et les chaudes qui s’incrustent dans le lit. Une belle figure de style. J’adore.
Écrivains, apprenez-le: vos malheurs sont les meilleurs engrais.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui18 juillet 2016
J’ai réalisé une chose depuis hier. Plus les évènements que vivent nos protégés sont intenses, plus leurs rapports tendent à se ressembler. Cela est compréhensible: dans un journal intime, on raconte ce qui nous a marqués dans la journée et non les incidents anodins – quoique Lauriane ait réussi à nous prouver le contraire dernièrement.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui18 juillet 2016
Lauriane m’offrait une meilleure compagnie, malgré sa naïveté de gamine prépubère qui trippe sur Ma petite pouliche. Son air niaiseux la rendait adorable; je la sentais fragile, j’avais envie de la protéger. Malheureusement, nos sujets de conversation m’intéressaient autant qu’une entrevue dans le Dernière Heure. J’aimais seulement la tonalité des sons qui sortaient de sa bouche et, en ce sens, mon intérêt pour elle était purement physique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Dominic Bellavance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominic Bellavance
Vidéo de Dominic Bellavance
autres livres classés : écritureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
89 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre