Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2700231929
Éditeur : Rageot Editeur (2006)


Note moyenne : 4.27/5 (sur 768 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Il s'agissait d'un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand e... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (69)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par murielan, le 12 avril 2014

    murielan
    La quête d'Ewilan n'est pas encore achevée : elle veut découvrir où sont enfermés ses parents et les délivrer. Mathieu/Akiro le frère de Camille, Siam une frontalière, et le gros de la troupe d'amis se joignent à elle et décident de l'accompagner dans cette nouvelle aventure. Leur aide ne sera pas de trop car la traitresse d'Eléa Ril' Morienval est désormais libre, prête à tout pour contrecarrer ses plans...
    Dernier tome de cette trilogie, L'île du destin nous emporte une nouvelle fois dans le monde enchanteur de Gwendalavir et de La Citadelle des frontaliers créés par Pierre Botero.
    Les liens entre les différents compagnons d'Ewilan évoluent : les amitiés se consolident et des sentiments amoureux se confirment.
    J'ai apprécié le fait qu'Akiro décide enfin d'aider sa sœur et découvre ainsi que lui aussi possède un grand pouvoir dans cet univers et que Salim joue un rôle plus important dans ce tome. Et puis Ewilan a toujours un caractère fort : c'est une héroïne courageuse, décidée et intrépide.
    Je suis contente de pouvoir poursuivre la lecture de ses aventures avec une nouvelle trilogie : les Mondes d'Ewilan !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Hillel, le 30 août 2012

    Hillel
    Bon j'étais fan du premier tome, archi-fan du tome deux. J'ai terminé le tome 3 les larmes aux yeux avec une fulgurante envie de continuer à lire ces personnages.
    Vous l'aurez compris, La quête d'Ewilan prend une bonne place dans mon top des séries jeunesse. Bottero, est devenu mon auteur jeunesse préféré. En écrivant ces lignes j'ai un sourire béat, je suis repus de belles sensations, d'une lecture magique, de poésie…
    Alors quoi de neuf dans ce tome 3 ? Camille ou Ewilan, si vous préférez, commence fort. Dès le début elle retrouve ses ennemis jurés, les sentinelles qui ont causé la perte de ses parents, dès le début les dangers arrivent, la voilà menacée d'un duel !
    Franchement, la première partie nous embarque comme toujours dans une action pleine d'émotion. Les amis de toujours sont là pour s'émouvoir, s'inquiéter ou détendre l'atmosphère de leurs franches boutades.
    Dans ce tome il y a davantage de romance, Salim ne cesse d'affirmer son profond sentiment pour Camille, et continue de la suivre, bien que certains doutes sur sa place à ses côtés, et son rôle, commencent à l'assaillir. Son personnage prend un tournant étrange et plus de profondeur. Ellana fidèle à elle-même ne cachera plus ses sentiments ou sa jalousie… Mais cela reste encore très retenu…Elle nous ravira encore de ses répliques et de son aplomb. Et puis deux nouveaux viennent se rajouter à la joyeuses bande. Camille est allée chercher son frère Mathieu. Elle le ramène à Gwendalavir pour qu'il l'aide à délivrer leurs parents. Une jeune femme indépendante et combative, Siam, sœur d'Edwin, viendra donner son aide dans cette nouvelle quête. On a une jolie palette de trois personnages féminins très forts et indépendants. Leur combativité, leur courage, et leur autorité sur les hommes sont étonnants. A croire que Bottero a eu des envies de messages féministes !
    Nous sommes en littérature jeunesse, alors, bien que certains passages nous donneront quelques frayeurs, la happy-end est là, et nous refermons ce dernier tome de la première trilogie avec un beau sourire ! des couples se sont formés ou retrouvés, des amitiés se sont consolidées, et comme chez Astérix, tous se retrouvent autour d'un festin à la belle étoile pour fêter la victoire!
    On aura eu dans ce tome un peu de tout ce que nous avions aimé dans les deux premiers : de l'action, des batailles, de la magie, beaucoup de poésie, et une belle touche de romance, toujours toute en finesse. Nous n'avons plus de vilains monstres à combattre, mais des pirates, et des méchants très méchants. Nous retrouvons avec bonheur, la dame et son gardien. Je n'en dis pas plus, pour laisser la découverte… Et toujours de beaux paysages…quelques surprises nous attendent. Un beau parallèle avec la légende arthurienne. le tout toujours mêlé de répliques mordantes et de clins d'œil. Bref, un roman qui a su utiliser les inconditionnels du genre fantasy et les a maniés avec brio et légèreté.
    C'est un réel beau cocktail pour un roman du genre. Une très belle écriture pour des jeunes.
    Comme toujours je suis sous le charme, et je donne mon coup de cœur à la série.
    Oh que je suis heureuse de me dire qu'une nouvelle trilogie m'attend !


    Lien : http://leslivresdalily.blogspot.fr/2012/08/la-quete-dewilan-tome-3-l..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par harmo20, le 19 février 2014

    harmo20
    Dernier tome de cette trilogie que j'ai beaucoup apprécié. Un peu triste de me dire que c'est fini mais heureusement que j'ai Les mondes d'Ewilan à lire maintenant. Je ne vais pas encore quitter l'univers de Pierre Bottero.
    Ewilan est en route pour sauver ses parents. Ils sont enfermés quelque part depuis des années et elle va avoir besoin d'aide pour les délivrer. Salim et Ellana doivent partir car Salim doit subir l'entrainement d'Ellana. du coup, Ewilan accompagné d'Edwin, de Maître Duom, de Maniel, de Bjorn, de Siam – la sœur d'Edwin - et d'un personnage que je ne citerai pas, ils partent les libérer…
    Cette trilogie se lit très rapidement. On ressent le côté Jeunesse du livre du coup, il se lit très vite. On est pris dans l'intrigue, les pages se tournent seules et on ne veut pas quitter Gwendalavir. le livre est découpé en quatre parties, et les trois premières je les ai dévorées. Oui, il fallait bien que je m'arrête pour aller travailler, d'ailleurs, j'étais vraiment dégoutée, je ne voulais pas y aller, je voulais lire !
    J'aime beaucoup découvrir l'histoire d'Ewilan, c'est une jeune fille intelligente, même si dans ce tome elle prend des personnages un peu de haut, elle n'hésite à aider tout le monde. C'est une grande Dessinatrice qui a beaucoup d'avenir devant elle.
    Salim lui, il agit avant de réfléchir, du coup, il se met dans des situations pas possible. Mais heureusement qu'il est présent car il amène de la gaieté dans le groupe. Il réplique toujours avec son humour, sur ce que disent les personnages. Mais dans ce tome, il se retrouve un peu à part car il n'est pas de ce monde, mais ses amis sont là pour lui.
    Edwin est génial. Je l'adore ! C'est un guerrier hors paire, il n'a pas besoin de dormir, il est très fort et au combat très redoutable. Il est toujours là dans la batailler même devant tout le monde.
    La sœur d'Edwin, Siam, lui ressemble beaucoup, elle et son sabre ne font qu'un. J'ai été très étonné par sa façon de se battre, pour une fois, dans un livre on voit deux filles qui savent se battre, c'est vraiment très intéressant.
    La deuxième fille est Ellana, qui est une marchombre. Donc on sait se battre mais cache son côté marchombre. D'ailleurs, je me langui d'en apprendre plus. Et puis, c'est elle qui fait chavirer le cœur d'Edwin donc on ne peut que l'apprécier.
    Bjorn et Maniel sont des guerriers avec du potentiel. Tous les savent se battre. Dans ce tome, Maniel est un en retrait, mais en même temps, comment mettre tous ces personnages en avant. D'ailleurs, Mâitre Duom aussi est un peu en retrait, mais c'est que maintenant il n'a plus grand-chose à apprendre à Ewilan. Mais ils restent tous des personnages très importants et super attachant.
    Oui, il y a beaucoup de personnages mais c'est un univers très agréable à découvrir. Dans ce tome, Pierre Bottero nous parle de la Légende de Merwyn, j'ai adoré en apprendre plus sur cette légende et cette magie.
    Le style de Pierre Bottero est simple et fluide. Adapté à la Jeunesse mais peut aussi intéressé des adultes qui veulent voyager à Gwendalavir !
    Une trilogie que j'ai adoré lire !

    Lien : http://livres-films-series.blogspot.fr/2014/02/la-quete-dewilan-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

  • Par nekomusume, le 17 septembre 2012

    nekomusume
    La quête d'Ewilan est enfin terminée. La plupart de nos questions ont trouvé réponse. Mathieu/Akiko a enfin décidé de retourner dans son monde d'origine et s'y trouve fort bien notamment grâce à Siam la soeur d'Edwin. Salim semble avoir trouvé sa place et le groupe est plus soudé que jamais malgré les nouveaux venus. Les parents d'Ewilan sont libérés et nous avons l'explication de leur emprisonnement ainsi que de l'arrivée des enfants sur Terre.
    La présence de Merlin / Merwin n'est pas clairement expliquée mais semble logique.
    La sentinelle rebelle s'échappe blessée, ce qui laisse présager une suite, de même que l'allusion à d'autres mondes.
    J'ai trouvé fatiguant cet entêtement à mettre chaque protagoniste ou presque en couple... J'aurais préféré des explications sur la nature de Salim. Car même si on comprend enfin le peu d'attachement qu'il éprouve envers sa famille et pourquoi il suit si aisément Camille dans un autre monde, je trouve dommage qu'il n'y ait pas d'explication plus approfondie à ses transformations.
    J'ai apprécié les chapitres supplémentaires présentant les délires de l'auteur sur ses personnages et les difficultés de la création littéraire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

  • Par Korto23, le 07 août 2011

    Korto23
    J'ai connu Pierre Bottero grâce aux Baby Challenge de Livraddict et on peut dire que je dévore ces romans depuis. Dans le cas de La Quête d'Ewilan, la lecture des deux premiers tomes a été une magnifique découverte pour le lecteur en manque d'imaginaire qui sommeille au fond de moi, et la plume de l'auteur est tout simplement magique. Naturellement, je ne pouvais pas rester sur ma faim et j'ai du me plonger dans ce troisième et dernier tome de la première saga de l'auteur.
    Les Sentinelles libérées, Ewilan et Salim rejoignent la Citadelle des Frontaliers avec leurs compagnons. Là, Ewilan découvre la retraite du légendaire Merwyn, le plus grand des dessinateurs. Il leur conseille de regagner l'autre monde et de convaincre Mathieu, le frère d'Ewilan, de les suivre en Gwendalavir. À leur retour avec lui, la troupe embarque pour les îles Alines où les parents d'Ewilan sont détenus par la traîtresse Éléa Ril' Morienval. Mais des pirates les pourchassent. Ewilan parviendra-t-elle à mener sa quête jusqu'au bout ?
    Ewilan reste égale à elle-même, càd déterminée, optimiste et talentueuse. Pourtant, elle gagne encore en maturité et en assurance. Salim est le personnage le plus surprenant car son rôle commence à prendre une tournure importante dans les aventures de notre héroïne. Par contre, je n'ai toujours pas compris comment il a réussi à se transformer en loup… Quelqu'un pour m'aiguiller ? Ellana la Marchombre est plus franche dans ses sentiments et la plus ironique. Cela a du être un énorme pas à franchir et heureusement qu'elle le fait avec nous.
    Bjorn est toujours aussi sympathique. de plus, ses chamailleries avec Salim sont excellentes. le vieux Maître Duom est réputé pour sa sagesse, mais je trouve qu'il mérite des claques de temps en temps. Siam est la petite nouvelle. Sœur d'Edwin, elle est une sacré guerrière (elle serait née une lame dans la main) et ne laisse pas le lecteur (ou même un personnage) indifférent. En parlant d'Edwin, il est un farouche combattant, considéré comme le guerrier absolu, mais il reste tout de même très secret.
    Mathieu est de retour ! Merci ! J'avais hâte qu'il réapparaisse pour en connaître un peu plus sur son personnage. le résultat est qu'il plus talentueux et plus fascinant que prévu. Son arrivée fût une très belle surprise. L'auteur a réussi à titiller encore plus ma curiosité en mettant Merlin l'Enchanteur en scène. Il est vrai que l'on peut s'y attendre avec les réflexions d'Ewilan, mais c'est toujours agréable d'arriver au moment fatidique de sa révélation.
    La plume de Pierre Bottero est simple et limpide. Comme à son habitude, l'auteur ne fait aucune place pour les longueurs et les descriptions futiles afin de laisser place à des péripéties palpitantes, du danger et de l'amitié bien sûr. L'univers de Pierre Bottero est toujours aussi féérique. À force de faire face à ce monde envoutant, le lecteur veut absolument pouvoir y faire un tour (moi le premier) !
    Toutefois, j'ai quand même deux petits points négatifs à relever. Premièrement, Mathieu est très proche de ses parents adoptifs, mais il se jette dans les bras de ses parents biologiques comme si c'était envers eux que son amour était porté… Deuxièmement, le fameux happy end qui s'est transformé en un moment trop plat à mon goût. Ce roman est plus fort en romance que les tomes précédents. Pour remédier à cela, des couples se forment et ne se déforment pas, mais deux personnages ont enfin dévoilés leurs sentiments respectifs. Un passage fort en émotion !
    Conclusion, un troisième tome qui clôture magnifiquement bien cette saga ! Ayant déjà lu le premier tome des Mondes d'Ewilan, il ne me reste qu'à me plonger dans L'Oeil d'Otolep pour pouvoir retrouver l'univers magique de l'auteur, ainsi que les personnages attachants et intrigants.

    Lien : http://bibliodekorto.blogspot.com/2011/08/pierre-bottero-la-quete-de..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (52)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Stellabloggeuse, le 09 octobre 2014

    -Et tu dis que j’avais les yeux jaunes ?
    -Parfaitement !
    -Ma vieille, tu exagères ! J’étais à quatre pattes, en train de me disputer avec un loup gros comme une vache, et j’avais les yeux jaunes ? Comment veux-tu que je te croie ? Arrête l’alcool !
    Camille et Salim étaient assis côte à côte, à l’arrière du chariot, les jambes pendant dans le vide. Leurs compagnons s’affairaient à monter le camp et Camille était chargée d’expliquer à son ami les évènements de la veille.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par ronron, le 06 août 2009

    - Non, ce qui est injuste c'est que je ne puisse pas te sortir toutes les phrases bien acides que j'avais préparées. Je pars parce que tu m'as oublié, je boude, je rumine ma rancoeur et, quand tu arrives, je n'ai plus rien à dire. Tu es là et je suis heureux. C'est tout et c'est injuste.
    -Je... tu... bafouilla-t-elle
    -Tu as raison ma vielle, conclut Salim en sautant sur ses pieds, allons manger.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 290         Page de la citation

  • Par Jenta3, le 13 août 2011

    Bon, intervint Camille. par quoi commence-t-on ? Nous allons chez Mathieu ?

    Il n'y eut pas de réponse et elle planta les mains sur ses hanches.

    - Je vous signale que je suis la plus jeune, les fustigea-t-elle. Vous pourriez faire un effort et ne pas me laisser prendre seule toutes les décisions. vous ressemblez à deux moutons !

    - Ne t'inquiètes pas, Bjorn, persifla Salim. Ca la prend régulièrement, mais elle fait des progrès. Il n'y a pas longtemps, elle me traitait de mollusque. Me voilà devenu mouton. Peut-être un jour aurai-je le droit d'être traité comme un humain ! Dis-moi ma vieille, poursuivit-il à l'intention de Camille, ça changerait quoi qu'on te donne notre avis ? Tu ne tiens jamais compte de ce qu'on te propose ! Suppose que je te conseille d'attendre demain pour rendre visite à ton frère. Quelle serait ta réaction ?

    - Je t'écouterai jusqu'au bout, lança-t-elle d'une voix tranquille, et je te dirais que ton idée est stupide. Nous y allons tout de suite. En route !

    Bjorn la regardait, sidéré, et Salim hocha la tête.

    - Surprenante, non ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par Morgouille, le 15 janvier 2011

    — Mais je t’ai dit que c’était impossible ! hoqueta l’analyste.
    — Chez moi, répliqua Mathieu gentiment ironique, il y a une histoire qui commence ainsi : « Ils ignoraient que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Super, non ?

    Commenter     J’apprécie          0 84         Page de la citation

  • Par mathilde08, le 08 octobre 2012

    - [...]. Personne ne connaît avec exactitude les origines de Merwyn, ou du moins, ne se les rappelle. Il est arrivé au moment où l'humanité vivait une de ses périodes les plus noires et il a apporté l'espoir puis la victoire. Rares sont les légendes qui ne l'évoquent pas et, si bien des empereurs sont aujourd'hui oubliés, le souvenir de Merwyn perdure alors qu'il est mort il y a mille cinq cents ans. Tu sais comment il a brisé le verrou ts'lich, mais tu ignores que, peu après avoir été chassés des Spires, les guerriers lézards qui se savaient incapables de vaincre Merwyn dans un affrontement direct ont décidé de se débarrasser de lui par la ruse. Ils ont donc uni leurs pouvoirs afin de dessiner un être vivant.
    - C'est possible ?
    - Ce ne devrait pas l'être, mais ils l'ont fait ! Ils ont créé l'entité qui causerait la perte de Merwyn.
    - Un monstre ?
    - Non, une femme. Vivyan !
    - Mais c'est insensé, s'insurgea Camille. Je l'ai vue, elle est si belle, si douce...
    - Là résidait justement le piège. La création devait être parfaite pour que Merwyn succombe à son charme !
    - Le piège a fonctionné ?
    - Oui. Personne ne pouvait voir Vivyan sans devenir son esclave...
    - Mais elle n'était pas humaine !
    - Qu'importe, elle semblait plus qu'humaine. La perfection faite femme !
    Camille était pendue aux lèvres de maître Duom, vibrant aux accents d'une histoire survenue quinze siècles plus tôt.
    - Les Ts'liches avaient compté sans la puissance de Merwyn, poursuivit l'analyste. Dès qu'il aperçut Vivyan, il comprit qui elle était, qui la manipulait. Pourtant le piège se referma sur lui. Elle ravit son âme et son coeur aussi facilement qu'une araignée attrape une mouche.
    - Mais...
    - Mais il était Merwyn Ril'Avalon. Il arracha leur création aux guerriers lézards. Il rompit les liens grâce auxquels ils manipulaient Vivyan. Il la libéra et lui offrit son amour.
    - C'est merveilleux ! s'exclama Camille.
    - Oui. Merwyn et Vivyan vécurent dix ans d'un bonheur si total qu'aujourd'hui encore on le célèbre comme un modèle d'absolu. Puis, la malédiction ts'liche les rattrapa...
    - Que s'est-il passé ?
    - Vivyan n'était pas un véritable être humain. Elle avait été créée, même si Merwyn lui avait offert la liberté. Ils savaient l'un et l'autre que son existence n'avait pas vraiment de réalité, qu'elle était vouée à disparaître, comme tous les dessins.
    - On peut imaginer des choses éternelles, se révolta Camille. Vous me l'avez enseigné ! Les tours d'Al-Jeit, l'Arche, la porte de Saphir...
    - Des objets, Ewilan, pas des êtres vivants ! Dessiner un être humain est quasiment impossible, vouloir le maintenir réel plus de quelques jours est chimérique !
    - Mais vous avez déclaré qu'ils avaient vécu dix années de bonheur !
    - Oui, le pouvoir de Merwyn et la force de l'amour ont permis ce miracle. Puis un jour, Vivyan a cessé d'être. Tout simplement.
    Camille sentit une boule se nouer dans son ventre. Elle avait beau se répéter que cette histoire c'était déroulée quinze siècles plus tôt, la tristesse la submergeait.
    - Et Merwyn ? demanda-t-elle. Qu'est-il devenu ?
    - Il a disparu. D'aucuns soutiennent qu'il est devenu fou de chagrin, que ses larmes ont créé le lac Chen, que sa colère a fait jaillir la chaîne du Poll... ce ne sont que des légendes. La seule certitude, c'est qu'il ne s'est plus jamais manifesté.
    Camille ferma les yeux. Elle ne voulait pas que l'analyste la trouve ridicule en découvrant les larmes qu'elle sentait poindre.
    - C'est injuste, proféra-t-elle en s'écartant.
    Maître Duom ne répondit pas.
    Il fallut plus d'une heure à Camille pour retrouver sa sérénité. Elle ne regrettait pas d'avoir passé sous silence la légende de Merlin et Viviane. La réalité alavarienne était tellement plus belle...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (13)

Videos de Pierre Bottero

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero

Pierre Bottero, invité des médiathèques des Portes de l'Essonne le 12 juin 2009. http://bibliobloguons.blogspot.fr/2014/05/il-y-cinq-ans-avec-pierre-bottero.html








Sur Amazon
à partir de :
7,32 € (neuf)
2,99 € (occasion)

   

Faire découvrir La quête d'Ewilan, Tome 3 : L'île du destin par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1933)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz