Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2267027003
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (2014)


Note moyenne : 4.25/5 (sur 2609 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Aux temps reculés qu'évoque le récit, la Terre est peuplée d'innombrables créatures étranges. Les Hobbits, apparentés à l'Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix au nord-ouest de l'Ancien Monde, dans la Comté. Paix précaire et menacée, cepen... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (129)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par darkmoon, le 16 mars 2014

    darkmoon
    On dit de l'œuvre de Tolkien qu'elle permet de choisir ses amis. On trouvera le clan des passionnés qui, aux côtés des Warhammer et jolies babioles du genre, sont totalement épris par ce monde fantastique au point de vivre dans une sorte de monde parallèle, qu'ils retrouvent allègrement dans World of Warcraft ou League of Legends. De l'autre, il y a les hermétiques. Personnellement mon cœur bat plutôt du côté des distants. Pour dire vrai, je ne suis pas très fan d'heroic fantasy, même pas du tout. Déjà plus de 50 ans que cette trilogie existe, et je n'y avais lu aucun tome. Nous sommes en 2014, et il m'était donc important de lire cette "incroyable" saga dont les adaptations furent nominées pour 30 Oscars,10 Golden Globes, 36 BAFTA et j’en passe.
    Commençons d'abord par le premier opus : La Communauté de l'Anneau. Empli de féerie et d'émotion, le roman ne se réduit pas qu'à une mièvre histoire médiévale. C'est un vrai conte que l'on dévore ! Tolkien réussit à concentrer le lecteur sur une seule petite chose : un anneau, unique, symbole de pouvoir, où les forces du bien et du mal succombent au même désir. Cela montre qu'en nous, nous avons tous une petite partie sombre, désireuse de pouvoir...
    Dans un monde médiéval, en Terre du Milieu, Frodon Sacquet, un Hobbit, créature semi-homme, hérite d'un anneau. Jadis, vingt-deux anneaux furent forgés, répartis dans la Terre du Milieu et donnés aux représentants des peuples : aux hommes, aux Elfes... Mais celui-là, loin d'être une simple babiole, demeure l'Anneau Unique, un instrument de pouvoir absolu, forgé par Sauron, Seigneur des Ténèbres, dans les flammes du Mordor. Il lui permettrait de régner sur la Terre du Milieu et de réduire en esclavage ses peuples. À moins que Frodon, aidé d'une Compagnie constituée de Hobbits, d'hommes, d'un magicien, d'un Nain, et d'un Elfe (Communauté de l’Anneau), ne parvienne à emporter l'Anneau à travers la Terre du Milieu jusqu'au Mordor, lieu où il a été forgé, et à le détruire pour toujours. Une périlleuse aventure s'ensuit. La Compagnie devra non seulement combattre les forces extérieures du mal mais aussi les pouvoirs qu’exerce l'Anneau dans leurs esprits.
    L'œuvre est longue, oui, mais ça ne gêne pas plus que ça. L'aventure est dense et passionnante. Le scénario s'avère être riche, complet et original. La psychologie des personnages est bien travaillée, l'intrigue aussi, semée d'embûches. J’ai beaucoup aimé le personnage de Frodon, allégorie de l'innocence pure, dont la seule partie de "mal" est décelée à cause d'un anneau. Ce Hobbit timide, frêle, petit, auquel on voit confier une importante mission, est censément le personnage le plus attachant, le plus profond. Un périple presque parfait... Mais espérons que tout cela ne provoque l'overdose. Très bon roman, le premier morceau d'un puzzle ensorcelant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par claudia_tros_cool, le 05 janvier 2013

    claudia_tros_cool
    Avec la sortie du Hobbit au cinéma et la lecture antérieure de Bilbo, le projet de me lancer dans " Le Seigneur des anneaux " a pris forme dans ma tête. Après maintes hésitations et maintes craintes j'ai fini par me lancer. Qu'est-ce que je retiens ? le meilleur roman de Fantasy, cela ne m'étonne pas que Tolkien en soit le chef de fil, il mérite sa renommé. Quand on lit Le Seigneur des anneaux on est tout de suite transporté dans un autre monde où Elfes, Trolls, Orques, magiciens, Nains et Hobbits existent et habitent dans des terres aussi magnifique que sombre. La tendance est de dire que les descriptions sont longue et indigeste...eh bien je ne l'ai pas du tout senti comme cela. Les descriptions sont faites pour nous faire entrer dans ce monde et nous faire visualiser les divers chemins et divers paysages.
    Dès le début est fait un récapitulatif des aventures de Bilbo ainsi qu'un explicatif du monde des Hobbits, de leurs façons de vivre, de la terre du milieu etc afin de nous installer confortablement dans l'aventure Tolkienienne.
    Frodon Sacquet met de longues années à se décider de partir pour sa quête car, étant le porteur de l'anneau, il se doit de le détruire pour empêcher celui-ci de tomber dans les mains de Sauron qui s'en servira pour dominer la terre avec son pouvoir maléfique. Frodon accompagné de son -trop- fidèle Sam ainsi que ses cousins Merry et Pippin partent a l'aventure. Un long voyage pleins de rebondissements commence alors où de nouveaux personnages apparaissent, ils partent de La comté pour arriver jusqu'au Mordor. Contrairement à Bilbo Le Hobbit, La communauté de l'anneau est bien plus sombre et moins léger, on le voit notamment dans la première parti avec la poursuite des cavaliers noirs, Gollum, Sauron, Saroumane. Frodon est a mon sens un personnage bien moins attachant et drôle que son oncle Bilbo, cependant il y a beaucoup de personnages assez haut en couleurs et agréable a découvrir dans le livre comme : Aragorn, Boromir, Gimli, Pippin, Merry, Sam, Legolas, Poiredebeurré, Tom Bombadil, Galadriel....
    J'ai beaucoup aimé apprendre plus de choses sur l'anneau, sur Gollum/ Sméagol, Saroumane ainsi qu'une brève apparition de " l'après" quête de Bilbo. L'ami Gandalf est de retour encore plus sage et menacé, malheureusement il n'est pas très présent dans le livre et disparaît dans la Moria mais j'adore ce personnage avec sa sagesse au nul sans pareil.
    L'écriture de Tolkien ne fatigue pas le lecteur malgré tous les kilomètres parcourus par la compagnie, l'écriture est vive, chaque mot convient aux descriptions, elle favorise l'adhésion du lecteur. J'ai souvent eu l'impression d'avoir pris la marche avec les Hobbits et compagnie, ma carte à la main, mes baskets aux pieds, c'est pour dire. Toutefois j'avoue que certains passages de l'histoire sont un peu long ( voir les chapitres où ils prennent du repos ) que les chants a répétitions sont lourd et que le caractère trop dévoué de Sam l'est de même mais cela ne gêne pas tellement. de plus il faut vraiment avoir un bon sens de l'orientation et ne pas hésiter à regarder les cartes, Tolkien le met a rude épreuve de même que l'imagination.
    la fin nous laisse sur notre faim, aussi elle laisse deviner que le voyage, malgré toutes les péripéties, ne fait que commencer, et le plus dur n'est pas encore arrivé, reste juste à savoir si les " deux tours " sera aussi excellent que le premier tome.
    En somme cette lecture fut un moment agréable d'évasion à la découverte d'un monde extraordinaire, une réconciliation totale avec Le Seigneur des anneaux et une rencontre avec la belle plume de Tolkien. Avec tout ça dans la tête je m'en vais de ce pas voir Le Seigneur des anneaux dans les prochains jours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par florencemullot, le 13 avril 2011

    florencemullot
    J'ai commencé ce livre juste avant que le film ne sorte dans nos salles. Je n'arrivais plus à trouver de livres qui me passionnaient vraiment et à la vue de la bande annonce, je me suis tout de suite interrogée : est-ce que le livre était aussi bien que ce que j'avais sous les yeux ? Généralement, les livres sont bien meilleur, c'est une opinion presque universelle, alors je n'avais pas vraiment de doute à avoir. Et si "l'univers" avait raison, alors les romans devaient être encore plus époustouflants !
    Je n'avais jamais entendu parler de Tolkien, mes parents n'étant pas très littéraires, je suis la seule à avoir des livres inondant sa chambre. Je me dis qu'après tout, pour se faire une idée, autant chercher à savoir qui est ce vieil homme. Je tombe avec bonheur sur un site dédié au grand monsieur. Et c'est la découverte pour moi. Je suis fasciné par son travail, ses recherches minutieuses, la création de son monde dans les moindre détails. Il a créé les langues de ses personnages, les cartes des régions, revisité les anciennes légendes... Je suis autant bluffée que sous le charme. Sans même chercher à savoir si le premier tome allait me plaire (mais j'avais peu de doute), j'ai acheté les 3 volumes sans me poser de question ! Résultat : j'ai dévoré les 3 romans en un mois.
    On ne peut qu'aimer l'univers si riche et fantastique qui se dessine sous vos yeux. Les personnages sont traités avec un tel réalisme qu'on se demande si quelque part, au détour d'une colline, vous ne tomberez pas sur Gadalf fumant sa pipe ou bien Pipin et Merry dévalant devant vous avec des légumes pleins les bars ! On s'attache donc forcément, on prie pour que ce monde si majestueux ne finisse entre les mains de Sauron. On découvre la Comté et ses environs, le monde des elfes, la pureté de ces forêts ancestrales, mais aussi le mal qui rode insidieusement partout. J'adore Aragorn, dès son apparition, je suis sous le charme d'Arwen, sourit à chaque passage où les hobits se montrent si naïfs, rit quand Gimli critique les elfes, craint que les Hommes ne fassent échouer la mission si important qui est confiée à la Communauté. Je suis époustouflée, tout simplement.
    Le style peut cependant rebuter. La lecture est riche, autant par la magie qu'elle dégage que par rapport à sa densité. Mais pour rien au monde, surtout, ne vous laissez pas arrêter à cause de ceci !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Hugo, le 20 juin 2013

    Hugo
    Moi : ♫Tinnnn tinnnn tintintin tintintin tintintin tintintin tin tin tinnnnnnnn…. tin tintintin…♫ (super trouvaille dionysos)
    Choupette : tu frondon(es) toujours cet air, c'est quoi ?
    Moi : Bahhhh un classique
    Chouette : Un classique que Je ne reconnais pas , alors qui : mozart, Chopin,Verdi, VIvaldi, Bach ?
    Moi : Non ma tchitchounette d'amour, là on touche au vrai classique, le chef d’œuvre d'un virtuose de l'imagination et d'un maestro de la réalisation…
    Choupette : Et alors quoi, balance la sauce "The voice"
    Moi : Hi hi balance la sauce... en fait ils sont deux, et le mec le plus important du duo est mort.
    Ça parle d'un vieux magicien gris qui devient blanc (michael si tu me lis : Hi Hi OUSBED…") et qui accompagne un elfe, un nain, et quatre HOBBITS en terre du milieu pour vivre une aventure fantastique. ils vont détruire l'anneau du pouvoir au Mordor sur le mont du destin…ça me file des frissons rien que d'en parler, c'est tellem…………..
    Choupette : Un anneau, quel anneau, ou ça, Genre quoi Mauboussin…. ahhhhhhhhhhh, je le savais je le savais…ahhhhhhhhh….
    Moi : quoi quoi tu savais quoi sur le précieux ?
    Choupette : Ahhhhhhhh c'est génial une Mauboussin précieuse… ahhhhhhhhhh… ahhhhhhhhh
    Moi : Euh non, quoi Mauboutin ? je connais pas, il y a bien un Gandalf, Legolas, Aragon, Gimli mais pas Mauboutin, à moins que quoi tu me parles du mec qui fabrique des chaussures rouge ?
    Choupette : AHhhhhhhhh des Louboutins et une mauboussin précieuse...je suis en train de rêver, c'est génial, c'est génial, tu es le meilleur, Je t'aime tellement d'un amour infini….
    Moi : ??? Quoi ils sont deux, c'est pas les mêmes ?
    Choupette : Bah oui et moi : les D(i)eux , y sont vivants....
    Moi : Ah c'est la merde pour moi ça !
    Après l'effet Axe Voilà l'effet "Seigneur des anneaux", pour que les femmes jouent avec votre précieux, et le mien n'est pas un anneau : suivez mon regard …(coquines va)...MODORIRE....
    Merci à Tolkien et Peter pour cette aventure hors du commun
    Et comme dirait le vieux Gandalf
    "Fuyez pauvres fous"
    A plus les copains
    ♫Tinnnn tinnnn tintintin tintintin tintintin tintintin tin tin tinnnnnnnn…. tin tintintin…♫

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ESnMzQZubKg
    à 1 min 47
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          9 33         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Demoiselle-Coquelicote, le 29 décembre 2014

    Demoiselle-Coquelicote
    [Pour des citations et les photos de la magnifique édition que j'ai achetée, c'est sur le blog !]
    Quand le premier film de Peter Jackson prenant place en Terre du Milieu est sorti, je ne suis pas allée le voir au cinéma. En même temps, j'avais 11 ans, je ne décidais pas du programme des séances de ciné (fort rares au demeurant) et surtout cette année-là il y avait aussi Harry Potter sur les rangs. Mais un peu plus tard, le film est passé sur Canal +, et mon beau-père relativement curieux l'avait enregistré en VHS (vous la sentez la nostalgie là ?). Avec mon frère on a un peu eu les flipettes, on n'a pas particulièrement accrochés, un peu jeunes encore peut-être. Plus tard encore, le deuxième film était sorti au cinéma et on n'y était toujours pas allés, mais mes parents ont acheté la cassette.

    Et là, on a commencé à trouver que Le Seigneur des anneaux, c'était un truc cool. J'ai d'ailleurs commencé ma campagne d'usure sur mes parents pour être sûre de pouvoir voir le dernier au ciné. Et j'ai décidé de me lancer dans les bouquins. Sauf que je n'avais jamais lu de fantasy à proprement parler et que j'en étais encore à des lectures « faciles ». Les classiques et moi ne faisions pas bon ménage à l'époque. Je n'avais donc même pas atteint Rivendell/Fondcombe il me semble.

    Les années ont passé, je suis devenue de plus en plus fan des films (on a le coffret blu-ray avec les versions longues et plein de bonus qu'on a regardé intégralement), de l'univers, j'ai lu Bilbo le Hobbit quand le film a été annoncé (mais cette lecture n'avait pas été un grand succès), j'ai découvert Tolkien hors Terre du Milieu avec les Lettres du père Noël, et un jour je me suis dit qu'il était temps de me mettre aux romans, aux vrais, le canon quoi. Mon chéri m'a offert un magnifique coffret VO, et me voilà partie dans la découverte du Seigneur des anneaux, via les deux premiers livres parus, regroupés en un volume intitulé The Fellowship of the Ring (ou La Communauté de l'Anneau, je vais essayer de mettre l'anglais et le français le plus souvent possible).

    Je dois vous dire que j'étais un peu morte de trouille de me lancer. Et si j'arrive pas à le lire an anglais, si j'ai présumé de mes capacités dans cette langue ? Et surtout, si comme lors de ma première expérience, j'aime pas ? Vaines craintes ! J'ai adoré. Je ne dis pas qu'il n'y a pas quelques petits défauts, rien n'est parfait. Mais ce livre est génial, cet homme était un pur génie.

    Juste pour le plaisir, je fais un synopsis, même si tout le monde connaît l'histoire je pense. Notre aventure commence donc dans the Shire/la Comté, terre des hobbits où la vie est douce mais où il ne se passe pas grand-chose. La disparition lors de sa propre fête d'anniversaire du farfelu Bilbo marque grandement les esprits, en particulier de celui de son neveu et héritier présomptif, Frodo. Gandalf, ami de longue date de Biblo et magicien, convainc le fuyard de s'en tenir à son plan initial et de laisser l'intégralité de ses biens à Frodo, y compris un certain anneau trouvé il y a des décennies lors de la grande aventure de Bilbo. Gandalf soupçonne la véritable nature de cet anneau et met en garde Frodo, qui des années plus tard va devoir à son tour quitter the Shire pour vivre sa propre aventure, autrement plus compliquée que celle vécue par son oncle...

    J'ai voulu lire The Lord of the Rings dans une démarche d'en apprendre plus sur cette histoire. Certes, les versions longues sont riches en détails sur l'univers de Tolkien, mais ce n'est rien comparé aux écrits de l'auteur ! le début m'a donc ravie puisqu'on apprend plein de choses sur les Hobbits et sur la famille Baggins/Sacquet. J'ai très vite constaté que les films, bien que très fidèles, n'étaient pas en capacité de rendre la narration de Tolkien, qui est très lente et très riche. Ça ne m'a pas gênée, je ne peux pas dire que je me suis ennuyée – mais je comprends que ça puisse être le cas pour d'autres –, par contre je dois dire que j'attendais avec impatience certains éléments qui semblent arriver vite dans les films mais qui prennent de nombreuses pages dans le roman. Traquer les différences, petites ou grandes, entre l'original et l'adaptation a été source d'un immense plaisir ! Et je dois dire que dans l'ensemble, je comprends parfaitement les choix de Peter Jackson pour son film. S'il avait tenté de coller d'encore plus près le texte original, je ne suis pas convaincue que le rendu aurait été agréable à voir, les films n'auraient pas eu un tel succès et je ne serais pas en train de vous raconter tout ça. Bref, chapeau Mr Jackson.

    En apprendre plus sur la Terre du Milieu a également été un délice. Certes, je ne retiens pas le quart de ce que je lis, mais l'immersion (ainsi que l'oubli des parties misérables du quotidien) est totale. Tout est cohérent, admirablement construit et détaillé, et supporté par une plume magnifique. Les descriptions sont d'une beauté à couper le souffle. J'adorais déjà les Elfes, maintenant je me demande si je ne vais pas leur vouer un culte. Mes vacances ? Un aller simple pour la Lorien, s'il vous plaît. Si ce n'est pas possible, je me conterais de Rivendell, merci bien. Ma grande interrogation en revanche porte sur les personnages. En comparaison du reste, ils sont étonnamment peu détaillés, que ce soit au niveau de leur physique ou de leur caractère. S'ils sont attachants et si on a envie de les suivre, c'est grâce à quelques scènes qui nous les rendent sympathiques (la convivialité des Hobbits est contagieuse!) ou qui ont la méga-classe, mais pour ma part, surtout grâce aux films. C'est une grande réussite de P. Jackson d'avoir, à partir des légers éléments de Tolkien (notamment certains dialogues), mis à l'image des personnages inoubliables. Il est tout de même aisé avec le texte de Tolkien de se sentir proche de la Communauté. On les suit de près, on est dans l'expectative avec eux du prochain obstacle ou de la prochaine merveille. le lent démantèlement de la compagnie après [spoiler alert !] la mort de Gandalf [vous le saviez quand même ?] m'a bien fait mal au cœur.

    Revenons à l'écriture maintenant. À part une ou deux fois où j'ai trouvé la grandiloquence mal venue (la réplique d'Aragron après la sortie de la Moria m'a paru vraiment ridicule), voire un peu kitsch, toute ma lecture a été magique. Quel talent ! La plume de Tolkien est vraiment extraordinaire. Il a son vocabulaire fétiche, propre à créer une ambiance à lui que j'ai trouvé délicieuse. Dans mon canapé ou dans mon lit, au chaud avec le livre à la couverture de cuir entre les mains, l'odeur du papier, j'étais vraiment ailleurs. Passées les premières pages un peu difficiles parce que j'ai eu besoin de m'adapter au rythme des phrases, au vocabulaire spécifique et à la minutie de l'écriture (et à la toute petite rikiki police aussi), je n'ai plus éprouvé aucune difficulté à lire en anglais. La langue de Tolkien n'est pas plus difficile que celle de Jane Austen par exemple, ou des sœurs Brontë. Elle est assez simple au final, en tout cas pas du tout aussi complexe qu'on peut le croire. Je ne le recommande pas si vous n'avez jamais lu en anglais bien sûr, mais si vous êtes assez à l'aise dans cette langue et/ou que, comme moi, vous connaissez déjà la trame principale par cœur, ce roman n'est pas difficile à lire et surtout c'est un bonheur.

    Je me rends compte que je n'ai pas dit grand-chose de l'histoire en elle-même. Eh bien, j'aime la façon dont elle est déroulée calmement, dont chaque chose semble à sa place (c'est un truc de Hobbit ça, non ?) mais sans nous laisser suivre une trace linéaire et ennuyeuse. Au contraire, Tolkien était audacieux, il a écrit des choses comme personne ne l'avait fait avant lui. Sa maîtrise de la narration est époustouflante, par exemple avec l'usage qu'il fait des rêves. Souvent cet artifice me gonfle dans les romans, c'est souvent mal utilisé et ça fait très cliché, mais pas là. C'est subtil, c'est fin, et ça demande au lecteur de réfléchir, de s'investir dans sa lecture. Si Tolkien arrête à un moment ses descriptions, c'est pour mieux nous laisser imaginer le reste. Je ne trouve pas qu'il soit descriptif dans le sens de certains grands romanciers français du XIXème (Balzac, si tu nous regardes). Il met en route notre imagination, à nous de saisir le cadeau qu'il nous fait. Et puis, il a de l'humour, en témoignent surtout les premiers chapitres ! Il navigue très bien entre des passages comiques et des passages plus sombres, où la menace des Neuf se fait sentir par exemple.

    Concernant les personnages, j'en ai adoré trois : Gandalf, Elrond et Galadriel. Je les ai trouvés particulièrement intéressants. Dans les films, j'ai tendance à préférer Legolas, Galadriel (elle est tellement cool cette nana !) et Aragorn. Ce premier volume est très centré sur Frodo. Les autres personnages ne sont donc pas encore très creusés, on a rarement accès à leurs pensées. Je ne doute pas que les volumes suivants changeront cet aspect ! J'ai en tout cas beaucoup apprécié de voir de plus près les relations qu'entretiennent les personnages, qui ne sont pas forcément présentées de la même manière dans les films. Par exemple, j'ai été très étonnée de voir que Boromir et Aragorn s'entendent bien ! Dans le film, il m'est vraiment difficile d'aimer Boromir, alors que là il est plutôt sympa, si on met de côté qu'il râle souvent et son petit pétage de câble à la fin.

    Oh my, je me suis légèrement laissée emporter, en plus tout est dans le désordre. J'espère tout de même que mon enthousiasme dans cette chronique vous confirmera l'immense coup de cœur que j'ai eu pour cette première partie de The Lord of the Rings ! J'ai affreusement hâte de lire le volume suivant, qui est un peu plus court, mais je vais attendre un peu. J'espère le lire courant 2015, puis terminer l'année avec le dernier volume et profiter de 2016 pour creuser dans les Appendices (oui, je prévois loin). Si comme moi vous ne vous êtes jamais lancé de peur de 1) abandonner au bout de quelques dizaines de pages (et éventuellement de vous sentir ridicule de ne pas y arriver) et 2) ne pas aimer, je vous le dis, ces inquiétudes n'ont pas lieu d'être ! Il faut oser, un voyage pareil ça ne se regrette pas ! (Enfin, pour ma part bien sûr, je sais que des gens n'y arrivent vraiment pas avec Tolkien, mais chacun ses goûts, donc vous pourriez aussi bien en ressortir ravi comme moi !)

    Lien : http://sans-grand-interet.cowblog.fr/the-lord-of-the-rings-the-fello..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (145)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ALEXIAA, le 28 février 2015

    Mais cette nuit, je dormirai sans craintes, pour la première fois depuis que j'ai quitté Fondcombe. Et puissé-je dormir assez profondément pour oublier mon affliction. Je suis las de corps et de coeur.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par sakura230, le 26 février 2015

    Je ne vous ai jamais traité de voleur, répliqua Gandalf. Et je n'en suis pas un non plus. Je ne cherche pas à vous dépouiller, mais à vous aider. Je voudrai que vous ayez confiance en moi comme dans le passé.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par sakura230, le 26 février 2015

    Frodon, se retournant, vit Grand-pas, et cependant ce n'était pas Grand-Pas; car le rôdeur usé par les intempéries, n'était plus là. A la poupe se tenait Aragorn, fils d'Arathorn. Fier et droit, menait le bateau à coups habiles; son capuchon en arrière, et ses cheveux noirs flottaient au vent ; une lumière brillait dans ses yeux : un roi d'exil rentrait dans son pays.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par sakura230, le 26 février 2015

    Je me suis souvent demandé ce que vous faisiez, toi et le vieux hobbit si bien enfermé dans sa petite chambre dit Merry. Dieu bénisse le vieux hobbit ! Je l'aime plus que jamais.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par gteisseire2, le 27 juillet 2010

    Tout ce qui est or ne brille pas,
    Tout ceux qui errent ne sont pas perdus,
    Le vieux qui est fort ne dépérit point.
    Les racines profondes ne sont pas atteintes par le gel.
    Des cendres, un feu s'éveillera.
    Des ombres, une lumière jaillira;
    Renouvelée sera l'épée qui fut brisée,
    Le sans-couronne sera de nouveau roi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 92         Page de la citation

> voir toutes (18)

Videos de J.R.R. Tolkien

>Ajouter une vidéo
Vidéo de J.R.R. Tolkien

J.R.R. Tolkien : le Seigneur des Ecrivains. Un superbe reportage diffusé sur France 5 dans le cadre de "La Grande Librairie", réalisé par François Busnel et Adrien Soland.








Sur Amazon
à partir de :
6,35 € (neuf)
2,46 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l'Anneau par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (6798)

> voir plus

Quiz