AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369902310
Éditeur : Editions Ca et Là (08/11/2016)

Note moyenne : 2.93/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Chez les Fun, tout le monde s’adore et les membres de la famille remercient chaque jour le ciel pour leur bonheur. Le père, Robert Fun, dessinateur d’un strip à succès dans lequel il met en scène sa propre famille et la mère, Marsha, femme au foyer modèle, ont quatre enfants, Robby, Molly, Mikey et J.T. Mais derrière cette façade de bonheur idéal se dissimulent de profondes fêlures. À la mort de la mère de Robert, l’édifice se craquelle et la famille Fun se décompos... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
trust_me
22 mars 2017
La couverture annonce la couleur : les Fun, représentent la famille américaine parfaite. Robert, le père, est un dessinateur de BD dont les strips autobiographiques connaissent un grand succès dans les journaux. Marsha, la mère, femme au foyer, est une épouse modèle. Et leurs quatre enfants Robby, Molly, Mikey et J.T sont d'adorables garnements. Tout va bien donc chez les Fun, tout le monde s'aime et n'arrête pas de se le dire pendant que le sucre et la guimauve dégoulinent et que le lecteur a l'impression d'avoir été projeté dans une pub vantant l'American way of life.
Je vous rassure (ou pas), cette impression ne dure que les cinq premières pages. Parce qu'après les choses se gâtent. Un coup de téléphone annonce le décès de la maman de Robert. Ce dernier sombre dans la dépression, Marsha plie bagage et s'acoquine avec un gourou pendant que les enfants tentent de sauver les meubles. En vain.
Je vais rester évasif pour ne pas trop en dévoiler mais sachez que la famille Fun n'a rien de fun et que sous le verni très hypocrite du « tout le monde est happy » on trouve des névroses corsées et des pathologies plutôt lourdes. le propos est grinçant et la fin, loin d'apaiser la situation, installe un malaise que je n'avais pas vu venir et que j'ai trouvé très dérangeant.
Une chronique familiale sans concession, portrait au vitriol d'une Amérique rongée par la religion, l'égoïsme et la cupidité. le décalage entre le dessin tout mignon et les horreurs racontées est à l'évidence la trouvaille la plus remarquable (et la plus efficace) de l'album. Assurément une de mes plus surprises de ce début d'année en matière de BD.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pilyen
28 décembre 2016
★★★★★
★★★★★

Rien mais alors absolument rien de fun, dans cette famille ! D'ailleurs, dès les premières pages, alors que parents et enfants s'apprêtent à partager dans la joie et la bonne humeur leur repas, un coup de fil leur annonce la mort de la grand-mère. Nous sommes refroidis d'un coup et, je dois le dire un poil rassurés aussi, car les premières planches, exagérément dégoulinantes de bonheur, pouvaient laisser présager une histoire à l'américaine un peu rose bonbon. La suite prendra un drôle de chemin, pas très confortable pour le lecteur qui se demandera toujours où l'auteur veut en venir. Après les obsèques de l'aïeule, la mère de famille, pourtant aux apparences bien planplan, du genre à régaler sa famille de cookies et à briquer son intérieur avec bonheur, éprouve soudain l'envie de consulter le docteur Conroy, inquiète de l'attitude un peu renfermé de son mari qui a bien du mal à se remettre du récent décès de sa génitrice. Or ce spécialiste verse plutôt dans le genre gourou/psy. La ménagère qu'est madame Fun tombe dans les mailles de son filet, décide de quitter son mari et de partager les enfants. Deux iront vivre avec elle, deux resteront à aider le père qui sombre dans une déprime totale....
Avec un mélange de bons sentiments, une touche d'évangélisme béat, nous suivrons cette drôle de famille où les aspects de la vie américaine moyenne sont passés sous un drôle de scalpel, tour à tour bien affûté ou alors dégoulinant...de guimauve. Ce mélange ambiguë, entretenu par un dessin tout en rondeurs, peut tour à tour se révéler sarcastique quand il aborde les nombreuses croyances mercantiles qui hantent la middle-class américaine, franchement cruel quand il parle de l'enfance confrontée à l'égoïsme parental mais aussi nunuche ( faussement ? je ne suis pas arrivé à déterminer) dans un sous texte qui m'a paru pétri de religiosité et de bien pensance.
Même si on peut y voir un dézingage en règle de la société américaine et de son socle premier, la famille, "La famille Fun" surprend par son traitement allant de la cruauté jusqu'au surréalisme tout en gardant, en plus d'une représentation graphique assez mièvre, un soupçon de sentiments confits de morale chrétienne. Cette ambivalence donne un roman graphique sans doute hors norme, mais pas totalement emballant.
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sylire
28 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Tout porte à croire que nous allons lire histoire gaie avec des personnages amusants. le titre, le dessin et même les premières pages entretiennent cette impression. La famille Fun est une famille d'apparence heureuse et sans histoire. Pourtant des fêlules existent et nous n'allons pas tarder à les découvrir quand la grand-mère vient à mourir. le père de famille, accablé de chagrin, s'écroule littéralement. La mère des enfants, vite lassée du laisser-aller de son mari, se rend chez un psy à la mode, un charlatan qui lui donne de mauvais conseils. La spirale négative s'enclenche et aucun membre de la famille n'en sortira indemne
"La famille Fun" est un roman graphique assez perturbant. le climat qui règne dans ce foyer est malsain. Les parents n'assument pas leurs responsabilité, les enfants partent en vrille (du moins les plus grands) et les psychologues sont des gourous. Nous nous demandons comment tout cela va se terminer, s'inquiétant pour les enfants tout en admirant leur créativité. L'humour est grinçant. le plus souvent, on ne sait pas si l'on doit rire ou pleurer.
Le dessin n'est pas spécialement esthétique mais il est efficace. La gaieté des couleurs et la rondeur des personnages contrastent avec la déchéance de la famille, ce qui renforce le sentiment de malaise.
J'ai lu que l'auteur cherchait à dénoncer le modèle familial de la middle-class américaine. C'est assez effrayant, comme modèle.
Ai-je aimé ? D'une certaine façon oui, bien que la lecture soit déstabilisante. Je l'ai dévoré d'une traite.
Lien : http://www.sylire.com/2017/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gwenaweb
11 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Cette famille est carrément déprimante. Après quelques cases idylliques, la famille part en vrille. J'ai été assez dérangée par l'abandon des enfants dans cette histoire, sous prétexte que les parents ont besoin de vivre leur vie d'homme/femme avant leur vie de parent (ça se rapproche trop de la vraie vie). le résultat est que les enfants deviennent des adultes trop jeunes, avec des tares.
La force de ce livre est le contraste entre le dessin joyeux, coloré et l'histoire atroce. Mais c'est aussi son défaut puisque je me suis sentie mal du début jusqu'à la fin de la lecture. Ces apparences heureuses qui traitent le malheur des gens, ça doit se lire quand on a le moral !
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (3)
BoDoi18 janvier 2017
La Famille Fun peut, au départ, désarçonner. Le trait rond et lisse, les couleurs vives peuvent mener à s’en détourner. Il serait toutefois dommage de passer à côté. Car Benjamin Frisch y orchestre un véritable jeu de massacre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD05 janvier 2017
Jeu de massacre dans une famille américaine bâtie sur un équilibre instable. Même si l'auteur de va pas au bout de son pilonnage des hypocrisies américaines moyennes, son histoire porte une vraie force dramatique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest28 décembre 2016
Benjamin Frisch s'offre une entrée remarquée dans le 9ème Art qui, à défaut de faire rire à chaque fois, fera souvent grincer des dents.
Lire la critique sur le site : BDGest
Lire un extrait
autres livres classés : critiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
849 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre