AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505007659
Éditeur : Kana (2009)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 349 notes)
Résumé :
Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d'érudition, d’éducation, d'art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature… Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable…?!
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
21 novembre 2012
  • 4/ 5
Black Butler, voilà un manga qui me faisait de l'oeil depuis des mois. A vrai dire, ce n'est pas tellement l'intrigue qui me tentait (je ne m'y étais que très peu intéressée) mais bien le graphisme, qui m'avait tapé dans l'oeil ! Je cherchais ce premier tome d'occasion depuis des plombes, sans jamais le trouver. Et voilà qu'en ouvrant le petit paquet concocté par Tsuki pour mon anniversaire, que vois-je ? Mademoiselle, merci infiniment pour la découverte !
Et comme le laissaient présager mes premières impressions, après lecture, c'est vraiment le graphisme que je retiens et que je trouve le plus réussi ici. Voilà bien longtemps que je n'avais pas ouvert un manga aussi beau, esthétiquement parlant, et ça fait du bien à mes mirettes ! Concernant l'histoire, ce tome d'introduction est assez intriguant pour me donner envie de lire la suite, et c'est bien le principal !
Je ne vous résume pas l'intrigue générale, la quatrième de couverture le fait très bien (un peu trop bien même puisqu'elle en révèle peut-être un peu trop à mon goût…). Comme la plupart des mangas, celui-ci est séparé en petits chapitres (quatre pour être précise) qui s'attardent chacun sur une mini-aventure. Sauf les deux derniers qui n'en forment qu'une seule. Entre l'arrivée d'un certain Monsieur Claus et celle de la très expansive et extravagante fiancée de Ciel, le jeune maître des lieux, on pourrait croire que cette série s'annonce « comique » mais, la dernière aventure des deux derniers chapitres, remet bien vite les choses à leur place : violence et mystères seront de la partie. Même si le passage de la légèreté à la gravité m'a un peu surprise et peut déstabiliser de nombreux lecteurs, j'ai apprécié, pour ma part, le mélange des deux et je ne doute pas que Yana Toboso continue sur cette voie dans les tomes suivants.
Ce n'est qu'à la fin de ce premier tome qu'on découvre ce qui est annoncé dans la quatrième de couverture (voilà pourquoi je pense qu'elle en révèle peut-être un peu trop) et on comprend mieux les capacités hors-norme du fameux Sebastian, majordome au service du jeune Ciel, riche héritier anglais. Franchement, en commençant cette lecture, je me demandais ce qu'allait pouvoir nous raconter l'auteure… que pouvait bien nous réserver l'histoire d'un majordome, aussi étrange soit-il… Quel intérêt là-dedans ? Et bien, je me suis surprise à m'intéresser aux petites historiettes, à sourire et même à m'attacher aux personnages… comme quoi, tout est possible !
Autour de Sebastian le Magnifique, évoluent évidemment Ciel, son maître, mais également trois autres domestiques qui sont bien loin d'égaler le majordome ! le jeune héritier anglais m'a beaucoup intriguée et à la fin de ce premier tome, n'en sachant pas encore beaucoup sur son compte, je suis très curieuse d'en apprendre plus… Quant aux trois autres employés : Finnian le jardinier, May Linn la femme de chambre et Bardroy le cuisinier, ils m'ont fait sourire plus d'une fois, leur maladresse et crédulité étant assez prononcées…
Je ne sais absolument pas où veut nous amener Yana Toboso et donc ce que pourront contenir les tomes suivants, mais ça m'intrigue grandement… J'essayerai donc de trouver le deuxième opus dès que possible !
Je ne dirai qu'une chose concernant le coup de crayon de l'auteure : magnifique ! J'adore, vraiment. Pas forcément parce que le noir est la couleur (mais est-ce vraiment une couleur ?) dominante mais parce que le dessin est raffiné, précis, hyper détaillé (les vêtements, notamment et parfois même l'environnement). Les visages et personnages dans leur ensemble sont superbes et leurs émotions sont parfaitement rendues grâce à leurs expressions faciales.
Enfin, et parce que ça compte beaucoup pour moi lorsque je parcoure un manga : je n'ai rencontré aucune difficulté de lecture ou de compréhension. Parfois, vous savez, avec le sens inversé (le sens traditionnel japonais), on peut lire les interventions des personnages dans le mauvais sens (si si, ça m'arrive parfois lorsque ce n'est pas clair), mais là, aucun problème ou même hésitation. La lecture est donc fluide et sans interruption.

Bilan de cette découverte tant attendue : ce n'est pas un énorme coup de coeur mais je tiens à saluer la beauté des dessins. A la fin de ce premier tome, l'intrigue générale reste encore incertaine mais les personnages ont su me séduire et me donner envie de les retrouver dans le prochain opus !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Mariloup
02 novembre 2014
  • 5/ 5
Je connaissais grosso modo ce manga en ayant regardé quelques épisodes à la télé mais de façon désordonnée si bien que j'avais du mal à suivre mais voilà que j'ai eu l'opportunité d'emprunter cette série et j'ai bien fait.
#Spoilers#
Le ténébreux Sebastian est le majordome attitré de la famille Phantomhive. Son jeune maître, Ciel, sombre, au passé trouble et difficile, est à la tête d'une grande entreprise de jouets pour son jeune âge.
En combat, Sebastian est redoutable alors mieux vaut ne pas toucher à son jeune maître, il est très protecteur avec lui mais j'imagine que c'est normal vu son poste. Sebastian a l'air de vraiment apprécier son rôle de majordome, il le prend très à coeur. Les trois autres larrons de la maisonnée (le jardinier, le cuisinier et la bonne) sont drôles et en font voir de toutes les couleurs à Sebastian.
Ils reçoivent un invité de marque et tout n'est que bourdes de la part des employés si bien que c'est à Sebastian de rattraper leurs gaffes et il le fait avec grande intelligence et rapidité. Ils reçoivent ensuite une jeune invitée du nom d'Elizabeth, qui débarque en fanfare au manoir, mettant le domaine sans dessus-dessous, le décorant à son image (froufrous, peluches, fleurs...). Si elle agit de cette manière c'est parce qu'elle est la fiancée de Ciel, elle lui fait tout voir et le pauvre n'en peut plus. Sebastian, si parfait, ne va de cesse apprendre à son jeune maître à danser pour la demoiselle qui est très capricieuse, les gens devant exécuter ses quatre volontés. Et Ciel craque, ayant du mal à contrôler sa colère et en vient presque aux mains, si bien que Sebastian doit intervenir. Ciel sait alors se montrer raisonnable et est capable de pardonner.
Dans la dernière partie du manga, Ciel se fait kidnapper par la mafia et il en résulte une demande de rançon: de la drogue contre la libération de Ciel. le majordome prend les choses en main, met hors d'état de nuire les mafieux avec la grande classe et part sauver Ciel. Il se fait tirer dessus et j'ai bien cru à sa mort mais non! Il s'est tout bonnement relevé! Là, j'ai compris qu'il n'était pas humain. Que Ciel était au courant. Que leur relation est bien plus qu'une relation maître/majordome. Qu'un secret les entoure. Et la fin du manga m'a donné raison car l'oeil de Ciel qu'il cache continuellement derrière un bandeau est recouvert d'un symbole étrange, le même symbole qui est sur la main de Sebastian; car Sebastian est un diable de majordome même si je ne sais pas encore ce que c'est exactement; car un contrat les lie tous les deux. Ciel aurait-il vendu son âme au "diable"?
J'ai bien aimé le côté esthétique des dessins (le trait est fin, délicat, le détail fait toute la différence), l'ambiance un peu sombre, le ton très formel dans les paroles.
L'élégance et le raffinement sont au rendez-vous et ça me plaît beaucoup, c'est un délice pour les yeux. Les dessins centrés sur les plats que prépare le majordome m'ont donné l'eau à la bouche.
Les personnages principaux sont charismatiques et mystérieux à souhait; l'histoire est passionnante, à la fois drôle et à la fois sombre avec une pointe de thriller.
En bref, j'ai apprécié le travail de Yana Toboso qui est sans nul doute une mangaka à suivre sans aucun doute; ce premier tome a placé les bases, à su capter mon attention, m'a donné envie d'avoir des réponses aux multiples questions que je me suis posée et du coup, j'ai vraiment hâte de continuer à suivre les aventures de Sebastian et Ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
rabanne
15 novembre 2016
  • 3/ 5
J'ai entamé la lecture de cette longue série (22 tomes) que ma grande avait beaucoup appréciée.
Nous sommes dans un manoir anglais du 19e siècle et faisons la connaissance avec le jeune propriétaire de 12 ans, Ciel Phantomhive, un aristocrate de renom, héritier d'une belle fortune. Son dévoué majordome, Sebastian, impose le respect auprès des autres domestiques, car il est d'une rare efficacité et d'une promptitude à toute épreuve ! Mais comment "diable" fait-il ?...
J'aime assez le graphisme raffiné. Sinon, côté intrigue, on oscille entre flegmatisme, humour décalé, action et mystère. Cela me fera une recréation dans mes révisions. ;-)
Commenter  J’apprécie          244
belette2911
03 juin 2014
  • 4/ 5
C'est vraiment le hasard qui m'avait fait découvrir ce manga... Alors que je me trouvais dans une bouquinerie, j'ai aperçu la couverture qui m'a fait de l'oeil.
Le prenant en main, j'ai tout de suite été attirée par le graphisme et l'univers "victorien" de ce manga. Les trois premiers tomes étaient disponibles, emballé c'est pesé !
Lorsque je le lus, je sus que ce manga n'était pas tout à fait comme je l'avais pensé... Pourtant, au premier abords, ce manoir perdu dans la campagne londonienne paraissait tout à fait normal.
Oui mais... Il est habité par des gens étranges : tout d'abord, Sebastian, un majordome à la beauté du diable qui m'a perturbé, ne sachant pas encore "qui" il était (merci à l'auteur d'avoir construit son récit pour n'en dévoiler au lecteur qu'au fur et à mesure de ce premier tome).
Ce majordome a un sourire ravageur, un maintien divin et un corps qui crie "déshabillez-moi de suite".
Bizarre, bizarre, il a l'air de tout savoir faire... Gérer les autres membres du personnel, se battre, tout résoudre. Omnipotent, quoi.
Autre étrangeté : le comte Ciel Phantomhive est le jeune maître de ce manoir. Jeune ?? Oui, il 12 ans et gère l'industrie familiale : jouets et friandises. Au premier abord, il fait très "enfant gâté". de plus, il porte un bandeau sur l'oeil comme Albator.
Nous avons aussi un maître d'hôtel, Tanaka, qui ne sait rien faire d'autre que boire du saké mais qui a le style d'un vrai maître d'hôtel, lui !
Vient ensuite Bardroy, un cuisinier que je ne voudrais pas engager : ses plats sont douteux et il cuisine la viande au lance-flammes !!
La servante, May Lin, tellement maladroite qu'elle pourrait vous tuer sans le vouloir. À se demander à quoi elle sert avec ses lunettes en cul de bouteilles.
Un jardinier, Finnian, à la force surhumaine, qui se prend pour Démolition Man et qui entretient le jardin en le dévastant.
Bref, on a déjà une intrigue rien qu'avec les personnages et tout ce que Sebastian doit faire pour réparer leurs conneries !
Autre avantage : le manga est découpé en quatre chapitres qui s'attardent chacun sur une partie de la journée. Un vrai plaisir de suivre leurs aventures tout au long de la journée du majordome.
C'est là qu'on pourrait se demander ce que le magaka pourrait bien avoir à nous raconter de palpitant sur un majordome...
Passé les premiers "chapitres" où on voit la vie dans la maison Phantomhive et les folies de la fiancée de Ciel (oui, on se fiance au berceau, chez les nobles), voici qu'on entre dans l'action avec un mafiosi qui ne rêve que d'inonder l'Angleterre de drogue.
Attention, on a beau se trouver dans l'époque victorienne puisque nous sommes en 1888, on a tout de même des voitures et des téléphones qui ne sont pas d'époques du tout ! Sans oublier des armes à feu plus modernes qu'autre chose.
On se rend bien compte aussi que Sebastian est plus qu'un majordome, surtout lorsqu'il se bat contre toute une meute de mafioso déchainés !
Les dessins sont super et l'action bien représentée. Les dialogues sont savoureux et Sebastian est un personnage plein de ressources et d'humour.
Le premier tome est palpitant : il soulève bien des questions, sans répondre à toutes tout de suite, il aiguise notre curiosité, possède du mystère, de l'humour pince-sans-rire, des situations cocasses et on a qu'une envie : attraper la suite !

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Myiuki
03 février 2013
  • 4/ 5
Des mois ! Que dis-je ? Des années ! Que je voulais lire ce manga et c'est enfin chose faite et ... c'était ... waouh ! Je crois que je viens de me trouver une nouvelle série manga fétiche avec Black Butler, j'ai adoré ! Bon, vous le dire, c'est bien, vous expliquer pourquoi, c'est mieux ! Alors, en route pour l'explication de textes !
D'abord, je me suis dit que le concept était quand même basique. En effet, suivre les aventures d'un majordome, il faut le dire, n'a rien de palpitant, d'autant que c'est un sujet plutôt redondant dans le domaine du manga. Alors, je me suis demandé où était l'originalité, l'intérêt de ce livre ? Je ne l'ai découvert, réellement sous toutes ses coutures, qu'à la toute fin du manga (et quelle révélation !), et ça a éclairé sous un nouveau jour les pages que je venais de lire. Oui, l'idée de base peut sembler laconique, mais la façon dont elle est mise en place par l'auteur, avec ce soupçon de suspens, de mystère et de ténèbres, donne vraiment envie de s'accrocher et de connaître la suite de l'histoire ! Pourquoi ? Parce que ce majordome vous réserve de nombreuses surprises et qu'il sait comment captiver son public ...
Il faut dire qu'en matière de héros sexy et mystérieux, Sebastian, se place dans le top du top, y a pas à dire. Voilà un majordome, tout de noir vêtu, au sourire ravageur et que l'on a envie de mettre à nu dès les premières pages ! Cette façade lisse, parfaite, qu'il nous propose se doit, à un moment ou à un autre, de se fissurer, c'est obligé. de fait, on découvre au fil du manga, un personnage agissant toujours comme il se doit, rétablissant les situations les plus dramatiques d'une façon presque surnaturelle tant elle semble couler de source, bref, il répare les dégâts d'une façon admirable ! Et il a fort à faire en la matière. Aussi bon cuisinier que garde du corps, il excelle dans tous les domaines. Il colle bien à l'image qu'on se fait des majordomes britanniques, au flegme et au calme incomparable, à la discrétion et l'efficacité redoutable. La fonction avant l'homme. Pile dans le thème !
Bien sûr, on se doute dès le départ qu'il est bien plus qu'un simple majordome. Pas mal de signes démontrent d'ailleurs qu'il a un certain ... ascendant sur son maître, Ciel Phantomhive (Ciel, ce nom !). Il joue un rôle, et le fait très bien d'ailleurs, mais il cache beaucoup de choses, on le sent derrière son autorité naturelle qu'il dissimule sous ses beaux sourires, on a le doute quand on voit qu'il transforme des bulbes de plantes en fleurs en quelques heures à peine ... Ce majordome ne peut être humain ! Il a quelque chose en plus, qui vous intrigue, qui vous alpague et vous donne envie de découvrir ce qu'il cache. Ce personnage est le coeur du récit, son charisme est à tomber par terre et j'ai succombé ... oui, j'ai succombé, on ne peut pas résister à Sebastian ! Je veux dire, vous l'avez vu ? Ah la la, ces personnages fictionnels auront ma peau !
J'avoue que l'ambiance teintée de secrets du manga m'a beaucoup plu. Au début, je me demandais quand il allait "enfin" se passer quelque chose - de l'action que diable ! -, mais, j'ai compris pourquoi cela avait pris tant de temps de réellement déclencher le récit ... tout est dans le détail au préalable. Limite, j'aurais relu les premières pages pour récolter à nouveau tous les indices ! Il faut dire que complots et jeux de pouvoir sont au coeur de ce livre. le maître de Sebastian, le jeune Ciel, est lui aussi assez énigmatique, et amène une touche supplémentaire de curiosité dans le manga. Comment un jeune aristocrate anglais, PDG d'une entreprise de jouets, se retrouve à diriger seul son domaine, à avoir tant de responsabilités et à entretenir des relations, pour le moins spéciales, avec ses congénères ? Mystère et boule de gomme !
C'est ce que j'ai apprécié ici, ce côté théâtral du "on ne sait pas où on met les pieds". Même à la fin, on ne sait toujours pas dans quoi on est tombé ! C'est bourré de questionnements cette affaire, et on a pas vraiment de réponses, juste des esquisses, il y a encore beaucoup d'énigmes à résoudre. Une chose est sûre : la suite promet d'être intéressante ! Parce que ces mystères nous tiennent en haleine. Même si on a la sensation de ne pas avancer, que cela peut paraître pour certains ennuyeux, on a la certitude qu'il va se passer quelque chose de sensationnel, c'est ancré en nous dès les premières pages. Tant de voiles à soulever, d'hypothèses à échafauder, ça m'a tenue éveillée tout au long de ma lecture ! Et j'ai adoré ça ! Je tournais les pages avec une avidité croissante pour enfin comprendre ce qui se tramait sous mes yeux, j'aime être ainsi prise au piège d'un texte.
Ce que j'ai aimé aussi dans ce manga, malgré sa "pesanteur" apparente due au sujet, c'est son côté léger qui vient la contrebalancer d'une admirable manière ! Malgré un majordome et son maître plutôt sombres, les domestiques du manoir sont eux, on ne peut plus lumineux ! J'aime beaucoup ce parallèle entre l'ombre et la lumière, et toutes ces nuances de gris au milieu, ou chacun semble être plus que ce qu'il veut bien paraître, j'adore ce concept ! Il est porteur, il faut dire qu'il y a beaucoup à faire à ce niveau-là, et justement, l'auteur joue tout en nuances, on a une image stricte dès le départ de Sebastian, de son maître aussi, pourtant, ceux-ci ne vont cesser de nous surprendre tout du long. Ne pas savoir à qui se fier, voir ses illusions et/ou ses certitudes voler en éclats, devoir tout reprendre de zéro, cela prouve que la plume de cet auteur sait être pertinente et embarquer son lecteur là où elle le veut. Chapeau !
Donc, je disais, l'humour est apporté principalement par ces autres personnages, gaffeurs au possible, qui enchaînent les bévues et se posent des questions existentielles du style "peut-on manger la tarte ... ou pas ?". Ils m'ont fait rire, beaucoup ! Même si leurs comportements peuvent paraître exagérer, j'ai apprécié la légèreté, l'insouciance et le drolatique qu'ils apportent au texte, de vrais rayons de soleil ! Et je trouve leur utilisation parfaitement stratégique de la part de l'auteur vu qu'elle arrive toujours à point nommée pour détendre l'atmosphère. On ne peut que craquer pour ces grands enfants au caractère parfois horripilant ! Ils sont à mourir de rire, vraiment. Ces personnages pour le moins farfelus et excentriques, comme tous ceux qui entourent les deux personnages principaux, forment une galerie de portraits colorée et très vivante qui amène un peu de chaleur dans le manga. J'adore !
Et puis, même si la relation Ciel/Sebastian est ambiguë, on y décèle malgré tout une certaine tendresse qui se répercute sur leur entourage. Malgré le fait qu'on ait l'impression que Ciel est un adulte piégé dans le corps d'un enfant, son côté enfantin justement est mis en avant de façon judicieuse par l'auteur, pour nous rappeler ce qu'il est réellement ... sa passion pour les pâtisseries de Sebastian à l'heure du goûter, son besoin de ne pas être seul pour s'endormir, il est touchant par certains côtés, même si flippant par d'autres. Là aussi, toutes ses facettes nous sont exposées et à nous de monter le puzzle, pas évident mais passionnant je dois dire ! Et j'aime cette idée que cette sorte de froideur initiale qui les englobent tous les deux et qui donne l'impression qu'ils sont figés l'un et l'autre, soit morcelée par la suite, avec ces instants fugaces d'émotion, de sentiment. A savoir si tout cela est réel ou simulé, ça reste un autre mystère à élucider par la suite !
Le style du manga m'a, quant à lui, convaincue. le fait que ça suive une ligne bien droite, bien définie, tout en partant dans tous les sens m'a conquise ! J'ai passé un excellent moment entre ses pages, je me suis vite attachée à tous ces personnages à la fois adorables et légèrement flippants sur les bords, l'histoire m'a entraînée, je n'ai pas lâché ma lecture une fois commencée et j'ai tout simplement dévoré ce manga ! Je suis tombée sous le charme des dessins aussi, magnifiques ! Surtout ceux de Sebastian (lol). Non, sérieusement, je trouve que l'objet en lui-même est d'une très bonne qualité, on se laisse porter aussi bien par le récit que par les esquisses qui lui donnent vie, c'est un régal de tourner ces pages ! Je n'ai rien à redire à cet ouvrage, c'était une très belle découverte et je suis ravie d'avoir plongé dans cet univers intrigant et fascinant. J'ai maintenant hâte de lire le tome 2 !
En conclusion, je ne peux que vous conseiller de découvrir ce manga qui saura vous surprendre et vous embarquer dans une histoire où complots et mystères vous tiendront compagnie le temps d'une lecture bien plus qu'agréable ! Laissez-vous charmer par l'ambiance unique de ce manga et par son héros au sourire ravageur ^^ Bonne lecture !
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
JennieJennie27 mai 2012
Tu vas continuer à t'amuser encore longtemps? Je ne pense pas que le sol soit si confortable que ça. Jusqu'à quand vas-tu faire semblant de dormir?
Commenter  J’apprécie          250
UrzyUrzy23 septembre 2010
Si un majordome de la famille Phantomhive ne savait pas faire cela, que saurait-il faire ?
Commenter  J’apprécie          330
manU17manU1720 août 2014
Il ne faut pas avoir peur. Quand on te remettra à un pervers, on aura arrangé ton cadavre de façon à ce qu'il ne remarque rien.
Commenter  J’apprécie          230
lilfalllilfall03 novembre 2011
Avec ou sans bague, le chef de la famille Phantomhive, c'est moi, Ciel Phantomhive.
Commenter  J’apprécie          320
mangamaniacmangamaniac29 août 2013
- Ce coup est le plus secret dans la tradition occulte de mon école. Le coup du tigre féroce, du rugissement du dragon et des mille lotus dispersés. Mais qui es-tu donc?
- Maîtriser une technique de ce niveau est la moindre des choses pour le majordome de la maison Phantomhive.
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Yana Toboso (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yana Toboso
Avant premiere Black Butler - Japan Expo 2014
autres livres classés : majordomeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Hunger games le film (Mode Hardcore)

Pour quelle raison existent les hunger games?

Pour amuser le public
a cause du traité de trahison de la guerre

6 questions
91 lecteurs ont répondu
Thème : Hunger Games, tome 1 de Suzanne CollinsCréer un quiz sur ce livre
. .