AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 205 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Missouri , 1856
Mort(e) à : Deadwood, Dakota du Sud , le 01/08/1903
Biographie :

Martha Jane Cannary, plus connue sous le surnom de Calamity Jane, est une personnalité de la conquête de l'Ouest.

Sa famille mormone vit misérablement dans une ferme. Son père est un joueur invétéré et sa mère, personnage flamboyant. La famille est criblée de dettes et quitte le Missouri pour échapper aux poursuites. Sa mère Charlotte Canary meurt en 1866. Son père emmène sa famille durant l'été 1866 pour Salt Lake City dans l'Utah, où il disparaît sans laisser de trace en 1867. Orpheline, séparée de ses frères et sœurs, Martha a 12 ans et est placée dans une famille d’accueil. Mais elle fait la fête, boit et va danser avec les soldats si bien qu'elle est renvoyée en 1871. Elle exerce alors de nombreux métiers pour survivre: cuisinière, serveuse de bar, danseuse de saloon. Elle essaye à deux reprises de s'enrôler dans l'armée travestie en homme, en vain, mais effectue probablement des missions ponctuelles comme éclaireur pour l'armée du général George Custer en 1874. En 1875, elle s'introduit clandestinement au sein de l'expédition géologique des Collines noires, c'est à cette occasion qu'apparaît son surnom de Calamity Jane dans la presse ("Chicago Tribune"). Un journaliste qui couvre l'expédition prend une photo d'elle, en tenue d'homme. Cette médiatisation est à l'origine de son rapatriement, ce qui ne l'empêche pas de récidiver et d'intégrer clandestinement le régiment du général George Crook. C'est ainsi que les exploits militaires de Calamity Jane font les gros titres. Rapatriée à Fort Fetterman, elle se rend ensuite à Fort Laramie. Là, elle rencontre Wild Bill Hickok (1837-1876). Elle fait la route avec lui jusqu'à Deadwood. Elle vit avec plusieurs hommes avec qui elle gère des saloons ou élève du bétail. Elle se marie en 1887 avec le cheminot Bill Steers, pour légitimer sa fille Jane. Elle le quitte et voyage avec sa fille de ville en ville, survivant comme serveuse de saloon ou lingère de bordel. La presse pendant cette période continue à publier ses exploits légendaires. En 1893, ses tournées avec le "Wild West Show", une revue ambulante menée par le truculent Buffalo Bill, participèrent à faire gonfler sa mythologie. En octobre 1895, elle revient avec sa fille à Deadwood. Elle tire quelques revenus de son autobiographie, une petite brochure qu'elle a distribué à partir de 1896 pour des spectacles organisés à Minneapolis. Rongée par l'alcool, elle meurt de pneumonie.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cette semaine, Jérôme Garcin enlace Martha Jane Canary alias Calamity Jane. Il a choisi de lire des extraits de ses lettres a sa fille placée dans une famille adoptive. Derrière la légende, une mère émouvante, qui parle de la cuisine et des hommes.

Podcast (1)


Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   26 septembre 2014
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Il n'y a vraiment rien dans ce monde d'aussi merveilleux que la foi d'un enfant dans quelqu'un qu'il aime.
Commenter  J’apprécie          292
Piatka   25 septembre 2014
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Je conduis une diligence, ces temps-ci. [...] Le révérend Sipes et Teddy Blue Abbott m'ont trouvé ce boulot. Ils semblaient penser que ça valait mieux qu'être hôtesse dans un saloon. Tu vois que ta mère travaille pour gagner sa vie. Un jour, j'ai du poulet à manger et le lendemain les plumes. Hier, je suis tombée sur Jack Dalton. On dit que c'est un hors-la-loi, mais tout au fond de son cœur, il est bon.



Extrait d'une lettre de Calamity Jane à sa fille Janey, Octobre 1890
Commenter  J’apprécie          230
Astrid2479   07 avril 2012
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Ne laisse pas la jalousie te prendre. Elle tue l'amour. Je l'ai perdu, j'ai perdu tout ce que j'avais jamais aimé, toi exceptée.
Commenter  J’apprécie          210
cicou45   15 avril 2015
Lettres à sa fille de Calamity Jane
"Il n'y a vraiment rien dans ce monde d'aussi merveilleux que la foi d'un enfant dans quelqu'un qu'il aime."
Commenter  J’apprécie          170
Nanne   16 février 2010
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Vois-tu, ton papa Jim m'a promis qu'il m'enverrait toujours une lettre chaque année, le jour de ton anniversaire. Comme j'ai été heureuse d'avoir des nouvelles de lui ! Il m'a envoyé ta petite photo : tu es mon portrait craché à ton âge, et en regardant ta petite photo ce soir, je m'arrête pour t'embrasser, et puis, à me souvenir, les larmes viennent et je demande à Dieu de me laisser un jour réparer les torts d'une façon ou d'une autre envers ton père et envers toi.
Commenter  J’apprécie          110
Enzita   05 juin 2012
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Peut-être penseras-tu quelquefois à moi, non comme à ta mère, mais comme à une femme solitaire qui aime et perdit autrefois une petite fille comme toi
Commenter  J’apprécie          121
Shambalala   11 juin 2015
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Biographie

Son véritable nom était Martha Jane Canary. Elle nait le 1er mai 1852 à Princeton au Missouri. Elle a deux frères et trois sœurs dont elle est l'aînée.

En 1865, la famille part pour le Montana. Elle a alors treize ans. Pendant le voyage, qui dure cinq mois, elle participe à la chasse avec les hommes. Sa mère (Charlotte Canary) meurt pendant le voyage. La même année, la famille émigre à nouveau, cette fois pour Salt Lake City, Utah, où son père meurt en 1868.

C'est alors qu'elle commence la vie aventureuse qui la rendra célèbre. Elle rejoint deux ans plus tard le général Custer en qualité de scout (guide, éclaireur). Elle fait campagne en Arizona contre les Indiens. C'est à cette époque qu'elle commence à porter des habits d'hommes. Elle exécute de dangereuses missions, participe à plusieurs campagnes et devient très habile au tir.

D'après ses mémoires, c'est pendant sa période scout qu'elle gagne le surnom de Calamity Jane. Dans le Wyoming, il lui est ordonné de partir avec un détachement. Parti pour plusieurs jours, le groupe de soldats subit plusieurs escarmouches indiennes au cours desquelles six soldats sont tués et de nombreux autres sérieusement blessés. De retour vers le fort, à quelques kilomètres seulement de celui-ci, le détachement tombe dans une embuscade. Le capitaine est blessé. Se retournant, Martha s'aperçoit que l'officier va tomber de son cheval. Elle galope alors vers lui et l'attrape avant qu'il ne tombe. Elle le hisse sur son cheval, devant elle, et le ramène au fort, lui sauvant la vie. Une fois guéri, le capitaine lui aurait dit, en plaisantant : « Je vous baptise Calamity Jane, l'héroïne des plaines. ». Ce surnom ne l'aurait plus jamais quittée.

Au cours de ses campagnes, elle est la première femme blanche à pénétrer dans les Black Hills, alors contrôlées par les Sioux, dont ce sont les montagnes sacrées. Elle doit ensuite rejoindre le général Custer à Little Big Horn. Durant son voyage, elle est contrainte de traverser à la nage la rivière Platte, à la suite de quoi elle tombe malade. Elle est rapatriée au Fort Fetterman, où elle reste quatorze jours. Puis, ayant récupéré, elle se met en route pour Fort Laramie. Là, elle rencontre William Hickok. Elle fait la route avec lui jusqu'à Deadwood. Puis elle assure la liaison, en qualité de courrier, entre Custer, encore dans les Black Hills, et Deadwood. Un jour d'août 1876, son ami Wild Bill Hickok est tué d'une balle derrière la tête dans un saloon de Deadwood. Bien que l'on prête à Calamity Jane une aventure avec ce dernier, il semblerait qu'ils n'aient été en fait que de très bons amis, sans plus, et que le père de son enfant ne soit autre qu'un lieutenant avec lequel elle aurait eu une liaison quelque temps.

Elle serait alors partie à la recherche de l'assassin, un nommé Jack McCall, et l'aurait attrapé pour le livrer à la justice. Mais celui-ci se serait échappé. Il a été repris quelque temps plus tard, jugé puis pendu.

Elle quitte Deadwood en 1877 avec le septième de cavalerie. L'année suivante, elle fait un peu de prospection. Puis elle fait des navettes entre différents forts et villes avec un attelage de bœufs, les animaux les plus résistants pour ce genre de trajets dans cette région précise. Elle ne cesse de changer d'activité et de voyager, allant du Wyoming, vers l'Oregon, ou encore vers la Californie, élevant du bétail ou le convoyant.

En 1885, à El Paso, elle rencontre Charley Burke (ou Charlie Burke), un Texan avec lequel elle se maria, voulant enfin s'arrêter quelque part. Deux ans plus tard, elle met au monde une petite fille. La famille part alors pour le Colorado, où ils ouvrent un hôtel. Puis ils voyagent encore de ville en ville pour revenir à Deadwood, dix-sept ans après le départ de Martha. Ses anciens amis sont ravis de la revoir ; certains veulent mettre par écrit ses aventures et d'autres lui proposent de les jouer. Entre temps son mari la quitte. Elle est alors engagée au Palace Museum de Minneapolis en 1896. Elle participe ensuite à plusieurs spectacles centrés sur le mythe de l'Ouest américain (Wild West Shows), en vogue à l'époque.

Elle meurt le 1er août 1903. Deux de ses amis transportent son corps de la ville de Terry à Deadwood, où les membres de la Société des Pionniers des Black Hills organisent ses funérailles. Habillé de blanc, placé dans un cercueil capitonné, son corps est exposé dans l'arrière-salle d'un saloon, où tous les habitants de Deadwood peuvent venir lui faire un dernier adieu.

Elle est enterrée à Mont Moriah Cemetery (Deadwood), à côté de Wild Bill, selon sa volonté.

Source éditeur Rivages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TREMAOUEZAN   05 novembre 2016
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Quand je travaillais chez Russel, les bonnes et vertueuses femmes du lieu ont voulu me chasser de la ville. Elles sont entrées dans le saloon armées d'une cravache et d'une paire de cisailles pour me couper les cheveux et me coiffer à la Ninon comme les femmes légères de Paris sont tenues de l'être - comme ça, elles restent à leur place avec leurs marques sur les oreilles. Eh bien, Janey, je leur ai réglé leur compte à ma façon et je n'ai pas quitté la ville coiffée à la Ninon ou marquée par leur cravache. J'ai sauté du bar au milieu d'elles et avant qu'elles puissent dire ouf, les voilà toutes à hurler. J'ai coupé les vieilles boucles noires d'une de ces garces, leur ai flanqué des coups de cravache sur la tête, et j'en aurais tué quelques-unes quand Abbott et le révérend Sipes sont entrés; la poussière est retombée et elles étaient toutes là, leurs scalps encore sur le crâne, moins quelques poignées de cheveux, et n'ayant subi aucun dommage, sinon que je les avais traînées sur le plancher sale, que leurs robes étaient à moitié déchirées, et qu'un jupon ou deux manquaient. (pp. 55-56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Abyssinia   15 février 2019
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Il faisait tant de choses gentilles. Il s'agenouillait pour que je mette pied à terre,donnait la patte et comprenait tout ce que je lui disais. J'avais un sac d'avoine : il venait chaque jour à ma porte pour en avoir un écuelle. Je puisais l'avoine dans le sac. Un jour, il est venu, je lui ai montré le sac vide et lui ai dit qu'il n'y en avait plus. Il est parti vers les collines et n'est jamais revenu m'en demander. Il savait. Il comprenait. Bon, voilà que je mouille ce vieil album de mes larmes en pensant à mon pauvre vieux copain fidèle.
Commenter  J’apprécie          70
Myriam3   06 mai 2017
Lettres à sa fille de Calamity Jane
Ton papa Jim m'a envoyé un porte-plume et une bouteille d'encre, afin que je puisse lui écrire quelquefois. C'est un homme qui a du respect pour ta mère, même si les autres n'en ont pas. Ce porte-plume a été fabriqué en Irlande. Je le porte attaché à ma selle avec cet album et j'ai l'encre dans une poche, de façon à pouvoir t'écrire à côté de mon feu de camp.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lettres à sa fille par Késia

Qui est le personnage principal ?

Jane Calamity
Rebeccca Prior
Tobias Eaton

11 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Lettres à sa fille de Calamity JaneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..