AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.47 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Yangambi , 1951
Biographie :

D’origine belge, Anne Vallaeys est née en 1951 à Yangambi, sur les rives du fleuve Congo, où elle vécut ses dix premières années entre savanes et forêts primaires. Après un cycle d’histoire à la Sorbonne, elle est de l’équipe fondatrice du quotidien Libération, en 1973. Envoyée spéciale permanente à Marseille. Elle quitte la presse en 1981 et signe un contrat avec l’éditeur Jean-Claude Lattès. Avec Alain Dugrand, son compagnon, elle est l’auteur d’une trilogie romanesque, Les Barcelonnettes, qui va l’amener au Mexique. D’autres romans suivront comme Coup de Bambou, Agua Verde, puis La mémoire du papillon.
Outre la littérature romanesque, elle publie deux essais proches de ses préoccupations : Sale temps pour les saisons est consacré à l’intolérance des sociétés urbaines à l’égard du temps qu’il fait. Fontainebleau, la forêt des passions retrace l’histoire du plus grand massif forestier d’Europe occidental, planté par la main de l’homme sous les premiers monarques.
En 2002, c’est la parution d’une chronique, Les Filles (éditions Fayard). Il s’agit là du récit d’une année scolaire d’un groupe de lycéennes d’un bourg de la grande banlieue parisienne. Ou comment le bac, étape initiatique, permet d’accéder à l’age adulte en brisant, hélas, les solidarités enfantines.
À l’automne 2004, Anne Vallaeys publie Médecins sans frontières, la biographie (éditions Fayard). Dans ce gros récit de 764 pages, l’auteur retrace l’histoire de la plus célèbre des ONG françaises, couronnée par le Prix Nobel de la paix en 1999.
Anne Vallaeys publie en 2008 Dieulefit ou Le miracle du silence enquête sur un village où la résistance est une vertu constituante de l’honneur, à laquelle on ne déroge pas : elle a recueilli les témoignages des enfants d’alors, à Dieulefit elle a rencontré des hommes et des femmes aussi résolus qu’hier, elle a consulté les archives. Son talent d’écrivain a fait le reste. Elle a reconstitué cette aventure collective aussi extraordinaire que méconnue, pas d’héroïsme, non, mais une manière d’être.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Anne Vallaeys. Hautes Solitudes.


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Matavem   29 juin 2010
Dieulefit ou le miracle du silence de Anne Vallaeys
Deux mille cinq cents personnes habitaient Dieulefit, un village parmi d'autres en Drôme provençale.

Quand la guerre éclata. A l'école de Beauvallon, les 'directrices accueillirent aussitôt les enfants juifs. Et leurs parents, bientôt. À la mairie, une employée d'une vingtaine d'années commença à fabriquer des faux-papiers. D'autres réfugiés arrivèrent, des anonymes, mais des peintres, des poètes, des artistes et des philosophes encore. Et d'autres maisons s'ouvrirent. A l'école, les enfants se serrèrent un peu plus sur les bancs, et la secrétaire de mairie devint une faussaire patentée.

La population grimpa jusqu'à cinq mille personnes. Le bourg accueillait ainsi autant de pourchassés qu'il comptait de natifs. Pas un seul ne sera arrêté. Nul ne sera dénoncé. Pendant les quatre années les plus sombres de notre histoire, ce petit village devint la " capitale intellectuelle de la France ", disait Pierre Vidal-Naquet qui s'y réfugia, enfant. Dieulefit sut désobéir, dire non aux lois iniques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1   13 août 2016
Agua Verde de Anne Vallaeys
Il est des vallées, des déserts, des plateaux si inhospitaliers qu'on les dirait habités par une engeance invisible, hostile. "Terres brulées", c'est le terme dont on les affuble dans le jargon militaire. L'île Agua Verde était de celle-là.
Commenter  J’apprécie          70
MarcoPolo85   10 mai 2017
Hautes solitudes : Sur les traces des transhumants de Anne Vallaeys
Amants des hautes solitudes, non pas sauvages mais différents, gourmands d'oignons blancs, de cébettes, des miels qu'ils dénichent dans les troncs creux, les bergers composent une peuplade timide, effacée.

Quand ils rejoignent la plaine, ils paraissent retranchés, insoucieux des agréments dont jouissent les sédentaires de basse vallée. p130
Commenter  J’apprécie          50
Caro17   27 juillet 2016
Les filles de Anne Vallaeys
Mardi 5 septembre, jour J. La voix intérieure murmure : "Pas bouger, pas encore..." Léger mouvement de la nuque. Cathy scrute le rai de lumière dans les plis du rideau. Doré. Bonne météo, confirmation du pronostic télé : soleil, ciel bleu. Évidemment. C'est toujours comme ça la rentrée. Soupirs.
Commenter  J’apprécie          30
Aifelle   02 décembre 2019
Hautes solitudes: Sur les traces des transhumants de Anne Vallaeys
Changement de décor. Nous abandonnons les pâleurs crayeuses striées d'ocre brun, nous pénétrons maintenant dans une symphonie verte, un Eden de gaudres, roubines et prés ponctués de potagers, vergers et lopins maraîchers. Nous cheminons au nord, là où grâce à la bénédiction des eaux abondent les prairies grasses, encloses de cyprès et de peupleraies brise-vent. Les meneurs de troupeaux vénèrent cette profusion d'herbes, fromental, dactyle, lotier, trèfle rouge et blanc, minettes et vesce. A l'automne, ils engraissent cette herbe fine de luzerne, ils sèment sainfoin, barjelade ou pasquier, provende nutritive, croquante, des brebis et des agneaux à la sortie du long hivernage.
Commenter  J’apprécie          10
Corboland78   04 août 2017
Hautes solitudes : Sur les traces des transhumants de Anne Vallaeys
Nous progressons une bonne heure sous les ramures immobiles, sans le moindre souffle d’air, sinon le fouet des feuillages s’entrouvrant. A nos pieds, un paysage fardé de verts se dévoile, labours ombrés sous un bleu transparent près des mas, déroulé de collines en fond, bosquets et parcelles tendres. Une croupe sculpte l’horizon, c’est la voilure nacrée des Alpilles, zébrures calcaires dans le ciel écru de trop de lumière. On dirait la mer. Marie m’a rejointe, nous échangeons un regard, les paroles nous paraissent superflues.
Commenter  J’apprécie          10
innocentrois   01 janvier 2017
Dieulefit ou le miracle du silence de Anne Vallaeys
Deus fecit, Dieulefit. Quand ils envahirent la contrée, on dit que les Sarrasins s'écrièrent " Allah ba" face à ce décor d'enluminures persanes, Allah pour "Dieu", ba pour " Il l'a fait". Deus fecit ! en latin, bientôt traduit par Deo lo fes, du provençal flamboyant. Pour finir on dira Dieulefit en langue d'oc.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox