AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.95 /5 (sur 8459 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Manosque , le 30/03/1895
Mort(e) à : Manosque , le 09/10/1970
Biographie :

Jean Giono est un écrivain et scénariste français. Il est l'auteur de nombreux livres sur le thème de la ruralité provençale. Ses œuvres mêlent un humanisme naturel à une révolte violente contre la société du XXe siècle.

Né dans une famille modeste d'origine piémontaise. Etant fils unique d'un cordonnier et d'une repasseuse, il quitte l'école à 16 ans pour subvenir aux besoins de sa famille. Il travaille dans une banque tout en s'instruisant par lui-même.

Dès l'enfance, il aime inventer des histoires et s'exerce très tôt à l'écriture. Mais il attendra d'avoir trente-cinq ans pour voir paraître Colline (1929), son second roman, le premier ayant été refusé (le très joyeux Naissance de l'Odyssée paraîtra cependant en 1930).
Inspirée par son imagination et ses visions de la Grèce antique, son œuvre romanesque dépeint la condition de l'Homme dans le monde, face aux questions morales et métaphysiques et possède une portée universelle. En 1927, il écrit son roman fondateur, "Naissance de L'Odyssée". Ce roman aborde des thèmes de la nature et de l'angoisse de l'homme face au monde. Il est refusé par l'éditeur Grasset.

En 1939, période d'avant-guerre, Jean Giono milite pour la paix. Il fut accusé à tort de soutenir le Régime de Vichy et d'être collaborateur avec l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, en raison de son pacifisme, ne soutenant nul camp et de la publication de ses articles dans des journaux appartenant au régime de Vichy. Il sort meurtri de la guerre en étant surnommé "le voyageur immobile".

Elu à l'Académie Goncourt en 1954, il voyage, diversifie sa production par des récits de voyage, des comptes-rendus judiciaires, des billets d'humeur remis à des journaux, se lance même dans la production de scénarios pour le cinéma.

De son œuvre vaste et prolifique, on se souviendra du "Hussard sur le toit" (1951) qui connu un immense succès, et qui lui permettra à nouveau la considération du monde littéraire. Celui-ci compte aussi Angelo, protagoniste récurrent, ou encore "Un roi sans divertissement" (1947) et le poème "Que ma joie demeure".

Il meurt d'une crise cardiaque chez lui à Manosque, le 9 octobre 1970.

+ Voir plus
Source : https://www.linternaute.fr/biographie/litterature/1775294-jean-giono-biographie-courte-dates-citatio
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Giono   (122)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le dj performer Prieur de la Marne rassemble des films amateurs en 8 mm pour raconter en musique et en 8 mouvements les turpitudes de la maladie d'Amour ; de l'instant crush à la déception en passant par le baiser volé, la conquête amoureuse, l'étreinte, l'amour fou et les adieux. Dans cette nouvelle création, il explore par un biais nouveau les tréfonds de son âme passant de la nostalgie au secret espoir d'un retour durable de l'être aimé… Pour ce projet, Prieur de la Marne a demandé à des invités d'enregistrer des textes auxquels il est attaché et qui servent son récit. Ainsi Augustin Trapenard, Rebecca Manzoni, Zabou Breitman, Yelle, Blandine Rinkel, Anouk Grinberg, Juliette Armanet, ou encore Élodie Frégé prêtent leur voix au travers de textes de Pier Paolo Pasolini, René Barjavel, Jean Giono, Guillaume Apollinaire, Laure Anders, Paul Nizon, Marguerite Duras, Romain Gary… Commande de Latitudes Contemporaines (Lille)

+ Lire la suite
Podcasts (33) Voir tous


Citations et extraits (1897) Voir plus Ajouter une citation
Jean Giono
Lili017   02 juin 2019
Jean Giono
Lire au lit dans le silence, la paix, la chaleur et la lumière la mieux adaptée est un des plus grands plaisir de la terre.
Commenter  J’apprécie          1155
araucaria   17 juillet 2014
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Les chênes de 1910 avaient alors dix ans et étaient plus hauts que moi et que lui. Le spectacle était impressionnant. J'étais littéralement privé de paroles et, comme lui ne parlait pas, nous passâmes tout le jour en silence à nous promener dans sa forêt. Elle avait, en trois tronçons, onze kilomètres dans sa plus grande largeur. Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme, sans moyens techniques, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction.
Commenter  J’apprécie          990
Jean Giono
darkmoon   11 février 2014
Jean Giono
Celui qui n’est pas capable de faire son bonheur avec la simplicité ne réussira que rarement à le faire, et à le faire durable, avec l’extrême beauté.

(La Chasse au bonheur)
Commenter  J’apprécie          960
Jean Giono
mcd30   14 décembre 2018
Jean Giono
Le héros n'est pas celui qui se précipite dans une belle mort ; c'est celui qui se compose une belle vie.
Commenter  J’apprécie          960
araucaria   23 octobre 2012
Le chant du monde de Jean Giono
Subitement il fit très froid. Antonio sentit que sa lèvre gelait. Il renifla. Le vent sonna plus profond; sa voix s'abaissait puis montait. Des arbres parlèrent; au-dessus des arbres le vent passa en ronflant sourdement. Il y avait des moments de grand silence, puis les chênes parlaient, puis les saules, puis les aulnes; les peupliers sifflaient de gauche et de droite comme des queues de chevaux, puis tout d'un coup ils se taisaient tous. Alors, la nuit gémissait tout doucement au fond du silence. Il faisait un froid serré. Sur tout le pourtour des montagnes, le ciel se déchira. Le dôme de nuit monta en haut du ciel avec trois étoiles grosses comme des yeux de chat et toutes clignotantes.
Commenter  J’apprécie          880
cicou45   07 juin 2014
Que ma joie demeure de Jean Giono
"Il faudrait que la joie soit paisible. Il faudrait que la joie soit une chose habituelle et tout à fait paisible et tranquille, e non pas batailleuse et passionnée."
Commenter  J’apprécie          830
Gwen21   11 avril 2015
Le Hussard sur le toit de Jean Giono
"Tu peux être tout ce que tu veux [...], mais il faut être fou, mon enfant. Regarde autour de toi le monde sans cesse grandissant de gens qui se prennent au sérieux. Outre qu'ils se donnent un ridicule irrémédiable [...], ils se font une vie dangereusement constipée. [...]"
Commenter  J’apprécie          801
MarcBibliotheca   07 juin 2010
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Quand je réfléchis qu'un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Canaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais, quand je fais le compte de tout ce qu'il a fallu de constance dans la grandeur d'âme et d'acharnement dans la générosité pour obtenir ce résultat, je suis pris d'un immense respect pour ce vieux paysan sans culture qui a su mener à bien cette œuvre digne de Dieu.
Commenter  J’apprécie          780
Jean Giono
claudine42   18 février 2015
Jean Giono


« La mélancolie fait plus de victimes que le choléra…elle tue dans des proportions qu’on ne connaît jamais, car ses victimes n’étalent pas des ventres verdâtres au long des rues mais cassent leur pipe avec une très grande décence et modestie, dans des coins secrets où elles passent pour avoir été frappées de mort naturelle. Mais outre ces conclusions radicales, la mélancolie fait d’une certaine société une assemblée de mort-vivants, un cimetière de surface, si on peut dire, elle enlève l’appétit, le goût, noue les aiguillettes, éteint les lampes et même le soleil et donne au surplus ce qu’on pourrait appeler un délire de l’inutilité qui s’accorde parfaitement d’ailleurs avec toutes les carences sus-indiquées et qui, s’il n’est pas directement contagieux, dans le sens que nous donnons inconsciemment à ce mot, pousse toutefois les mélancoliques à des démesures du néant qui peuvent fort bien empuantir, désoeuvrer et, par conséquent faire périr tout un pays. »



J. Giono Le Hussard sur le toit





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          773
Nastasia-B   11 septembre 2012
Le Hussard sur le toit de Jean Giono
Le jour s’assombrit peu à peu. La pluie commença par n’être qu’une fine mousseline tiède, puis, s’écroula en blocs de plus en plus pesants pendant une quarantaine d’heures ; sans rage ; avec une sorte de paix tranquille. Enfin, il y eut un coup de tonnerre magnifique, c’est-à-dire avec une belle déchirure rouge et tellement retentissant que les oreilles s’en trouvèrent toutes débouchées. Le ciel s’ouvrit. De chaque côté de la fente des châteaux vertigineux de nuages s’étagèrent et le ciel apparut azuré à souhait. À mesure que les châteaux de nuages s’éloignaient l’un de l’autre découvrant de plus en plus du ciel, l’azur vira au bleu de gentiane et tout un ostensoir de rayons de soleil se mit à rouer à la pointe extrême des nuées.
Commenter  J’apprécie          770

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
336 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur cet auteur

.. ..