AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Annick Le Scoëzec Masson (45)


On dit que le château de Tréhogonteuc fut bâti en une seule nuit par des êtres venus des profondeurs de la forêt. Ce n’étaient pas de ces créatures qui peuplent sources ou feuillages, au front bombé sous la résille, joncs graciles des bords de rivière. Ennemies du soleil, les korriganes se matérialisaient dans les émanations des marais lorsqu’une clarté parvient à fendre la ténèbre qui pèse sur les fourrés, de ce côté-là du bois. Elles jaillissaient alors avec des cris, vacillaient un instant au-dessus des tourbières, puis franchissaient à la vitesse de l’éclair les landes, les vallons, les taillis et les hautes futaies de Bréchéliant, pour planter leurs griffes dans les tempes des endormis, et leur ravir le peu d’âme dont ils se souvenaient. Après s’en être fait des colliers, après avoir tourné sur elles-mêmes comme des louves en ouvrant grandes leurs bouches folles, elles repartaient avant les lueurs du jour, vers les bas-fonds où elles enfouissaient leur butin à jamais.

Commenter  J’apprécie          160

- Comme il fait froid, dit la dame, comme il fait froid toujours !

- Voulez-vous qu’on ajoute à votre chambre un brasero ? Bientôt finit l’hiver...

- Non, rien ne saurait mieux réchauffer mon âme que vous entendre. La fleur de givre à ma fenêtre ne m’est alors plus décembre, mais nez espiègle du printemps. Chantez, Ariane, chantez encore pour que mon cœur dégèle, pour que le sang à nouveau en moi coule ! Chantez ce poème...

La suivante prépara sa vielle en courbant le genou. Elle tendit les cordes sous l’archet.

- « Tant ai le cœur plein de joie, que tout pour moi change de nature. Fleur blanche, vermeille et claire, me semble la froidure... Tant au cœur d’amour, de joie et de douceur, que l’hiver me semble une fleur et la neige verdure ! »

Les notes s’évaporèrent après avoir tenu un moment dans l’air.

- Oui, parlez-moi de lui, de ce troubadour, de la légende..., soupira la dame.

- Celle du cœur mangé ?

Elle tressaillit :

- Oh, non, par pitié ! Tant de finesse, côtoyer tant de cruauté !

- C’est jalousie, Madame ! Jalousie qui retourne en nous le loup prêt à tout dévorer... Nul n’en est à l’abri et les médisants sont légion.

Commenter  J’apprécie          150
L'arbre au-dehors

L'arbre vint à moi.
Comme un petit oiseau, un chien, un chat.
Sur la terrasse où j'étais assise,
ses branches poussées depuis le bas
par un peu d'air léger,
s'accrochaient à ma frange.
Derrière, sous la véranda,
une rumeur de vent de plaine,
de conversations inlassables.
Des pétales tombaient à mes pieds.
L'arbre contait bien des choses
que je ne saurais dire.
Ses odeurs énergiques
de sève en ruisseaux, d'écorce saignante,
me soulevaient.
Je perdais consistance,
mes yeux infirmes s'ouvraient.
Je voyais la ronde
des poussières sous mes doigts,
pensais :
«Si tu sais regarder
à l'intérieur,
c'est tout le paysage
qui s'élargit
aux quatre coins des perspectives.
Le passé est là tout entier
qui se dépose autour de toi,
chaque particule,
l'éclat d'une vie qui
passa la frontière invisible
en un lointain jadis.
Le monde est en train de passer en toi.
Personne ne te le volera».
Commenter  J’apprécie          140
[...]
Parce que j'ai beau te regarder,
tu peins sans sourciller,
la forêt, ses nuages et la pluie,
mille monts aux nombreux arbres rouges,
les cloches d'un monastère plein de brume,
et les brouillards, les murmures
qui hantent là-haut,
tout en haut sur les sommets,
ledit Pavillon Haut.


(p.85, fin du dernier poème "JADE CHERCHAIT TOUJOURS")
Commenter  J’apprécie          130
[...]
Du pavillon où nous arrivions,
il ne restait plus,
à pinceau levé,
qu'un seul trait,
ébauché
comme on fait un signe.


(p.18, extrait de "DES VENERABLES AUX PIEDS CROTTES")
Commenter  J’apprécie          120
[...]
Des paroles fracassantes
traceraient sur les pages
la pureté de leurs signes,
se formeraient des paysages,
ondoiements
intacts et anciens.
Une bulle de silence heureux
alors
s'évaderait par la fenêtre.



(p.15-16, "SIGOU LE CHAT SAVAIT", extrait)
Commenter  J’apprécie          120
* Il rêvait. *



Quand il s'éveilla
au bruit des cordes pincées,
à l'odeur de vieilles roses tombées
sous la pluie,
rosée de nuit,
à la suave érosion de l'aube sur sa peau,
brûlure glissée au long de son dos,
il était devenu
papillon.



(p.36 - "LE CITHARISTE")
Commenter  J’apprécie          110
Cheval à la bouche dure,
descendu au galop avec l'éclair,
abîme dans la nuit,
d'où viens-tu ?
Ce n'est pas le tonnerre
que j'avais d'abord perçu,
mais ce long cri de torrent des montagnes,
de furieux tremblement.
Minérale, implacable,
ta crinière se hérissait dans la tempête.

(p.49 - extrait de "L'ORAGE")
Commenter  J’apprécie          100
Shuimo

Il peignait.


Ciel dégagé, rosissant au loin,
se grisant soudain,
se couvrant de brume,
vapeur de rivière
qui s'élève enfin jusqu'au lendemain.

Pins étirés noirs
regardant devant,
clous échevelés,
frange irrégulière sur le crêt des monts,
squelettes dessinés sur les nuées,
molle écharpe mauve qui se détend,
se dissout vers l'Est,
rôde près des arêtes
en se défaisant.

Un nuage énorme, masse violacée,
dresse à l'arrière-plan
son galbe au vertige
de vive montagne,
de roc écrasant.

Ses contours se découpent en se chevauchant.

La lumière faiblit,
fleurs de cerisier
emportées,
léger vent levé.

Feuillage étagé d'une poignée de cèdres,
géants rapetissés, enchevêtrés.

Une silhouette infime est arrêtée
comme s'interrogeant
sur un sentier.

Lueur ténue derrière les nues,
la lumière n'est plus.

Et puis flotte encore
la ligne confuse
qui ne sépare plus
le haut et le bas.
Car elle n'est plus rien
qu'ombre diffuse,
le vaste trou
du noir.
Commenter  J’apprécie          100

Aboiements furieux au point du jour : / j’ai fait pendre un esclave.

J’avais surpris / les reflets d’un embrasement

sur la cheville nue / de Chântra.

Il n’a rien dit, / signant ainsi son crime.

Chântra a jeté, entre elle et moi,

le long pan de son voile ;

avec la fixité d’une statue,

elle a raidi son corps, l’a tendu

comme un arc.

Je me suis précipité, face contre terre,

j’ai embrassé ses genoux,

le regard perdu, ma langue avide sur ses

pieds.

Elle n’a rien dit.

J’ai fermé la porte de sa chambre, / donné la clef

à la vieille édentée / qui en garde le seuil

couchée de tout son corps.

Je suis parti sept jours dans la montagne.

Veillant dans un abri de chasseur,

je voyais l’aurore / enflammer le vallon,

le soleil se pendre dans les arbres,

descendre l’essaim des ombres,

les étoiles fuser.

Des chiens hurlaient au point du jour :

j’avais fait pendre un esclave / et Chântra...

J’ai fumé trois jours encore / et trois nuits dans ma tanière.

Je ne voyais plus rien, / la noire Kâlî s’enroulait dans les flammes,

excitant les grelots de ses chevilles.

Au petit matin elle se dissipait / dans le brouillard vert

d’un lointain Udaipur.

J’ai fumé encore / et j’ai cru deviner, dans la vallée,

la luxuriance d’une battue :

brocarts et satins, / pashmînâ d’Amritsar,

tarpans de soie / sur l’herbe éclatante

et la bave des chiens.

J’ai senti la fourrure sous mes doigts,

l’odeur aigre du fauve, / son sang coagulé.

Je me suis déguisé, me suis coulé

en feulant dans les fourrés.

La Noire a crevé mon sommeil

de son masque hideux et sanglant.

Toute la nuit j’ai senti / la mort labourer mes veines.

La gueule en feu, habité d’un tonnerre / à faire rugir les montagnes,

je me suis désaltéré / à une flaque de boue

dans les relents de vieux cuir d’un / troupeau d’éléphants.

Haletant, je me suis affaissé, / j’ai laissé passer dans mes yeux

un vol de babouins qui ne reviennent / jamais.

Repu de nuit, la sueur glaçait mon front.

Maintenant,

une femme est à mes côtés,

pieds maquillés de henné.

Elle m’enveloppe de sa voix berçante,

me cajole

de ses mélodies.

Elle a défait ses cheveux, me dit que,

si je veux, elle est prête :

que le bûcher soit allumé.

Mais voilà qu’elle hurle que je suis fou;

dans l’orage de mes rugissements,

je ne l’écoute pas.

Pourquoi vouloir retenir mon âme ?

La Noire seule le sait, / mais qu’y puis-je ?

Je ne m’habite plus,

cette maison n’est plus la mienne.

("Le tigre" p.68).

Commenter  J’apprécie          100
des hommes bavardaient avec des gestes lents ...
portant assis leurs mots
pour les voir éclore à la surface du ciel ...
Commenter  J’apprécie          80

Je feuilletais l'un de ces livres quand, entre les lignes, ces voix...

(p.16)

Commenter  J’apprécie          70
Les narines dilatées par le thé des montagnes,
une bouffée de terre grasse,
d'herbe humide et de tourbe fumée,
il s'affaissa sur le lit de brique rouge,
parmi les coussins brodés
de pruniers des frimas.


(p.21 - extrait de "EN COULISSE")
Commenter  J’apprécie          60

Comme le héros du livre, je rêvais de lointains. Je connaissais ce pays.

(p.46)

Commenter  J’apprécie          60
– Pourquoi maintenant,
l'éclat
qui m'a toujours tant émue
ne m'apporte-t-il plus
le ravissement
de cet autre temps.
Est-il vraiment perdu ?
Et quand s'est-il perdu ?
Commenter  J’apprécie          60
Tout là-haut, où me cache la brume,
il est un jardin d'iris et de pluie,
de givre, de rosée, d'herbe bleue, de vent long.
Une maison simple avec un écritoire,
du vin, un peu de riz
suffisent
au marcheur que je suis.
Commenter  J’apprécie          60
L'heure du chat (2)

Sigou le chat savait.
Il savait que,
dans le silence des heures pleines,
lectures et songes de sieste,
quand l'arbre frappait en grinçant à la vitre,
que le soleil traquait l'ombre
dans la chambre,
blottis contre ma taille
– étoffes froissées, voix éteintes, soupirs et balbutiements –
tous les présents s'ouvraient en même temps,
pièces en enfilade
de la vaste demeure
où nous étions devenus
vagabonds.
Commenter  J’apprécie          60
[...]
Je voyais la ronde
des poussières sous mes doigts,
pensais :
"Si tu sais regarder
à l'intérieur,
c'est tout le paysage
qui s'élargit
aux quatre coins des perspectives.
Le passé est là tout entier
qui se dépose autour de toi,
chaque particule,
l'éclat d'une vie qui
passa la frontière invisible
en un lointain jadis.
Le monde est en train de passer en toi.
[...]


(extrait de "L'ARBRE AU-DEHORS", p.13-14)
Commenter  J’apprécie          50
Un après-midi d'hiver,
j'étais allongée dans la chambre,
l'épaisseur de bruits ordinaires.
Je ne dormais ni ne veillais,
suspendu le moi qui songe
à autre chose que soi-même,
et ne se rappelle plus quoi.
Quand un son, peu à peu,
s'imposa... Il semblait venir de très loin...
De tout près.


(p.7) [prélude]
Commenter  J’apprécie          50
Eau, montagne,
pluie et vent,
neige, brouillard,
les mille parades de l'automne
et du printemps,
le souffle puissant
des éléments,
l'immuable et le fugitif,
l'être immobile
et la course sempiternelle du changeant.
Commenter  J’apprécie          50



Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
6369 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur