AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 148 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Peoria, l’Illinois , le 13/03/1934
Mort(e) le : 01/08/2019
Biographie :

Barry Hughart est un auteur américain de fantasy.

Diplômé à l'Université Columbia en 1956, il s'engage dans l'United States Air Force et fait son service militaire en Corée du Sud, de 1956 à 1960. Pendant cinq ans, jusqu'en 1965, il travaille pour la société TechTop, basée en Asie. Il est gestionnaire d'une librairie à New York les cinq années suivantes.

Sa passion pour la culture et la mythologie chinoise le pousse à donner naissance aux "Aventures de Maître Li et Bœuf numéro Dix", une série se déroulant selon son auteur dans "Une Chine Ancienne qui ne fut jamais".

Le premier tome "La Magnificence des Oiseaux" (Bridge of Birds) sort en 1984 dans une collection de littérature générale. Le succès n'est pas au rendez-vous.

L'année suivante, sur l'intervention d'Anne McCaffrey fan des premiers jours, les Éditions Del Rey rééditent l'ouvrage, cette fois-ci dans une collection de fantasy. Le succès est immédiat et la même année, le livre reçoit le prestigieux World Fantasy Award (ex-aequo avec "La Forêt des Mythagos" de Robert Holdstock) et l'année suivante le prix Mythopoeic.

En 1988, paraît "La Légende de la Pierre" (The Story of the Stone) puis, en 1991, "Huit Honorables Magiciens" (Eight Skilled Gentlemen).

Barry Hughart prévoit une série en sept volumes, mais suite à divers conflits éditoriaux, il doit y renoncer. Il reproche à son éditeur de ne pas l'avoir averti sur les récompenses obtenues par "La magnificence des oiseaux" mais, en définitif, c’est face au refus de publier ses romans dans des éditions cartonnées que Barry Hughart renonce à l'écriture.

Il a écrit les dialogues pour plusieurs films notamment "Les Vierges de Satan" (Devil's Bride, 1968), "Honeymoon with a Stranger" (1969), "When the Bough Breaks" (1986).

Il est décédé le 01/08/2019.

Le site de l'auteur : http://www.barryhughart.org/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
BlackWolf   18 mars 2014
La légende de la Pierre : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Chérir la perfection, c’est commettre un suicide artistique, tous les vrais artistes savent bien qu’un chef-d’œuvre est un accident qu’on devrait brûler. D’ailleurs, vos belles images n’avaient pas pour but le plaisir des yeux, mais la connaissance.
Commenter  J’apprécie          150
BlackWolf   04 avril 2014
La magnificence des oiseaux : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Puissent vos villages demeurer toujours dans l'ignorance des collecteurs d'impôts, puissent vos fils être nombreux et travailleurs, laids, robustes et dociles, puissent vos filles être rares et belles, et constituer d'excellentes sources de présents coûteux.
Commenter  J’apprécie          130
BlackWolf   17 mars 2014
La légende de la Pierre : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Quand le mal passe pour de la sagesse, la sagesse devient un mal.

Quand la cruauté est prise pour une vertu, la vertu devient cruauté.
Commenter  J’apprécie          110
Oliv   17 mai 2016
La légende de la Pierre : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Le grand rêve des fonctionnaires et de la majorités des aristocrates est de revenir au meilleur des mondes possibles : le féodalisme rigide qu'a si joliment loué Confucius. La clé en est de totalement assujettir les paysans, et certaines méthodes sont fort ingénieuses. L'une des meilleures a été l'instauration d'un système de dot qui exige qu'une épouse soit escortée en sa nouvelle demeure par un apport substantiel en argent ou en terres.

Dans la pratique, cela signifie que les paysans qui ont le malheur d'avoir trop de filles doivent choisir entre la famine et l'infanticide. Les filles ne peuvent pas vraiment tenir leur place dans les champs. Les parents ne peuvent pas se permettre de les garder, ni de les marier — la seule solution qui leur reste est de les noyer à la naissance, ce qui autorise les aristocrates à glapir : "Quelle cruauté inhumaine ! Qui pourrait soutenir qu'on doit accorder à de tels porcs leur propre porcherie ?" Les paysannes qu'on garde en vie découvrent rapidement qu'elles acculent leurs parents à la famine et qu'un mariage est hors de question ; si elles possèdent la moindre joliesse, elles s'enfuient souvent et se font filles de joie afin d'envoyer un peu d'argent chez elles. Ce qui permet aux bureaucrates de mugir : "Regardez donc ces traînées sans morale ! Qui pourrait soutenir que la loi doit accorder à de telles truies le moindre droit ?" C'est un système admirable, dépourvu de failles, et ceux qui prétendent que certaines de ces catins pourraient en remontrer sur les principes de morale à bien des fonctionnaires se voient offrir un hameçon, un couteau, une chandelle et un congé illimité dans un marécage du Siam afin d'y apprendre les bonnes manières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
Oliv   12 décembre 2017
Huit honorables magiciens : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
"Se moquer du chien" est la dernière ressource, en période de sécheresse. Si une offrande d'hirondelles aux dragons aquatiques et l'installation des statues de nos dieux locaux sous le soleil torride n'aboutissent à rien, l'unique solution qu'il nous reste est de préparer un cortège nuptial au grand complet, avec char fleuri, gongs, cloches et tambours, sauf que la jeune épousée est un chien. Une chienne, revêtue d'une robe de mariée. Et tout le monde la montre du doigt, s'esclaffe, fait du vacarme, dans l'espoir que ce spectacle incitera le Jeune Garçon des Nuages à contempler cette scène ridicule, en bas, et à rire aux larmes, car ses larmes sont la pluie.
Commenter  J’apprécie          60
Oliv   08 décembre 2017
Huit honorables magiciens : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
L'homme qui avançait vers Maître Li avec une démarche douloureuse, en s'aidant de deux cannes, était desséché, racorni, cassé en deux par l'arthrite, et plus vieux que je ne l'aurais imaginé possible. Je croyais que Maître Li avait atteint les limites de la longévité humaine, mais ce personnage en repoussait les bornes d'une bonne trentaine d'années. Je constatai que de profondes courbettes accompagnaient sa progression, et que Maître Li l'accueillait avec un plaisir non feint.

"Bonjour, Tchang ! Comment allez-vous, ces temps-ci ? lui demanda-t-il avec chaleur.

— Comment je vais ? Je suis sénile, évidemment, répliqua l'antiquité rabougrie. Il y a quelques jours de ça, j'ai eu une longue conversation avec l'aîné de mes petits-fils, et je me demandais comment il était devenu si intelligent, quand je me suis rendu compte qu'il était mort depuis vingt ans, et que je discutais avec le perroquet. Qui est ce grand gamin si musclé, avec son nez écrasé ?"

Maître Li me fit signe d'avancer et de m'incliner.

"Permettez-moi de vous présenter mon honorable ancien client et actuel assistant, Bœuf Numéro Dix, annonça-t-il. Bœuf, voici le Théarque Resplendissant, Seigneur Suprême de l'Aurore orientale et de la Grande Subtilité, Détenteur du Sceptre de Cinabre du Plus Haut Mystère du Grand Mystère — ou, si tu préfères, le Maître Céleste."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Oliv   01 mars 2016
La magnificence des oiseaux : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
La forme du village a fait l'objet de réflexions considérables, pour la raison qu'un homme qui construirait un village arrangé comme un poisson alors qu'un village voisin évoquait un hameçon courrait au-devant des catastrophes. Sa forme définitive fut celle d'une licorne, créature douce et respectueuse des lois, sans le moindre ennemi naturel. Mais apparemment, quelque chose s'était mal passé car on entendit un jour une sorte de renâclement sourd, plusieurs maisons s'effondrèrent et une large fissure apparut dans le sol. Nos ancêtres examinèrent leur village sous tous les angles, et l'on découvrit le défaut quand l'un d'entre eux grimpa au sommet du plus grand arbre des collines de l'est et regarda en bas. Par une sotte distraction, les cinq dernières rizières avaient été disposées de telle sorte qu'elles formaient les ailes et le corps d'un énorme taon vorace qui s'était posé sur le flanc sensible de la licorne, si bien qu'évidemment elle avait décoché une ruade. On affecta aux rizières la forme d'un pansement, et Kou-fou ne fut plus jamais troublé par des secousses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LaGeekosophe   01 janvier 2018
La légende de la Pierre : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Quand on procédera à mon autopsie, on m'ouvrira le crâne et on en extraira un navet qui usurpait la place du cerveau, déclara-t-il avec amertume.
Commenter  J’apprécie          60
mikaelunvoas   27 mars 2018
La magnificence des oiseaux : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart
Le vent de printemps est pareil au vin, a écrit Tchang-Chou, le vent d'été pareil au thé, le vent d'automne pareil à la fumée, et le vent d'hiver pareil au gingembre ou à la moutarde. Il soufflait sur Pékin une brise de thé avec un arrière gout de fumée, aromatisée de senteurs de prune, de pavot, de platane, de lotus, de narcisse, d'orchidée, d'églantine et des feuilles parfumées du bananier et du bambou. La brise charriait également l'odeur de la graisse de porc, de la transpiration, de la vinasse et les relents déroutants de plus de gens que je n'en avais rêvé exister de par le monde entier.
Commenter  J’apprécie          40
Oliv   10 décembre 2017
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Barry Hughart (136)Voir plus



.. ..