AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.2 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Stockholm , le 06/09/1963
Biographie :

Bengt Ohlsson est chroniqueur pour le grand quotidien national Dagens Nyheter.

Sa carrière littéraire a commencé en 1984 avec la parution de son premier roman, Dö som en man, sa jag.

En 2004 il connaît la consécration, lorsque lui est décerné le plus prestigieux prix littéraire de Suède, le prix August, pour Gregorius.

En 2008, Bengt Ohlsson est consacré par le prix Eyvind Johnson. Syster (2009) est son neuvième roman.


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MPAGE-20121017-1820_0.mp4 Payot - Marque Page - Bengt Ohlsson - Kolka


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
christinebeausson   15 février 2016
Gregorius de Bengt Ohlsson
Je regarde son corps qui se dessine sous la chemise de nuit blanche, tout en molles rondeurs : je songe à tout ce qui est mou et rond chez elle, et qui éveille chez moi une telle volupté. Et je songe à tout ce qui est mou et rond chez moi, qui éveille chez elle un tel dégoût.
Commenter  J’apprécie          80
christinebeausson   13 février 2016
Gregorius de Bengt Ohlsson
Ma prison est pire, car je la porte avec moi, où que j'aille.

Ma prison, c'est d'être tenu par tous pour autre que ce que je suis.

Ma prison, ce sont tous les désirs que je n'ai jamais osé exprimer. Au lieu de quoi j'ouvre la bouche et j'entends à mon grand étonnement tout autre chose en sortir.

Ma prison, c'est toute cette peine et tout ce désespoir que j'ai enfouis dans des cachettes si ingénieuses que je ne saurais jamais les retrouver, quand bien même j'essaierais.
Commenter  J’apprécie          60
christinebeausson   14 février 2016
Gregorius de Bengt Ohlsson
La plupart des enfants ne vous regardent pas. Vous n'êtes qu'une autorité diffuse parmi beaucoup d'autres, et ils ont déjà fort à faire avec ceux de leur âge pour s'assurer une place dans le troupeau criard et la conserver. Bousculer ou anéantir tous ceux qui la menacent, si nécessaire. Pour eux, un adulte, ce n'est qu'une source d'ennuis, sous forme de punitions et de gifles : mieux vaut éviter de tomber en disgrâce.
Commenter  J’apprécie          30
polacrit   17 octobre 2018
Kolka de Bengt Ohlsson
Nous nous imaginons que la gentillesse et l'affection, cela coule de source, explique-t-elle. Nous présumons que tout le monde les accepte à bras ouverts. Or il n'en est rien. Accepter la gentillesse de quelqu'un peut s'avérer la chose la plus difficile qui soit. La gentillesse peut être vécue comme un affront
Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson   16 février 2016
Gregorius de Bengt Ohlsson
Le chagrin est un animal farouche. Au début, il est facile à mettre en fuite. Puis il se faufile de plus en plus près et, tôt ou tard, on l'a sous son toit. Et il y reste.
Commenter  J’apprécie          21
christinebeausson   17 février 2016
Gregorius de Bengt Ohlsson
Il y a un temps pour se battre, mais aussi pour se reposer. Si on cherche sans cesse le combat, il risque de devenir une fin en soi. On finit par ne plus connaitre que cela, il finit par être si familier qu'on y a recours, qu'on ait ou non une raison de se battre. Et quand on n'a plus rien contre quoi se battre, on se met à se battre contre soi même.
Commenter  J’apprécie          10
MelWaouMan   16 mai 2011
Syster de Bengt Ohlsson
le meilleur moyen de supporter la solitude était peut-être d'accumuler le plus de souvenirs possible.
Commenter  J’apprécie          20
polacrit   05 mars 2018
Syster de Bengt Ohlsson
Une fois, elle avait demandé à maman si papa comptait vraiment à ce point pour elle et si elle pourrait vivre sans lui. On aurait dit que toute la maison avait cessé de respirer. Cela avait surpris Marjorie: elle n'aurait pas cru qu'une question pût faire un tel effet.
Commenter  J’apprécie          10
tilly   06 juin 2011
Syster de Bengt Ohlsson
Marjorie suivait les mouvements du torchon humide sur la vaisselle. Il lui vint alors à l'idée qu'un esprit pourrait sortir de l'une des assiettes. Elle pensa à tous ceux qui avaient coupé des côtelettes et piqué les petits pois à la fourchette dans ces assiettes. Tous ceux qui avaient mangé en silence à la table d'Ilse, tous les yeux joyeux, tristes ou rêveurs qui s'étaient baissés sur ces assiettes.

Marjorie se demandait de quelle assiette l'esprit s'élèverait.
Commenter  J’apprécie          00
jostein   16 mai 2011
Syster de Bengt Ohlsson
Pouvait-on avec de l'argent à l'infini, racheter des gens qui étaient morts? Alors maman, très calme, avait dit que c'était impossible, même en étant immensément riche.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur