AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 213 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Duluth, Minnesota , le 24/05/1941
Biographie :

Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est un auteur-compositeur-interprète, musicien, peintre et poète.

Adolescent, il trompe son ennui par l'initiation au piano et à l'harmonica, et dans la découverte des chanteurs de blues et de country, notamment Hank Williams. Il devient fan d'Elvis Presley et joue dans les Jokers, puis les Golden Chords, et s'approprie le nom de Bob Dylan.

Au début de l'année 1961, il part pour New York où il rencontre son modèle Woody Guthrie dans un lit d'hôpital, et s'installe dans le quartier des poètes, à Greenwich Village. Dylan devient un porte-parole de la nouvelle génération qui grandit sur les campus universitaires en écoutant ses chansons.

En 1965, Dylan franchit le pas vers le folk-rock sur l'album "Bringing it All Back Home", composé d'une face électrique et d'une autre acoustique. Désavoué par les puristes, et sa compagne Joan Baez, il se produit avec une formation électrique au festival de Newport.

Bob Dylan sort "Highway 61 Revisited" (août 1965), premier album entièrement rock, dont le single "Like a Rolling Stone" constitue un aboutissement. Le chanteur est au centre d'une polémique de la part des critiques musicaux, et ses textes sibyllins sont décortiqués. Il devient un symbole de la contre-culture naissante.

En 1973, il joue dans le western Pat Garrett & Billy the Kid, dont il compose la bande originale, dominée par le standard "Knockin' on Heaven's Door".

Depuis ses débuts en 1961, Bob Dylan est devenu une des références musicales contemporaines incontournables. Autant pour ses textes poétiques et symboliques, sa musique au creuset du blues, du folk, de la country et du rock'n'roll originel, et sa personnalité riche et énigmatique. Auteur d'une cinquantaine de classiques absolus, il est aujourd'hui le chanteur le plus repris dans le monde.

On lui doit un unique roman, "Tarantula" (1965). Il publie également ses Mémoires (Chronicles, 2004). Martin Scorsese lui consacre le documentaire "No Direction Home" (2005), et Todd Haynes le film polyphonique, "I'm Not There" (2007).

En mai 2016, il sort "Fallen Angels", son trente-septième album studio.

Le 13 octobre 2016, Bob Dylan reçoit le prix Nobel de littérature "pour avoir créé de nouvelles expressions poétiques dans la grande tradition de la chanson américaine". Par ailleurs, il a reçu un Oscar et un Golden Globe, ainsi que douze Grammy.
Site officiel : http://bobdylan.com/
+ Voir plus
Source : Le Monde - www.deezer.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Olivia Ruiz et Mathias Malzieu chantent Bob Dylan
Podcasts (1)

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Bob Dylan
Nastasia-B   21 février 2014
Bob Dylan
Quand tu n'as rien, tu n'as rien à perdre.

(When you got nothing, you got nothing to loose.)



LIKE A ROLLING STONE.
Commenter  J’apprécie          741
leluez   13 novembre 2013
Chroniques, tome 1 de Bob Dylan
Une chanson ressemble à un rêve qu’on essaie de réaliser. Ce sont des pays inconnus où il faut s’introduire. On peut en écrire n’importe où, dans le compartiment d’un train, sur un bateau, à cheval – le mouvement aide toujours. Des gens qui ont un merveilleux talent d’auteur-compositeur n’en écrivent jamais parce qu’ils restent immobiles.

Commenter  J’apprécie          480
leluez   19 novembre 2013
Chroniques, tome 1 de Bob Dylan
Cette nuit me plaisait. Les choses grandissent la nuit, mon imagination ouvre ses portes, les idées préconçues s’évanouissent. On cherche parfois le paradis aux mauvais endroits. Alors qu’on l’a à ses pieds. Ou dans son lit.

Commenter  J’apprécie          450
Nastasia-B   13 juillet 2016
Lyrics : Chansons 1962-2001 - Bilingue de Bob Dylan
J'ai aimé une femme, une enfant, disait-on

Je lui ai donné mon cœur mais elle voulait mon âme

Mais n'y pense plus, tout est bien



(I once loved a woman, a child I’m told

I give her my heart but she wanted my soul

But don’t think twice, it’s all right)



N'Y PENSE PLUS, TOUT EST BIEN / DON'T THINK TWICE, IT'S ALL RIGHT.
Commenter  J’apprécie          442
Bob Dylan
Pavlik   20 novembre 2014
Bob Dylan
Pour vivre hors-la-loi il faut être honnête.
Commenter  J’apprécie          450
Nastasia-B   10 juillet 2016
Lyrics : Chansons 1962-2001 - Bilingue de Bob Dylan
J'ai descendu la rue et me suis retrouvé

Dans un des cafés du coin

Suis monté sur la scène pour chanter et jouer

Là un type m'a dit « Reviens un autre jour

On dirait un péquenot qui chante

Ici, on veut des folksingers »



J'ai trouvé un job à l'harmonica et me suis mis à jouer

À m'époumoner pour un dollar par jour

Dans tous les sens, j'aspirais, je soufflais

Le type a dit qu'il aimait bien mon jeu

Il n'en pouvait plus d'aimer bien mon jeu

Pour un dollar par jour



Après avoir traîné des jours et des semaines

J'ai fini par trouver du travail à New York

Dans une plus grande boîte, et mieux payé

Je me suis syndiqué et j'ai payé mes cotisations

Justement, un grand homme a dit

Qu'on peut te voler rien qu'avec un stylo

Je n'ai pas mis trop longtemps pour trouver

De quoi il voulait parler

Des tas de gens n'ont pas grand-chose à manger sur leur table

Mais ils ont plein de couteaux et de fourchettes

Et ils entendent se tailler une part



(I walked down there and ended up

In one of them coffee-houses on the block

Got on the stage to sing and play

Man there said, « Come back some other day

You sound like a hillbilly

We want folk singers here »



Well, I got a harmonica job, begun to play

Blowin’ my lungs out for a dollar a day

I blowed inside out and upside down

The man there said he loved m’ sound

He was ravin’ about how he loved m’ sound

Dollar a day’s worth



And after weeks and weeks of hangin’ around

I finally got a job in New York town

In a bigger place, bigger money too

Even joined the union and paid m’ dues



Now, a very great man once said

That some people rob you with a fountain pen

It didn’t take too long to find out

Just what he was talkin’ about

A lot of people don’t have much food on their table

But they got a lot of forks ’n’ knives

And they gotta cut somethin’)



NEW YORK PARLÉ / TALKING NEW YORK
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Bob Dylan
petitours   02 mai 2012
Bob Dylan
Certaines personnes sentent la pluie, d'autres sont juste mouillées
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-B   07 juillet 2016
Lyrics : Chansons 1962-2001 - Bilingue de Bob Dylan
SEPT MALÉDICTIONS



Le vieux Reilly vola un étalon

Mais on le rattrapa et puis le ramena

On le jeta enfin au sol de la prison

Au cou on lui passa un collier de fer



La fille du vieux Reilly fut alors prévenue

On lui dit que son père allait être pendu

Toute une nuit elle chevaucha, au matin elle arriva

Les mains pleines d'or et d'argent



Quand le juge aperçut la fille de Reilly

Son regard de vieillard s'aiguisa sous son crâne

Il dit « L'or ne sauvera pas la tête de ton père

Le prix de sa libération, c'est toi-même, ma chère »



« Autant que je sois mort, gémit Reilly

Car il n'en a qu'après toi

Et ma peau frémira lorsqu'il te touchera

Saute en selle et repars au galop »



« Oh, mon père, ta mort sera certaine

Si je ne saisis pas l'occasion offerte

De payer le prix en ne t'écoutant pas

et pour cette raison il me faudra rester »



L'ombre de la potence éclaboussa le soir

Dans la nuit un chien hurla

Dans la nuit la terre aux environs craquait

Dans la nuit elle paya le prix



Mais au matin lorsqu'elle fut éveillée

Elle sut que le juge n'était pas intervenu

Elle vit la branche fatale qui ployait

Elle vit de son père le corps tout disloqué



(SEVEN CURSES



Old Reilly stole a stallion

But they caught him and they brought him back

And they laid him down on the jailhouse ground

With an iron chain around his neck



Old Reilly’s daughter got a message

That her father was goin’ to hang

She rode by night and came by morning

With gold and silver in her hand



When the judge he saw Reilly’s daughter

His old eyes deepened in his head

Sayin’, « Gold will never free your father

The price, my dear, is you instead »



« Oh I’m as good as dead, cried Reilly

It’s only you that he does crave

And my skin will surely crawl if he touches you at all

Get on your horse and ride away »



« Oh father you will surely die

If I don’t take the chance to try

And pay the price and not take your advice

For that reason I will have to stay »



The gallows shadows shook the evening

In the night a hound dog bayed

In the night the grounds were groanin’

In the night the price was paid



The next mornin’ she had awoken

To know that the judge had never spoken

She saw that hangin’ branch a-bendin’

She saw her father’s body broken
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Bob Dylan
sabine59   15 décembre 2016
Bob Dylan


Ce qu'on appelle la vie n'est qu'un bref épisode entre deux grands mystères qui n'en font en fait qu'un seul.
Commenter  J’apprécie          291
Bob Dylan
jadzia   06 avril 2013
Bob Dylan
Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

I'm not sleepy and there is no place I'm going to

Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

In the jingle jangle morning I'll come followin' you.

Though I know that evenin's empire has returned into sand

Vanished from my hand

Left me blindly here to stand but still not sleeping

My weariness amazes me, I'm branded on my feet

I have no one to meet

And the ancient empty street's too dead for dreaming.



Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

I'm not sleepy and there is no place I'm going to

Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

In the jingle jangle morning I'll come followin' you.



Take me on a trip upon your magic swirlin' ship

My senses have been stripped, my hands can't feel to grip

My toes too numb to step, wait only for my boot heels

To be wanderin'

I'm ready to go anywhere, I'm ready for to fade

Into my own parade, cast your dancing spell my way

I promise to go under it.



Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

I'm not sleepy and there is no place I'm going to

Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

In the jingle jangle morning I'll come followin' you.



Though you might hear laughin', spinnin' swingin' madly across the sun

It's not aimed at anyone, it's just escapin' on the run

And but for the sky there are no fences facin'

And if you hear vague traces of skippin' reels of rhyme

To your tambourine in time, it's just a ragged clown behind

I wouldn't pay it any mind, it's just a shadow you're

Seein' that he's chasing.



Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

I'm not sleepy and there is no place I'm going to

Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

In the jingle jangle morning I'll come followin' you.



Then take me disappearin' through the smoke rings of my mind

Down the foggy ruins of time, far past the frozen leaves

The haunted, frightened trees, out to the windy beach

Far from the twisted reach of crazy sorrow

Yes, to dance beneath the diamond sky with one hand waving free

Silhouetted by the sea, circled by the circus sands

With all memory and fate driven deep beneath the waves

Let me forget about today until tomorrow.



Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

I'm not sleepy and there is no place I'm going to

Hey ! Mr Tambourine Man, play a song for me

In the jingle jangle morning I'll come followin' you.



Mr. Tambourine Man (Bob Dylan) - From the album Bringing It All Back Home
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Bob Dylan Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Bob Dylan (Difficile)

Quel genre musical n'a-t-il jamais abordé dans ses albums au cours de sa longue carrière ?

Le folk
Le rock
La country
Le rap

11 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Bob DylanCréer un quiz sur cet auteur