AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.36/5 (sur 121 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Boston , le 15/12/1943
Biographie :

Peter Guralnick, né en 1943 dans le New Jersey (États-Unis), est un grand critique musical américain.

Livres traduits en français :

* Nighthawk blues (1980) ; Gallimard, (1994).
* Sweet soul music : Rhytm & Blues et rêve sudiste de liberté, (1986) ; Allia, (2003).
* Le Blues, Voyage à la source (ouvrage collectif avec une préface de Martin Scorsese), (2004) ; Naïve, (2004).
* Rock'n'roll 39-59 ( ouvrage collectif); Fondation Cartier, (2007).
* Elvis Presley, Last train to Memphis : Le temps de l'innocence (1935-1958), (1994) ; Le Castor Astral, (2007).
* Elvis Presley, Careless love : Au royaume de Graceland, (1999) ; Le Castor Astral, (2008).
* A la recherche de Robert Johnson, (1989) ; Le Castor Astral, (2008).
* Feel like going home : Légendes du blues et pionniers du rock'n'roll, (1971) ; Rivages, (2009).
* Lost Highway, Sur les routes du blues, du rockabilly et de la country, (1979) ; Rivages, (2010).

(source : Wikipédia)

+ Voir plus
Source : http://www.lekti-ecriture.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Peter Guralnick   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Sa voix constituait un véhicule émotionnel idéal. Pas aussi puissante que celle de House ou Muddy Waters, par exemple, ni aussi énergique que celle de Johnny Shines, la voix de Robert Johnson avait une plasticité et une souplesse qui se prêtait à toutes les modulations de l'effet émotionnel. [...] Vous pouvez toujours entendre sur les enregistrements la maîtrise de la dynamique, une gamme d'effets vocaux qui déjouent les tentatives de reproduction électronique.
Commenter  J’apprécie          00
Il rendait les gens fous, tu sais. Ils sortaient et disaient : "Pourquoi vous rentrez pas tous pour reprendre la guitare à ce garçon ! Il pousse les gens à bout avec ça." Je rentrais et l'engueulais. "Ne fais pas ça, Robert. Tu rends les gens dingues. Tu ne sais rien jouer. Pourquoi tu ne leur joues pas de l'harmonica?" Mais il ne voulait pas. Il se moquait comme toujours de mes reproches. Il recommençait de toute façon.
Commenter  J’apprécie          00
Cette musique n'est pas morte.
Il suffit d'écouter Buddy Guy, détendu, chanter pour son propre peuple d'une manière largement supérieure aux innombrables fois où je l'avais vu jouer pour un public blanc...
Commenter  J’apprécie          121
Une fois, à Saint Louis, on a interprété une des chansons que Robert Johnson aimait parfois jouer accompagné, "Come On In My Kitchen". Il jouait très doucement et avec passion.
Quand on a fini, j'ai remarqué que personne ne bronchait. Je me suis alors rendu compte que le public pleurait, les femmes comme les hommes.

Johnny Shines
Commenter  J’apprécie          110
Le blues m'a captivé immédiatement par la spontanéité de son impact. Jusque-là, je n'avais jamais rencontré une façon aussi fulgurante d'exprimer des sentiments. « Le blues est un sale frisson convulsif². »

². « The blues is a low-down shaking chill. » : paroles d'une chanson de Son House reprenant et adaptant le « Walking Blues », de Robert Johnson.
Commenter  J’apprécie          102
Au fond, la musique seule compte. Si ce livre vous pousse à en écouter, s'il vous persuade de rendre cet hommage minimum à l’œuvre de chaque artiste, alors il aura servi un dessein authentique. Sinon, il ne s'agira que de rhétorique stérile, et tout le monde sait que nous n'en manquons pas.
Commenter  J’apprécie          90
À la fin de la soirée, pendant qu'il range les micros, il s'accorde un rare moment de satisfaction. "Tu sais, on a bien joué, mon pote. Je leur ai dit de jouer décontracté. J'ai dit à Bubba que s'il sentait un riff, fallait y aller. Parce que je pense que c'est comme ça que tout a commencé."
"C'est vrai, lance le pianiste, c'est dans ces petits juke joints et ces bars louches que tu trouves la meilleure musique du monde. Je te le dis, il faut me croire, mon pote, parce qu'ici, on chante toujours avec son cœur. Charlie [Feathers], c'est le meilleur gars du monde, demande à n'importe qui, parce qu'il chante avec son cœur."
Dehors, Charlie est assis sur le siège conducteur d'une voiture neuve de couleur pâle et met le contact pendant que le groupe monte dedans. Il descend la vitre pour dire au revoir, lance un bref sourire, un peu hésitant, et quitte le parking en faisant crisser les pneus. Il a l'air plutôt insouciant au volant.
Commenter  J’apprécie          60
S'il est devenu assez sophistiqué, écoutez Charles Mingus, Coltrane ou Miles David et vous entendrez le blues muet des field hollers* du temps de l'esclavage.

* Le holler est un appel modulé, entre le cri et le chant, lancé par un travailleur aux champs à l'intention de ses congénères
Commenter  J’apprécie          70
J.W. : ""A change is gonna come", il l'écrivit après avoir entendu le "Blowin' in the wind" de Bob Dylan pour la première fois. Il n'avait jamais eu grand-chose du militant, il ne s'était même jamais vraiment occupé de politique (même s'il s'était intéressé au mouvement musulman qui entourait Cassius Clay et qu'il avait passé pas mal de temps en compagnie de Malcolm X), mais il resta sans voix devant le message véhiculé par cette chanson. Il m'a dit : "Alex, il faut que j'écrive quelque-chose. Dire que c'est un jeune blanc qui a écrit une chanson comme ça..." C'est ce qui l'a motivé pour écrire "A change is gonna come". C'était, vraiment une chanson en faveur des droits civiques. Il y a un vers qui a été supprimé dans la version sortie en 45 tours, mais qui figure sur celle de l'album :

I go to the movies and i go downtown
But someone's always telling me
Don't hang around"
Commenter  J’apprécie          30
Chapitre 6
Robert Pete Williams
"Free Again"

« Un homme de Deham Spings que je n’avais jamais vu, M Easrtley, est venu me trouver. Il ne m’avait jamais vu, jusqu’à ce qu’Harry Oster entre et me demande de composer un blues triste sur ma famille. Eh bien, je lui ai dit que je ne savais pas, mais il m’a donné une guitare à douze cordes pour que je joue et j’ai composé un blues parlé sur ma famille. Vous l’avez peut-être entendu. C’était « Prisonner’s Talking Blues ». Je ne savais pas ce que j’allais dire. Mais j’étais triste, tu sais. Certains prisonniers, ils ne pouvaient pas supporter d’entendre ça, et j’ai dû arrêter. Tous les prisonniers se tenaient autour, ils pleuraient en pensant à leurs foyers. Ils m’ont demandé d’arrêter de chanter. »

« Sometimes I feel like I never see
My little ol’ kids anymore
But if I don’t never see ‘em no more
Leave ‘em in the hands of God
You know, my sister
She’s like a mother to me
She do all in the world that she can
She went all the way along with me in this trouble
‘til the end
In a way
I was glad my poor mother had ‘ceased
Because she suffered with heart trouble
And trouble behind me
Sure woulda went hard with her
But if she were livin’
I could call on her sometime
But my ol’ father dead too
That’d make me
Me motherless and fatherless
It’s six of us sisters, three boys
Family done got small now
Looks like they’re dyin’ out fast
I don’t know
But God been good to us in a way
‘Cause ol’ death have stayed away a long time… »

Sur le disque, sa voix est entrecoupée. On se demande si c'est un sanglot. Il y a le gazouillis des oiseaux et l'accompagnement assourdi de la guitare douze cordes en fond sonore. Dans l'intimité de votre chambre, sur votre chaîne, vous entendez la souffrance nue d'un homme.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Peter Guralnick (152)Voir plus

Quiz Voir plus

Elle ou Lui ? Madame ou Monsieur ?

Au bonheur des dames

Elle
Lui

20 questions
24 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}